Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 30 septembre 2019 à 23h15min
Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

Candidat déclaré à la présidentielle de 2020, l’ancien président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, poursuit sa dynamique de mobilisation autour de son projet et le bien-fondé de son engagement à briguer la magistrature suprême. Le candidat était à la rencontre des populations de Saaba (commune de la périphérie Est de la capitale), le dimanche, 29 septembre 2019.

« Ce n’est un secret pour personne que le Burkina Faso va mal. Le pays a mal à sa sécurité, à sa paix et à son unité nationale. Le pays a mal à sa cohésion sociale et à sa coexistence pacifique entre les communautés. Le pays a mal à sa gouvernance. Le pays a mal à son développement économique. Le pays va mal en raison de la montée de certains maux comme la corruption, l’incivisme et le désordre », dépeint le candidat des « bleu et blanc », pour qui, tout citoyen est donc interpellé par la situation. Pour Kadré Désiré Ouédraogo, tous ceux qui aiment leur pays, le Burkina Faso, doivent se mettre debout et se battre pour que les choses changent.

« C’est ce qui nous a poussés, avec des hommes et des femmes patriotes et déterminés, à ne pas nous taire, mais à proclamer haut et fort, que notre pays a besoin de changement, que notre pays a besoin d’une autre gouvernance. Mais par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation entre ses fils, dans le respect et la considération mutuelle, afin que chacun puisse apporter dignement sa pierre à l’œuvre de construction nationale », justifie-t-il son engagement.

Kadré Désiré Ouédraogo se définit avant tout comme un homme de rassemblement autour de l’intérêt supérieur de la nation. « Notre conception est que le Burkina Faso a besoin de tous ses fils et que nous ne réussirons pas ce que nous voulons entreprendre, tout seul », explique-t-il, se réjouissant de la forte mobilisation des populations de cette contrée pour écouter son message.

« Si nous sommes engagés, ce n’est pas pour minimiser ni dénigrer l’action de qui que ce soit. Nous sommes engagés au vu du bilan que nous voyons, et du constat que même si des progrès ont été faits, des défis énormes restent à relever. Dans ce contexte, nous devons tous travailler à ramener les valeurs qui ont fait la force du Burkina Faso : valeurs de courage, de travail, de solidarité, de discipline et d’intégrité. Ce n’est pas une œuvre facile, mais c’est une œuvre indispensable et possible si nous sommes déterminés », exprime le candidat. Il estime que le peuple burkinabè a besoin d’une réconciliation véritable, d’un apaisement des cœurs, d’un ‘’réarmement’’ moral, de discipline et d’ordre.

« Nous avons besoin d’une gestion vertueuse de nos ressources nationales et nous avons besoin de justice et de liberté, gages d’un développement durable », convainc-t-il. C’est fort de cette ‘’foi’’ qu’il appelle les populations de Saaba, pour la sécurité et la paix pour le peuple, à combattre la corruption, la gabegie et la mal gouvernance et assurer des conditions de vie décentes pour tous, assurer le plein emploi par une formation adaptée de la jeunesse et restaurer l’autorité de l’Etat, etc.

Hommage aux Forces de défense et de sécurité, appel à la solidarité vers les déplacés !

L’ancien Premier ministre a également exprimé sa peine face à la situation sécuritaire que traverse le pays. Il a rendu un hommage aux Forces de défense et de sécurité avant d’exhorter les populations à faire bloc derrière l’armée. Aussi a-t-il invité tous les Burkinabè à la solidarité envers les populations déplacées du fait de l’insécurité. « Au moment où nous parlons, nombreux de nos compatriotes se retrouvent hors de leurs lieux habituels de vie, sans moyens de subsistance, à cause de l’insécurité. Nombreux, hélas, ont perdu la vie, dû aux nombreuses attaques terroristes », déplore Kadré Désiré Ouédraogo.

« Le moment venu, nous vous présenterons les voies et moyens pour atteindre les objectifs communs que nous avons énumérés, et nous sommes convaincus que le peuple burkinabè exprimera dans les urnes, sa volonté de changement et sa volonté pour un nouveau départ de notre pays », a projeté l’ancien président de la commission de la CEDEAO, invitant les « patriotes » à se mettre dans cette dynamique qui permettra des élections apaisées et transparentes.

Le leader du mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo, a été précédé au parloir par le représentant des autorités coutumières, les porte-paroles des femmes et des jeunes, le président du comité d’organisation et le représentant des personnes âgées. Tous ont rassuré leur ‘’champion’’ de leur engagement et détermination à faire en sorte que la présidentielle de 2020 soit celle de son triomphe. « Kadré Désiré Ouédraogo est un homme de paix, de vision, un rassembleur. (…). Dans le contexte national actuel, c’est cet homme qu’il faut pour ramener la quiétude dans notre pays », pouvait-on noter des interventions.

Avant l’étape de Saaba, Kadré Désiré Ouédraogo était la veille, samedi, 28 septembre 2019, à Dori, chef-lieu de la région du Sahel où il a également tenu un ‘’meeting’’ avec ses partisans, sous la houlette du Mouvement Agir ensemble.

OHL

Vos commentaires

  • Le 1er octobre à 08:29, par Vérité indiscutable En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    Ils allument le feu, ils l’activent. Et après ils viennent jouer aux pompiers. On a tout compris.

    Courage Kadré !

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:20, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    La guerre fratricide au cdp a atteint un virage décisif, les 2 camps opposés Eddie/Kadré sont visiblement entrain de se donner des coups violents sans remords. Pendant 27 ans le cdp a fait souffrir le BRAVE PEUPLE maintenant c’est le cdp qui agonise tout se paie crash sans retour de monnaie.
    En excluant des militants, Eddie ouvre un front incendiaire dont il n’est pas sûr de gagner parce que les gros bonnets(exclus) ne s’avèrent pas manifestement être vaincus. Au cdp tous les coups sont permis incassement les irréductibles partisans de Kadré vont monter au créneau . Même l’élimination physique comme sous le règne des frères Compaoré est une option qu’on peut enclencher en dernier ressort pour taire toute adversité. Nous ne souhaite jamais que le cdp en arrive encore aux crimes de sang pour des questions de candidatures. Force est de reconnaitre que l’unité au cdp n’est plus à l’ordre du jour. Le cdp est incapable de se réconcilier, de s’unir alors que notre opposition irresponsable et hypocrite parle de RÉCONCILIATION NATIONALE. Quelle honte pour un méga parti qui mange entre eux.

    Quelle élections en 2020 pourrez-vous gagner si vous êtes entrain de vous déchirer publiquement devant le BRAVE PEUPLE ?
    Quelle élections en 2020 pourrez-vous gagner si au sein du cdp deux camps(Eddie et Kadré) sont irréversiblement et diamétralement opposés ?

    Chers amis du cdp c’est très ridicule de voir que les 2 camps au cdp s’insultent violemment par médias interposés(RTB, BURKINA INFO...). Au sein du cdp il n’y a pas manifestement de paix la rupture est actée et consommée. Je sais que Blaise Kouassi Compaoré est très meurtri dans sa chair de voir sa maison brûler à grandes flammes(cdp) malheureusement il ne peut rien faire parce que ce qui réunisse les gens(militants de première heure et de vingt cinquième heure) c’est le gain matériel (l’argent) et non les convictions politiques. Au cdp, chacun fait subtilement ses petits calculs cartésiens c’est-à-dire je gagne combien dans le parti ?
    La division du cdp après l’insurrection populaire était très prévisible pour un bon analyste. Les caciques du cdp(têtes couronnées) étaient sages et calmes (rester fidèles au parti sans rien dire) sous l’ère des frères Compaoré parce que si quelqu’un s’opposait aux frères Compaoré ils te tuaient froidement sans pitié naturellement en plus l’argent taisait tout le monde.

    Blaise ne souhaite pas parler du cdp qui est en division totale car sa maison a pris feu c’est la guerre des intérêts personnels a débuté depuis sa chute Il ne compte plus sur le cdp(aucune chance) pour avoir le pouvoir en 2020 pour venir se venger tous ses ennemis.

    Chers frères du cdp arrêtez votre comédie personne ne vous écoute. Le camp Eddie se réclame de Blaise le camp de Kadré se réclame de Blaise. Ce que vous avez semé en 27 ans vous récoltez les conséquences de votre mal gouvernance.

    Ensemble, nous construirons un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE.

    LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE POUR DABO BOUKARY
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LES BRAVES FDS
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ
    A bas les parrains des terroristes qui comptent sur eux pour se venger en 2020
    A bas les grands déstabilisateurs de la sous-région
    A bas les amis et les sympathisants des terroristes

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA(Pur produit de THOM SANK et de NORBERT ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:21, par Gérard Manvu En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    C’est fou ce que mes concitoyens ont la mémoire courte ! N’est-ce pas ce même loustic qui, après le putsch du général félon, a demandé une amnistie pour les putschistes ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 10:30, par le fous En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    Ha mr kadre et comme cela vous êtes venus au nom de la réconciliation pour faire venir kouassi blaise qui a chasse blaise ? si vous étés honnête entre vous on ne gouverne pas un pays et fuir comme un rats sans rendre compte et vous vous agiter pour son retour
    pour votre gouverne c’est tout ça qui complique notre vivre ensemble personne n’est contre la réconciliation mais si les fauteurs arrivent a reconnaître leurs tors et demandent pardon ou est le problème ?
    j’avais de l’estime pour vous mais vous avez fait une mauvaise introduction car vous êtes venus pour assurer l’impunité a la famille compaore
    vous mettez le passif ou ?LA JUSTICE ? avec vous autre la nous n’allons jamais parvenir a une paix durable a burkina vous venez juste pour protéger vos proches de la justice mais dieu est fort

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 12:03, par Saksida En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    Je pense plutot que notre pays a besoin de justice .la justice viendra reconcilier les gens tout passe par la justice

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 17:12, par Sidpassata Veritas En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    - « Mais par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation entre ses fils, dans le respect et la considération mutuelle, afin que chacun puisse apporter dignement sa pierre à l’œuvre de construction nationale », justifie-t-il son engagement.
    - Lui aussi se met à prôner la réconciliation. Mais tout comme les autres de la CODER, il ne dit rien clairement. Quels fils et quels fils du Burkina sont dans quelle crise à caractère national pour qu’on puisse avoir besoin de réconciliation à caractère national ?
    - S’il s’agit de la guéguerre des politiciens, il ont déjà eu leur dialogue politique national et ça suffit ! Ce n’est d’ailleurs pas une cause nationale mais plutôt la preuve de l’égoïsme ces quelques prédateurs que les électeurs vont se charger de renvoyer à leurs parents aux échéances prochaines.
    - Tous ceux qui crient réconciliation ! Réconciliation dans la rue, n’ont aucun poids électoral et ils veulent nous imposer des palabres pour charlatans à partir de la rue. Qu’ils aillent parler de leurs projets de réconciliation aux députés de la représentation nationale au lieu d’utiliser des méthodes et procédures hors-institutions démocratiques et très subjectives. (OK Webmaster ; on se connait n’est-ce pas !)

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 08:08, par Patriote En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    Avec de telles réactions que je lis, les Burkinabé ne sont pas conscients de la gravité de la situation. L’heure n’est plus à se faire la "guerre". Chaque jours, pendant qu’on se chamaille, de pauvres citoyens et FDS tombent sous les balles assassines des terroristes. Sauvons d’abord le pays, après on fera nos palabres...

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 10:14, par amosrab En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    ah Dieu , Kadré président !!!, on est pas morts ?tu as été PM,on a rien retenu,rien...tu as été PM,on a rien retenu,rien...tu as été PM,on a rien retenu,rien...
    Tu étais à la CEDEAO ;maintenant que tu es vieux, tu veux nous gouverner...Faut faire pardon, pardon seulement...

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 08:03, par moi En réponse à : Burkina Faso : « Par-dessus tout, notre pays a besoin de réconciliation », déduit Kadré Désiré Ouédraogo

    On ne peut réveiller un chien qui dort. ceux qui veulent voir ont vu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Le député Tahirou Barry prend le pouls au grand marché de Ouagadougou
Union pour la Renaissance/Parti Sankariste : Un congrès extraordinaire annoncé pour le premier trimestre de 2020
Attaques contre des lieux de culte : l’UPC appelle les leaders communautaires et religieux à renforcer les cadres de dialogues
Crise humanitaire au Burkina : 486 360 déplacés internes à la date du 2 octobre 2019
Burkina : « Si Yacouba Isaac Zida est candidat et président : YES à YIZ ! »
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
Bachirou Soré, cadre de l’UNIR/PS : « Sankara est perçu comme le deuxième nom du Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés