Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Foire du 20e anniversaire de Savane FM : Zoom sur les stands d’exposition

Accueil > Actualités > Multimédia • • lundi 7 octobre 2019 à 12h08min
Foire du 20e anniversaire de Savane FM : Zoom sur les stands d’exposition

A l’occasion du 20e anniversaire de la radio Savane FM, une foire est organisée du 4 au 13 octobre 2019, au siège de la radio à Ouagadougou. L’ouverture de cette foire a eu lieu le 4 octobre sous le thème « Cohésion nationale et promotion de la production locale ». Le samedi 5 octobre 2019, une équipe des éditions Lefaso.net a rendu visite aux exposants à la foire, question de savoir comment s’annonce le marché.

C’est un marché dominé par des produits agricoles et phytosanitaires comme le veut le thème de la foire de ce 20e anniversaire. « Le grenier du Faso » expose du riz et du couscous de Bagré. C’est une entreprise qui y est affiliée. Elle propose des sacs de 1 à 5 kg pour le couscous et de 5 à 50 kg pour le riz. C’est un marché peu dynamique que l’on a en ce début de la foire, qui ira en s’améliorant, se rassure la gérante de la boutique nommée Séraphine Lankoandé. La société Belwet expose aussi des produits agricoles qui sont dérivés du Mung bean. Du couscous Mung bean et des biscuits, des chips et gâteux Mung bean. En plus des produits dérivés du Mung bean, Belwet expose aussi des produits à base de moringa, une plante phytosanitaire. A ce niveau, ce sont des graines de moringa, du thé à base de moringa mais aussi du savon et des huiles de balanites pour des soins corporels.

Dans la foulée des expositions, les boutiques qui proposent les produits agricoles et phytosanitaires sont les plus dominantes. Il y en a aussi qui vendent exclusivement des produits phytosanitaires, telles que la représentation du laboratoire du docteur Dakuyo.

Ce stand expose des produits contre les hémorroïdes, le paludisme, les maladies sexuelles et toute la gamme des maladies qui trouvent difficilement solution dans la pharmacopée moderne. Chérifatou Francine Compaoré, gérante du stand, nous explique que la plupart des produits commercialisés sont aussi payables dans les pharmacies. Pour le produit qui lutte contre les hépatites, les représentations du laboratoire ne le vendent qu’à la suite d’une consultation médicale. C’est une fois qu’un médecin vous diagnostique la maladie et vous recommande le produit, que la structure accepte de vous le vendre.

Francine Chérifatou Compaoré

Contrairement aux autres, Chérifatou Francine Compaoré n’est pas venue que pour engranger du profit à la foire. Il s’agit aussi, dit-elle, de faire la publicité des produits, en distribuant le maximum de feuillets publicitaires. « Avec la distribution de ces feuillets, des gens appellent par la suite pour tel ou tel autre produit et ça fait le marché de la société », explique Chérifatou Compaoré. Ses produits sont sous forme de tisane, de sirop, de potion, de poudre, de gélules, de pommade, de savon, d’huile et d’arôme.

Monsieur Korgo expose des produits d’une société de fabrication de machines pour l’agriculture et l’élevage. Son stand propose aussi des produits alimentaires et de beauté. « Nous avons des séchoirs et des décortiqueuses pour le riz, le maïs, l’arachide, le haricot, etc. Et une fois décortiquées, les coques et les grains de sable sont mis de côté et le restant est prêt à l’usage », explique monsieur Korgo. Sa société se nomme Etablissement Sougrinooma, et les machines commercialisées sont de marque « Poega korgo ». Les prix varient entre 1 et 3 millions et demi de F CFA. L’atelier est implanté au quartier Paglayiri et possède quatre représentations à Ouagadougou. Visiblement, monsieur Korgo ne manque pas de visiteurs qui viennent soit par curiosité, soit pour marchander.

Jérôme, vendeur d’objet d’art et de bijoux

La société SOGEDIS, elle, expose des objets faits à base de pneus. Des chaises, des tables, des porte-clés, des miroirs, des chaussures, des sacs, des pots-de-fleurs et des boîtes à bijoux, tout cela à base de pneus. La société est venue vendre ses produits et se faire mieux connaître.

Les débits de boisson et les boutiques de restauration semblent faire de meilleures affaires que les boutiques d’exposition d’articles. Mais comme tout bon commerçant, les gérants avouent enregistrer très peu de ventes.

En dehors de ces boutiques suscitées, on trouve également à la foire des sociétés de services, telles que des sociétés de téléphonie mobile, de paiement numérique, des banques, des sociétés immobilières, des boutiques alimentaires ou de vente de vêtements ; bref, tout ce dont un marché peut disposer pour être complet.

A notre passage, l’affluence n’était pas encore au rendez-vous ; le public attendait sûrement la soirée. « C’est normal à tout début de festivité », nous dit Jérôme, vendeur d’objets d’art et de bijoux. Les Ouagalais ont l’habitude de venir aux dernières heures dans les festivités, poursuit-il en déclarant n’avoir vendu aucun objet depuis le début. « Il faut faire bonne presse pour inciter l’ensemble de la population à sortir massivement à l’occasion de la foire pour les 20 ans de Savane FM », suggère Jérôme. « C’est notre Radio », poursuit monsieur Korgo, vendeur de décortiqueuses, « et nous lui devons au moins une meilleure mobilisation ».

Pour l’instant, beaucoup d’exposants souhaitent que les organisateurs repoussent les horaires de fermeture du marché des expositions au-delà de 20h, parce que, pour eux, c’est l’heure à laquelle beaucoup de personnes viennent pour visiter le marché. Les stands d’exposition font 9m² chacun et coûte 60 000 F CFA.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Prix de lutte anti-corruption : Les journalistes Aimé Nabaloum et Boniface Zagré sacrés
Institut supérieur de technologies (IST) : L’ONATEL offre 3 250 cartes SIM 4G aux étudiants
Filière karité : Le digital peut améliorer les rendements, selon une étude du Fonds d’équipement des Nations unies
Lutte contre le Covid-19 : Des journalistes outillés pour mieux faire passer l’information sur la maladie
Réseaux Facebook : La sécurité renforcée contre les profils malveillants sur Messenger
Burkina : Journalistes et communicateurs musulmans à l’école des finalités de la loi islamique
« Résomètre » : Une nouvelle application pour évaluer la performance des réseaux de téléphonie mobile
Ministère du Développement de l’économie numérique : Une plateforme unifiée pour appuyer la lutte contre le Covid-19
Godefroy Bazié, journaliste à la retraite : « Un journaliste, c’est la reconnaissance du public, et non celle de l’autorité ou des politiciens »
Région du Centre-Nord : Une radio relais à Barsalogho pour promouvoir les messages humanitaires
Médias publics : Le SYNATIC et l’AJB dénonce des velléités de remise en cause des acquis
Appui aux médias face au Covid-19 : Le Luxembourg donne l’exemple avec 5000 euros à chaque journaliste professionnel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés