Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté dе défοrmеr lеs imаgеs fοurniеs раr lа реrсерtiοn, еllе еst surtοut lа fасulté dе nοus libérеr dеs imаgеs рremières, de changer les images. » Gaston Bachelard

G5 Sahel : Les policiers ne veulent plus rester en marge de la lutte contre le terrosisme

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mercredi 11 septembre 2019 à 14h30min
G5 Sahel : Les policiers ne veulent plus rester en marge de la lutte contre le terrosisme

Le G5 Sahel veut une plus grande implication des Forces de sécurité intérieure des pays membres dans la lutte contre le terrorisme. Pour ce faire, les ministres en charge de la Sécurité des pays membres de cette plateforme de coopération sont réunis à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture est intervenue ce 11 septembre 2019.

Ce conclave des ministres de la Sécurité des pays membres du G5 Sahel intervient alors que l’activisme des groupes terroristes a repris avec intensité. Le Burkina Faso qui assure la présidence tournante de l’organisation a perdu une trentaine de ses citoyens en l’espace de trois jours dans des attaques terroristes. Pourtant, la mise en place du G5 Sahel avait suscité beaucoup d’espoir de voir ces attaques diminuer, disparaitre.

« Force est de reconnaitre que les avancées enregistrées depuis n’ont pas toujours été à la hauteur des espérances initiales », reconnait le secrétaire permanent du G5 Sahel, Maman Sambo Sidikou. L’une des nombreuses raisons résiderait dans le fait que des maillons importants de la chaine de lutte ont longtemps été laissés en marge. Il s’agit entre autres des forces de sécurité intérieure.

« Pour le moment, les forces de sécurité intérieure sont moins sollicitées dans ce combat. Nous-mêmes, ministres de la Sécurité, sommes très peu impliqués dans les activités du G5 Sahel », a reconnu pour sa part le ministre burkinabè de la Sécurité, Ousséni Compaoré. « L’analyse de cette guerre asymétrique et perfide qui nous a été imposée et la stratégie utilisée jusque-là par nos pays dans le cadre du G5 sahel nous engagent à mener des réflexions approfondies afin d’apporter des réponses globales et inclusives, prenant en compte les besoins de protection des populations et ce, en collaboration étroite avec l’action militaire », a-t-il ajouté.

La police, rompue dans le renseignement qui est un élément central dans la lutte contre le terrorisme, veut donc occuper la place qui est la sienne dans le dispositif du G5 Sahel. « Il devient plus qu’urgent d’affronter cette problématique en appliquant une approche plus intégrée, impliquant entre autre l’articulation d’une collaboration policière et en matière de renseignement plus efficiente. Dans cette optique, le G5 Sahel se doit de redynamiser les activités de la plateforme de coopération en matière de sécurité (PCMS) au niveau régional et d’accélérer son opérationnalisation dans tous ses démembrements nationaux », a pour sa part noté le secrétaire permanent du G5 Sahel, tout en insistant que la réponse strictement militaire seule ne suffira pas à venir à bout de la gangrène terroriste.

« Le rôle du renseignement, le travail des forces de police, font partie de l’arsenal le plus pertinent en vue de lutter plus efficacement contre les groupes terroristes et leurs alliés que sont toutes les autres bandes criminelles actives dans notre région », a poursuivi Maman Sambo Sidikou.

Face à des ennemis qui s’unissent, qui se structurent selon les experts, le G5 Sahel veut également intensifier et mieux coordonner la coopération dans le domaine de la police et du renseignement. Le renseignement pour casser du terrorisme, mais aussi pour démanteler les trafics de drogue et d’armes, la criminalité organisée, les enlèvements contre rançon, la traite des êtres humains, qui alimentent les activités des groupes terroristes dans la région.

« Toutes ces bandes criminelles se nourrissent désormais mutuellement de leurs œuvres maléfiques spécifiques et se constituent même des territoires entiers ou règnent leurs règles et où l’Etat n’a plus réellement droit de cité », regrette Maman Sambo Sidikou.

La réunion des ministres de la Sécurité des pays membres du G5 Sahel intervient après celle des experts et à quelques jours du sommet des chefs d’Etat de cette plateforme de coopération qui comprend le Burkina Faso, le Mali, le Niger, la Mauritanie, et le Tchad.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vision post-2020 de la CEDEAO : Bobo-Dioulasso accueille la première phase d’évaluation
G5 Sahel : Une troisième conférence pour renforcer la confiance entre les FDS et les populations
Ministère des Affaires étrangères : Alpha Barry rend hommage aux agents admis à la retraite
Diplomatie : Des anciens ambassadeurs du Burkina proposent leurs services au chef du gouvernement
Sommet de Pau sur le Sahel : La déclaration conjointe des chefs d’État
Sommet de Pau sur le Sahel : Le programme des travaux de ce lundi 13 janvier 2020
Please note that there are two different Vacancy Announcements for this position. (Ouaga-2020-003 RA1) is for the normal required education, while (Ouaga-2020-003 RA1S) is for the substitution of your experiences for education.
Sommet du G5 Sahel à Pau : S’accorder pour une nouvelle dynamique dans la lutte contre le terrorisme au Sahel
G5 Sahel : Les ministres des Affaires étrangères peaufinent le sommet de Pau à Ouagadougou
G5 Sahel : « Le président Kaboré a fait preuve de volontarisme et d’intelligence diplomatique », analyse Dr Windtata Zongo, spécialiste en relations internationales
Passage du CFA à l’ECO : Les ministres des Finances de l’UEMOA saluent des « avancées historiques »
Opération barkhane : Point de situation du 19 au 27 décembre 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés