Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

UEMOA : Une croissance de 6,7% en perspective

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • lundi 23 septembre 2019 à 22h20min
UEMOA : Une croissance de 6,7% en perspective

« Convergence macro-économique au sein de l’UEMOA : états des lieux et perspectives ». C’est sous ce thème que le département des politiques économiques et de la fiscalité de l’UEMOA a rencontré les hommes de média. C’était ce lundi 23 septembre 2019 à Ouagadougou, au cours d’un déjeuner de presse.

Présentée comme l’ensemble des mesures et dispositions permettant aux économies des différents Etats de se rapprocher, la convergence, selon Félicien Arigbo, directeur de la Surveillance multilatérale, vise une harmonisation des politiques économiques de l’espace communautaire. « Au niveau des Etats membres, nous essayons de voir que les politiques des uns ne gênent pas les autres. Il y a un certain nombre de critères de convergences (indicateurs) qui ont été définis et pour parvenir à ces critères, nous avons des programmes pluriannuels, une sorte d’engagement qui permet aux Etats membres de définir le trajet pour arriver aux objectifs qui sont fixés en matière de convergence », a expliqué le directeur de la surveillance multilatérale.

Au nombre de cinq, les critères de convergence sont répartis en deux catégorie dont trois de premier rang et deux de second rang.
Au titre des critères de premier rang, figurent, le critère clé à savoir le ratio du solde budgétaire global, dons compris, rapporté au PIB (différence entre les ressources et les charges) dont le déficit ne doit pas dépasser 3%. Son non-respect, selon Félicien Arigbo, est susceptible de déclencher le mécanisme de sanction.

A cela, s’ajoutent le taux d’inflation annuel (variation globale du niveau des prix au cours d’une année) qui doit être inférieur ou égale à 3% et le ratio de l’encours de la dette publique intérieure et extérieure rapporté au PIB nominal (inférieur ou égal à 70%). Quant aux critères de second rang, ils sont relatifs au ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales (inférieure ou égale à 35%) et le taux de pression fiscale (supérieure ou égale 20%).

6,7% en perspective

Si en 2018, l’activité économique de l’Union s’est caractérisée par un taux de croissance de 6,6% comme en 2017, elle pourrait être marquée par une croissance de 6,7 % dans un contexte de maitrise des prix et un déficit budgétaire en dessous de la norme communautaire. « La mobilisation des recettes intérieures s’améliorerait et le rythme d’endettement est projeté en baisse. Tous les Etats membres respecteraient le critère clé, avec une réduction du déficit de 1 point de pourcentage pour la plupart », nous rapporte le rapport de la surveillance multilatérale de juin 2019, soulignant que tous les Etats membres respecteraient les trois critères de premier rang.

Par ailleurs, pour des Etats comme le Mali et le Burkina Faso, la consolidation budgétaire en 2019 passe par une augmentation de leur pression fiscale de 4,2 et 2,7 points de pourcentage, dans un contexte d’insécurité. Dans ces deux pays, indique le rapport, le gain annuel de pourcentage de pression fiscale n’a pas excédé 2 points, ce qui dénote du caractère optimiste de cette consolidation budgétaire. Un résultant encourageant, selon le commissaire du département des politiques économiques et de la fiscalité intérieure, Mocthar Diagne.

« Nous atteindrons en 2019, 6,7%. C’est le taux de croissance le plus élevé en Afrique. Nous avons également mis les moyens, notamment un cadre macro-économique assaini, des politiques budgétaires confirmées, des institutions aptes à porter ces politiques. L’UEMOA est dans une phase de développement réel », a-t-il noté, précisant que cette croissance pourrait être plus distributive.

En effet, la commission de l’UEMOA entend réorienter les politiques économiques pour que cette croissance ait plus de portée pour le plus grand nombre de pays. Cela, en tenant compte d’un certain nombre de difficultés telles que la faible diversification et vulnérabilité des économies aux chocs, les difficultés d’approvisionnement en énergie électrique, les coûts des matières premières, le niveau insuffisant des recettes, l’insécurité, l’instabilité socio-politique, la bonne gouvernance.

« Il s’agira de la réorienter dans les secteurs porteurs tels que l’agriculture qui occupe la plus grande majorité de la population, de faire en sorte que l’économie soit plus diversifiée ; qu’on transforme le maximum de nos productions agricoles sur place. C’est cela qui nous permettra d’impliquer le plus grand nombre dans ce partage des bienfaits de la croissance constatée », a soutenu M. Diagne.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 septembre à 12:26, par Donatien En réponse à : UEMOA : Une croissance de 6,7% en perspective

    Les critères établis doivent permettre aux pays membres de travailler à améliorer leurs économies en tendant vers ces indicateurs. Mais les pays n’ont pas les réalités. D’abord à cause de la structuration des économies mais surtout des difficultés que vivent les pays membres. Il faut donc pour l’Union de travailler à l’harmonisation des économies et des statistiques des finances publiques sur lesquelles sont calculées les indicateurs des pays, en renforçant l’accompagnement des Etats, surtout ceux qui vivent des difficultés exogènes. Un pays comme le Burkina, qui vit des heures sombres d’attaques terroristes, confronté aux dépenses pour la défense de son territoire et celles du personnel de l’Etat, qui sort de graves crises en 2014 et 2015, ne saurait être apprécié sur un déficit plafonné à 3%, à l’image d’un pays comme le Sénégal par exemple. La RCI a fait beaucoup d’investissement pour sortir de la crise que le pays a traversé. Le budget qui est l’instrument de politique économique et social, ne peut se limiter à respecter des critères régionaux, s’il doit permettre de répondre aux aspirations des populations qui ont élu les gouvernants en place. Les sanctions de l’Union doivent avoir leur place mais elles devront être légitimes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coopération décentralisée : Le maire Béouindé au séminaire des maires des villes du Maghreb et du Sahel
Le Burkina Faso et l’Union Africaine lancent la campagne de « confinement de la houe au musée »
Sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial : Roch Marc Christian Kaboré satisfait de la participation du Burkina Faso
Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme
25 ans de l’UEMOA : Un forum scientifique sur le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé
Burkina- Allemagne : La 5e édition du Festival Woka-Kuma à Berlin a eu lieu du 26 au 29 septembre 2019
Restructuration de l’Union Africaine : Les amendements et observations du Burkina en préparation à Koudougou
Tamotsu Ikezaki, ambassadeur du Japon : « Le Burkina recevra des équipements sécuritaires d’une valeur de 3 milliards 250 millions de F CFA »
Coopération décentralisée : Le Premier ministre rassure les ONG belges intervenant au Burkina
Inclusion numérique : Les ministres de la CEDEAO en réunion à Ouagadougou
Centre parlementaire canadien : Du matériel d’une valeur de 35 millions de F CFA pour appuyer le CFOP
Diplomatie : L’Ambassadeur américain à l’université Norbert Zongo et chez le chef d’Issouka
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés