Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 21 septembre 2019 à 14h30min
Fonction publique : Les administrateurs civils en  grève de 96 heures à partir du 24 septembre  2019

Le Syndicat national des administrateurs civils, secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB) redonne de la voix. Il entame une grève de 96 heures à compter du 24 septembre sur l’ensemble du territoire national. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse ce 20 septembre 2019.

Les administrateurs civils sont remontés : leur plateforme revendicative introduite le 26 avril 2019 reste sans réponse satisfaisante et les processus de négociation piétinent. Et le mot d’ordre est donc lancé. Un arrêt de travail des administrateurs civils, secrétaires et adjoints administratifs entre le 24 et le 27 septembre. Pour le SYNACSAB, cette nième action ne vise pas une personne en particulier. « Nous ne grevons pas pour faire mal au ministre ou à qui que ce soit. C’est uniquement pour la prise en compte des préoccupations des administrateurs », se défend Adama Bidiga, secrétaire général du SYNACSAB, et ses camarades.

L’on se rappelle que le 26 juin dernier, le SYNACSAB, à l’issue de sa marche, avait tenté en vain de remettre sa plateforme revendicative au Premier ministre. Pendant que les négociations semblaient reprendre, rapporte le syndicat, une correspondance du ministre de l’Administration territoriale en date du 11 septembre a remis en cause le processus devant conduire à des négociations sur la plateforme revendicative. Les raisons évoquées sont liées au contexte social difficile et à la perspective de la remise à plat des rémunérations des agents de la Fonction publique. Pourtant, ce syndicat s’est démarqué de cette décision du gouvernement.

Selon les témoignages du SYNACSAB, lors d’une rencontre tenue le 26 juillet 2019 entre les deux parties, le ministre de tutelle annonçait la mise en place d’un comité paritaire de huit membres avec pour mission de bâtir, autour de chaque point de la plateforme revendicative, un argumentaire pour la prise de décisions du gouvernement. Et si un rapport a été rendu le 14 août 2019 par ledit comité, confie Adama Bidiga, le syndicat dit assister à un revirement du ministère de tutelle dans l’application dudit document.

Une criminalisation du syndicalisme…

A cette conférence de presse, le SYNACSAB a réaffirmé sa solidarité à l’Unité d’action populaire dont la marche de protestation a été réprimée. Et pour le SYNACSAB, « ce n’est qu’une tentative d’uniformiser le syndicalisme afin qu’il ne soit plus qu’à leur service (ndrl : le gouvernement), un outil d’accompagnement de leur décision ».

Par ailleurs, les administrateurs civils soulignent qu’il ne revient pas à la mairie de donner son quitus pour une marche d’envergure nationale. C’est une déclaration qui doit plutôt être adressée, 72 heures à l’avance, à l’autorité. Et s’il faut restreindre les libertés syndicales ou de manifester sur le territoire communal, que l’on adopte une mesure d’ordre général qui concerne tout le monde, fulmine le SYNACSAB.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 01:35, par Hamon En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Un peu de retenue Messieurs les administrateurs. Soyez modestes, vous n’êtes que des bureaucrates qui s’occupent de papeteries. Cependant l’heure est à la technologie, c’est elle qui fait le monde de nos jours. N’importe qui peut faire votre travail, alors qu’il n’est pas donné à n’importe qui de soigner un malade par exemple. Donc un peu de modesties et rester dans la négociation puisque vous ne savez que parler.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 08:05, par SANS RANCUNE En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Bonjour à tous,

    Je tiens à dire que cette situation qui tend à devenir une tradition pour les travailleurs publics de notre pays tant le phénomène va grandissant, m’énerve

    Je reste convaincu que tous les travailleurs de ce pays rencontre des difficultés et souhaitent tous l’amélioration de leurs conditions mais il ne faut pas que ce droit nous conduise si bas.

    Je m’explique, pour les administrateurs qui vont en grève, ils ne sont pas les seuls à vivre et travailler difficilement au Burkina Faso mais nous ne devons pas occurer la situation nationale car à vous écouter ça tourne au ridicule. Que pensez vous de nos FDS qui sacrifient leur vies pour la nation pendant que certains veullent veulent sacrifier la nation pour leurs confort.

    En plus le travail dont vous vous plaigner, sachez qu’il y’a des millions de burkinabés qui cherchent du boulot et ne trouvent pas.
    D’une façon générale, les syndicats au Burkina doivent revoir souvent l’opportunité de leurs décisions d’aller en grève.

    Lorsque les FDS, qui n’ont jamais eu la vie facile et qui sont les plus exposés aujourd’manifestent tous vont se plaindre comme quoi il n’en ont pas le droit....
    ON VA TOUT VOIR DANS CE PAYS !!!!
    SANS RANCUNE

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 09:58, par Indjaba En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Euhhh !!! Ils avaient deja repris non ? A force de grever vos usagers se sont habitués à ne pas voir vos services fonctionnels donc qu’un fonctionnaire dise aujourd’hui qu’il part en greve cela ne pourra interesser que la presse surtout privee puisque celle de l’etat est en greve chronique.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 12:36, par VP En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Ces gens là sont entrain de préparer les funérailles de leur corps. Vous n’êtes plus à la mode ou si vous voulez vous n’êtes plus indispensables.Votre corps est un corps néo-colonial et impérialiste utilisé pour berner les citoyens de l’époque.Allez y en province ou en campagne voir comment vous êtes marginalisés.Les citoyens n’ont plus besoin de vous.Seuls les Gouverneurs ont une visibilité avec les Maires qui peuvent distribuer des parcelles.
    Arrêtez de tirer la corde.Votre travail est bien accompli par les autres.Si vous cherchez à vous comparez aux autres, vous allez taper Poteau.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 13:20, par Lepop En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Du courage, allons seulement . A qui le tour ? Dans tous les cas, nous sommes tous embarqués.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 15:34, par Le Vigilent En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Le SYNACSAB est libre de se démarquer de la décision du gouvernement sur la mise à plat du système de rémunération des agents de l’état, tout comme le gouvernement est libre de ne pas considérer les revendications farfelues du SYNACSAB. Du reste, le ministre a évoqué la situation sécuritaire difficile, et très préoccupante pour l’ensemble du peuple burkinabé ; situation qui ne se prête pas à des revendications qui traduisent le peu d’intérêt des gars du SYNACSAB pour le devenir immédiat de notre pays gravement menacé. Si le SYNACSAB ne se sens pas concerné et estime que ses revendications priment sur l’avenir de l’ensemble du peuple burkinabé, il peut faire allégeance ici et maintenant a ces pires ennemis du Burkina que sont les terroristes.
    Voila des agents qui aspirent à compter parmi les « grands commis de l’état », et qui raisonnent comme de simples agents d’exécution au bas de l’échelle administrative. Comment peut-on exiger d’un ministre de mettre en œuvre, tel quel, une proposition d’un groupe de travail sans l’avoir soumise au gouvernement, qui peut l’accepter, la modifier ou la rejeter tout simplement ? Ce que ces gens entendent par « bonne gouvernance » ne serait autre chose qu’une véritable anarchie ou une absence de toute règle de gestion des affaires publiques.
    La plupart des représentants de l’état, aux différents niveaux déconcentrés, étant des administrateurs civils, des secrétaires ou adjoints administratifs, l’on se demande comment, avec ce que ces individus nous donnent de voir actuellement, ils peuvent préserver/renforcer la confiance des populations en l’état et ses institutions ? Le comble, c’est qu’ils ne semblent même pas avoir conscience de cela.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 22:11, par gohoga En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Tous nous devons allée en grève, commerçants,cultivateurs ?éleveurs, gouvernement bref tout le monde. Les fonctionnaires nous amerdent Eux qui travaillent moins et gagnent plus.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 11:27, par Africa En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    « Nous ne grevons pas pour faire mal au ministre ou à qui que ce soit », En introduisant le propos par le verbe "grever" qui veut dire "accabler ou charger" quelqu’un ou quelque chose, n’y a t-il pas un hiatus ? S’il s’agit d’une simple revendication syndicale, vous auriez dû employer l’expression "faire grève".
    Certains diront que je pinaille sur un détail puisque le peuple comprend ce que le SG veut dire tellement ce verbe est entré dans le langage courant. Mais en pareilles situations, chaque mot compte, surtout lorsqu’il est utilisé par un administrateur civil rompu à la rigueur de la rédaction administrative.
    Et puis, pourquoi faire peser un soupson d’animosité personnelle à l’endroit du ministre de tutelle en introduisant ainsi le propos ? Le ministre est quand même le dépositaire d’une parcelle de l’autorité de l’Etat, ce que tout citoyen attend d’un gouvernement impartial, garant de l’intérêt général.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 13:35, par Jo koro En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Franchement, il ne faut même plus reprendre le travail après les 96 heures....partez puisque vous surestimer ce que vous faites.....et puits quand on va retenir les jours non travailler, on verra comment vous aller faire avec cette rentrée a venir.... D ailleurs, le gouvernement doit retenir les alaires de tous ceux qui ont grever , humeurs ou quoi encore, les jours non travailler...... Demander aux gars de la culture.......leur ministre les avait bien prévenus......

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 17:26, par Bebeto En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    L’EFFET PERVERS DES GREVES EST BEL ET BIEN LÀ.
    Les Syndicats à force de grever en permanence ont fini par banaliser l’acte de grève et donc à le vider de son contenu comme une arme de dissuasion dans les négociations. On peut comparer, la menace de grève comme l’arme nucléaire, qui en réalité est une arme de dissuasion pour le pays détenteur pour faire balancer les négociations en sa faveur. L’arme nucléaire ne s’utilise pas pour attaquer, c’est pour dissuader. La preuve, depuis l’histoire de l’humanité, elle n’a été utilisée qu’une seule fois.
    Au BF, à force de grever en permanence, l’acte de grève est devenu un fait banal et pire des citoyens le considèrent aujourd’hui comme une forme d’incivisme. Et pourtant , les revendications sont fondées, mais la bonne stratégie pour aboutir semble manquer.
    Ce faisant, le gouvernement ne s’attardent plus sur toutes les revendications, sans doute pcq les moyens financiers ne tiennent plus.
    C’est pourquoi relatif aux secteurs de la santé, de l’éducation et des finances, le gouvernement est plus regardant. Je me dis que le personnel de la santé aura gain de cause avec des compromis de tous les acteurs.
    Quant aux journalistes, aux administrateurs et autres, les choses ne seront pas simples. Pour les journalistes du public, je me dis que leur grève risque d’être désastreux pour eux mêmes, pcq la presse privée burkinabè est parvenue à relever le défi de l’offre d’informations en terme de qualité, de célérité et d’étendue.
    Les secteurs sociaux de base sont incontournables. Pour les autres secteurs, il faut savoir adapter les "luttes" aux réalités du moment, sinon on se ridiculisé et ça peut tourner au cauchemars.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 13:03, par Gifle En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Encore des gens en manque de publicité. Si avez du cran, allez aider nos FDS au front, avec vos raisonnements d’impertinents !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 14:24, par tiiboo En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    HUUUUMMMM IL FAUT VOIR POUR CROIRE , ON EST AU CP1 ET ON RÉCLAME LES AVANTAGES DES GENS QUI SONT EN TERMINALE OU AU CAMPUS, EN D’AUTRES TERMES QUE VAUT LE TRAVAIL D’UN GARS DE L’ADMINISTRATION GENERALE QUEDAL ET C’EST VOUS QUI PENSEZ QUE PREFET, HAUT COMMISSAIRE , GOUVERNEUR ET AUTRES RELEVENT DE VOS COMPETENCES, DES GENS QUI TOURNENT C’EST CLOTURE DE QUOI OUVERTURE DE QUOI JUSTE POUR PRENDRE DES ENVELLOPES QUELLE MERDE DE CORPS. TOUS LES CORPS DE LA FONCTION PUBLIQUE VALLENT 10 FOIS MIEUX QUE VOUS MES AMIS ALLEZ EN GREVE 10 ANS SI VOUS VOULEZ

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 15:36, par patarbtallé En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Voici un corps qui rime avec l’époque coloniale et qui continu à faire du bruit de ’tono’ vide. je vous apprend que votre présence est égale à votre absence. Reflechissez un tout petit peu, depuis votre soit disant mouvement d’humeur, les lignes continu à bouger ce qui veut dire que vous n’êtes aussi incontournable comme vous le pensiez..Vous aurez que vos yeux pour pleurer quand vous aller constater les retenus pour fait de grève en octobre prochain.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 18:27, par Bigbalè En réponse à : Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019

    Voilà des gens qui sont encore au 19eme siècle et qui pensent que le titre de Préfet ou haut-commissaire impressionne encore les Burkinabè ! Au regard de la plate-forme, on tenté de croire qu’une partie de l’opinion publique a raison de penser que certains corps de métiers d’administrateurs civils sont devenus inutiles. Les Préfets sont, semble-t-il, simplement bons pour garnir les salles des ateliers/formations, ouvrir des cérémonies quant le Haut-Commissaire n’est pas là, signer des autorisations d’absence et c’est tout ! Et quand à la dernière marche de protestation, ces administrateurs en tenue officielle ont déambulé dans les rues de Ouaga, avec des ballets, des spatules et autres ustensiles de ménage, c’était le comble ! Comme on le dit dans le langage courant, ils ont versé la figure des administrateurs à terre ! Messieurs les administrateurs, vous n’impressionnez plus personnes avec un tel langage et un tel comportement ! Revoyez simplement votre copie parce que le peuple ne sait que faire des vos menaces et intimidations. La suite nous dira qui est pour notre peuple ou contre lui !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Interdiction de la marche anti-impérialiste à Ouagadougou : Le Balai citoyen dénonce « une dérive progressive, insidieuse et dangereuse du régime vers l’arbitraire »
Education dans le Soum : Le grand abandon de l’Etat
Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè
Commémoration du 15 -octobre : Thomas Sankara raconté par sa sœur Colette
Situation des enfants au Burkina : Trois questions à la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Dr Anne Vincent
Festival « Un vent de liberté » : La MACO était en fête
Message de Salifou Ouédraogo, ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles a l’occasion de la 39e journée mondiale de l’alimentation
Ecole nationale des douanes : 103 nouveaux douaniers prêts à servir avec « patriotisme »
Profession d’Avocat : Il est organisé un examen d’entrée au Centre de Formation Professionnelle des Avocats du Burkina
Journée mondiale du lavage des mains 2019 : Water Aid et Eau Vive veulent « des mains propres pour tous »
Migrations au Burkina : L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) outille les acteurs des Haut-Bassins pour une meilleure prise en charge des migrants à travers le Mécanisme National de Référencement (MNR)
Village de Sien (Nayala) : Du matériel pour soutenir les élèves et les enseignants de l’école primaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés