Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand obstacle à la découverte n’est pas l’ignorance, c’est l’illusion de la connaissance» Daniel J. Boorstin

Programme d’urgence pour le Sahel : Eau Vive fait un diagnostic de la communication

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • samedi 21 septembre 2019 à 19h30min
Programme d’urgence pour le Sahel : Eau Vive fait  un diagnostic de la  communication

{{}}Dans le cadre du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS), un projet « Assistance technique à la maitrise d’ouvrage déléguée / communication et visibilité (AMOC-COM) » au profit de 30 communes des régions du Sahel et du Nord, a été confié à l’ONG Eau Vive. Ledit projet a fait l’objet d’une étude diagnostique de l’existant, d’analyse et d’évaluation des besoins en termes de renforcement de la communication pour l’élaboration d’une stratégie de communication du PUS. Les résultats de l’étude menée en août 2019, ont été livrés ce vendredi 20 septembre 2019, à Ouagadougou.

Faciliter l’accès aux informations et assurer la visibilité du PUS et de l’Etat pour une meilleure participation des populations à la gestion des affaires publiques locales dans 26 communes de la région du Sahel et 4 de la région du Nord, soit au total 480 ménages. Tel est l’objectif de cette étude conduite par le bureau d’études SOLAR Vision. « Dans chaque commune, nous avons identifié 2 villages et dans chaque village, nous avons interrogé 8 ménages sur la connaissance du PUS », a noté Dr Hamed Yves Sylla, consultant associé du bureau SOLAR Vision, soulignant que la situation sécuritaire dans certaines zones a conduit son équipe a limité l’étude à 25 communes.

Hamed Yves Sylla, consultant associé bureau SOLAR Vision

Dans la pratique, dit-il, il s’agissait de voir que les efforts engagés pour la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le sahel et l’amélioration des conditions de vie des populations sont reconnus. A cet effet, l’ensemble des acteurs impliqués dans le cadre de la mise en œuvre du PUS ainsi que les ménages qui sont les bénéficiaires principaux du programme ont été interrogés.

« A la suite des entretiens, nous avons fait une analyse descriptive pour évaluer les résultats. Il est ressorti que la majorité des ménages ne connaissent pas le programme, en l’occurrence les activités y relatives et son intérêt pour la population bien que beaucoup d’activités aient été mises en œuvre dans le cadre du programme », a relevé Hamed Yves Sylla. Et d’ajouter : « Il est aussi ressorti qu’au niveau des autorités, il y a une très bonne collaboration et que la coordination se fait assez bien, mais il faut faire beaucoup d’efforts pour que les ménages puissent être au courant de ce qui se passe et puissent adhérer à différentes initiatives ».

Yongo Nignan, directeur pays Eau Vive Burkina

Yongo Nignan, le directeur pays d’Eau Vive Burkina, a noté que les conclusions de cette étude permettront de bâtir une meilleure stratégie. Cela, pour améliorer la communication en utilisant les outils qui existent déjà et qui sont accessibles, notamment la radio.

En rappel, le PUS, lancé en 2016 par l’Etat burkinabè pour la période 2017-2020, entend susciter des investissements structurants en faveur des populations des zones confrontées à une forte dégradation de la sécurité dans le secteur de la santé, de l’éducation et de l’accès à l’eau potable. Il couvre quatre composantes à savoir la composante socio-économique, gouvernance administrative et locale, sécurité et défense publique, gestion du programme et appui institutionnel.

D’un coût d’environ 455 ,34 milliards de francs CFA, le Programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS- BF) est soutenu par plusieurs partenaires techniques et financiers dont l’Union européenne. D’où le présent projet de renforcement de la maîtrise d’ouvrage communale dans une trentaine de communes des régions du Nord et du Sahel financé par l’Union européenne et dont la mise en œuvre a été confiée à Eau Vive en septembre 2018.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion durable des terres : Des cas d’école dans la région du Plateau Central
Eau et assainissement : EAA outille des acteurs du secteur de l’eau sur la thématique du marketing et de la mobilisation sociale
Dégâts causés par les animaux sauvages : Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) indemnise 160 victimes
Lutte contre le changement climatique : Des jeunes analysent leurs contributions
Grande muraille verte : Betta, un village écolo dans le Plateau central
Autorité du bassin de la Volta : Un nouveau projet pour lutter contre la dégradation des écosystèmes et des eaux
Construction des barrages de Ouessa, Bassiéri et Banwaly : Les rapports d’études d’avant-projet passés à la loupe
Aires protégées au Burkina : Les acteurs se concertent pour sauver la biodiversité
Environnement : « Weoog-Paani », un projet pour mieux protéger les forêts
Ceinture verte de Ouagadougou : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales met en terre 800 plants
Eau et assainissement : Les parlementaires outillés sur l’Approche fondée sur les droits humains
Lutte contre le changement climatique : Le Fonds vert pour le climat outille les acteurs des Hauts-Bassins sur le mécanisme de financement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés