Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • lundi 2 septembre 2019 à 21h47min
Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats

Dans ses réquisitions, le parquet avait placé la barre très haut : prison à vie et destitution des principaux accusés de leur grade de général. Dans son verdict, ce lundi 2 septembre, le tribunal a finalement condamné Gilbert Diendéré à 20 ans de prison et Djibril Bassolé à 10 ans. Déchus chacun d’une décoration, ils ont 15 jours, à l’instar des autres accusés, pour faire appel. En attendant, nous vous proposons quelques réactions d’avocats à l’issue du verdict.

Me Mathieu Somé, avocat du Général Gilbert Diendéré :

« 20 ans, c’est excessif. Sur l’attentat à la sûreté de l’Etat, nous posons la question de savoir s’il y avait un État légal le 16 septembre. Chacun a une idée du coup d’Etat. Nous, nous avons visé des dispositions légales qui disent qu’il y a coup d’Etat quand on renverse par la violence un régime légal. La question qu’on se pose tout de suite, c’est ce qu’est un régime légal. On a la réponse dans la Constitution. L’article 167 dit que tout pouvoir légal doit tirer sa source de la Constitution. Or le pouvoir qui était en place le 16 septembre était assis sur une charte et non la Constitution. Alors pourquoi nous condamner sur l’attentat à la sûreté de l’Etat ? C’est un jugement ostensiblement politique ».

Me Guy Hervé Kam, avocat des parties civiles

« C’est déjà un très grand soulagement qu’on ait pu mener ce procès jusqu’au bout. Nous sommes totalement satisfaits du verdict parce que nous disions dès le départ que chacune des parties avait sa vérité mais que la plus importante était la vérité du tribunal. Et notre souhait était que cette vérité se rapproche plus de la vérité des faits. Le tribunal a fait application de peines que nous trouvons tout à fait clémentes mais nous disons que notre objectif n’était pas la vengeance. Et nous pensons que les victimes peuvent désormais reposer en paix. Le 22 octobre, on se retrouvera ici pour statuer sur les réparations. Comprenez que toutes les victimes décédées, blessées dans leur chair et ceux qui ont perdu des biens auront des réparations à demander. »

Me Mireille Mariam Barry, avocate du Général Djibril Bassolé

« Pour nous, la trahison n’était pas constituée, par conséquent, il faut que nous ayons entre nos mains le décisions des juges pour pouvoir apprécier les faits qui ont motivé qu’ils retiennent la trahison à l’encontre de M. Bassolé et qu’ils prononcent une peine de 10 ans. Je ne peux pas me prononcer sur un quelconque appel parce qu’à l’heure où je vous parle, je n’ai pas officiellement rencontré mon client pour avoir sa position. La décision de faire appel lui appartient. J’estime qu’il y a une main invisible sur certains actes qui ont été posés au cours de la procédure puisqu’il y a des règles qui n’ont pas été respectées. Une main invisible, ça peut être le politique ou autre chose. »

Me Prosper Farama, avocat des parties civiles

« D’être arrivés à l’issue de ce procès, c’est la principale victoire. Pour nous, c’est une victoire du peuple burkinabè, une victoire pour la démocratie et l’Etat de droit. Ce que nous espérons, c’est que tout le monde tirera comme leçon que plus jamais aucun Burkinabè, armé ou non, ne pensera qu’un coup d’Etat puisse le conduire au pouvoir. Seul le peuple, par sa légitimité, donne le pouvoir ».

Propos recueillis par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 septembre à 14:11, par Yako En réponse à : Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats

    Maître P.Farama, tu racontes du n’importent quoi.Le peuple a-t-il donner le pouvoir au CNT ? Simplement une minorité violente s’est emparée du pouvoir les 30 et 31 octobre 2014 qui se confond avec le peuple quelle arrogance ! Pour preuve Mme Sereme Saran a cru sincèrement qu’elle incarnait la légitimité populaire mais 13 mois après vérification dans les urnes elle n’a recueilli que 0,001 %de confiance des citoyens.Michel Kafando a été élu par un conseil d’administration comme le Faso était une société d’état,idem pour Chérif Sy et sa caste (désœuvrée) Quant à Zida et son gouvernement ils sont l’expression de cette minorité violente. Ou est la légitimité donc cher maître ? Conclusion : Réfléchissons avec la tête et non avec...j’espère qu’on ouvrira bientôt le procès de l’autre illégalité.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 10:19, par Lombo En réponse à : Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats

    Le peuple donne le pouvoir par la violence également Maître. Nous devons alors réviser notre constitution. Mais en attendant pouvez vous nous dire quelle est la base légale de ce procès ? Faute de quoi la seule leçon est de savoir que seule la violence est légale au pays des hommes intègres et que la justice reste celle des vainqueurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
Verdict du procès du putsch de 2015 : La réaction de quelques avocats
Verdict du Procès du putsch de septembre 2015 : Des Ouagalais réagissent
Verdict du procès du putsch du CND : Retour sur une demi-journée peu ordinaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés