Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Crise dans les médias publics : Les travailleurs veulent des engagements écrits au lieu « d’une campagne de désinformation et d’intoxication » du ministre

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 4 octobre 2019 à 23h35min
Crise dans les médias publics : Les travailleurs veulent des engagements écrits au lieu « d’une campagne de désinformation et d’intoxication » du ministre

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture était face à la presse ce 4 octobre 2019 à Ouagadougou. Les travailleurs des médias publics sont toujours dans l’attente de propositions de sortie de crise. Le 2 octobre 2019, il était attendu du gouvernement « un projet ». Rien n’est venu et les travailleurs se disent plus que jamais déterminés. Ce fut également l’occasion pour le syndicat de dénoncer et déplorer la campagne de « désinformation et d’intoxication « de la part de leur ministre de tutelle, Remis Fulgance Dandjinou.

Depuis le mois de juin 2019, les travailleurs de Sidwaya, de la radio nationale, de Canal arc-en-ciel, de l’Agence d’informations du Burkina, de la télévision nationale travaillent comme tous les fonctionnaires. Les heures de travail sont « scrupuleusement » respectées.

« Les travailleurs ont décidé, chacun en ce qui le concerne, de respecter les horaires. Chacun est conscient de sa situation et prend la position qu’il estime à même de susciter à l’égard du gouvernement une décision pour changer ses conditions de vie et de travail », a expliqué le chargé à l’information du SYNATIC, Nadège Yé, comme pour dire que le mouvement n’a pas été décrété par le syndicat.
Les travailleurs veulent donc que l’autorité comprenne que les journalistes et techniciens font un travail particulier qui mérite par conséquent un traitement à la hauteur des efforts et sacrifices consentis. Le gouvernement a même pris des engagements, mais rechigne à les respecter, selon le syndicat.

« Au lieu de faire des propositions de sortie de crise, le gouvernement, à travers son porte-parole, s’est livré à une campagne de désinformation et d’intoxication de l’opinion publique », a dit le syndicat dans sa déclaration liminaire. Selon l’organisation syndicale, le ministre Dandjinou s’est étalé sur certaines options préconisées par le cabinet d’étude de la RTB en la généralisant aux éditions Sidwaya. « Il a également omis sciemment la recommandation de la commission mixte qui préconisait au gouvernement de faire la mutation avec l’ensemble du personnel et avec l’accompagnement de l’Etat ».

Cela, selon le SYNATIC, cela procède d’une campagne pour saborder la lutte des travailleurs, pour présenter les membres comme ceux qui bloquent les négociations, des « jusqu’au-boutistes ». Malgré tout, Siriki Dramé le secrétaire général du SYNATIC, et ses camarades disent n’avoir jamais rompu les fils du dialogue, bien au contraire. Seulement, les travailleurs n’entendent pas prendre pour argent comptant les propositions du gouvernement. « Nous sommes vigilants », précise Siriki Dramé.

Ils veulent que les engagements soient écrits. C’est la moindre des choses, clament-ils. « Les travailleurs ont exigé des engagements écrits de la part du gouvernement avec un chronogramme clair de mise en œuvre du nouveau statut proposé par la partie gouvernementale ». Le SYNACTIC après avoir expliqué la situation pose alors la question : en quoi la position des travailleurs peut être présentée comme un rejet en bloc de toutes les propositions, si l’autre partie est de bonne foi ?

En tout cas, le fonctionnement au ralenti constaté dans les médias de service public risque de perdurer. « Rien n’est clairement défini. On ne peut pas se contenter d’engagements oraux. Voilà pourquoi les travailleurs ont dit qu’ils vont continuer à se battre tant qu’il n’y aura pas quelque chose de concret. S’il y a un engagement écrit avec un chronogramme clair pour la mise en œuvre du nouveau statut, nous sommes partants », promettent les conférenciers qui précisent que ce n’est pas de gaieté de cœur que les travailleurs vont en lutte. Mais c’est le gouvernement qui ne veut pas jouer franc-jeu.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Modernisation du secteur postal burkinabè : Un plan national d’adressage en cours de validation
Médias publics : Le SYNATIC annonce un sit-in les 22 et 23 janvier 2020
Médias africains : « Il faut évoluer vers le journalisme des solutions », Éric Le Braz, journaliste et expert à CFI Médias France
The U.S. Mission in Ouagadougou, Burkina Faso is seeking eligible and qualified applicants for the position of Motor Pool Supervisor in the General Services Section.
Espace publicitaire à Ouagadougou : « De l’anarchie dans le domaine », révèle une étude
Burkina : L’Association des journalistes et communicateurs scientifiques prend des conseils auprès du ministre de l’Enseignement supérieur
Vœux du nouvel an : Le ministre de la Communication appelle le personnel à " l’assiduité" au service
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication condamne l’incendie du véhicule du journaliste Ladji BAMA
Ministère du développement de l’économie numérique et des postes : L’annuaire statistique 2018 et son tableau de bord en cours de validation
Attaque contre le journaliste Ladji Bama : Le MBDHP exprime sa « vive indignation »
Burkina Faso : La voiture du journaliste d’investigation Ladji Bama vandalisée
Décorations au ministère de la Communication : Trente agents du monde des médias reçoivent leurs distinctions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés