Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grandе рièсе sеrаit lа sаllе d’аttеntе.» Jules Renard

Burkina Faso : « C’est ce délitement de notre pays que notre président visionnaire a voulu éviter... », regrette le président des jeunes de l’ADF/RDA, Thomas Tiama

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 23 septembre 2019 à 00h15min
Burkina Faso : « C’est ce délitement de notre pays que notre président visionnaire a voulu éviter... », regrette le président des jeunes de l’ADF/RDA, Thomas Tiama

Les jeunes du « parti de l’éléphant », l’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), ont tenu les 20 et 21 septembre 2019, une université d’été autour du thème : « Le Burkina Faso face au défi de la préservation de sa cohésion et de son intégrité territoriale ». La clôture de l’activité est intervenue dans la soirée de samedi, 21 septembre 2019 à Ouagadougou.

C’est dans une grande mobilisation que se sont déroulés les travaux. Ils ont regroupé plusieurs centaines « d’éléphanteaux », venus de l’ensemble du territoire national. Huitième du genre, les universités d’été des jeunes de l’ADF/RDA ne s’étaient plus tenues, depuis 2014.

« Nombreux sont ces jeunes qui sont venus au parti par le biais des universités d’été et ils se reconnaîtront. Le parti doit être fier de ce qu’il a été le précurseur dans la formation en politique des jeunes au Burkina Faso et qu’il en est le leader aujourd’hui », a restitué le président du rassemblement national des jeunes libéraux de l’ADF/RDA, Thomas Tiama. Tout en témoignant sa reconnaissance au président du parti pour l’avoir initié, il se réjouit de constater que ce cadre de formation ait fait des émules au Burkina. A en croire M. Tiama, le président de l’ADF/RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo, a toujours cru en la jeunesse.

Revisitant le thème, le président du rassemblement national des jeunes libéraux de l’ADF/RDA relève que ce rendez-vous se tient dans un contexte caractérisé par des attaques terroristes, la montée de la fronde sociale et l’effritement de l’autorité de l’Etat. « C’est d’ailleurs ce délitement de notre pays que notre président visionnaire, Me Gilbert Noël Ouédraogo, a voulu éviter, quand il prônait une transition apaisée du pouvoir en 2014. Aujourd’hui, au regard de la situation que traverse le pays, l’histoire lui donne raison. Me Gilbert Noël Ouédraogo a toujours eu ce sens d’anticipation aigu, ce qui fait qu’il a toujours une longueur d’avance sur les autres », réhabilite-t-il, convaincu que le Burkina a besoin, à son sommet, d’un tel leadership. C‘est pourquoi pense-t-il que Me Gilbert Noël Ouédraogo est le candidat idéal pour la présidentielle de 2020. D’où leur engagement à œuvrer pour porter leur candidat à Kosyam (palais présidentiel) au soir de la présidentielle de 2020.

Pour Gilbert Ouédraogo, à l’ADF/RDA, l’engagement est franc et la certitude d’un changement au Burkina avec le parti ne fait l’ombre d’aucun doute. Il reste convaincu que la victoire de l’ADF/RDA sera célébrée. Pour lui, la jeunesse est un maillon important de la société. Elle a, à cet effet, un rôle à jouer dans la cohésion sociale.

« C’est donc dire à la jeunesse, qui est le fer de lance de la société, qu’elle doit s’impliquer pour aider à promouvoir les valeurs de cohésion sociale et surtout préserver l’intégrité du territoire national. Elle doit également se préparer à relever les défis qui sont ceux qui se présenteront à nous en 2020, à savoir la conquête du pouvoir », a soutenu le président de l’ADF/RDA, candidat déclaré pour la présidentielle de 2020.

Dans cette perspective des échéances de 2020, il a lancé un appel aux jeunes à prendre les dispositions nécessaires pour une victoire du parti. Il s’agit notamment de l’inscription sur les listes ; ce qui implique la possession des documents requis (la carte nationale d’identité burkinabè ou le passeport). L’objectif étant d’accéder à la présidence du Faso en 2020 pour pouvoir « réconcilier les Burkinabè avec eux-mêmes ». Gilbert Noël Ouédraogo qui affirme que les dirigeants actuels ont utilisé la haine pour accéder au pouvoir, se dit persuadé que le pays ne saurait avoir un avenir dans la promotion d’un tel sentiment.

Se plaçant à la fois comme un candidat jeune ayant également fait l’expérience avec l’ancienne génération politique, Me Gilbert Noël Ouédraogo dit avoir donc beaucoup à donner au Burkina en terme de changement positif.
Au terme des travaux, les participants ont installé le bureau provincial des jeunes du Kadiogo dirigé par Grégoire Ouédraogo et le bureau du rassemblement national des jeunes libéraux avec pour président, Thomas Tiama.

OHL
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Enquête afro-baromètre : Le Centre pour la gouvernance démocratique affine les questions spécifiques au Burkina
Situation nationale : « Le terrorisme, c’est une culture et il faut d’abord l’accepter, sinon on ne pourra pas lutter contre », avise le porte-parole du MPP, Bindi Ouoba
Affaire charbon fin : « Si le ministre est fautif..., il sera responsable de ses propres turpitudes », réagit Simon Compaoré
Vie politique : « Par ce rapportage des sanctions, le CDP reste encore plus fort », rassure le vice- président, Achille Tapsoba
CDP : La direction politique nationale est en phase avec Blaise Compaoré, selon le vice-président du parti, Achille Tapsoba
Blaise Compaoré aux militants du CDP : « D’autres combats sont encore à mener »
Bachirou Soré, cadre de l’UNIR/PS : « Sankara est perçu comme le deuxième nom du Burkina »
CDP : Blaise Compaoré demande à Eddie Komboigo de « rapporter » les sanctions
Burkina Faso : Admis d’urgence à l’hôpital de Tengandogo, le général Bassolé aurait réintégré la MACA
Zéphirin Diabré à Fada N’Gourma : « L’UPC est le seul parti qui peut faire de la réconciliation nationale une réalité »
Vie politique : Le Parti pour la démocratie et la jeunesse lance une offensive de formation de jeunes
Burkina Faso : « Il n’y a pas de base française installée à Djibo », selon le porte-parole du gouvernement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés