Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 10 octobre 2019 à 23h30min
Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de  grève est suspendu  et « non levé »

Face au projet de privatisation de l’aéroport de Ouagadougou par l’Etat, le collectif des Syndicats uniques de la météorologie et assimilés de l’aviation civile (SUMAC), écarté du projet, avait marqué son désaccord. Aussi pour exprimer son total refus à la décision, le collectif avait décidé d’aller en grève les 11 et 12octobre 2019. Cependant, suite à la rencontre avec le Premier ministre le mardi 8 octobre dernier, une assemblée générale s’est tenue le jeudi 10 octobre pour rendre compte des négociations entamées et donner suite au préavis de grève. Pour avoir les conclusions de l’AG, nous avons rencontré, Ahmed Lamizana, Secrétaire général du SUMAC.

Lefaso.net : Quelles sont les conclusions de l’assemblée Générale ?

Ahmed Lamizana : L’assemblée générale a décidé à une majorité écrasante que le préavis de grève est suspendu et non levé. Cela voudrait simplement dire que si nous sentons que les engagements pris par le gouvernement ne sont pas respectés, nous allons juste réactiver le préavis de grève.

Est-ce à dire que la grève pourrait être reconduite prochainement ?

Oui, c’est possible. Comme je vous l’ai dit, si nous nous sentons floués, si les engagements pris par le premier ministre, que nous estimons fort appréciables dans un avenir proche, ne sont pas respectés, nous allons juste réactiver notre préavis de grève.

Ahmed Lamizana, Secrétaire général du SUMAC

Comment vous avez senti l’engagement des militants à cette assemblée générale ?

La base, depuis le début, était mobilisée, déterminée et même engagée. L’assemblée générale a regroupé tous les domaines qui interviennent dans l’aviation civile. Les places étaient bondées, certains militants étaient debout. C’est pour dire que les gens sont mobilisés, conscientisés pour cette lutte que nous sommes en train de mener.

Quels délais vous vous donnez pour observer les engagements du Premier ministre ?

Pour le moment, il n’y a pas de délais impartis. Le Premier ministre nous a demandé de lui faire parvenir dans un mémorandum tous les griefs qui sont faits au projet. Nous allons jouer effectivement notre partition en faisant ce mémorandum et nous allons expliquer en quoi ce projet n’est pas avantageux pour les Burkinabè.

Maintenant, je crois que dans un délai raisonnable aussi, le Premier ministre va nous faire parvenir sa réponse et donner aussi des satisfactions à nos préoccupations lorsqu’on se rencontrera pour les négociations pour une décision finale.


A LIRE AUSSI : Privatisation de l’aéroport de Donsin : « Dans le projet de contrat de délégation proposé par le groupement actuel, le contenu fait froid dans le dos », Syndicat de l’aviation civile


Propos recueillis par Juste Ephrem ZIO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 octobre à 16:25, par Maria de Ziniaré En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Vous ne pouvez pas arrêter la mer avec vos mains. Il y’a des pans entiers des activités de l’aviation civile qui sont concentrées entre les mains de sociétés multinationales spécialisées notamment la gestion d’aéroport, le caterring ( repas servis à bord des avions ) et la réglementation dans ces activités qui est normalisée au plan mondiale ne laisse pas de place à de l’amateurisme. La gestion de tous les grands aéroports du monde est privatisée pour des raison d’efficacité et d’efficience : le transport aérien n’est pas un secteur très rentable mais par contre est vitale pour l’économie mondiale. Battez vous pour des combats qui vaillent la peine ( ne faites pas comme ces étudiants qui pensaient pouvoir arrêter la mise en œuvre du LMD qui était un chantier mondiale ) notamment la transparence dans le choix des partenaires avec ds appels d’offres transparents, l’association de capitaux nationaux dans le capital des nouvelles sociétés crées, le transfert de savoir et de technologie ....etc. Mais les choix stratégiques qui relèvent de la politique du transport aérien ne sont pas de vos prérogatives mais de l’exécutif qui a reçu un mandat du peuple pour dérouler son programme. Un syndicat fut ce t’il du transport aérien n’a pas vocation à définir la politique du transport aérien à court, moyen et long terme de la Nation..

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 17:14, par Leiw En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Dear fellow Burkinabe, why privatizing the main and the only aerial entry point into the nation ?
    When you look around, you notice that the entire world is changing and all partners and old friendly nations are becoming more and more desperate for strategic positioning. When you go to any developed country, the government has some sort of major interest in the entry point of their country. But when you look at ours, we are in the process of giving it away to private sector that is not even the citizens of burkina faso. What do you think that is going to happen ?
    1- The foreign private company will not care to upgrading our airport because it is all about getting back their investment. And that company will do everything, even if it is illegal, in order to get their investment back as quick as possible. For example, their can let private jets come and leave with pure gold or other minerals without anyone knowing. It happened many years ago. Or private jets can bring weapons into the country to start civil war. That happened too, in other African countries where private jets were supplying weapons for minerals. Let’s be serious my fellow Burkinabe.
    2- Burkina Faso is strategically located in Africa, especially West Africa. Believe it or not the country has lots of advantages. For example, burkina faso can be transformed into logistics and supplies chain management country that would serve the entire West coast and Central Africa with small and medium sizes parcels for all Air shipping coming from all over the world to be distributed in Africa. This is possible. We do not need ocean to prosper.
    3- Foreign private company has its allegiance to its country of origin therefore, if that country decides to paralyze burkina faso, it will be easy to do so because burkina faso will not be the one controlling the security detail of their airport in question.
    4- If burkina faso really wants to privatize their international airport, they need to have the citizens or the government owning at least 40 percent of the shares with a potential of increasing in the event that the other party wants to sell their shares. Or the government can own 20 percent and the private citizens entrepreneurs can own the remaining 20 percent. But the foreign company should not have all the 100 percent shares. It will be too risky to have that control.
    5- I think that we are having the tendency to copy everything from others without looking at our own reality and try to shape the idea base on our own position. I believe that we can copy the framework of an idea but we need to shape our own idea into that framework. Just like a computer software that one will customize it to their needs. If you look at all the airports in Europe and the USA, the cities in which they are located control or somewhat own the airport and the airline sublease the hubs from the cities. They don’t privatize any airport. Let’s be serious about what we are trying to implement in our country so we can be sustainable in the future. The airline can be private, but not the airports. That will be a recipe for disaster. For example, the railway that is control by private. A company was trying to allegedly smuggle some minerals through there few months ago. What do you think can happen with a private airport ?
    6- lastly, I think that the government should hold on this approach of privatization until we can all think through the pros and cons before making the final decision. It is in our national security that we shall not jump into investors money so fast and compromise our security. We have enough security problems for the time beings, let’s not add more oil into the burning fire. I believe we can do better than that. Let’s create a non partisan and patriotic think-tank in the near future to address these strategic developments and security issues of our nation.
    Regards,
    Leiw

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 21:47, par Leiw En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Dear Maria de Ziniare,
    I am really sorry to hear your arguments suggesting that all big international airports around the world are private.
    1- I would like you to give us an example of a big, strategic and the only aerial entry point to a nation that has been privatized ?
    2- The only aerial entry point such as ours should not be viewed as matter of profit. It should be viewed as matter of national security. I would like to remind my dear sister that national security is a form of profit, which is securitng our nation from falling into the hands of foreign private sector that only wants to make profit which they should. Because they are in the business for profit. We the people of Burkina Faso, security is our utmost profit. It is up to the burkina to distinguish profit from security. But not a foreign private company to determine our national security.
    3- As far as I know, any great airport around the world is own by some sort of government whether the City or the State government and in return, Sublease the hubs to private airline for fees and taxes. Private company doesn’t own any airport, only if it’s an airdrome which is also oversees by local government. I am sorry, but I don’t know where you got your information my sister. For example, the great Los Angeles International Airport is own by the City of Los Angeles and sublease to different airlines such as air France, Etiopian airline and Delta. Another example, the great Port of Los Angeles is owned by the City or the County of Los Angeles and in turn, they lease the terminals to various containers shipping lines. Let’s be clear my sister, please don’t broadcast inaccurate information.
    4- Let’s assume that you were right, (which you are not), why should we privatize the only aerial point of entry into our nation ? Do we have enough security measure to prevent any of the illegal activities that can happen or occur in our country ? Please let’s be serious when we are trying to make quick and fast decision. This is not the way a development of a country can take place. Let’s think deeply about all the scenarios and potential future advantage and disadvantage that can come from our decision making.
    5- Airport management is a great and profitable business if you have ideas to make it happens. If it were not a great business, why do you think a foreign investors will come and waste their money into that activities ? Come-on let’s be serious. These investors are not coming to invest in burkina because the burkinabé people are nice and good looking. They are coming because there is a profit to be made. If there weren’t any profit to be made, they would have taken they money somewhere else. Let’s not play ourselves. We have a lot of potential, but my sister Maria is not able to see those potential or she is part of the big picture.
    6- Please His Excellency Mr. President stop this privatization efforts and let’s analyze profoundly before we rush into compromising our national security. Find out if Charles- Degaul airport is private. I just gave an example of Los Angeles Airport which is not privately owned.
    7- Mr. President, if you still want to privatize our airport, call on all citizens to take some share and partner with that foreign private company. My humble suggestion is that the country is risking a catastrophic disarray in a near future. No one should compromise their national security. The airport is the only entry point we can at least control. We don’t control what is coming from Ivory Coast, Togo, Ghana, and Mali. At least let’s control the airport for security purposes.
    I am sorry my sister if I have offended you, but I would like to keep the records straight.

    Regards,
    Leiw

    Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 11:40, par Just a comment En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

      @Leiw, you made a good point but you should have written in French since most of the readers are from Burkina Faso, a french speaking country. Also I am assuming that you speak french since you are able to respond to this stupid Maria de Ziniare. The point you are making will not be understood by most of the readers and will go to waste.
      Thanks for your contribution...

      Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 21:25, par Maria de Ziniaré En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

      @Leiw
      Dommage que vous intervenez en anglais ce qui ne permet pas d’avoir un meilleur partage avec les forumistes de Lefaso.net. Par respect pour les internautes souffrez que je vous réponde en français.
      J’ai le sentiment que vous avez mal compris mon propos parce que vous faites l’amalgame entre la propriété du patrimoine ( l’infrastructure aéroportuaire) et la concession de gestion. Effectivement la plupart des aéroports du monde sont de droit public et appartiennent soit à l’état, soit à des collectivités soit à des des villes.
      Cependant beaucoup des ces aéroports sont gérés ( concession de gestion) par des sociétés privées. A Londres l’aéroport de Gatwick est géré par le Groupe VINCI alors que celui de Heathrow est géré par le groupe espagnol Ferrovol coté à la bourse de Madrid. L’aéroport de Franckport est géré par Fraport coté à la bourse de Francfort . Celui de Rome est géré par ADR qui appartient à la famille Benetton. L’aéroport de Sydney est géré par la banque australienne Macquarie et celui de Madrid par AENA côté à la bourse de Madrid. Les 3 aéroports parisiens Charles-de-Gaulle, Orly , le Bourget sont gérés par Groupe ADP côté à la bourse de Paris.
      S’agissant de la stratégie j’ai bien précisé qu’il importe que des privés nationaux soit associés au capital de la société locale que le privé international est obligé de créer avec en filigrane un transfert de compétence et de technologie.
      Pour terminer vous faites également l’amalgame entre la gestion des aéroports et celle des compagnies aériennes qui utilisent ces aéroports c’est 2 domaines différents du transport aérien.
      Pour résumer le problème posé est celui de la privatisation de la gestion de la concession de l’aéroport et non celui de la vente de l’infrastructure aéroportuaire à un privée.

      Répondre à ce message

      • Le 12 octobre à 17:15, par Gnamyac En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

        Abordant ce sujet de la privatisation des aéroports lors de l’Assemblée Générale Annuelle de IATA à Sydney en début de mois, Alexandre de Juniac, Directeur General de IATA a déclaré : « Nous vivons une crise des infrastructures. Des gouvernements à court d’argent se tournent vers le secteur privé pour les aider à augmenter les capacités aéroportuaires dont nous avons grand besoin. Mais il est erroné de penser que le secteur privé a toutes les réponses. À ce jour, nous n’avons pas vu de privatisation aéroportuaire qui ait rempli à long terme toutes ses promesses. Les aéroports sont des infrastructures délicates. Il est important que les gouvernements adoptent une vision à long terme centrée sur des solutions qui vont offrir les meilleurs avantages économiques et sociaux. La vente des actifs aéroportuaires en vue d’obtenir à court terme une injection de fonds dans le trésor public est une erreur.

        Les gouvernements doivent évaluer les avantages et les inconvénients des différents modèles en tenant compte des intérêts de toutes les parties prenantes, y compris les compagnies aériennes et les clients. Le plus important est que les aéroports doivent satisfaire les besoins des clients et des usagers des infrastructures aéroportuaires, et ce à un juste prix. Et pour ce faire, la consultation des usagers doit faire partie intégrante du processus d’analyse. »Voici ma réponse !

        Répondre à ce message

      • Le 13 octobre à 09:03, par SNOWDEN En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

        Le problème de l’africain, c’est vouloir toujours citer des exemples d’autres pays pour le transposer dans son contexte à lui.

        Vous faites bien de soulever ce qui se passe dans d’autres pays, mais avez-vous lu les différents contrats de cession ?

        Avez-vous lu le mémorandum du syndicat ? Le syndicat ne s’oppose pas à la privation, mais il refuse que l’on brade le nouvel aéroport.

        Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 05:25, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    QUAND LES TRAVAILLEURS DE L’AÉRONAUTIQUE CIVILE BURKINABÈ FONT PREUVE DE SAGESSE AU NOM DE L’INTÉRÊT NATIONAL : Pour une fois, peut-être que LE RÉGIME KABORÉ va jouer franc jeu jusqu’au bout et n’essayera pas de doubler tout le monde en torpillant « LE DIALOGUE » qu’il vient d’initier au forceps avec LE COLLECTIF DES SYNDICATS DE L’AÉRONAUTIQUE CIVILE BURKINABÈ, toujours responsable et soucieux des intérêts supérieurs de notre pays. Dans un instinct de survie qui ne dit pas son nom, il aura fallu en tout moins de 24 HEURES = 1 JOUR au 1er MINISTRE JOSEPH-MARIE CHRISTOPHE DABIRÉ pour débloquer une situation qui semblait quasi perdue d’avance.

    Tout s’est joué au cours de la journée du MERCREDI 09 OCTOBRE 2019 pour tenter de colmater les brèches. Et en définitif, plus de peur que de mal, LA GRÈVE a été suspendue = momentanément levée pour permettre de discuter et se comprendre. Ce qui est sûr et certain, c’est que la peur a définitivement changé de camp et LE RÉGIME KABORÉ est dos au mur et n’a pas d’échappatoire et sort gagnant en négociant. De même, LE COLLECTIF DES SYNDICATS DE L’AÉRONAUTIQUE reste sur ses gardes car LE RÉGIME KABORÉ est très habitué au retournement de veste pour renier tout en bloc sans honte en mettant en marche sa terrible machine de « riposte » toujours basée sur du faux, le mensonge, la désinformation, la manipulation et le dilatoire !

    LA GRÈVE est l’ultime solution pour se faire entendre bruyamment quand LE DIALOGUE a lamentablement échoué. Personne ne souhaite donc gréver car un arrêt de travail de seulement quelques heures, engendre automatiquement d’énormes pertes. Par exemple, dans le secteur très sensible de l’aéronautique où gravitent plus de 20 services, une grève d’un jour va chercher entre 500 MILLIONS FCFA et 1 MILLIARD FCFA de dommages de tout ordre. Pire, il y a la détérioration de l’image de notre pays à l’international.

    On peut privatiser la gestion d’un aéroport s’il est déficitaire, ce qui n’est pas le cas au BURKINA FASO où depuis 1997 soit 22 ans, on essaie de concéder tout notre espace aérien aux FRANÇAIS. Si privatisation il doit y avoir, que L’ÉTAT BURKINABÈ reste toujours LE PRINCIPAL ACTIONNAIRE pour avoir le dernier mot et garder la main. On ne peut pas donner la gestion de tout son espace aérien qui est un patrimoine national à DES ÉTRANGERS. Je suis vraiment désolé, ce n’est pas comme cela qu’on bâtit UNE NATION SOUVERAINE ET FORTE en sacrifiant consciencieusement l’avenir des générations futures.

    VIVE L’AÉRONAUTIQUE CIVILE BURKINABÈ !

    NON À LA PRIVATISATION = LE BRADAGE DE L’AÉROPORT INTERNATIONAL DE OUAGADOUGOU-DONSIN QUI EST UN PATRIMOINE NATIONAL !

    LA PRIVATISATION = LE BRADAGE DE L’AÉROPORT INTERNATIONAL DE OUAGADOUGOU-DONSIN EST UNE GROSSE ARNAQUE !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !…………….L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 06:12, par Sacksida En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    D’abord, il faut "oser lutter et savoir vaincre" nous ne sommes pas opposes a toute activite privee, mais ils ne doivent pas porte atteinte a notre souverainete nationale, notre dignite, et notre honneur en tant que Burkinabe et Africain. Par exemple, il n’y aurait aucun inconvenient que des societes etrangeres non Africaines viennent de l’exterieur et s’associent a des Burkinabe dans le secteur public ou prive afin de participer a une veritable construction de notre pays dans le cadre d’un partenariat gagnant. Toutefois, il y’a des lignes rouges a ne pas depasser et c’est ce que le groupe Meridian Marseille semble en train de faire avec notre Etat et cela est tout a fait inacceptable. Thomas Sankara disait : "L’esclave qui n’est capable d’assumer sa revolte, ne merite pas que l’on s’appitoie sur son sort, cette esclave repondra seul de malheur s’il se fait des illusions sur la condescence suspecte d’un maitre qui pretend l’affranchir". Aussi, nous en appelons a tous les patriotes de se mobiliser et rester vigilents pour la defense juste de leurs droit naturels et sociaux economiques. Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 10:52, par Noogo En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Félicitations à ces syndicats qui pour une fois luttent pour l’intérêt national plutôt que les intérêts égoïstes de leurs membres. C’est grâce à vous que le public est même au courant de l’affaire. On prend des décisions importantes comme cela en "mouta mouta" comme s’il s’agissait d’un deal privé. C’est une décision qui engage la nation pour plusieurs dizaines d’année et aucun pouvoir n’a le droit de la prendre sans un large consensus. De toutes les façons, ceux qui signent ce genre de contrat se font l’illusion qu’ils auraient toujours leurs amis au pouvoir. Quelqu’un d’autre viendra au pouvoir et vos accords injustes seraient annulés.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:02, par Baladin En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Maria de Guilingou/Ziniaré et les autres, croire que des spécialistes d’un domaine ne doivent pas participer à l’élaboration d’un Stratégie Nationale de développement d’un Secteur relève d’une inconséquence et d’une légèreté politique qu’il n’est pas exagéré de qualifier d’irresponsable.
    Voyez vous la stratégie est nationale et est au dessus d’un programme politique. Si on dit qu’on veut développer le transport aérien au Burkina Faso on inscrit la stratégie dans le court, moyen et long terme et on s’assure que c’est cette stratégie réajustable du reste qui est bien pour les populations.
    Peu importe si successivement ce sera le RDA, le PRA, le MLN, le GAP, l’ODP/MT, le MPP, le CDP, le PIT, l’UPC, le PAREN , le PNP ou le PP....PPPP etc...qui conduiront la politique y relative.
    En conséquence ce sont les travailleurs qui doivent enrichir cette stratégie sur la base de leur connaissances de leur experience du domaine et de leur engagement à servir et défendre le pays.
    Nous sommes, dans un service public, chacun à un poste de combat pour produire, défendre et protéger les biens pour la population indépendamment du politicien du moment au pouvoir et même du futur. C’est pourquoi la fonction publique doit accepter la coexistence des opinions libres comme prévu par la constitution.
    Tout politiser !!!!! Tout politiser !!!!! Le CDP l’a fait et voila le résultat.!!!!!!
    Les travailleurs eux au moins ont reçu un diplôme prouvant leur connaissance du domaine et vos strtatèges et planificateurs politichiens, quelle competence peuvent ils exhiber sans faire appel à ces travailleurs ?
    On a vu de Grands Magistrats transpirer et demander la révocation d’un pilote de Air Burkina parce que simplement le vol a traversé une zone de turbulence sévère.
    Le premier Ministre lui au moins semble avoir commencé à comprendre qu’il faut éviter une turbulence sociale sévère dans le secteur de l’aviation civile au Burkina. Qu’il tienne parole.
    Quand à vous pyromane social il faut retenir que les métiers dans l’aviation ne sont pas faits de jeux de petits politichiens.
    Sans rancune, Bon Week End

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 20:33, par warzat En réponse à : Privatisation de l’aéroport de Ouagadougou : Le préavis de grève est suspendu et « non levé »

    Vivement que cet aéroport ne nous échappe pas comme le rail, du fait de politique non stratégique, non sécuritaire. Que nos frères qui le peuvent se fassent traduire l’écrit de Leiw et ils comprendront que l’approche actuelle du syndicat est juste, autrement les différentes maffias s’en donneront à cœur joie pour non seulement faire tout type de trafique et nous ne pourrions rien, soit contre notre pays ou contre nos frères des pays voisins qu’ils veulent déstabiliser pour piller leurs richesses, comme chez nous. Et nous savons aussi que ces maffias trouveront toujours des valets locaux pour les soutenir au détriment de leur pays et pour des miettes.
    Nous avons vu qu’avec un rail privé, l’or du pays sortait en ’’charbon fin’’. Avec un avion sur un aéroport privatisé se sera pire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »
Protection de l’enfance : Christian Children’s Fund of Canada (CCFC) devient Children Believe
Burkina : Le Cercle d’études, de recherches et de formation islamiques célèbre ses 30 ans
Projet inclusion entrepreneuriale : Les vendeurs ambulants sensibilisés à formaliser leurs activités
Lycée Nelson Mandela de Ouagadougou : Les élèves et le personnel à l’école des règles de sécurité
ENAM : 1 641 nouveaux diplômés prêts à servir l’administration publique
Dori : L’Union fraternelle des croyants fête son jubilé d’or
Semaine nationale de la citoyenneté : La 16e édition met l’accent sur la contribution du citoyen à l’unité nationale
Justice : Un internaute mis aux arrêts pour incitation à la haine sur le réseau social Facebook
5e Recensement général de la population et de l’habitation : L’INSD rassure les populations des Hauts-Bassins sur les mesures sécuritaires prises
Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel
Barrage de Samendéni : En attendant le président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés