Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tu ne changeras jamais ta vie sans changer quelque chose quotidiennement ; Le secret du succès se trouve dans la routine de chaque jour» John C. Maxwell

Ouverture de la chasse : Les vieilles habitudes refont surface

Accueil > Tourisme • • mercredi 31 décembre 2003 à 11h58min

La chasse est ouverte depuis le 1er décembre 2003. La cérémonie marquant l’événement de façon officielle est intervenue le 20 décembre dernier à Konkombouri dans la Kompienga. Malheureusement, il n’y a pas seulement que les chasseurs en règle qui renouent avec leur activité. Les adeptes de la battue ont eux aussi repris le chemin de la brousse et le braconnage sévit.

Ces individus qui opèrent dans l’illégalité massacrent le gibier. Ils tuent tout ce qui leur tombe, sous la main, même les espèces protégées. Ni les femelles en gestation, ni celles qui allaitent, ni même les petits ne sont épargnés. De tels individus sont un danger pour la faune qui pourtant constitue une ressource inestimable pour l’ensemble du pays. Des Européens et habitants d’autres continents dépensent des fortunes uniquement pour voir et filmer les espèces sauvages dans leur milieu naturel. Ce qui procure de l’argent à l’Etat.

Les mordus de la chasse sportive, des safaris et autres expéditions de chasse aux gros gibiers, les amateurs de trophées sont prêts à payer des sommes énormes rien que pour pouvoir s’adonner à leur activité favorite. La faune est une source de revenu. Que se passera-t-il donc si ce patrimoine que sont les animaux sauvages venait à disparaître ? Assurément, ce serait une grande perte pour le pays tout entier. Et c’est pourtant ce qui risque d’arriver à la longue si l’on n’y prend garde. En effet, pour le commun des mortels au Burkina, l’animal de brousse appartient à celui qui le capture ou qui le tue. On ne comprend pas toujours ici le pourquoi des mesures restrictives de la loi en matière de chasse. Ce qu’il faut savoir, c’est que même vivants, les animaux sauvages sont utiles en raison non seulement de l’attirance des touristes et des chasseurs d’image, mais aussi pour le rôle que ces animaux jouent dans l’équilibre de l’écosystème.

Par ailleurs, chasser le gibier n’est pas une mauvaise chose en soi si c’est pour se nourrir. Il faut seulement que ce soit fait dans la légalité et aussi dans le respect de la faune afin de permettre aux différentes espèces sauvages de se reproduire et de se perpétuer. Malheureusement des gens peu scrupuleux pillent systématiquement (même en période de fermeture de chasse) cette ressource comme si elle était inépuisable. En plus, ils le font à leur seul profit. Parfois ces individus bénéficient de complicités au sein des populations. De telles pratiques sont à proscrire parce que lourdes de conséquences pour notre patrimoine faunique. Ce sont des cas à dénoncer et à combattre. Il s’agit là d’un impératif et chaque Burkinabé doit s’impliquer dans la lutte contre le braconnage, le pillage de notre bien commun. Il y va de l’intérêt de tous.

Sibiry KONE
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les députés adoptent un projet de loi portant loi d’orientation du tourisme
Burkina Faso : La mare aux crocodiles sacrés de Bazoulé se meurt
Centre écotouristique de Bagré : La renaissance
Diaspora : Boubacar BARA lance les cartes à jouer ‘’Burkina Tourism’’ pour promouvoir l’image du Faso
Promotion du tourisme en milieu scolaire : L’agence de voyage NOURAINI Travels apporte sa contribution
Spécial Saint Sylvestre au restaurant "L’Eau vive" de Ouagadougou
Burkina Faso : Le ministère du Tourisme sensibilise sur l’apport économique du secteur touristique dans le Sud-Ouest
Bobo-Dioulasso : L’Office national du tourisme burkinabè renforce son partenariat avec les acteurs de l’hôtellerie des Hauts-Bassins
Promotion du tourisme interne : Les tarifs hôteliers en baisse de 25%
Restaurant l’eau-vive : Spécial Saint valentin
Spéciale Soirée Saint Sylvestre au Restaurant "L’Eau Vive" de Ouagadougou
Tourisme : « Le Burkina Faso est toujours un endroit où il fait bon vivre », dixit Nelson Congo, directeur de l’ONTB
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés