Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 8 octobre 2019 à 23h25min
Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

Le Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur (SNESS) a délivré un message à l’occasion de la rentrée scolaire 2019-2020. Il déplore les conséquences de la crise sécuritaire sur le système éducatif et appelle à l’union nationale dans la lutte contre l’obscurantisme.

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants du Syndicat National des Enseignants du Secondaire et du Supérieur(SNESS), cher personnel de l’éducation, la rentrée scolaire 2019/2020 ouvre ses portes dans un contexte de douleur indescriptible, et cela n’est aucunement de l’hyperbole : massacres lâches de nos Forces de Défense et de Sécurité, de la population civile dont des enseignants, des parents d’élèves et des élèves.

A l’heure actuelle, le déplacement massif des populations, surtout à Kongoussi et Arbinda, respectivement dans les provinces du Bam et du Soum, avec plus de vingt un mille (+21000) déplacés dont des élèves et des enseignants dû aux frappes aveugles et sauvages des forces du mal nous déchire le cœur à plus d’un titre. En effet, l’heure, pour ces milliers de déplacés, est à la survie et non à l’éducation qui devient dans ce contexte un luxe dont ils n’ont même plus le temps d’y penser.

Comment vous souhaiter une bonne rentrée scolaire sachant que des milliers de vies sont dans cet état de précarité totale, errant à la merci de hordes barbares ; ces vies si précieuses et si fragiles dont la sauvegarde demeure une équation où la solution semble impossible à atteindre au regard de ce qui prévaut actuellement.

Comment vous souhaiter une bonne rentrée des classes si certains veulent d’abord vivre voire survivre !

Comment vous souhaiter une bonne rentrée quand des milliers d’écoles sont fermées plongeant plusieurs milliers d’élèves dans l’obscurantisme béant !
Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants, cher personnel de l’éducation !

Le SNESS, soucieux de la protection de la vie humaine, appelle de tous ses vœux, toute la classe politique sans exception, le gouvernement comme l’opposition, à taire les divergences politiciennes, à fédérer les énergies, à déployer ici et maintenant, toute l’intelligence et tous les moyens nécessaires dont dispose le Burkina Faso pour stopper les larmes des Burkinabè et mettre fin à la tragédie sanglante de nos filles et fils, de nos sœurs et frères, de nos mères et pères.

Le droit à la vie n’est pas seulement valable pour une classe donnée, fusse-t-elle bourgeoise ou mandarinale, mais elle vaut pour toutes les classes, haute comme basse, aisée comme nécessiteuse, car « il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul ».

Il faudra aller au-delà de la tentative du curatif et trouver un préventif et arrêter l’hémorragie meurtrière.

C’est quand nous allons voir cette synergie d’action et les moyens idoines mis en œuvre pour préserver la vie des Burkinabè et redonner un peu de sourire à notre peuple meurtri par ces funestes actes terroristes que nous pourrons enseigner dans la joie, dans la quiétude, éprouver du plaisir à dispenser le savoir, avoir la satisfaction intrinsèque de lutter contre l’obscurantisme.

Pour l’instant nous saluons toutes les bonnes volontés qui volent au secours de ces victimes ; nous avons également une pensée pieuse pour nos martyrs toutes catégories confondues, tombés pour la démocratie, l’honneur et l’intégrité du territoire national.

Nous restons toutefois convaincus que cette guerre asymétrique qu’on nous a imposée sera ardue, mais le bout du tunnel finira par être vu car le peuple burkinabè est un peuple résilient qui sait toujours faire face à l’adversité.

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants du SNESS,

L’actualité dans le secteur de l’éducation porte sur un point sensible sur lequel il faut que nous regardions sous le même prisme ; il s’agit des affectations pour nécessité de service. Notre structure, de concert avec d’autres syndicats de l’éducation, est dans une dynamique d’amener le ministère et ses démembrements à corriger les imperfections liées à ces affectations.

Au fur et à mesure que des cas palpables d’affectations injustes nous seront signalés, nous œuvrerons à ce que réparation soit faite. Nous ne sommes pas dans une logique de rejet de ce qui a été fait puisque l’objectif est noble. Nous avons toujours dit que nous luttons pour l’amélioration de nos conditions de vie et de travail d’une part et pour la qualité du système éducatif d’autre part.

Par conséquent, nous sommes pour des réaménagements afin que les écoles et les établissements qui souffrent de façon criarde de manque d’enseignants puissent en disposer. Nous sommes pour le fait que les enseignants qui ploient sous la charge du travail puissent avoir du renfort. Ce renfort doit être fait dans toutes les objectivités possibles ; et c’est sur ce combat que nous sommes.

Camarades militantes et militants du SNESS,

Le XXIVe congrès qui vient de se tenir les 26 et 27 Septembre a vu le renouvellement de votre confiance à l’équipe exécutive du Bureau National. C’est l’occasion pour ce bureau et pour le Secrétaire général que je suis d’adresser tous nos remerciements, sans complaisance, à tous les congressistes venus des treize régions du pays pour se pencher sur les préoccupations de l’heure concernant notre structure syndicale.

Nous attachons du prix à toutes les recommandations et résolutions prises lors de ce congrès et nous nous évertuerons à les mettre en œuvre. Partout où vous êtes, soyez des relais de la vision de notre syndicat ; qu’il rayonne comme il l’a toujours été depuis juillet 1972, date de sa création.

Camarades militantes et militants, sympathisantes et sympathisants,

Nous vous invitons à vous tenir prêts pour les luttes liées à l’application intégrale de notre protocole d’accord et surtout le statut valorisant. Ces milliers d’enseignantes et enseignants qui ont cru en nous ne doivent pas rester dans l’illusion. Armez-vous de courage à tout point de vue car l’éducation est une cause noble !

Vive le SNESS !
ZONGO ANATOLE
Secrétaire Général National du SNESS

Vos commentaires

  • Le 9 octobre à 09:43, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

    Je me réjouis de cette élévation du niveau de prise de conscience émanant d’une structure syndicale. Le pays nous appartient tous et pas seulement pour la classe dirigeante actuelle ou future . Ceci dit, il appartient à la classe dirigeante actuelle de prendre des initiative courageuse et dans une vision de longue terme pour donner au peuple tout entier les moyens d’assurer sa propre sécurité . Je ne dis pas de fournir des armes à tout le monde mais de vulgariser des cours de sécurité à toutes les échelles sociale du pays. Comment réagir à une attaque terroriste ? comment secourir un blessé ? comment se cacher ?.......C’est ce minimum qu’on enseigne aux expatriés qui travaillent dans nos pays avant leur déploiement sur le terrain. L’enseignement c’est le domaine parmi les mieux structurés et organisé. Si on implique le corps enseignant dans ce projet, l’impact sera très rapidement perceptible. Si nos dirigeants pensent qu’il suffit d’augmenter le budget de la défense sans savoir comment l’utiliser de façon efficiente on ne vas pas s’en sortir. Il faut enseigner à nos enfants ce qu’est le terrorisme dans une optique de faire découvrir leur hideux visage et susciter un rejet total au niveau des enfants, des jeunes, de tous en général. Gloire éternel aux peuples en lutte

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 10:56, par Kiriki En réponse à : Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

    Voilà un sujet qui parle d’ un phénomène populaire. Oui un sujet qui touche aujourd’hui chaque burkinabé. Parti a l’école ou pas. Sauf que les degrés différents selon les individus.
    Merci pour cet écrit combien utile a rappeler sans répit a cette génération mais en totale perte de repère.
    Je ne dramatise rien. Je corrigie. Nos martyrs sont morts pour l’honneur de Patrie et l’intégrité du territoire. Personnellement je me passerais bien du mot démocratie. Le gouvernent va devoir anticiper les difficultés qui entaillent dangereusement le système éducatif burkinabé depuis 03ans. Il faut sortir des sentiers battus pour proposer des alternatives appropriées sont ces difficultés et c’est maintenant qui faut faire cela. Ou est le President du Faso ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 14:17, par megui En réponse à : Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

    salut a tous et à toutes vraiment c’est un sujet sensible. les autorités au lieu à cet épineux problème, le con se transforme à un conducteur de catarpillar

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 10:36, par vérité En réponse à : Syndicat national des enseignants du secondaire et du supérieur : Une rentrée scolaire « dans un contexte de douleur indescriptible »

    ô pays mon beau peuple, tu as dit vrai, donc tu as dit la vérité. Je pense comme toi. Il faut qu’on enseigne dans nos écoles, pourquoi cette situation d’insécurité. Qui nous attaque, où vivent-ils ? qui les arme et les finance ? Il faut préparer la jeune génération en vue de vaincre le terrorisme au cas où le phénomène durerait au delà de nos vies.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rentrée scolaire 2019-2020 : Le SYNATEB dénonce des « sanctions déguisées jamais égalées dans le secteur de l’éducation au Burkina »
Protection de l’enfance : Christian Children’s Fund of Canada (CCFC) devient Children Believe
Burkina : Le Cercle d’études, de recherches et de formation islamiques célèbre ses 30 ans
Projet inclusion entrepreneuriale : Les vendeurs ambulants sensibilisés à formaliser leurs activités
Lycée Nelson Mandela de Ouagadougou : Les élèves et le personnel à l’école des règles de sécurité
ENAM : 1 641 nouveaux diplômés prêts à servir l’administration publique
Dori : L’Union fraternelle des croyants fête son jubilé d’or
Semaine nationale de la citoyenneté : La 16e édition met l’accent sur la contribution du citoyen à l’unité nationale
Justice : Un internaute mis aux arrêts pour incitation à la haine sur le réseau social Facebook
5e Recensement général de la population et de l’habitation : L’INSD rassure les populations des Hauts-Bassins sur les mesures sécuritaires prises
Interopérabilité des systèmes d’information : Des acteurs se familiarisent avec le référentiel
Barrage de Samendéni : En attendant le président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés