Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

Accueil > Actualités > Culture • Lettre ouverte • jeudi 10 octobre 2019 à 12h01min
Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

Dans cette lettre ouverte adressée au ministre de la culture, des arts et tourisme, les professionnels du cinéma et de l’audio-visuel l’interpellent sur une éventuelle fusion de Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) avec l’Institut des Sciences et techniques de l’information et de la communication (ISTIC) ; fusion qui, de leur avis, remettrait en cause les acquis de l’ISIS.

Monsieur le Ministre,

Le cinéma burkinabè a conquis sa notoriété en Afrique et à l’international grâce aux œuvres de talentueux cinéastes, au soutien massif de son public et avec le concours des institutions nationales et internationales.

À la fin des années 90, pour assurer une relève au cinéma national qui commençait à s’essouffler, les états généraux du cinéma ont préconisé la création d’une institution de formation nationale.

Créé de par la volonté des professionnels du cinéma, l’ISIS-SE est un Etablissement Public d’Enseignement Supérieur fondé par décret N°2006-32/PRES/PM/MFB/MCAT/ du 08 février 2006, suite aux recommandations des états généraux du cinéma en 1997 consignées dans le livre blanc, et les travaux de l’atelier régional en marge du FESPACO 2003.

L ’Institut Supérieur de l’Image et du Son a pour mission principalement de dispenser une formation initiale et continue dans les domaines du cinéma, et de délivrer des diplômes d’enseignement supérieur reconnus par le CAMES.

Nous, soussignés, organisations, cinéastes, professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, enseignants en cinéma et en audiovisuel, critiques de cinéma, avons appris avec inquiétude le projet de fusion de L’ISIS-SE avec une autre institution pour en faire un ensemble unique (Confère le quotidien SIDWAYA Hors série 50 ans FESPACO). La raison avancée est le résultat peu satisfaisant de cette institution.

Depuis son ouverture l’ISIS-SE a formé plus d’une centaine d’étudiants de 19 nationalités africaines (BF, Togo, RCI, Sénégal, Tchad, Niger, Rwanda, Congo, Gabon, Centrafrique, Nigeria, Benin, guinée, Mali), européennes (Bosnie, France , Belgique, Allemagne) et américaines (Canada).

De nos jours, l’ISIS demeure une référence incontournable en matière de formation en cinéma et en audiovisuel dans la sous région.

Nous, soussignés précédemment cités,

Regrettons que ce projet ne tienne compte que des raisons économiques au détriment des enjeux stratégiques de la culture, de la politique, et du développement social.

Interpellons les intellectuels, les hommes de culture, les élus locaux et nationaux, le gouvernement burkinabè et les ministères concernés, sur la gravité de cette question.

Ce projet de fusion menace sérieusement la qualité de la formation des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel au Burkina Faso, partant la survie même du secteur.

Il sera regrettable que cette fusion vienne marquer un coup d’arrêt aux projets tels que :
- Regards croisés depuis 2006 (échanges entre écoles européennes et burkinabè)
- Cinenomad school depuis 2017 (échanges entre écoles de cinéma d’Europe, d’Asie, d’Amérique et d’Afrique)
- Adhésion de l’ISIS-SE en octobre 2019 au CILECT (Centre international de Liaison des Ecoles de cinéma et de Télévision)

En raison de tout ce qui précède, nous, signataires de la présente,
appelons Monsieur le Ministre à une concertation franche et constructive avec les professionnels du cinéma sur les enjeux de la formation avant toute initiative de cette envergure.
Nos salutations les plus respectueuses

Ont signé :

Organisations professionnelles
-  Collectif des Enseignants ISIS/SE
-  FNCA (Fédération Nationale du Cinéma et de l’Audiovisuel)
-  ARCABF (Association des Réalisateurs du Cinéma et de l’Audiovisuel du Burkina Faso)
-  ADCIA (Association des Distributeurs de Cinéma)
-  AGSSC (Association des Gérants des Salles de Spectacles et de Cinéma)
-  AESCB (Association des Exploitants de Salle de Cinéma du Burkina)
-  TPF (Techniciens de Post-production du Faso)
-  ATIC (Association des Techniciens Indépendants du Cinéma)
-  ASB (Association des Scénaristes du Burkina)
-  ACCAAB (Association des Cadreurs de Cinéma et de l’Audiovisuel du Burkina)
-  APCIAB (Association des Producteurs de Cinéma et de l’Audiovisuel du Burkina Faso)
-  ABCC (Association Burkinabè des Comédiens et Comédiennes du Cinéma)

Professionnels du cinéma et de l’audiovisuel
SAWADOGO Sibiri, cadreur, enseignant
SANON Alphonse Kodini, script
OUEDRAOGO Pazouknam, réalisateur, producteur, ancien étudiant (ISIS)
SAGA Issa, réalisateur
BAZIE Patrice, enseignant
BOUNDAONE Ousmane, promoteur culturel
KABORE Frédéric, ingénieur son, enseignant
- SANOU Kollo. D., réalisateur, enseignant
DAO Abdoulaye, réalisateur
OUEDRAOGO Ismaël, réalisateur
DJIBILA Paul, directeur photo, enseignant
MEDA Ildevert, metteur en scène,enseignant
KONATE Issiaka, réalisateur, enseignant
ZONGO Toussaint, réalisateur, ancien étudiant ISIS
SAWADOGO Serge Armel, réalisateur, ancien étudiant ISIS, enseignant
KABORE Gaston, réalisateur, enseignant
MAIGA Adama, opérateur de prise de vues, ancien étudiant ISIS
BAYILI Abraham, critique de cinéma
SANON Emmanuel, réalisateur- scénariste, enseignant
OUEDRAOGO Pascal Didier, réalisateur, producteur
ROUAMBA Pierre, réalisateur, producteur-enseignant
DEME Dramane, réalisateur, enseignant
KABORE Rakis Rodrigue, distributeur, exploitant de salle
OUEDRAOGO Prosper, ingénieur du son, enseignant
BATIONO Isso Emmanuel , caméraman , ancien étudiant ISIS
NEBIE Herman Georges, caméraman, ancien étudiant ISIS
TRAORE Issa De Brahima, réalisateur, enseignant

ZOUNGRANA Habibou, chef monteuse, enseignante
KABORE Isidore : producteur- réalisateur
KAFANDO Yembi Arsène, chef opérateur de prise d vues, enseignant
TAPSOBA Issoufou, réalisateur
KOURA Tibiri, chef opérateur de prise de vues, ancien étudiant de l’ISIS
DIALLO Issiaka, ingénieur du son, ancien étudiant de l’ISIS
HILOU Demba André, réalisateur, producteur
SOU Sié Lamoussa Jaco, : administrateur du GIE réseau Multi-Média Burkina
TAPSOBA Sougrinoma Ferdinand, assistant-réalisateur, sccipt, ancien étudiant de l’ISIS
OUEDRAOGO.W.Madina, monteuse, ancienne étudiante de l’ISIS
GUIRE A. Laure, artiste-comédienne
TIENDREBEOGO Rasmané, chef décorateur, enseignant
MEDA Stanislas, cinéaste
SOUBEAGA Constant Habib, ingénieur du son, ancien étudiant ISIS
Mme AOUBA Marie Jeanne, chef monteuse, enseignante
TRAORE Nissi Joanny , réalisateur, producteur
SIDIBE Mariam, maquilleuse, costumière
YAMEOGO Guy-Désiré, réalisateur, enseignant
PORGO Rédo, réalisateur, enseignant
COULIBALY Dona, infographe, enseignant
TAPSOBA Clément, critique de cinéma, enseignant
TIRA Léonce, gestion du patrimoine cinématographique, enseignant
MAIGA Hassane Mazou, chef électro, enseignant
NIKIEMA Thomas, chef opérateur de prise de vues, enseignant
BOGLO Christian, réalisateur
SOME Yelsioma Gaétan, chef monteur, ancien étudiant ISIS, enseignant

Vos commentaires

  • Le 10 octobre à 19:14, par madson En réponse à : Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

    félicitations aux initiateurs de la présente lettre ouverte pour avoir partagé leurs inquiétudes avec l’opinion publique. Très sincèrement je ne m’y connaît pas trop en formation cinématographique. Par contre, je suis un grand cinéphile. j’avoue que je ne suis pas très content quand je vois nos médias être envahis par des productions étrangères. Pour moi, le renforcement des capacités opérationnelles de l’ISIS serait une des solutions pour mettre fin à cet état de fait. voilà pourquoi j’aimerais, si possible, que vous essayez d’éclairer davantage nos lanternes en montrant clairement en quoi la fusion avec l’ISTIC "menace sérieusement la qualité de la formation". Car, jusque-là, je pensais que la fusion de deux institutions intervenant dans le même domaine (formation) devait être bien vue. Pardonnez mon ignorance si c’est le cas. Merci et bon courage.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 19:26, par Amadou Ndiaye Réalisateur à la télévision sénégalaise ancien étudiant de l’isis En réponse à : Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

    Amadou Ndiaye, réalisateur à la télévision sénégalaise ,ancien étudiant de l’ISIS

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 06:28, par Kanaz ! Un enseignant de isis En réponse à : Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

    Il faut être du domaine pour bien comprendre. Nous somme des usagers de cette maison. C’est un faut problème. Au contraire la fusion sera en faveur de l’Iisis. Les signataires sont entrain de défendre leur intérêt. Ils sont sont pour la plus part des vacataires. Cette école profite a qui ? En 10 ans d’existence l’effectif total ne dépasse pas 150 formés. Des étudiant qui ne payent pas leur scolarité. Du laissé allé ou les premier responsable fait a leur tête. Dans une école ou on peut finir un master sans terminer la licence !
    Des effectifs de 2 etudiants même 1 étudiant sont recrutés. Comment ont peut mobiliser 10 enseignants pour former 1 personne qui de surcroît ne paye pas sa scolarité ?
    Une école de cinéma qui vie sur papier,
    Une école ou le personnel dépassé les élèves,
    Monsieur le ministre, nos ressources sont rare, une gestion rationnelle s’impose.

    Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 12:40, par Oscar En réponse à : Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

      Si une telle école ne fonctionne pas bien, à mon humble avis le Ministre doit avoir le courage de changer l’équipe dirigeante de cette école, notamment le 1er responsable. C’est elle le problème car dépourvue de vision et de dynamisme à tous égard. En Afrique quand une structure vivote, généralement le premier responsable est vraiment soit nul, soit borné.
      Pourquoi sous certains directeurs on ne parlait pas de cette fusion ? Pourquoi le FESPACO n’est pas fusionné parce que fonctionnant au crochet des subventions et autres aides de l’Etat et PTF ?
      Mais comme nous avons des hommes plus forts que les institutions, tant pis pour nous.

      Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 12:36, par En réponse à : Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) : Les professionnels du cinéma interpellent le ministre de la culture

    Apparemment il n’est pas question de suppression mais de fusion. Aujourd’hui il faut regrouper les choses au lieu de vouloir que chaque corps ait son école de formation. Je signale que l’Enam forme aussi dans ce domaine. Une fusion entre l’Istic et l’Isis serait à mon avis bien. Dans ce cas, on aura un institut avec différents départements que sont entre autres, les techniques de l’information et de la communication et les métiers de l’images et du son. Il faut avoir le courage de le dire, l’Isis ne marche pas bien du fait de l’insuffisance des effectifs, de l’incompétence des formateurs (absence de rigueur) et du laxisme de son administration. A lire cet écrit c’est comme si l’Isis produisait de grands cinéastes capables de donner au Burkina des étalons d’or du Yenenga. Le cinéma est un métier libéral mais l’Etat lui même est obligé, dans le cadre de la lutte contre le chômage, de recruter des cinéastes fonctionnaires. Ceux qui ont écrit ce papier sont pour nombre d’entre eux à la retraite. Quel a été leur apport au cinéma burkinabé ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
15è édition de Ciné droit libre : « Nous travaillons avec une démocratie égarée et avariée qui nous vient directement de l’Europe », Dr Boubacar Ly
Musique : Le Juvénat garçons Saint-Camille dédicace « Je t’ai choisi 3 »
Politiques culturelles au Burkina : L’association Citoyen du renouveau fait le diagnostic
11 décembre à Tenkodogo : des artistes de la région produisent un clip
Cinéma : Rencontre avec Viviane Yanogo, Soutigui du public burkinabè, édition 2019
2e édition du Carrefour gospel : Une soirée de rencontre inter-générationnelle de la musique chrétienne
15e édition de Ciné droit libre : Questionnements autour de la démocratie
Musique burkinabè : Nathanaël Minoungou veut bâtir la "Maison du possible"
1re édition des Yilsomyan Awards : Alain Gires, sacré Yilsomyan d’or
Musique : Le chanteur Oum’c présente « Bema », son troisième album
Musique burkinabè : Rapaogwende Abel signe un nouvel opus baptisé « L’homme intègre »
Musique : A la rencontre de Nourat, l’artiste qui chante « Burkina Soldats »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés