Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • vendredi 20 septembre 2019 à 11h00min
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

L’édition 2019 du forum national des jeunes se tient à Bobo-Dioulasso du 18 au 21 septembre, sous le thème : « Rôle et responsabilité de la jeunesse dans l’édification d’une nation unie, prospère et émergente dans un contexte de lutte contre l’insécurité ». La cérémonie officielle d’ouverture des travaux a eu lieu ce jeudi 19 septembre, sous la présidence du chef du gouvernement, Christophe Dabiré.

Au regard des crises socio-politiques que le pays a connues, le gouvernement a décidé en 2017, de l’organisation des Etats généraux de la jeunesse Burkina Faso sous le thème : « Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? » C’est dans la perspective de renforcer et de consolider ce cadre de dialogue que le ministère de la Jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes organise l’édition 2019 du forum national des jeunes sous le thème : « Rôle et responsabilité de la jeunesse dans l’édification d’une nation unie, prospère et émergente dans un contexte de lutte contre l’insécurité ». Cette édition est placée sous le patronage du président du Faso, Roch Kaboré.

L’objectif général de ce forum est de contribuer à instaurer et développer une culture de dialogue républicain, direct et inclusif avec les jeunes. De façon spécifique, il permettra aux jeunes, d’échanger sur leurs préoccupations, leurs attentes, leurs suggestions et de formuler des recommandations. Aussi, les participants s’accorderont sur des mesures fortes de promotion des initiatives entrepreneuriales des jeunes en vue de leur participation au développement national.

Afin de mieux échanger sur le thème avec les jeunes, il est prévu au cours des travaux, des communications introductives autour des sous-thèmes, dont l’analyse rétrospective des politiques de promotion de la jeunesse au Burkina Faso : acquis, contraintes et insuffisances ; la participation et engagement citoyen des jeunes au Burkina Faso : état des lieux et propositions de stratégies et de responsabilisation des acteurs ; l’analyse du contexte d’insécurité par les jeunes : approches de gestion participative des crises et de réponses à la montée de l’incivisme, de l’extrémisme violent et aux actes terroristes, etc.

Ainsi, à l’issue des communications, les jeunes se concerteront pour identifier leurs attentes et préoccupations, formuler des suggestions et prendre des résolutions à soumettre aux autorités. La synthèse des travaux des concertations sera reversée au rapport général du forum national qui sera soumis au président du Faso Roch Kaboré.

Alassane Bala Sakandé, parrain de l’édition 2019 du Forum

La cérémonie d’ouverture officielle des travaux a eu lieu ce jeudi 19 septembre sous la présidence du premier ministre, Christophe Dabiré et parrainée par le président de l’assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

Selon le parrain, ce forum intervient dans un contexte sécuritaire marqué par la récurrence et la virulence des attaques terroristes contre le pays. C’est pourquoi, il estime que le thème de la présente rencontre trouve sa pertinence dans son exhortation au grand sens de patriotisme que chaque citoyen devrait avoir dans la situation nationale actuelle. « Aujourd’hui plus que jamais, la jeunesse est interpellée à développer des initiatives citoyennes afin de contribuer très activement à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent », a laissé entendre Bala Sakandé.

Christophe Dabiré, chef du gouvernement

Pour lui, il ne suffit pas d’exhorter la jeunesse à assumer sa part de responsabilité dans cette marche vers une société libre et prospère. « Ce serait facile de chanter à longueur de journée que la jeunesse d’un pays, c’est son avenir, sans pour autant garantir les conditions d’épanouissement de cette jeunesse. Tant que les jeunes ne seront pas libérés du carcan du chômage, point d’avenir pour une nation. Tant que des jeunes continueront de se réveiller fâchés et de se coucher déçus, l’avenir restera un vain mot », a-t-il plaidé en faveur des jeunes.

C’est pourquoi, il invite le gouvernement à définir des orientations stratégiques, ambitieuses et audacieuses pour la promotion des jeunes. Par ailleurs, il s’engage avec les députés à l’assemblée nationale, à donner une suite législative aux recommandations des jeunes issues de ce forum.

Pour le chef du gouvernement, Christophe Dabiré, les jeunes représentent un facteur déterminant pour la création de richesse et de lutte contre la pauvreté. Il a affirmé l’engagement de son gouvernement à accompagner la jeunesse burkinabè à conduire des actions fortes en faveur de l’éducation et de la formation. Car il reste convaincu que ce sont les principaux canaux de leur épanouissement et du développement du Burkina Faso.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 septembre à 12:27, par ABAABABABA En réponse à : Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

    QUAND IL S AGIT DE BOUFFER ON OUBLIE LES JEUNES. LUI NON IL EST TROP JEUNE / C EST UN ENFANT IL N A PAS D EXPÉRIENCE / IL NE RESPECTE PAS LES AINES.

    POUR LES TACHES INGRATES IL FAUT LAISSER CELA AUX JEUNES. AU MOMENT DES ÉLECTIONS COMME LES JEUNES SONT AU CHÔMAGE AVEC 2000 2000 ILS SUIVRONT ILS N ONT RIEN.

    REGARDEZ VOTRE GOUVERNEMENT VOS SPHÈRES DE DÉCISION QUELLE EST LA MOYENNE D AGE ? N AVEZ VOUS PAS ÉTÉ JEUNES ? ÉTIEZ VOUS MIEUX QUE CES JEUNES D’AUJOURD’HUI ?
    AVEZ VOUS BIEN FAIT VOTRE BOULOT ? NON BIEN SUR LA SITUATION SE DÉLITE NON PAS A CAUSE DE BLAISE ET SON FRÈRE MAIS A CAUSE DE VOUS TOUS. JE PARLE DES 50 80 ANS C EST A CAUSE DE VOUS TOUS QUE LE BURKINA FASO EST DANS LA MERDE. UNE CLASSE N A JAMAIS VOLE L ARGENT PUBLIC COMME LA VOTRE. BAFOUER LES VALEURS MORALES COMME LA VOTRE. DONC SVP ARRÊTEZ DE CHANTER UNIQUEMENT LE NOM DE BLAISE VOUS ÊTES TOUS COUPABLES ET L HISTOIRE NE L OUBLIERA GUÈRE.

    PS JE VOUS EN PRIS JEUNESSE DU BURKINA FASO DÉMARQUEZ VOUS DE CES GENS QUI VEULENT VOUS FAIRE PERDRE VOTRE SALUT, VOTRE PAIX DU CŒUR ; POUR CEUX QUI EN ONT ENCORE .

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 13:59, par sidbala En réponse à : Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

    Je crois que ce forum s’adresse aux jeunes qui ont été tramadolés les 30 et 31 octobre pour vous accompagner dans votre coups d’État, sans quoi beaucoup de la jeunesse burkinabé sont conscients et savent là ou se trouve leur avenir.

    Le coup d’arrêt porté a l’évolution du pays depuis ce temps plonge tous les burkinabé dignes et conscients dans le désarroi total.
    Ce n’est plus à coût de forum et d’autres manipulations que l’on pourra ramener la sérénité au seins de cette jeunesse déboussolée et désorientée face aux bêtises des aînés.
    SEUL DIEU EST FORT.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 18:05, par Ka En réponse à : Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

    Kayouré ! Sans Nom ! La vérité n’a pas de Nom, mais blesse et ne tue pas. Je vais être bref sur un sujet très important qui devait être suivi depuis longtemps, si cela avait été le premier objectif de nos décideurs averti, nous n’en serions pas là avec le terrorisme déguisé.

    Farouche partisan pour une jeunesse assoiffé d’une alternance politique saine sans des crimes gratuits ni la corruption à ciel ouvert, je dis à nos décideurs, que nous étions tous des jeunes, et les problèmes de la jeunesse sont à long terme et dépasse donc l’horizon politique qui est celui de la prochaine élection.

    En Afrique, tant qu’on aura affaire à des dirigeants, "cadres" et autres décideurs, dépourvus de toute VISION et qui essaient de nous faire croire qu’ils en ont une), les problèmes de la jeunesse ne feront que perdurer et même s’aggraver et prendre de l’ampleur.

    Passer la main à une autre génération ne suffira pas car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains Qu’il soit dirigeants ou responsables de la jeunesse, que chacun respecte la constitution pour permettre à la génération future de s’assumer. Si je dis cela, c’est que j’ai été déçue par certains jeunes que j’ai soutenu sans réserve au moment de l’insurrection, qui se sont après attiré par des miettes en oubliant leur objectif.

    Oui ! ce que je peux dire aux vrais acteurs de cet rencontre avec une jeunesse perdue, c’est de sauter toutes les étapes et de donner du travail aux jeunes en réduisant la corruption et le pillage des caisses de notre Etat. Donnez une partie des grands contrats de l’état et des gros marchés aux entreprises locales (PME-PMI afin que la croissance de notre pays soit plus inclusive, en touchant le plus grand nombre des jeunes. Et vous verrez que l’extrémisme baissera.

    En voyant l’autre jour nos enfants débarqué au Gabon pour une destination sans retour, je dis que presque tous les jeunes de notre pays nourrissent un même rêve : « partir » vers des horizons qui peuvent donner des opportunités d’une vie meilleure. Au fil des années, les candidats à l’immigration se font de plus en plus nombreux. Que cette immigration soit clandestine ou légale, les jeunes, et parfois les moins jeunes, semblent ne plus avoir de choix à faire. L’essentiel étant de quitter le Burkina. Pourquoi partent-ils ? Simplement, ils pensent que leur pays ne peut rien les donner, que c’est le pays des autres en occident qui est meilleur que le Burkina.

    Au-delà des chiffres réels ou imaginaires qui circulent sur le taux de chômage au Burkina, même moi qui emploi dans mon pauvre potager trois personnes, il convient de dire que c’est à ce niveau que réside la difficulté chez les jeunes. Aujourd’hui : Les pouvoirs publics tiennent un langage ambigu sur le chômage, il est très élévé dans notre pays.

    Pour que la forte croissance actuelle du Burkina soit plus "inclusive" et nous conduise vers l’émergence, il faudrait favoriser les PME-PMI dans les grands chantiers de l’Etat (autoroutes, chemin de fer qui sont octroyés aux multinationales françaises, chinoises. Dans les autres pays émergents tels que l’Ethiopie, le Kenya, l’Afrique du sud, la Turquie, le Brésil..., ces pays ont des clauses de "préférence nationale", qui obligent les multinationales qui ont les gros contrats de l’Etat à sous-traiter de 35% à 50% de ces contrats d’Etat avec les PME locales. J’y étais au Kenyan et j’ai constaté de ce que je confirme. Le Code des Investissements du Burkina et le Code des impôts contiennent beaucoup d’avantages et de privilèges pour les multinationales et les grands groupes industriels étrangers, qui ne paient pas d’impôts et qui achètent leurs outils de production en hors-taxes, sans compter que ces grands groupes sont aussi favorisés par rapport à nos PME locales, dans les gros marchés de l’Etat. L’Etat ne paie pas du tout ou alors, avec des années de retard (24 mois de délais de paiement en lieu et place des 90 jours qui devraient être la norme) nos PME Burkinabé, qui sont ainsi étouffées financièrement et beaucoup font faillite. Surtout dans notre ville économique qui est Bobo. Le "Contenu local" est le développement du tissu industriel local et des compétences locales en faisant participer nos PME aux activités industrielles dans les secteurs de l’industrie transformatrice, des mines, du coton, fruits, même dans le BTP. Ce sont les retombées directes dans l’économie nationale attendues de ces activités, en plus du paiement des taxes, et des revenus ou royalties perçus par l’Etat qui feront de notre pays, un pays émergent. Pour les PME Burkinabé, c’est la maximisation de leur recours aux ressources humaines et entrepreneuriales locales dans l’exécution de leurs projets industriels et dans leurs activités courantes... Les PME Burkinabé vont embaucher plus de jeunes du pays, si elles ont des contrats de l’Etat. Tout est possible aujourd’hui avec une racine appeler PNDS qui sera simplement d’Organiser et améliorer l’accès au financement des PMI-PME pour les jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 19:06, par la verite En réponse à : Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges

    ABAABABABA, je valide ton point de vue. tu sais de mon avis la vie de la jeunesse va beaucoup changer si un homme âgé moyennement de 35 ans viendra au pouvoir au Burkina. si nous continuions de vote des homme en fin de vie. c est gens la cherche a pérennisé leur acquis et assurer l avenir de leur enfants et petit enfant d abord. just une remarque, la vie au burkinabe n a pas change comme ce que nous avions tous souhaite avec le départ de blaise et son équipe mais si vous regardez la vie de nous dirigeant ca beaucoup changer d autre ont fini de construire leur immeuble, les enfant sont entrain d étudié a paris, au USA ou au Canada se sont leur pays favoris. c est ca la vérité actuelle des choses. ce qui me mal c est la jeunesse qui était au devant des évènement de l insurrections. aussitôt qu on les nomme ou leur partage un peu les million de la corruption ils ont oublie pourquoi ils luttaient. c est triste aussi. la jeunesse dois se réveillé et prendre conscience que quand on lutte c est pour change des générations a venir et non pas sa propre vie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Interdiction de la marche anti-impérialiste à Ouagadougou : Le Balai citoyen dénonce « une dérive progressive, insidieuse et dangereuse du régime vers l’arbitraire »
Education dans le Soum : Le grand abandon de l’Etat
Affaire charbon fin : « Le temps ne changera rien aux faits », clame Me Rodrigue Bayala, conseil de l’Etat burkinabè
Commémoration du 15 -octobre : Thomas Sankara raconté par sa sœur Colette
Situation des enfants au Burkina : Trois questions à la Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Dr Anne Vincent
Festival « Un vent de liberté » : La MACO était en fête
Message de Salifou Ouédraogo, ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles a l’occasion de la 39e journée mondiale de l’alimentation
Ecole nationale des douanes : 103 nouveaux douaniers prêts à servir avec « patriotisme »
Profession d’Avocat : Il est organisé un examen d’entrée au Centre de Formation Professionnelle des Avocats du Burkina
Journée mondiale du lavage des mains 2019 : Water Aid et Eau Vive veulent « des mains propres pour tous »
Migrations au Burkina : L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) outille les acteurs des Haut-Bassins pour une meilleure prise en charge des migrants à travers le Mécanisme National de Référencement (MNR)
Village de Sien (Nayala) : Du matériel pour soutenir les élèves et les enseignants de l’école primaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés