Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Crise à la RTB : « Elle n’a que trop duré », déplore le ministre de la Communication

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • jeudi 5 septembre 2019 à 21h35min
Crise à la RTB : « Elle n’a que trop duré »,  déplore le ministre de la Communication

Le ministère en charge de la Communication a tenu ce jeudi 5 septembre 2019 à Ouagadougou, son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) sous le thème « Management et efficacité des structures ».

Le premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du ministère de la Communication et des relations avec le parlement se tient alors que les médias de service public fonctionnent au ralenti. Plus de journal à 19h sur la radio nationale, pas non plus de journal télévisé à 20h. « Forcément, nous allons en parler », a dit le ministre Rémis Fulgance Dandjinou, avant d’ajouter que des informations seront données par les différents établissements publics de l’Etat qui prendront part à ce CASEM.

Le premier responsable du ministère a appelé les journalistes de ces médias à raison garder. Ce, a-t-il poursuivi, parce que la lutte est certes importante, mais la préservation des acquis l’est tout aussi. La place qu’occupe la RTB actuellement, foi de Rémis Fulgance Dandjinou, n’a pas été acquise en une semaine, mais est le résultat des acquis des luttes des personnes qui s’y sont succédé.

« Les questions de plateforme sont importantes, mais il faut trouver un juste milieu pour ne pas porter atteinte au crédit et à l’honorabilité de ce média qui reste quand même le média national par excellence(…) Pour le reste, les discussions et négociations entre les acteurs syndicats et le gouvernement doivent se poursuivre pour trouver une solution à une crise qui n’a que trop duré à la fois en termes de préjudice portée à l’image des médias de service public et en termes de services rendus aux Burkinabè dans l’accès à l’information, à l’éducation et au divertissement », a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Recadrer pour le reste de l’année

« Management et efficacité des structures », c’est le thème de ce CASEM. Ce sera l’occasion de passer en revue le rapport d’activités pour dégager les forces et faiblesses, consolider les acquis et échanger autour du management comme outil indispensable à l’efficacité. Le thème de ce rendez-vous vise à améliorer le management des structures du ministère pour que cela soit un outil dans l’atteinte des performances.

De l’avis du ministre Dandjinou, seul orateur de la cérémonie d’ouverture, l’argumentaire du déblocage tardif des fonds ne saurait justifier le nombre d’activités non réalisées au niveau des services.

Il a ainsi déploré le faible taux de réalisation des activités dans certains services. Il est important que les directeurs de ces services s’impliquent et portent mieux les programmes d’activités pour plus de performance, a recommandé le ministre. Et le présent CASEM sera l’opportunité de discuter des difficultés et de s’inspirer d’autres services qui arrivent à tirer leurs marrons du feu, malgré le contexte difficile. Le ministre a ainsi salué les performances de la RTB, de l’ISTIC, du service de passation des marchés…qui ont réalisé un taux d’activités appréciable.

TCS
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 septembre à 16:35, par Sacksida En réponse à : Crise à la RTB : « Elle n’a que trop duré », déplore le ministre de la Communication

    D’abord, cette crise a trop dure par ce que Mr le Ministre vous etes incompetent visiblement dans la transformation de ce media public en media semi-prive avec toutes les consequences que cela requiert pour chaque partie prenante. Dans le cadre d’une societe d’Etat, le financement des activites revient a la production des ressources de la maison et completees en partie par le tresor public. De surcroit, il y"a tout un changement de mentalites du personnel de la RTB en l’occurrence les cadres et les employes qui y travail. Soyons bien clair, dans le cadre d’une societe d’Etat, il n’est plus question que le tresor public finance a 100% les activites de la structure. Le Directeur et tout le personnel doivent liberez leurs genies createurs afin de faire fonctionner la structure semi-prive. C’est clair et que chacun prenne orizontalement ses responsabiltes. Ca suffit le laxisme.Courage et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 17:02, par sidbala En réponse à : Crise à la RTB : « Elle n’a que trop duré », déplore le ministre de la Communication

    Décidément’ rien ne va dans ce pays, si on trouve que les agents sont exigeants, il faut aussi reconnaître les premiers fautifs sont aussi les responsables des différentes structures qui n’ont pas un esprit managériale et surtout manque de respect à leurs collaborateurs.

    Ce même monsieur qui prône l’esprit de tolérance avait toujours maille a partir avec les agents de canal 3, je crois qu’il a aussi utilisé les agents de cette télé privée pour atteindre son objectif, en prenant pour super man où il animait une émission et distribuait des cartons rouges et oranges aux différents membre du gouvernement a l’époque, en tout cas il semble ne pas être un enfant de cœur, comme il prétend laisser voir, aux agents de la RTB de savoir faire la part des choses.
    Il ne faut qu’il joue avec votre intelligence.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 10:27, par Sy Boubakar En réponse à : Crise à la RTB : « Elle n’a que trop duré », déplore le ministre de la Communication

    Il y’a manifestement quelque chose de pourri dans le royaume de la communication publique burkinabé, pourriture qui prend sa source dans un pêché originel :La certitude bien ancrée chez certains que les journalistes du service public ne valent rien et qu’on peut les traiter comme des moins que rien où des moutons de langage et des mouches du coche .Conséquences les ressentiments se sont exacerbés au fil du temps, et,le moment est venu de trancher dans le vif pour permettre à la machine de repartir à plein régime. Tout autre solution équivaudrait à établir un cautere sur une jambe de bris .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Médias : Bientôt une émission dédiée essentiellement aux réseaux sociaux à la télé BF1
Semaine du numérique : United Nations Capital Development Fund outille des jeunes à l’utilisation du digital
Semaine du numérique : La 15e édition bat son plein à Bobo-Dioulasso
Entreprenariat et innovation : KeoLID inaugure son siège de Bobo-Dioulasso
Médias : Le Conseil supérieur de la communication suspend l’émission Biibénooré de radio Optima FM pour 3 mois
Journalisme : La défense des droits de la presse et la promotion du respect de l’éthique et de la déontologie, le leitmotiv de Crédo Tetteh, journaliste togolais
Ouverture du Prix AJB de la redevabilité citoyenne en journalisme
Burkina : La Société des éditeurs de la presse privée dit halte au piratage des journaux !
11e édition des Universités africaines de la communication de Ouagadougou : Un briefing pour les journalistes de Bobo-Dioulasso
Loi anti-corruption : La déclaration de patrimoine et le délit d’apparence débattus à Bobo-Dioulasso
Médias : L’agence panafricaine d’ingénierie culturelle présente son site d’informations www.noocultures.info
Innovations technologiques : MIFOM, une nouvelle application pour la sécurité des enfants
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés