Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mercredi 2 octobre 2019 à 23h30min
Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

Le Burkina et Turquie se retrouvent les 2 et 3 octobre 2019, à Ouagadougou, pour la 2e session de la commission mixte de coopération économique. Les acteurs économiques des deux pays entendent renforcer la coopération économique dans les domaines de la santé, de l’économie, de l’éducation, du textile et militaire. L’ouverture des travaux a eu lieu en présence de l’ambassadrice du Burkina Faso en Turquie, Olivia Rouamba, et l’ambassadeur de Turquie au Burkina, Ahmet Asim Arar.

Une centaine d’acteurs économiques turcs s’séjournent dans la capitale burkinabè dans le cadre du renforcement de la coopération économique bilatérale. Ils rencontrent leurs partenaires burkinabè. L’objectif est de faire le bilan de la première session tenue à Ankara dans le cadre du renforcement de la coopération multisectorielle entre le Burkina Faso et la république de Turquie.

Pour l’ambassadrice du Burkina Faso en Turquie, Olivia Rouamba, « la coopération turco-burkinabè a amorcé un élan positif depuis ces dix dernières années ». Selon ses propos, des acquis notables ont été engrangés, notamment dans l’aéroportuaire, la santé, l’industrie textuelle, mais aussi dans un futur proche « dans le secteur militaire. ». Dans le cadre cette session, les partenaires comptent renforcer tous les secteurs de coopération, notamment le secteur du textile.

A l’occasion, l’ambassadrice Olivia Rouamba a annoncé que la Turquie, pour son expérience en matière de développement textile, sera du 30 au 31 janvier 2020, l’invitée d’honneur du Salon international du coton et du textile de Koudougou. La délégation turque entend renforcer sa présence dans plusieurs domaines de développement au Burkina Faso au cours des prochaines années. Pour le ministre du Commerce de la Turquie, chef de la délégation turque présente au Burkina Faso, « la Turquie veut un partenariat gagnant-gagnant avec le Burkina Faso ».

E.K.S
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 octobre à 06:20, par Sidpassata Veritas En réponse à : Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

    C’est une erreur pour un pays essentiellement agricole qui produit beaucoup coton et qui n’a même pas un embryon d’industrie textile de commencer par remettre le début de cet industrie à des opérateurs économiques étrangers qui, pour sûr, ser ont là avant tout pour leurs propres intérêt. C’est cette erreur qui a été commise dans le secteur de l’or et qui, dans une certaine mesure, a encouragé les entreprises terroristes et leurs complices.
    Faisons la même bêtise pour l’or blanc du Burkina, mais il serait encore ridicule d’en vouloir plus tard aux turcs, lorsque nous n’aurons plus que les yeux pour pleurer.
    Avant d’ouvrir ses potentialités à une autre personne, il faut s’assurer qu’on a pris toutes les dispositions pour pouvoir se défendre contre les appétits féroces quand ils se feront jour ! La naïveté c’est de croire qu’on peut exposer ses richesses au vu et au su de tout le monde sans aucune nécessité de les protéger contre les voleurs. Nous avons proclamé le boum minier au Burkina pour attirer les capitaux étrangers qui sont venus avec les multiples concessions minière sans précaution particulière, et la déstabilisation de notre pays est arrivée avec le terrorisme comme instruments. Réfléchissez bien ! Pourquoi la RDC qui est si riche n’arrive pas à décoller avec tant de rébellions et de groupes armés qui sèment la terreurs ? Parce que beaucoup de richesses traînent dans la nature et ne sont pas protégés par une législation rigoureuse, une armée solide et disciplinée et une administration conséquente.
    Il ne suffit pas d’attirer les capitaux étrangers et de parler de partenariat gagnant-gagnant avec bcp de sourires : personne ne fera l’Afrique à notre place. Les capitaux qui circulent à l’international servent à faire le maximum de profits pour leurs propriétaires. Au Burkina, on pense l’économie sans la population. Or un certain Joseph Ki-ZERBO avait bien dit que : "on ne développé pas un pays, un pays se développé". Comment faire sans mobiliser l’épargne de la population ? On me dira que c’est une population pauvre. Mais trouvera-t-on une solution en maintenant cette population dans le rôle de l’ouvrier agricole qui produit le coton comme ces ancêtres déporté par la traite négrière l’avaient été en Amérique et dans les Caraïbe ? Sortira-t-elle de cette pauvreté en restant ouvrier à l’usine comme ce fut le cas des employés de la voltex devenue Faso Fani jusqu’à sa disparition et la détresse desdits employés ? Pourquoi s’interdit-on de faire de cette population un véritable actionnaire financiers de l’or et du textile, des secteurs économique qui rapporte gros et peuvent éradiquer efficacement la pauvreté en quelques décennies ? Nos décideurs ont-ils vraiment et viscéralement souci de leur peuple ? Pourquoi alors laisser dépouiller son peuple de ses biens ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 08:53, par Stalinsky En réponse à : Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

    Soyons intelligents. Créons avec la Turquie des ateliers de couture d’habits pour l’armée et les élèves comme ils l’ont fait en Guinée. C’est pourquoi ils veulent notre coton. Les sociétés à créer doivent se faire comme au temps du Général Lamizana : 51% pour le Burkina et 49%pour les étrangers et le privé.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 11:27, par Ka En réponse à : Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

    La délégation turque entend renforcer sa présence dans plusieurs domaines de développement au Burkina Faso au cours des prochaines années. Pour le ministre du Commerce de la Turquie, chef de la délégation turque présente au Burkina Faso, « la Turquie veut un partenariat gagnant-gagnant avec le Burkina Faso ». Mais Ka un Burkinabé lambda, un conseiller au développement qui ne regarde que moi, que nous ne sommes plus au début des coopérations entre l’Afrique et ses pays colonisateurs qui les ont offerts les indépendances avec des conditions de profits. Je connais la Turquie, et pour dire ma vérité qui blesse mais ne tue pas, ’’’’le Burkina est riche avec son sous-sol riche en minerai inestimable, un sol riche en culture vivrière, et surtout du coton bio sans concurrence, dont notre pays mérite des vrais contrats de coopération exigeants pour distribuer notre richesse a part égal au peuple surtout donner du travail aux jeunes entrepreneurs PME et PMI.

    Oui la Turquie est réputé depuis la nuit des temps pour sa technologie en arme conventionnel du temps des Napoléons, et en numérique de notre temps, et surtout une grande technologie de transformation du textile très envier par le monde, et elle peut nous être utile avec une coopération franche de partage égale que conclu le ministre Turque du commerce avec le ’’gagnant-gagnant,’’ si cette conclusion est sans triche, elle est une bonne initiative pour notre pays pour son émergence et le bonheur de nos jeunes entrepreneurs qui seront des sous -traitants.

    Malheureusement, le Burkina en a connu des contrats de coopérations de ce genre par d’autres pays depuis son indépendance qui ont été que de la farine vis-à-vis de notre peuple assoiffé de l’émergence et de partage égale de nos richesses, car le mal en Afrique, c’est l’égoïsme de ces dirigeants qui prennent leurs peuples et leurs compatriotes comme des moutons en détournant les contrats de ce genre à leur profit en oubliant l’émergence de leur pays pour la future génération.

    Je profite dire à nos décideurs et a nos futurs partenaires turques que Dieu dans sa bonté infinie a doté l’Afrique de toutes les richesses, un sous-sol scandaleusement riche, un sol vaste et fertile et bien arrosé, un climat superbe d’été permanent, un soleil généreux, et enfin un peuple jeune et travailleur. Le seul problème, ce sont des hommes politiques, d’une pauvreté et misère d’esprit à nul autre comparable. Voici où se trouve le vrai problème de l’Afrique. Depuis des siècles, toutes découvertes et changement global sont en faveur de l’Afrique. Mais le mal qui nous ronge avec nos hommes politiques, empêchent l’Afrique de tirer les meilleurs opportunités de ces changements. Lorsqu’on parlait de biocarburants, l’Afrique était la mieux placée. De même en matière d’énergie solaire, l’Afrique est encore mieux placée. Avec la ruée vers les terres, l’Afrique présente encore les meilleurs atouts. Si nous avions des Gouvernants soucieux du devenir de leurs peuples, il y a ici matière à développement avec les terres et aussi des PME et PMI qui feront le bonheur de la jeunesse qui ne cherche qu’à trouver ce qui est mieux a ailleurs.

    Conclusion : Au lieu de faire des baux emphytéotiques de misère, juste pour quelques commissions versées à titre de corruption par nos partenaires, on aurait pu imposer de formules obligatoires de joint-venture avec les firmes de coopération à la recherche de s’installer confortablement dans notre pays. La population disposerait alors de participations dans ces investissements étrangers. Les petits paysans regroupés participeraient à ces entreprises, devenant plutôt riches que le système actuel qui les appauvrit. Bravo pour cette initiative, et merci de me comprendre pour le peuple Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 15:33, par INTEGRE En réponse à : Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

    Je pense qu’il est temps que chaque burkinabè mérite son nom :intègre, honnête et travailler pour le pays et non pour soi . Et cela doit commencer aujourd’hui même par nos gouvernants .On est fatigué des mensonges ;rien n’est clair ,les populations deviennent de plus en plus pauvres et les gouvernants de plus en plus riches . Cessez de traiter avec des pays étrangers pour vos propres intérêts .Pourquoi ne pas aller au capitalisme social de LAURENT BADO ? Pardon M . RMCK essayez un temps soit peu la franchise et l’intégrité pour voir si ça ne va pas aller . Je suis un burkinabè ,je ne suis pas un devin mais je me dis que le manque de transparence et l’égocentrisme dans nos comportements sont à la base de tous nos problèmes . Essayez au niveau des gouvernants à bannir ces deux choses dans votre vécu et voyez vous même la paix que cela va amener pour notre pays .Si vous arrivez à vous imposer cela ,je jure que vous pourriez aussi le faire pour les populations ,surtout pour notre jeunesse que les 27 ans de blaise ont rendu cupide , paresseuses , arrogante et surtout impolie Que ceux qui ne le sont m’excusent surtout . Dans tout partenariat , imposez le capitalisme social : comme le chemin de fer , les mines et on parle aujourd’hui du textile . Imposez tout ce qui arrange votre peuple même si vous n’avez rien et vos parents n’ont rien . L’amour et le bien-être du peuple est plus quetout , c’est la paix Alors ,allons -y.

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 15:34, par INTEGRE En réponse à : Coopération : La Turquie veut investir dans le textile burkinabè

    Je pense qu’il est temps que chaque burkinabè mérite son nom :intègre, honnête et travailler pour le pays et non pour soi . Et cela doit commencer aujourd’hui même par nos gouvernants .On est fatigué des mensonges ;rien n’est clair ,les populations deviennent de plus en plus pauvres et les gouvernants de plus en plus riches . Cessez de traiter avec des pays étrangers pour vos propres intérêts .Pourquoi ne pas aller au capitalisme social de LAURENT BADO ? Pardon M . RMCK essayez un temps soit peu la franchise et l’intégrité pour voir si ça ne va pas aller . Je suis un burkinabè ,je ne suis pas un devin mais je me dis que le manque de transparence et l’égocentrisme dans nos comportements sont à la base de tous nos problèmes . Essayez au niveau des gouvernants à bannir ces deux choses dans votre vécu et voyez vous même la paix que cela va amener pour notre pays .Si vous arrivez à vous imposer cela ,je jure que vous pourriez aussi le faire pour les populations ,surtout pour notre jeunesse que les 27 ans de blaise ont rendu cupide , paresseuses , arrogante et surtout impolie Que ceux qui ne le sont m’excusent surtout . Dans tout partenariat , imposez le capitalisme social : comme le chemin de fer , les mines et on parle aujourd’hui du textile . Imposez tout ce qui arrange votre peuple même si vous n’avez rien et vos parents n’ont rien . L’amour et le bien-être du peuple est plus quetout , c’est la paix Alors ,allons -y.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coopération décentralisée : Le maire Béouindé au séminaire des maires des villes du Maghreb et du Sahel
Le Burkina Faso et l’Union Africaine lancent la campagne de « confinement de la houe au musée »
Sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial : Roch Marc Christian Kaboré satisfait de la participation du Burkina Faso
Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme
25 ans de l’UEMOA : Un forum scientifique sur le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé
Burkina- Allemagne : La 5e édition du Festival Woka-Kuma à Berlin a eu lieu du 26 au 29 septembre 2019
Restructuration de l’Union Africaine : Les amendements et observations du Burkina en préparation à Koudougou
Tamotsu Ikezaki, ambassadeur du Japon : « Le Burkina recevra des équipements sécuritaires d’une valeur de 3 milliards 250 millions de F CFA »
Coopération décentralisée : Le Premier ministre rassure les ONG belges intervenant au Burkina
Inclusion numérique : Les ministres de la CEDEAO en réunion à Ouagadougou
Centre parlementaire canadien : Du matériel d’une valeur de 35 millions de F CFA pour appuyer le CFOP
Diplomatie : L’Ambassadeur américain à l’université Norbert Zongo et chez le chef d’Issouka
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés