Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Déclarations du CFOP sur l’IUTS : Le MPP accuse l’opposition burkinabè de « chercher à démobiliser les contribuables »

Accueil > Actualités > Politique • DECLARATION • jeudi 3 octobre 2019 à 14h19min
Déclarations du CFOP sur l’IUTS : Le MPP accuse l’opposition burkinabè  de « chercher à démobiliser les contribuables »

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) réagit dans la déclaration ci-après à la dernière sortie médiatique du Chef de file de l’opposition (CFOP) relative notamment à l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS).

La Constitution assigne aux partis politiques, la responsabilité de l’animation politique. Cela s’entend, entre autres, quelle que soit son idéologie, par la mise à la disposition des populations d‘analyses politiques et d’informations nécessaires à la compréhension de la situation du pays à tout moment.

Malheureusement comme le montrent certains sondages d’opinions, les Burkinabé se méfient de leur classe politique, et la dernière sortie du CFOP, celle du 1er octobre dernier, ne peut que renforcer ce sentiment à travers les propos diffamatoires et les incongruités qui ressortent de la conférence de presse du CFOP, qui, croyant nuire à l’image du MPP, en tient des propos du genre :

« Le MPP [Mouvement du peuple pour le progrès] doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », en n’apportant aucune preuve, mu par aucune recherche de vérité, sauf la volonté de salir et de nuire.

Et intervenant sur la volonté du gouvernement d’appliquer l’IUTS sur les primes et autres indemnités servis aux fonctionnaires, ils disent ceci : « Cette décision concernant l’IUTS vise en fait à diminuer les salaires des fonctionnaires pour boucher les trous ».


A LIRE AUSSI : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », s’indigne l’opposition


C’est hélas le niveau et la qualité de la participation de notre opposition à l’animation de la vie politique.

Le MPP pour sa part salue le dynamisme diplomatique et la détermination du président du Faso, à travers les initiatives et actions entreprises sans relâche dans le combat contre le terrorisme aussi bien au niveau du G5 Sahel, aux Nations Unies et à la CEDEAO qui vient de tenir un haut sommet des chefs d’Etat à Ouagadougou.
Concernant l’application de l’IUTS, le MPP, comme de nombreux Burkinabè, s’inquiète par le fait que des partis politiques qui aspirent à diriger notre pays un jour, incitent les fonctionnaires à l’incivisme fiscal.

En effet, faut-il le rappeler, tous les revenus et autres bénéfices générés dans notre pays sont imposables. Comme dans tous les pays, l’Etat en a besoin pour fonctionner et appliquer la justice sociale. Il en est ainsi de l’impôt sur les sociétés, (IS), de l’impôt sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles (IBICA), de l’impôt sur le bénéfice des professions non commerciales (IBNC), de l’impôt sur le revenu foncier (IRF), de l’impôt sur les revenus des capitaux mobiliers (IRCM) et évidemment de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS).

Du reste, l’application dont il est question, porte sur les Fonds communs et autres primes et indemnités nouvelles servis aux fonctionnaires qui, jusque-là avaient été épargnés, alors que le secteur privé s’acquittait depuis de ce prélèvement.

Ne pas appliquer l’IUTS aux revenus en question, comme le préconise le CFOP, parce qu’il s’agit de fonctionnaires dont les revenus doivent être préservés, est une vision très grave. En effet dans ce cas, il s’agira non seulement de prendre chez les autres et servir les fonctionnaires, et implique également la possibilité pour les autres contribuables de ne plus s’acquitter de ces impôts, puisque les fonctionnaires en seraient dispensés, avec toutes les conséquences. Car faut-il le rappeler, ces impôts devraient rapporter près de 433 milliards à l’Etat pour un montant de recettes attendu de 1954 milliards (loi de finance N°042-2018 AN du 18 décembre 2018).


LIRE AUSSI : Impôt Unique sur les Traitements et Salaires (IUTS) : Ce qui va changer



A défaut de ces impôts le Burkina Faso devrait financer son développement, seulement par des emprunts, et aux générations futures de rembourser ce qu’elles n’ont pas consommé. Voilà donc le projet de société que nous propose le CFOP.

Il est également déplorable, que ce soit au moment où notre pays, confronté à la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, ayant un fort besoin de mobilisation de moyens notamment financiers, que le CFOP trouve opportun de chercher à démobiliser les contribuables.

Il est donc facile de comprendre le sentiment de déception et de discrédit suscité par certains partis politiques dans notre pays.

Nous osons croire que le CFOP est seulement en manque d’inspiration, et que les prochaines fois, la situation nationale sera traitée avec plus d’esprit de responsabilité.

Le porte-parole du parti

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
Bachirou Soré, cadre de l’UNIR/PS : « Sankara est perçu comme le deuxième nom du Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés