Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Mobilité urbaine : Ouahigouya bénéficiera de 7 Km de routes bitumées

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 7 octobre 2019 à 21h56min
Mobilité urbaine : Ouahigouya bénéficiera de 7 Km de routes bitumées

L’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (Agetib), en collaboration avec les membres du bureau du Conseil municipal de Ouahigouya, était en atelier de restitution du rapport d’avant-projet détaillé provisoire et du dossier d’appel d’offres provisoire des études de faisabilité technico-économique des travaux d’aménagement de voies urbaines de la cité de Naaba Kango. C’était ce 2 octobre 2019 dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville.

C’est dans le cadre du Projet de transport et de développement des infrastructures urbaines (PTDIU) que cette activité de restitution des études de faisabilité technico-économique des travaux d’aménagement de voiries urbaines s’est tenue. Dans le volet « Infrastructures urbaines dans les capitales régionales » du projet, il est prévu le bitumage de 7 Km de voies dans la ville de Ouahigouya afin d’améliorer la mobilité, d’où l’organisation de l’atelier de restitution et de validation des rapports provisoires des études d’avant-projet élaboré par le groupement de bureaux Techni-Consult/Memo.

Boureima Basile Ouédraogo

Favoriser le développement socio-économique de Ouahigouya

A l’ouverture des travaux, Basile Boureima Ouédraogo, maire de la commune de Ouahigouya, s’est réjoui du choix de sa ville pour cet important investissement. Pour le maire, cette rencontre vient rassurer les Ouahigouyalais que le présent projet tant attendu sera bientôt une réalité. « Ce linéaire de voirie viendra augmenter le nombre de rues bitumées, améliorer la mobilité urbaine et favoriser le développement socio-économique de la cité et surtout créera des emplois temporaires au cours des travaux », a indiqué le bourgmestre, avant de remercier la Banque mondiale, la Coopération suisse et l’Association internationale de développement pour leur appui financier.

Mathieu Lompo DG Agetib

Mathieu Lompo, directeur général de l’Agetib, a rappelé que le projet, qui date de 2016, entre dans le cadre du développement des infrastructures urbaines financé conjointement par le l’Etat burkinabè et des partenaires européens. « Nous tenons à offrir des infrastructures de qualité à la ville de Ouahigouya et, par rapport à l’emprise, les rues auront une largeur de sept mètres. Certaines voies seront assainies en fonction de l’hydrographie et l’Avenue de Chambéry, d’une longueur de deux kilomètres, sera en double voie », a annoncé M. Lompo.

Les acteurs s’accordent sur les détails

L’atelier a réuni plusieurs acteurs à savoir le maître d’ouvrage, la Banque mondiale en qualité de partenaire financier, les services techniques de la région du Nord, les autorités communales et les services techniques de la municipalité. Les participants ont appréhendé le choix définitif d’aménagement, le linéaire final d’un peu plus de 7 Km, le coût des travaux qui est d’environ 3 milliards 400 millions, les impacts environnementaux et les mesures d’atténuation et de compensation prévues dans les dossiers d’appel d’offres.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 octobre à 22:17, par Pig En réponse à : Mobilité urbaine : Ouahigouya bénéficiera de 7 Km de routes bitumées

    ET Orodara, Sindou, N’dorola ? A dire vrai le Burkina Faso n’est pas pout mous.

    Répondre à ce message

    • Le 8 octobre à 09:16, par Timbila En réponse à : Mobilité urbaine : Ouahigouya bénéficiera de 7 Km de routes bitumées

      Oui mon frère, on oublie que le Burkina Faso ne se limite pas à KOUDOUGOU, OUAHIGOUYA, TENKODOGO, MANGA, OUAGADOUGOU. Noter bien que les quatre premières villes constituent la zone d’intervention du PTDIU. Je sais de quoi je parle parce que des infrastructures comme des abattoirs et des marchés à bétail seront aussi réalisés dans le cadre du projet.
      Le Burkina Faso est un petit pays ou la répartition devrait se faire de façon aisée et équitable entre les villes.
      Les mêmes gouvernants sont sont restés 27 ans sans pouvoir réaliser 1 km de pistes rurales dans les zones de production de céréales et de fruits pour permettre à nos producteurs de transporter leur denrée.
      Ils nous ont arnaqués en promettant le changement et le progrès. Les burkinabé(tes) ont cru et ils sont de retour aux affaires. on constate que tout est pire qu’avant.
      Avis ceux qui voudront insinuer un certain régionalisme dans mes propos. Vous auriez raté car je suis burkinabé tout court.
      Sans rancunes.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Ministère de la santé : Quatre syndicats annoncent une grève du 20 au 30 novembre 2019
Exploitation artisanale de l’or : Une source de financement des groupes terroristes
Insécurité : « C’est ensemble que nous pouvons ramener la paix dans notre pays » , Mgr Pierre Claver Malgo, évêque de Fada N’Gourma
Assassinat du trader René Nikiema : Le suspect est un gendarme de profession (Procureur du Faso)
Société minière Houndé Gold Operation : Le salaire du personnel baissé de 47%, des heures supplémentaires impayées
Situation alimentaire et nutritionnelle au Burkina : Les experts font le point
« Rien de nouveau sous le soleil » : Le terrorisme multiple vu par Nathanaël Tapsoba
Situation sécuritaire nationale : Le CISAG adhère à l’appel du président Roch Kaboré
Un nouveau rapport révèle les conditions désastreuses dans lesquelles travaillent les vidangeurs manuels au Burkina Faso
Centre de formation « Le Camillianum » du Burkina : 197 étudiants prêts pour humaniser
Santé bucco-dentaire : La famille au coeur des préoccupations des médecins
24e Journée internationale de la tolérance : L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) insiste sur le rôle des leaders religieux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés