Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 2 septembre 2019 à 21h45min
Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom »,  précise Arsène Bongnessan Yé

Une délégation de la direction politique nationale du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), conduite par son président, Eddie Komboïgo, était, ce samedi, 31 août 2019 à Boromo (chef-lieu de la province des Balé) pour la première assemblée générale de sa section provinciale. Une rencontre qui a marqué le retour sur scène du premier président du parti, premier Président de l’Assemblée nationale de la IVe République, Dr Arsène Bongnessan Yé, appelé ici le « lion politique » et « fidèle compagnon » de Blaise Compaoré.

« C’est la première fois que j’apparais en public pour prendre la parole. Mais, ça ne veut pas dire que j’ai quitté le CDP », s’est annoncé Dr Arsène Bongnessan Yé avant de soutenir dans des propos on ne peut plus clairs : « Je suis un artisan principal de la création du CDP. Dans les conditions qui sont les nôtres, avec l’autorisation du président Blaise Compaoré, je suis un des principaux acteurs de la création du CDP et je ne peux pas le laisser tomber parce qu’il y a des problèmes. Je suis au CDP, sauf si ça change de nom ».

Puis, il replonge dans les évènements qui ont secoué son parti, notamment l’insurrection populaire et le putsch manqué. « Après les évènements que nous avons vécus, le CDP était dans un état délabré. Nous avons tous été touchés, les uns aussi que les autres. (…). Il fallait des hommes pour remonter le parti. Eddie Komboïgo a joué un grand rôle dans la reconstruction du parti, et ça, il faut le dire », a-t-il retracé, louant le mérite du président du parti, Eddie Komboïgo.

L’ex-ministre d’Etat chargé des relations avec les institutions et des réformes politiques a ensuite exprimé sa peine par rapport à la situation que traverse le pays. Pour Dr Yé, l’on ne peut rester de marbre face à ce que vit le Burkina. Il appelle donc l’ensemble des Burkinabè à dépasser les clivages politiques pour secourir la patrie. « La situation que nous vivons, c’est comme lorsque vous êtes dans un village, où vous avez un grand barrage et la digue est en train de céder. Si la digue cède, c’est tout le monde qui sera mouillé. Donc, il ne faut pas attendre que la digue du Burkina cède avant de se lever. Il faut que nous nous levions maintenant. On ne peut pas s’asseoir et regarder », invite l’ex-ministre d’Etat chargé des relations avec les institutions et des réformes politiques, Dr Arsène Bongnessan Yé. C’est en cela qu’il galvanise également les militants à l’unité pour faire en sorte que le CDP reprenne le pouvoir en 2020 pour œuvrer au bien-être des Burkinabè.

‘’ Beaucoup de gens tremblent parce que le CDP s’est réveillé ‘’

« Il n’y a pas ce parti au Burkina qui peut renverser le CDP. Ce parti n’est pas encore né », assure à la suite, le coordonnateur du Haut conseil du CDP, Mélégué Traoré. « Il y a beaucoup de gens qui tremblent maintenant ; puisqu’ils pensaient que le CDP était mort ! Actuellement, tout le monde sait que le CDP est réveillé. Ce qui est important aujourd’hui pour le CDP, c’est la cohésion, notre union. C’est cela qui va faire notre force », commente M. Traoré, recommandant aux militants de faire fi de ce qui se raconte au sujet du parti et à plutôt travailler à la cohésion et à l’unité.

« Aussi longtemps que nous ne serons pas unis, nous ne pouvons pas vaincre. L’étape dans laquelle nous sommes est devenue une étape de conquérant. Il ne suffit pas d’exister (mettre en place des structures de base), mais d’être conquérant grâce à l’action. (…). Si nous passons notre temps aujourd’hui à hésiter entre 20 candidats, eh bien, nous n’allons jamais gagner », interpelle l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Mélégué Traoré.

Tout en souhaitant que les intentions à la candidature pour la présidentielle s’expriment dans le cadre du parti, Mélégué Traoré souhaite également que le parti s’attèle à prendre d’assaut, dès septembre, l’ensemble du territoire. Pour lui, la victoire doit être celle du CDP en 2020.

Eddie Komboïgo à Dr Yé : « J’ai besoin de ton courage, ta persévérance, ton engagement patriotique »

« Qui parle de Boromo parle des Balé, parle du Mouhoun. Peut-on parler de cette belle région, berceau de la lutte anti-coloniale, sans évoquer la mémoire d’hommes héroïques et valeureux dont les noms sont gravés dans les livres d’histoire de notre pays. Laissez-moi rendre hommage au président Daniel Ouezzin Coulibaly, combattant intrépide pour l’indépendance, homme politique émérite et vice-président du Conseil du gouvernement de la Haute-volta, disparu en 1958 à la veille de l’indépendance.

Sa sueur, sa combattivité nous ont aujourd’hui permis de nous regarder, d’être fiers et de dire que nous sommes indépendants », a pour sa part, magnifié le président du CDP, Eddie Komboïgo. Dans ce même élan d’hommage au président Nazi Boni, l’auteur de « Crépuscule des temps anciens », mort en 1969, Eddie Komboïgo exhorte à poursuivre leur combat.

C’est dans la même veine qu’il rendu hommage à Dr Arsène Bongnessan Yé, qu’il qualifie de digne héritier politique de Daniel Ouezzin Coulibaly, Nazi Boni et de compagnon de toujours du président d’honneur du CDP, Blaise Compaoré. Il salue la « loyauté » et l’« engagement sans faille » aux côtés de Blaise Compaoré quand il fondait l’ODP/MT (Organisation pour la démocratie populaire/Mouvement du travail), il fut le président, et même en 1996 quand se formait le CDP et dont il fut encore le président. « Quelle valeur ! », clame-t-il. « Baobab politique, boussole et guide pour le CDP. C’est une chance pour nous jeunes que de t’avoir à nos côtés. J’ai besoin de tes conseils, j’ai besoin de ton courage, j’ai besoin de ta persévérance, j’ai besoin de ton engagement patriotique », s’est-il adressé à Arsène Bongnessan Yé.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

OHL
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 septembre à 05:17, par LAGUI ADAMA En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Vive le CDP Vive son Excellence BLAISE COMPAORÉ Qu’Allah le bénisse et le protège

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 10:55, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    D’abord, Dr Arsene Bongnessan Ye l’homme de la celebre phrase en sa qualite a l’epoque de President de l’Assemblee des Deputes du Peuple : "La morale agonise au Burkina Faso" "Si Blaise compaore est le Chef du Village, moi Bongnessan je suis le chef de terre". Une telle phrase de lese majeste, et qui lui a coute son poste a la rentree de la seconde legislature de 4eme Republique sous le regne de l’enfant terrible de Ziniare. En fait, Bongnessan etait l’un des medecins personnel du President Thomas Sankara, mais apres le 15 octobre 1987 sanglant, il s’est range derriere Blaise Kouassi Compaore pour ne pas subir le courou de ce dernier. Aujourd’hui la morale a ete enterre depuis des decennies et maintenant l’on commemore meme ses funerailles. De surcroit, plus grave la mauvaise gouvernance, la dictature camouflee de Blaise et sa compromission avec des chefs terroristes ont conduits le Burkna Faso et son peuple au bord de la rupture de la fameuse Digue. Que Dieu et nos ancestres viennent au secours de ce peuple Burkinabe courageux et integre, que des politiciens assoiffes de pouvoir et de leurs interets personnels egoistes utilisent des moyens d’actions malhonete pour parvenir a leurs fins. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 11:28, par Thién En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Ce monsieur n’a toujours rien compris à la vie et croit qu’il est né pour "suivre" les "autres" !
    Non content d’avoir été maintes fois malmené par Blaise, il continue à faire ses éloges comme s’il est toujours "titanisé" !
    Comment peut-on avoir de la personnalité et agir ainsi !
    Quelle image voudrait-il laisser un jour de lui ? Dommage et mille fois dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 17:15, par Bigbalè En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Mr Boongnessan, avec tout le respect que votre exige des plus jeunes, veuillez relire un jour la transcription de vos déclarations de ce jour à tête reposée en vous rappelant bien sûr votre parcours au sein du Conseil National de la Révolution de Thomas Sankara, ensuite au sein du Front Populaire, de l’ODPMT, du CDP. Pour beaucoup de gens, votre silence depuis l’insurrection avait fait de vous l’un des personnages qui a compris que sa génération s’est trompée et a décidé courageusement de s’éloigner de ce champ politique que le CDP a rendu insalubre en accompagnant Blaise Compaoré dans sa bêtise. Cette déclaration est pour moi l reflet de misère morale mais j’espère qu’avec l’aide de vos amis sincères et de votre famille, vous ne poserez plus jamais de tels actes, afin de garder votre honneur et celle de votre famille intacte !

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 17:40, par Henriette kouassi En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Bonjour "Sacksida",nous constatons que vous aviez de la mémoire. Et celui qui a dit qu’il préfère être avec les vivants que d’être avec les morts. Ce dernier avait tourné le dos à Valère et aux autres. Le Chat Noir du Nayala et le Philosophe de la Kossi pourront te donner plus d’informations. C’est bien vrai que le Barbu a été le docteur du président du CNR,mais je te demande de l’approcher pour beaucoup apprendre sur l’histoire du Burkina. Actuellement les burkinabé doivent chercher à aller à réconciliation pour construire un Burkina Faso Nouveau. Les Burkinabé sont intelligents et grands travailleurs, si les Rwandais et les Sud-africains ont pu se réconcilier avec eux-mêmes, pourquoi pas les Burkinabé. Africains, soyons] positifs pour construire notre cher Continent. Que nos Ancêtres nous aident.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 18:36, par LAMILOTRE En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    La particularité de Bongnessan,c’est qu’il est véridique patriote.Il attire l’attention de tous les Burkinabè sans exception à œuvrer pour que le pays ne sombre pas.Un message positif à partager par tous.C’est ce type de langage de paix que les acteurs politiques doivent s’évertuer à utiliser et non de semer la haine et les conflits d’intérêt claniques.

    Répondre à ce message

  • Le 3 septembre à 22:19, par TGB En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Monsieur bigbalè,
    Vous aussi qu’est ce que BONGNESSAN a dit de mal dans tout ça.
    Faut faire pardon

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 08:28, par HORUDIAOM En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    J’ai beaucoup apprécié les propos de Dr Bongnessan, qui, invite tous les Burkinabè(quelque soit son courant politique) à s’unir contre les attaques terroristes afin que le pays ne sombre pas. C’est un message responsable. Et c’est ce langage que le président du CDP devrait tenir. En rappel, Eddie COMBOIGO avait déclaré en 2018 que si les Burkinabè voulaient la fin des attaques terroristes, qu’ils votent le CDP en 2020. C’est irresponsable de faire de telle déclaration. Enfin, mon conseil à Bongnessan, c’est qu’il prenne du recul. Il a tout perdu dans cette histoire de l’article 37. Maintes fois humilié par Blaise Compaoré, il a subi la furie des insurgés le 30 et 31 Octobre 2014. A mon sens, il doit prendre du recul et rester une personne ressource pour les générations futures.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 08:29, par billy billy En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    J’espère que tu ne reviens pas pour être le défenseur de l’article 34. En plus à bien voir c’est ton problème d’article 34 qui a saché ton mentor Blasco.

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 09:29, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    - Le ’’ Chef de terre ’’ réapparait ! C’est un BOUM ! dans un ciel serein. Jusque-là il était certainement camouflé dans les hautes herbes de Bagassi !

    Bref, moi je pense que ce pouvoir gagnerait à capter le ’’Chef de terre’’ et le mettre au-devant d’une Grande commission qui regrouperait toutes ces structures de droite à gauche, et le responsabiliser pour mener à bon terme la réconciliation nationale en luidonnant le statut d’immunité et le mettre au rang de 3ème personnalité nationale. Et je vous parie que ’’Chef de terre’’ va réussir briallemment cette mission. Rappelez-vous qu’en 1991, c’est lui qui a piloté la commission qui a rédigé et fait adopter la constitution !? C’est la ruse et l’hypocrisie du ’’Renard de Ouahigouya’’ qui avait eu raison de lui. Et rappelez-vous aussi que ’’Chef de terre’’ était le seul autour de Blaise Compaoré à pouvoir cracher la vérité en face du ’’Renard de Ouahigouya’’ sans sourciller !! Et même à Blaise lui-même souvent ! Du reste Blaise Compaoré lui-même a toujours reconnu les valeurs de ’’Chef de terre’’ qu’il a trahit et que sa fammile et avant tout sa grande soeur ’’Mami Pèpè’’ le lui a reproché en lui diant : ’’Tu devrais tout faire sauf agir ainsi envers ce bobo qui t’est vraiment fidèle !’’ !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 septembre à 20:46, par kaos weogo En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    abaaaa. tonton Arsène, c’est pas mieux de te reposer maintenant ?.... laisse les enfants vivre leur époque aussi

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 07:21, par Mémoire En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Les gens interprètent mal la notion de Chef de terre.Bongnessan a voulu faire du français facile en s’adressant à des populations en milieu rural pour mieux leur expliquer le rôle du pouvoir exécutif et celui du législatif.Il a donc pris le cas du village(qui représente le pays).Dans un village,le chef du village correspond au chef de l’Etat.Le chef de terre,correspond au président de l’Assemblée nationale dont l’institution s’occupe des lois dans divers domaines y compris le foncier..Cette explication simple de Bongnessan Arsène Yé, alors président de l’Assemblée, a permis aux populations en milieu rural , de mieux comprendre les fonctions de chef d’Etat et de président de l’Assemblée nationale.Les gens devraient continuer d’utiliser ces figures de styles pour mieux expliquer les actions de l’exécutif et du parlement.

    Répondre à ce message

  • Le 5 septembre à 13:01, par YOBI En réponse à : Burkina Faso : « Je suis au CDP, sauf si ça change de nom », précise Arsène Bongnessan Yé

    Mémoire, on connait tout ça et tu ne nous apprend rien et c’est à Sybi qu’il a dit ça. Mais ça ne nous empêche pas de l’appeler Chef de terre même devant lui pour nous autres !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Etat de santé de Djibrill Bassolé : La NAFA réitère son cri du cœur au président du Faso
Burkina Faso : L’UPC dénonce le « délitement silencieux du système de santé »
Insécurité au Centre-Nord : Les partis de la majorité présidentielle solidaires des déplacés internes
Elections de 2020 : La CENI échange avec les OSC sur le fichier électoral
Elections de 2020 et 2021 au Burkina : La CENI et les acteurs politiques balisent le terrain
« Mouvement Agir ensemble » : Un nouveau parti politique pour soutenir la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo
Progressistes unis pour le renouveau (PUR) : La fédération provinciale du Houet installée
Meeting du CDP à Abidjan : ‘’C’est aussi un appel au régime Kaboré pour le retour de Blaise Compaoré et des autres exilés ‘’, dévoile Issaka Kindo
Régulation de la commande publique : L’ARCOP remet son rapport au Premier ministre
CDP : Des militants attaquent le récépissé en justice
Burkina : Le parti Les Républicains soutient Kadré Désiré Ouédraogo
Dr Adama Coulibaly, président de l’APP/Burkindi : « On ne peut pas rester spécialiste de la critique pendant qu’il y a des gens qui détruisent ce pays »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés