Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les élections n’effacent pas les problèmes.» Jean-Pierre Raffarin, Homme d’état, Homme politique, Premier ministre (1948 - )

Construction du marché de Sarfalao : Les commerçants demandent une révision des conditions d’acquisition des hangars

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • vendredi 30 août 2019 à 20h43min
Construction du marché de Sarfalao : Les commerçants demandent une révision des conditions d’acquisition des hangars

Les commerçants du marché de Sarfalao, au secteur 17 de la ville de Bobo-Dioulasso, ne sont pas contents de la manière dont le maire de l’arrondissement 5, Christophe Sanou, et son conseil veulent organiser la construction dudit marché, ni des conditions d’attribution des boutiques. Ils l’ont exprimé ce vendredi 30 août 2019.

En lieu et place d’une marche (dont l’autorisation leur a été refusée), les commerçants du marché de Sarfalao, dans l’arrondissement 5 de Bobo-Dioulasso, ont exprimé leur mécontentement, ce vendredi 30 août 2019 au sein dudit marché. En effet, ces commerçants ne sont pas satisfaits de l’organisation autour de la construction du marché et des conditions d’attribution des boutiques.

Le maire veut vendre le marché à des personnes qui sont plus riches que nous

Toutefois, ils tiennent à souligner qu’ils ne sont pas contre la construction de l’infrastructure, mais plutôt contre les conditions d’acquisition des hangars du futur marché. Selon les manifestants, les prix des hangars varient entre 475 000 et 6 000 000 F CFA. Aussi, chaque commerçant devra verser 25% (c’était 50% au début) du prix de la boutique à son inscription sur la liste des demandeurs. Les 75% restants devront être payés dans un délai de 18 mois ; soit, selon les manifestants, avant la fin du mandat du maire.

Madame Sanou, porte-parole des femmes du marché de Sarfalao

Ces conditions sont jugées inaccessibles pour les commerçants et commerçantes qui exercent actuellement au sein du marché. C’est pourquoi, à travers ce mouvement d’humeur, ils exigent du maire, la révision des conditions d’acquisition des hangars. « Nous ne sommes pas contre la construction du marché. Nous saluons cette initiative qui est la bienvenue. Cependant, nous déplorons la manière de faire du maire et de son conseil. Nous demandons au maire de revoir les conditions d’acquisition des hangars », a plaidé madame Sanou, la porte-parole des femmes.

Meme dans dix ans je ne pourrai pas réunir cette somme avec ce que je vends ici

Selon elle, aucune femme dans ce marché ne peut réunir cette somme avant le délai donné par le maire. « La plupart des femmes qui vendent ici au marché n’ont pas plus de 2 500 F comme fonds de commerce. Ce que nous gagnons aussi ne suffit même pas pour les charges de la maison. Nous leur demandons de revoir les conditions, le montant et surtout le délai de 18 mois qui est trop court », a-t-elle ajouté.

Nous demandons au maire de revoir les conditions d’acquisition des hangars

Clément Bayala, porte-parole des manifestants, quant à lui, soupçonne une spéculation en vue d’attribuer les boutiques à des personnes plus nanties que les occupants actuels du marché. « Nous avons négocié avec le maire. Nous sommes passés par tous les moyens pour le rencontrer pour négocier ; il n’a pas voulu. Il nous a signifié que ce que lui il peut faire, c’est juste une réduction de 25% à l’inscription, au lieu de 50%, du prix du hangar. Pourquoi vouloir nous faire payer avant la fin de son mandat ? Nous lui demandons tout simplement de nous donner suffisamment de temps pour réunir la somme demandée », a laissé entendre Clément Bayala.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Portfolio

  • Une vue du marché de Sarfalao

Vos commentaires

  • Le 31 août 2019 à 08:17, par TANGA En réponse à : Construction du marché de Sarfalao : Les commerçants demandent une révision des conditions d’acquisition des hangars

    Monsieur le maire, vous faites comme si vous n’êtes pas Bobolais.
    Les femmes ont raison. A t on eu besoin de payer avant de commencer à commercer dans ce marché ?
    Vous voulez priver les Bobolais et Bobolaises de ce marché ; pour le vendre à qui ? C’est des gens comme vous qui font que Bobo recule. Après, nous venons fabriquer des mensonges sur Ouagadougou.
    Allons seulement ; le marché si il est construit doit avoir comme prioritaires, ceux et celles qui y sont déja puis les autres après. Il faut demander des financements et vous les aurez.
    Monsieur le maire, quand le bus circule à Ouaga comme à Bobo, croyez vous que la société fait des bénéfices ? Non, il faut faire une chose comme la société de transport. Vous construisez le marché pour les commerçants , ce qu’il pourrons payer sera bon pour vos caisses. N’en faite pas un deal de Bobo mais un deal de l’état.

    Répondre à ce message

    • Le 2 septembre 2019 à 08:59, par ZORRO En réponse à : Construction du marché de Sarfalao : Les commerçants demandent une révision des conditions d’acquisition des hangars

      SOTRACO circule et ne fait pas de bénéfices ! il faut que l’Etat subventionne et encore et encore ! Et vous trouvez ça normal ? C’est justement cette façon de voir les choses qui fait que Bobo (et le Burkina en général) n’avance pas.

      le Grand Marché de Bobo a été en grande partie financé par les commerçants., C’était la même technique et tout s’est bien passé. pourquoi ne pas faire la même chose pour le marché de Sarfalao.

      vous dites au Maire d’aller chercher son financement ailleurs ? dites-moi seulement où vous voulez qu’il aille chercher cet argent. vous avez la même mentalité que certains de nos gouvernants qui passent le temps à quémander à l’étranger même pour construire une salle de classe.

      on peut mobiliser l’épargne nationale. Les commerçants de Sarfalao peuvent financer le marché. si le maire peut assouplir les conditions sans que ça ne joue sur la faisabilité du projet, qu’il le fasse. Le reste ne tient pas debout.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
PMU-B : Trois parieurs se partagent plus de 105 millions
Solidarité : AMPO offre des tricycles à des personnes vivant avec un handicap moteur
CANAL+ BURKINA résolument engagé dans la promotion de la richesse culturelle burkinabè.
Dori : FDS et communautés locales échangent pour harmoniser leur collaboration
Assassinats du 27 octobre 1987 : Une lueur d’espoir pour les familles des militaires du BIA tombés à Koudougou et à Bobo
Hôpital Yalgado Ouédraogo : La ministre de la Santé visite le centre d’hémodialyse
Thèse de doctorat : Souleymane Coulibaly s’intéresse au développement professionnel des professeurs sans formation professionnelle initiale
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés