Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », s’indigne l’opposition

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • mardi 1er octobre 2019 à 23h10min
Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », s’indigne l’opposition

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a animé, ce mardi 1er octobre 2019 à Ouagadougou, son hebdomadaire conférence de presse sur l’actualité nationale. La crise sécuritaire dans le Bam, l’annonce du Premier ministre concernant l’IUTS, le rapport 2018 du REN-LAC sur la corruption et la demande de soutien du président du Faso à des opérateurs économiques ont été au menu des échanges.

Pour l’exercice du jour, ce sont les présidents de l’Union pour la renaissance démocratique/Mouvement sankariste (URD/MS), Alphonse-Marie Ouédraogo, et du Parti des militants pour le peuple (PMP), Abdoulaye Arba, qui se sont exprimés face à la presse.

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a indiqué que selon le journal Africa Intelligence, dans sa dernière parution, « Roch Kaboré consacre beaucoup de temps et d’énergie dans les préparatifs de la campagne électorale 2020 ». En effet, l’article précise que, pour les élections, le président a récemment demandé un discret soutien à trois hommes d’affaires du Burkina Faso. C’est pourquoi, l’opposition politique invite le pouvoir en place à ne pas influencer le monde des affaires. « Le MPP [Mouvement du peuple pour le progrès] doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande le CFOP, avant d’ajouter que « si les militants du MPP ne peuvent pas cotiser comme le font les militants de l’opposition, qu’ils abandonnent la politique ».

Abdoulaye Arba, président du PMP

Toutefois, Alphonse-Marie Ouédraogo a reconnu que l’Etat burkinabè est en difficulté financière. Que faut-il faire ? L’opposition politique pointe du doigt les nombreuses taxes que connaît le Burkina ces derniers temps. Si ces taxes ne se justifient toujours pas du côté du CFOP, l’annonce de l’application de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) sur les indemnités et les primes des fonctionnaires, vient encore mettre de l’huile sur le feu.

En effet, le 28 septembre dernier, le Premier ministre Christophe Dabiré, invité à la 3e session du Bureau politique national (BPN) du MPP, a fait cette annonce qui va prendre effet dès le 1er janvier 2020. « Cette annonce est provocatrice et inopportune », déclare Alphonse-Marie Ouédraogo, avant de préciser : « Cette décision concernant l’IUTS vise en fait à diminuer les salaires des fonctionnaires pour boucher les trous ».

Alphonse-Marie Ouédraogo, président de l’URDMS

Des terroristes qui circulent « librement »

Alphonse-Marie Ouédraogo et son binôme Abdoulaye Arba sont revenus sur la crise sécuritaire qui a secoué les habitants de la province du Bam, le week-end dernier. L’opposition constate que l’opération « Doofu » qui avait apporté une accalmie dans la zone a pris fin « sans que les populations n’en soient informées ».

Cette situation n’est pas sans conséquence. « La commune rurale de Zimtenga, qui est devenue, avec Bourzanga, l’épicentre des attaques dans le Bam, n’a ni poste de gendarmerie ou de police, ni détachement militaire. En pareille situation, les terroristes ont un boulevard au côté Est de la province, pour faire des va-et-vient entre Djibo et Kongoussi », constate l’opposition.

Dans ce contexte où l’Agence d’information du Burkina (AIB) a dénombré près de 19 000 personnes déplacées en 72 heures, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a sorti son rapport 2018 sur l’état de la corruption au Burkina. Pour une première fois, la SONAGESS (Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire) a fait son apparition dans le classement de 2018. « J’espère qu’elle fera le nécessaire pour disparaître de cette liste, car ce n’est vraiment pas sa place », a affirmé le président de l’URD/MS.

Derrière les conférenciers du jour se trouvait un tableau avec un compte à rebours. On peut y lire : « Justice pour Yirgou ! 274 jours d’impunité, c’est trop ! ». A l’entame de cette conférence de presse, l’opposition politique a interpellé les autorités sur la nécessité de dire le droit dans cette affaire où plus de 200 Peulhs ont été « sauvagement massacrés ».

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er octobre à 16:47, par Indjaba En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande l’opposition

    Ahh oui quels intellectuels ! Quels futurs presidentiables ? Mais souvent j’ai envie de pleurer quand j’ecoute nos politiciens. Vous eteS vraiment au serieux quand vous eduquez la population à ne pas payer les impots ? Quand je me dis qu’un liberal comme Zeph, ancien ministre des finance sous Blaise, ancien cadre du PNUD donne par soucis de populisme sans conviction ideologique
    son onction au CFOB pour faire de telles declarations, je rage encore plus. Aussi quand on sait que la plupart de ces gens ont etudié en Europe, USA, Canada où le citoyen paie l’impot sans broncher jusqu’au centime pret de tout revenu qu’il a encaissé au cours de l’annee, on a envie de les donner ’’kookoota’’ comme des gamins. Une chose est de ne pas aimer RMCK et sa gouvernance au charbon fin mais on doit s’abstenir de denaturer notre tissu social en cultivant l’incivisme et l’indiscipline car nous devons leguer ce pays à nos arrieres petits enfants.

    Répondre à ce message

    • Le 1er octobre à 21:50, par TRAORE Foroto En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande l’opposition

      Bonsoir à tous,
      Le développement des Pays en voie des développement ne être basé sur curiades de taxes. Il faut avoir le courage de le dire, si des économistes font 5ans voir 7 ans pour développer des pays en se basant sur taxés ce n’est pas la peine d’étudier l’économie. En ce moment n’importe citoyen avec l’aide des forces républicaines ( Police, Gendarmerie et Douane) peut faire appliquer des taxes. Des développés sont arrivés à s’autosuffir, à développer leur industrie avec de la stratégie économique. Ces pays ajoutent chaque jour de la valeur ajoutée à tous qu’ils produisent sur la base de stratégies, logique. Par finir ils inventent tantôt des taxes pour taxes pour motiver l’investissement, ou la fuite des capitaux, tantôt pour soutenir les plus démunis.
      C’est de la facilité, d’un manque de courage courage, de stratégie de développement, d’aller récupérer le peu revenu des Burkinabè avec l’aide des forces républicaines. L’argent obtenu dans la facilité est dépensé inutilement (Détournement, gabegie etc)
      Si le développement économique d’un Pays très moins avancé passe par les taxes alors fermons notre facultés en Économie car n’importe quel citoyen peut inventer des taxes. L’agriculture quel accompagnement ?Éducation laisser-aller, idem santé, Industrie combien ne tourne plus, Élevage inexistant,.
      Combien de % du coton est transformé sur place, Sesame%, le beurre de karité, l’anarcade, combien de routes sont reprises en moins de 10 ans, combien de ministres sont débarqués de leur poste à la N. S pour allusion à une dame qui était à la tête d’une institution. Là où vous copier les taxes, là-bas les présumés corrompus démissionnent, d’ eux même dès qu’on parle de mauvaises gestions, scandale. Combien de rapports du Renlac sont restés vains. Dommage de parler développement sans ses fondamentaux. Ne "profanez" pas le job des Économistes, leur métier est noble et il ne se résume pas à la fabrication des taxes, mais plutôt à améliorer le bien être des populations. Il lire opposant ou parti au pouvoir, il faut pointé le curseur sur la vérité d’où qu’elle vienne. Aucun Pays au monde n’a pu se développer avec une corruption galopante et avec taxes nuisible qui tue l’étouffer l’économie. C’est un raccourci, un manque de clairvoyance, ça vraiment pitié de poser des jalons du développement rien que sur taxes. Soyez courageux et redescendez au début L’ Vous aviez vraiment oubliez la fondation en construisant son immeuble. Un jour certains seront ounforoto car il n’y aura d’oignons sur le marché.

      Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 18:46, par sidbala En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande l’opposition

    S’il est vrai que le président Roch demande de l’argent aux opérateurs économiques pour faire sa campagne électorale, c’est vraiment dangereux.

    Cela veux dire que ces mêmes opérateurs économiques disposeront de tout pour ne plus payer les impôts et surtout ne plus donner un service de qualité aux consommateurs.
    Es ce que ces mêmes opérateurs économiques qui ont été à tord ou a raison accuse de tous les péchés d’Israël, pourront contribuer positivement au développement du pays.

    Je me demande si c’est une obligation de battre campagne si on ne dispose pas de moyens. On se débrouille se faire élire et on vole l’argent du peuple pour combler les différents trous creusés.
    Attendons de voir

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 07:34, par Le Boss En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande l’opposition

    Vous pensez que quoi. Même dans les grandes démocraties les partis politiques font recours à des fonds venant soit des sociétés privées( donc d’operateurs économiques) soit de pays amis. Si vous ne pouvez pas avoir de telles opportunités il faut vous en prendre à vous même.

    Le Boss

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 08:37, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », recommande l’opposition

    ’’......pour les élections, le président a récemment demandé un discret soutien à trois hommes d’affaires du Burkina Faso’’.

    - OK et qu’on se le tienne pour dit ! Si jamais ces fameux hommes d’affaires donnent 1 Franc à RMCK pour sa campagne, alors qu’ils s’aprêtent aussi à en faire autant pour les autres candidats car ils en auront de l’argent aussi pour eux. Ce sont des voleurs de la République qui faussent toujours les données des élections dans ce pays. Tous nous devrons être vigilents et surveiller ces hommes d’affaires !! Le pays est à nous tous !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 12:57, par YAAM SOBA En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », s’indigne l’opposition

    Notre préoccupation principale, c’est le retour de ces burkinabé qui ont fuit l’insécurité à cause du laxisme du gouvernement. Vraiment, si Roch n’a pas la solution pour sécuriser le Burkina, le mot démissionner existe toujours dans le dictionnaire. On en a marre à la fin !

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 13:10, par YAAM SOBA En réponse à : Campagne électorale de 2020 : « Le MPP doit cesser de rançonner nos opérateurs économiques », s’indigne l’opposition

    Dans une parution du journal Africa itelligence du mois de septembre, il était cas des soutiens financiers de la campagne du président Kaboré. Ces soutiens étaient composés entre autres, des opérateurs économiques tels que Inoussa KANAZOE, Bonkoungou EBOMAF, de Nassa Coris Bank. Si cela est avéré, ça veut dire que ces derniers auront des exonérations sur les impôts puisqu’ils devront débourser de l’argent. C’est vraiment un recul démocratique, car ces pratiques devraient disparaître après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
Bachirou Soré, cadre de l’UNIR/PS : « Sankara est perçu comme le deuxième nom du Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés