Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 13 septembre 2019 à 21h45min
Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

Par une conférence de presse animée ce vendredi, 13 septembre 2019 à Ouagadougou, la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) a réitéré au président Roch Kaboré, son appel à permettre au général Djibrill Bassolé d’aller se soigner à l’étranger.

« Rentré de Tunisie le 5 mai 2019, après que ses soins aient été hélas prématurément interrompus, monsieur Djibrill Bassolé devait repartir en Turquie le 10 mai 2019 pour poursuivre ses soins. Et cela conformément à ce qui avait été promis par les plus hautes autorités du pays. Malheureusement, il s’est vu opposer un refus du gouvernement par la non approbation jusqu’à ce jour de sa requête malgré la non objection du tribunal militaire pour son évacuation.

En effet, la pathologie dont souffre le général Bassolé a conduit le juge comme la première fois pour Tunis à marquer son avis favorable pour son évacuation. (…).Il y a de cela trois jours, c’était sa famille biologique, par le biais de sa fille Yasmine Bassolé qui, au vu de l’urgence, lançait un SOS aux autorités afin qu’il bénéficie de l’autorisation pour aller se soigner à l’étranger », a relaté le secrétaire exécutif de la NAFA, Pr Mamoudou Dicko.

Le premier responsable de la NAFA, Pr Dicko

Les dirigeants du parti estiment qu’au-delà de toutes considérations, la vie de Djibrill Bassolé mérite d’être protégée et préservée.

La NAFA trouve également que le refus de permettre à un quelconque prisonnier, fût-il Djibrill Bassolé ou pas, souffrant de grave maladie, d’avoir des soins médicaux appropriés à son mal, est « une privation de son droit à la santé, une torture, un acte délibéré de cruauté, un assassinat politique prémédité ».

C’est fort de ce fait, et face au traitement inhumain que subit actuellement Djibrill Bassolé, que nous appelons à l’humanisme et surtout à la responsabilité historique du chef de l’Etat, Son excellence Roch Marc Christian Kaboré, garant de l’unité et de la cohésion nationale afin d’éviter que l’irréparable se produise. Nous lui demandons et nous pensons qu’il entendra nos cris du cœur, qu’il use de tout son poids afin de prendre toutes les mesures pour permettre au citoyen Bassolé de préserver sa vie. Qu’il l’autorise à aller se soigner et de revenir faire face aux charges qu’on pourrait lui reprocher. Il est le seul à détenir entre ses mains la vie de Djibrill Bassolé », ont, une fois de plus, lancé les conférenciers.

Le général Bassolé a bénéficié du quitus du tribunal militaire.

Pr Mamoudou Dicko et ses camarades ont saisi l’opportunité de cette sortie, pour témoigner leur reconnaissance à tous ceux qui compatissent au mal de Djibrill Bassolé, notamment l’opposition politique qui, lors du dialogue politique tenu du 15 au 22 Juillet 2019, a fait un plaidoyer pour son évacuation à l’étranger pour des soins appropriés.

Pour les dirigeants de la NAFA, aujourd’hui, les actions doivent être tournées vers la réconciliation nationale. C’est ce à quoi ils exhortent les dirigeants du pays car, de leur avis, le principal défi auquel est confronté le Burkina, à savoir l’insécurité, nécessite la mobilisation de toutes les forces.

Le parti salue dans cette rude épreuve, le sacrifice des Forces de défense et de sécurité, adresse sa compassion et ses condoléances aux familles des victimes et à la nation entière et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. « La lutte contre le terrorisme nécessite d’abord que tous les fils et toutes les filles du Burkina Faso s’unissent. C’est dans cette union que nous retrouverons la paix. La NAFA s’engage à ouvrer que tous nous transcendions nos divergences et ne privilégier que l’intérêt supérieur de la nation », a réaffirmé le premier responsable de la NAFA, Pr Mamoudou Dicko.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 septembre à 19:22, par Yako En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Mr le président RMCK ne vous laissez pris en otage par les extrémistes de votre camp partant de Maître Benewende Sankara, chérif Sy,Clément/Simon et quelques officiers haineux.Accorder l’autorisation à SON EXCELLENCE MR DJIBRIL BASSOLE d’aller se soigner est un acte hautement symbolique et humain.Votre fonction et l’honneur de celle-ci vous oblige de lui accorder cette autorisation humanitaire car le plus fort n’est jamais assez fort s’il ne transforme sa force en un acte d’amour.Qu’est ce que l’histoire retiendra de vous advenant...Respectueusement Yako

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 20:36, par Ka En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Comme j’ai l’habitude de le dire dans ce forum ; ‘’’Aucune mort n’est acceptable encore moins belle, surtout d’un être très cher, fusse-t-elle brutale ou attendue lors d’une maladie. Ici, malgré que je ne porte pas une personne comme Djibril Bassolé dans mon Cœur, je compati avec ses proches et famille. Mais je dis ici qu’on récolte ce qu’on n’a semé. Combien de fois on va dénoncer les carences de notre système sanitaire sans que cela n’émeuve nos dirigeants de toutes les tendances depuis nos "indépendances". Et ça continue de plus belle, nos soucis de santé. Nos décideurs comme fut Djibril Bassolé au moment de sa gloire, n’a eu aucune vision à long terme pour trouver des solutions durables. Car avec les moyens qu’ils ont, ils étaient à l’abri des besoins pour se soigner correctement avec leurs familles a l’étranger. La grande majorité du peuple se débrouille dans les hôpitaux sous équipés avec un personnel mal formé, souvent corrompu ,inefficace et surtout inconscient de ses responsabilités sur la vie des malheureux patients dans leurs mains (pas tous évidemment ).Nos services publics sont encore mal tenus par certains administrateurs peu conscients du poids de leurs responsabilités vis à vis de la population. C’est dommage qu’au 21e siècle, la situation ne change pas malgré les budgets alloués à ce secteur d’activité vitale.
    Pour un dignitaire africain comme Djibril Bassolé, se soigner à l’étranger est également une énorme injustice envers le reste de la nation. En effet, pendant que leurs compatriotes sont condamnés à se rendre dans des structures de santé devenues des mouroirs, eux ils prélèvent sans vergogne sur les deniers publics pour aller se soigner en Occident. D’après des renseignements, il existe des structures sanitaire au Burkina, comme dans les pays voisins qui peuvent prendre en charge notre Djibril Bassolé nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 20:58, par Nabayouga En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Arretez d’emmerder les gens . Vitre general d’opérette nest pas plus digne que les autres qu’il a cntribué a assassinér. Que monsieur bassole sache quil6paye le prix de sa contribution à la dictature de kouassi blaise compaore . Et puis 27 ans durant , plus dun quart de siècle vous n’avez pas été capable de construire un hopital digne de ce nom’ alors qu’il crève au bf. Personne n’est irremplaçable.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 22:03, par Kouda En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Ka,
    je suis parfaitement d’accord avec tout ce que vous avez dit.
    Ce que je déplore chez nous, dirigeants, décideurs, simples citoyens, c’est notre manque de fierté nationale, notre manque de patriotisme. Un homme comme Djibril Bassolet devrait se sentir humilié d’être obligé d’aller se soigner à l’extérieur du Burkina Faso pour des maladies courantes. Nos médecins, tous nos personnels de la santé ainsi que tous nos décideurs devront avoir honte d’envoyer des compatriotes à l’étranger pour les soigner parce que les plateaux et compétences manquent au Faso pour soigner des maladies courantes. C’est une honte de devoir subir cela plus de 50 ans après nos indépendances. Nous ne sommes pas un Etat sérieux. Nous ne sommes pas un peuple sérieux car un peuple sérieux auraient exigé et obtenu de ses dirigeants et décideurs un système de santé d’excellente qualité.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre à 22:19, par Bebeto En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    LETTRE À LA NAFA
    Djibril Bassolé est désormais un prisonnier qui purge sa peine à la peine. Sauf en appel le Tribunal Militaire ne peut plus statuer sur son cas. Désormais, le prisonnier Djibril Bassolé est géré par le régisseur de la MACA. Donc c’est au niveau du régisseur de la MACA que les choses doivent commencer.
    Dire au Président du Faso de tordre le cou du droit pour satisfaire à la demande de la NAFA est très dangereuse.
    Messieurs de la NAFA, pour hospitaliser un prisonnier, il y a le circuit judiciaire. Si vous l’ignorez, renseignez vous auprès du régisseur de la MACA. Cela ne se fait pas par des gesticulations.
    Le droit est dur, mais si on ne l’applique pas ou si on doit l’appliquer à la tête du client, cela engendre de l’injustice et le désordre social.
    Chacun de nous doit savoir ou il met ses pieds, pour ne pas se retrouver pris dans l’étau judiciaire.
    Messieurs de la NAFA, présentement dans nos maisons d’arrêt, y a t-il combien de prisonniers malades qui souhaiteraient avoir des soins appropriés à l’extérieur ?
    Messieurs de la NAFA, les Burkinabè souffre pcq le BF est un pays pauvre, ça vous le savez, OK. Ce faisant, nos prisons, ne peuvent être aucunement un lieu de luxe, ou les prisonniers vivent mieux que les non prisonniers. Autrement, ce sera la porte ouverte à la délinquance généralisée, pour être prisonnier et donc pour mieux vivre.
    Messieurs de la NAFA, personne n’est contre Djibril Bassolé, ce n’est pas le Président Rock qui a déposé Djibril Bassolé à la MACA, c’est La Justice Burkinabé qui l’a fait déposer à la MACA pour un séjour de 10 ans, parce qu’il à fauter. Vous n’avez pas suivi le procès qui a duré plus de 18 mois ? L’Etat de droit, ce n’est pas une affaire de vocabulaire aux bouts des lèvres. D’ailleurs, il n’est pas le seul à la MACA. Nous avons, les Rambo et sans doute, les Django, les Zapata, les Trinita et les Pecos et autres qui se côtoient, à l’image de l’environnement du Far Weast. Que Dieu nous inspiré tous, afin que nous sachons ou mettre nos pieds.
    Messieurs de la NAFA, je vous conseille de vous donner de très bons conseils au sein de la NAFA, pour qu’aucun de vos militants, à l’image de Djibril Bassolé, ne soit pris un jour dans des activités putschistes ou de haute trahison. Soyons tous de vrais démocrates, de vrais légalistes.
    Sinon, ....les juges nous attendent., avec la peine de privation de liberté.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 09:11, par hampathe En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Je pense et j’espère que le Dr Dicko veut réellement que le prisonnier N° matricule.... Bassolet aille se soigner ! Il ne peut pas nous convaincre qu’il ne connait pas la procédure pour l’évacuation sanitaire des prisonniers de droit commun.
    Le président du Faso n’y peut rien, au nom de la séparation des pouvoirs.
    A moins que vous ne demandiez l’amnistie pour le prisonnier Bassolet ! Et ça, c’est une autre procédure comme vous le savez Docteur.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 09:44, par Amid En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Monsieur de la nafa. Votre leader à été condamné pour 10 ans. Calmez vous et faites appel et demandez au président une grâce pour vous aider à le faire quitter la prison. Vous avez réfuté les appels téléphoniques de votre mentor. Et si le gouvernement a fait une contre expertise de la maladie de Bassolet. Aussi ce n’est pas l’évacuation qui va le sauver. Personne n’est éternelle sur cette terre. Laissez Rock tranquille et priez. Dieu seul peut le sauver

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 10:41, par kouadio En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Donc Pour Bebeto, il doit mourir en prison ! Je croyais que le depafrt de Blaise Compaore devait servir a quelque chose. C est la haine, l’exclusion, dans leur sens primaire. Pendant ce temps, que devient notre pays chaque jour ? Des militaires et policiers qui desertent leurs position. Bebeteo, allez au front !

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 14:38, par Tony En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    il ya trop de haine dans le coeur des Burkinabés meme ceux qui nous dirigent n’y échappent pas. Comme on le dit, allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 15:37, par HAWDI En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Chers messieurs Ka et Kouda, je partage votre avis mais pensez-vous que la situation a changé depuis lors ? Depuis que Rock est au pouvoir ? Toutes mes excuses, je ne suis d’aucun parti, mais moi je ne le pense pas et je crois qu’elle s’est empirée même. La situation est la même sinon pire avec un système sanitaire complètement à terre aujourd’hui, voire inaccessible pour la très grande majorité (Cliniques). Croyez-moi je sais de quoi je parle car ayant eu un parent très malade, il a eu la vie sauve grâce à mes moyens pour se faire soigner dehors. Et je peux vous jurer que le Président Rock et ses acolytes ne sont pas conscients de cette situation qui ne les dit absolument rien (du moins tant qu’ils peuvent aller se soigner à l’extérieur sans difficulté) jusqu’à ce qu’un d’entre eux y soit en face pour le réaliser pleinement comme Mr Bassolet aujourd’hui. Ils ne s’intéressent qu’au Paracétamol gratuit pour les misérables, histoire de les gagner aux élections prochaines car en plus d’être des misérables qui ne se contentent que de paracétamol, ils sont aussi analphabètes.

    Que Dieu Le Père sauve le Burkina Faso !!

    Répondre à ce message

    • Le 14 septembre à 17:56, par Ka En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

      Si tu me lis souvent, tu sauras que je tire ma vérité a bout portant qu’il soit a Roch Kaboré ou sa clique quand l’injustice, l’impunité, ou la corruption a ciel ouvert planent sur le peuple. Ma critique fondée n’a épargné ni Roch Kaboré, ni Bassolet et son ancien régime. C’est pourquoi j’ai précisé que pour un dignitaire africain comme Djibril Bassolé, se soigner à l’étranger est également une énorme injustice envers le reste de la nation. Si ma vérité qui perce les cœurs mais ne tue pas soit publié, merci de me lire. Surtout rendez-vous, vous est donné sur ma page FACEBOOK.

      Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 21:08, par Kouda En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    HAWDI,
    Vous ne semblez pas m’avoir compris.
    Justement, la situation n’a pas changé et n’est pas prête de changer tout de suite et c’est cela que je dénonce. Nous devons tous avoir honte de chaque fois aller à l’étranger pour soigner des maladies dont la prise en charge peut et doit être rendue possible au Burkina Faso.
    Ce n’est pas seulement le régime actuel qui n’a pas conscience du problème, c’est presque nous tous et c’est cela qui est effrayant. Nous n’avons pas conscience que la santé est un droit que nous devons exiger et nous donner les moyens de l’avoir.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 14:48, par Bigbalè En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Meilleure santé à notre illustre premier général de Gendarmerie ! Dieu ne ferme jamais l’œil et c’est pour cela que rien ne lui échappe ! J’espère que Mr Djibril Bassolet et ceux qui les ont aider à détruire des familles dans ce pays lisent et commentent les événements mais aussi pensent à écrire leurs propres mémoires. Leurs écrits devraient servir d’abord à leurs propres enfants (je vois que Mlle Yasmine Bassolet est désemparée comme tout enfant devant la maladie d’un parent) et ensuite aux enfants des autres. De part le comportement indigne des adultes que nous sommes, nous avons conduit des enfants comme Mlle Yasmine Bassolet dans des situations irréparables pour eux et pour leur descendance. Alors, assumons-nous en attendant la miséricorde divine !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 08:18, par FILSDUPAYS En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Le proverbe qui dit "Tout se paie sur cette terre" est une réalité. C’est lorsqu’on pense être au dessus de tous c’est là que Dieu vous rappelle que vous aviez été conçu comme tous. S’il est vraiment prouvé que ce monsieur de ne peut se soigner sur place alors qu’on lui permette d’aller où il pourra le faire car la vie humaine est sacrée. Que chacun tire leçon de nos dérapages humains et comprenne que rien n’est définitivement acquis.

    Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 16:09, par Ka En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

      Je partage entièrement ton point de vue : Ne soyez pas étonné si une personne riche devient pauvre du jour au lendemain. Ou si certaines personnes perdent la vie dans des conditions pitoyables ou dramatiques tous ceux-ci viennent des actes qui nous faisons. Comme il est mentionné dans la Bible, on récolte ce que l’on sème. Certaines personnes oublient que nous vivons dans un univers avec ses règles. Dieu a mis en nous cette richesse que nous pouvons matérialiser dans notre extérieur avec exactitude. Il n’existe pas de chances, ni de coïncidences ; tout ce qui nous arrive dans la vie provient de notre intérieur avec exactitude. Nous sommes ce que nous pensons et faisons tous les jours. Vous pensez à la peur, jalousie, envie, maladie tous les jours, c’est ce qui viendra à vous. Vous pensez le contraire tous les jours et vous serez récompensez.

      Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 12:40, par SAA En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Aucun prisonnier n’ira se soigner à l’étranger fut-il Général ou quoi encore ?
    voici quelques solutions RADICALES pour le développement de mon Faso
    1-Dans mes écrits je disais que la question Universitaire trouvera solution si une loi interdisait les membres du Gouvernement et les présidents d’institutions d’envoyer leur progéniture dans les universités étrangères.
    2-Pas de possibilité pour ces mêmes dignitaires d’aller se soigner à l’étranger
    3- Leur servir l’eau de l’ONEA ou des puits dans des calebasses lors des ateliers et visites dans les villages
    4-
    5-
    complétons la liste

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 16:06, par Vérité En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Chers NAFA, de quoi souffre celui qui a voulu brûler le Burkina pour un fauteuil présidentiel ? Etes vous sûrs que le Burkina n’a aucun spécialiste pour son suivi chez nous ? Si réellement son cas est urgent, on ne devrait pas avoir honte de dire de quoi souffre . De cette façon, chacun jugera mieux la situation. Puisque vous voulez donner l’information, allez jusqu’au bout donc de votre démarche. Autrement, fermez-la. Nous avons mieux à faire avec le feu qu’ils ont allumé sur notre cher pays.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 06:04, par Siébou En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Y a-t-il un pays au Monde où les prisonniers sont soignés à l’étranger ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 07:40, par Siébou En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Le comportement de Bassolé m’a permis de mieux comprendre le fameux débat homme-fort / institutions fortes de Blaise et Obama. J’avais cru que Blaise avait raison quand il a dit que ce sont les hommes forts qui rendent les institutions fortes. C’était juste valable pour nos jeunes États militaires. Dans les démocraties, ce sont les institutions fortes qui se mettent à la disposition du Président élu pour maintenir le niveau du pays dans tous les domaines. Chaque présidentiable devrait considérer les institutions comme supérieures à sa personne individuelle. Djibril a-t-il respecté l’institution judiciaire ? A-t-il permet au Peuple de savoir ce qui s’est passé ou ce qu’il a fait pendant le coup ? Bref, je me demande ce que le Burkina peut attendre d’un tel Monsieur. Ceci dit je souhaite qu’il retrouve la guérison là-bas au pays et purger sa petite peine qu’il a écopé.

    Répondre à ce message

  • Le 18 septembre à 14:39, par Amadou En réponse à : Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso

    Chacun suit ou vit son schema divin. Il y a 10 ans si on disait a Djibril qu’il va etre condamné a 10 ans de prison il sera etonné du comment et pourquoi. S’il est sur la pente de la mort même si on lui porte tous les medecins du monde il mourra. C’est Dieu qui est fort

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale : Le gouvernement autorisé à ratifier les conventions de financement par voie d’ordonnance
Situation nationale « Il faut que tous les Burkinabè redescendent sur terre (…) », Pascal Zaïda
Chef de file de l’opposition politique : Les résultats de l’audit organisationnel et fonctionnel passés à la loupe
Djibo : Un nouveau maire pour tresser le courage et la résilience
Gestion au ministère de la Défense : L’opposition insiste sur la nécessité de lever le secret-défense
Lutte contre l’insécurité : L’opposition politique salue l’action des Forces de défense et de sécurité
CDP : Le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 reconnu par le ministère de l’Administration territoriale
Drame de Hantoukoura : Le MPP invite le gouvernement à accélérer le processus de recrutement de volontaires
Burkina : Les jeunes veulent proposer un avant-projet de loi sur leur participation politique
Burkina : La NAFA condamne "les propos calomnieux et diffamatoires" de Clément Sawadogo à l’encontre de Djibrill Bassolé
Burkina : « Prochainement, le MPP tiendra les extraterrestres pour responsables de son inqualifiable échec », Pr Mamoudou Dicko président de la NAFA
Burkina : Le CDP convoque un congrès extraordinaire pour rapporter les sanctions disciplinaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés