Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche mais une aiguille qui coud.» Les proverbes et dictons africains (1962)

Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • vendredi 30 août 2019 à 12h53min
Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

Assétou Rouamba, de son nom d’artiste Miss Maya, est l’une des valeurs sûres de la musique féminine burkinabè. Dotée d’une belle voix, elle fait partie des artistes les mieux appréciés des mélomanes du pays. L’ancienne coiffeuse a fait de la musique son gagne-pain, un choix qui lui réussit bien. Focus sur cette fille qui se présente comme une défenseuse de la gent féminine.

Miss Maya, à l’état civil Assétou Rouamba, a vu le jour à Bobo-Dioulasso. C’est dans cette ville qu’elle grandit. La capitale économique burkinabè est aussi riche sur le plan culturel. Tout comme les enfants de son âge, elle partait à l’école. Son amour pour la musique naquit quand elle avait 12 ans. Pour cause, le quartier dans lequel elle vivait avec ses parents regorgeait de beaucoup de troupes musicales.

Elle s’en souvient : « Dans mon quartier, il y avait la Maison des jeunes. Beaucoup de musiciens y venaient, beaucoup de troupes également ». En prestant dans ces lieux, ces artistes étaient loin de s’imaginer qu’ils inspiraient une enfant. « Quand je les voyais chanter, j’étais séduite. J’avais l’envie de faire comme eux », se remémore-t-elle.

L’influence de la maman et des tantes

Elle n’a pas été influencée seulement par ces troupes. Sa maman et ses tantes étaient aussi des musiciennes. Elles égaillaient les foules lors des cérémonies. Sa génitrice jouait également de la calebasse. En prestant, sa maman et ses tantes ignoraient qu’elles étaient en train de convaincre leur fille de faire la musique. L’école n’ayant pas été concluante, elle refuse de rester à la maison sans rien faire. En plus d’avoir la musique comme passion, elle se lance dans l’entreprenariat. Elle ouvre d’abord un restaurant. Les choses marchent bien. Après, elle diversifie ses affaires. Elle ouvre un salon de coiffure. Avec ses doigts magiques, elle rend plus belles les femmes. Cela, en attendant le moment propice pour se lancer dans sa vraie passion, la musique.

De l’endurance et de la patience

Ce rêve, pour la vivre, l’artiste a dû faire preuve de courage, d’endurance et de patience. Son projet de musicienne a reçu un non catégorique de ses géniteurs. Au début, raconte-elle, « c’était compliqué. Mes parents se sont opposés à mon choix. Il y avait trop de préjugés. J’étais obligée de me cacher pour aller jouer avec des troupes. J’inventais des visites à ma grand-mère pour pouvoir sortir. C’était d’abord la danse. Cependant, quand il n’y avait pas de choristes, je jouais ce rôle ». Ce n’est qu’en 2013 qu’une lueur d’espoir apparaîtra. Là aussi, narre-t-elle, « c’est mon oncle qui est allé parler à mon papa. Il lui a demandé de me laisser vivre ma passion. C’est là qu’il a accepté ». L’opposition des parents n’a pas constitué le seul mur.

Du coupé-décalé au tradi-moderne

Au départ, Miss Maya était dans le coupé-décalé. « Avec l’autorisation de mes parents, je suis allée à Abidjan en 2012 enregistrer mon premier single. Mais, ce fut un fiasco. Le public n’a pas bien apprécié ma musique ». Loin de se décourager, l’artiste décide de suivre des cours de musique. Au même moment, elle tâte le terrain. En conclut qu’il lui faut nécessairement changer de rythme et de style musical. C’est ainsi qu’elle prit la résolution de chanter en mooré. Par la même occasion, elle opte pour le tradi-moderne. En 2014, elle sort son premier album « Pang ya Wendé ». Le succès est sans appel. Le public apprécie positivement son nouveau bébé. Elle est révélée par le titre phare « Fo Belga Mam », chanté en featuring avec Salif Widiga.

Les efforts de l’artiste ont fini par payer

Les efforts de l’artiste sont récompensés. Les scènes se multiplient. Elle est fière de son travail. L’artiste ne s’y attendait pas. Elle raconte : « Mon plus beau souvenir, c’est quand j’ai presté au Stade municipal. J’étais stressée. Je n’avais jamais joué devant autant de monde. C’est quelque chose qui m’a marquée. Depuis ce jour, ma peur du public a disparu. J’ai dompté le stress ». Elle ne s’arrête pas là. En 2017, elle rebelote avec son deuxième album. Il est intitulé « Poug paala ». C’est un opus de six titres. Le succès se confirme. Le nombre de ses fans augmente, les sollicitations aussi. Pour sa carrière, elle a fait le choix de défendre ses sœurs. Pour cela, elle est considérée comme « l’avocate des femmes ». « Les femmes souffrent dans les foyers. Elles sont battues. On ne s’occupe pas d’elles », se justifie-t-elle. Elle suggère : « On doit caresser les femmes, prendre soin d’elles ».

Grâce à la musique, Miss Maya connaît la France, l’Italie, la Suisse…

Grâce à la musique, Miss Maya jouit d’une grande notoriété. Elle subvient à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille. Elle a visité des pays comme la France, l’Italie, la Suisse, la Côte d’Ivoire… L’artiste a aussi ses idoles. Au Burkina Faso, elle s’inspire bien de ses aînés. Il s’agit de Floby et de Awa Nadia. Pour le moment, Miss Maya n’a pas de bague au doigt. En surfant sur son succès, elle a des projets. Dans cinq ans, confie-t-elle, « je me vois mariée avec de nombreux enfants. Quelque part à Koubri, j’aurai acheté un grand château, avec des chevaux. J’espère que dans cinq ans, j’aurai plus de tournées à l’international ».

Un nouveau maxi intitulé « Kandm Yellé »

L’artiste est consciente que ses défis sont durs à relever. C’est pourquoi elle travaille sans relâche. Actuellement, elle est en train de faire la promotion de son nouveau maxi. Il est intitulé « Kandm Yellé ». Le clip de ce titre passe en boucle sur les chaînes de radio et de télévision. Le succès est certes là, mais l’artiste garde la tête sur les épaules. Elle invite ses jeunes frères et sœurs à ne pas hésiter à embrasser la musique comme métier. Mais, prévient-elle, comme dans tout métier, il faut de l’abnégation et du sérieux.

Dimitri OUEDRAOGO et Samirah Bationo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 août à 14:06, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    ’’Un nouveau maxi intitulé « Kandm Yellé »’’.

    - Haaaaa...j’avais mal lu ! Je croyais que c’était ’’Un nouveau maxi intitulé Kôrô Yamyélé’’ !! J’allais esquisser quelques pas de danse même sans musique !

    Et puis ma fille, attention à ce que tu fais hein !! Pourquoi tu nous salues avec ta gauche ?? Tu as grandi où toi ?? Sache que moi aussi j’ai levé ma gauche vers toi sur la photo !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 30 août à 14:29, par PIONG YANG En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Bravo et courage Miss Maya ! Bon vent . J’aime ta musique et j’apprécie ta progression dans le style tradi-moderne. Je suis surpris qu’une si belle et élégante femme reste un cœur à prendre. Je demande ta main. J’ai le château dont tu rêves et on fera de jolie enfants.lol !! Bon vent !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août à 14:59, par Sacksida En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Queque soit le domaine dans lequel l’on evolue seul le comportement serieux, la perseverance et un peu de chance peuvent conduire aux succes. Cette jeune artiste chanteuse fait partie de ceux et celles qui produisent des sonorites de la culture Burkinabe. Sur les themes de ses chansons, en defendant les femmes, il ne faut pas oublier egalement de faire une critique ou autocritique des femmes car si certaines ont des problemes dans leurs foyers est-il possible de condamner uniquement des hommes qui sont leurs epoux ? De meme, nos artistes doivent diversifier leurs themes relatifs a tous les problemes de notre societe et en celebrant le courage, la dignite et les vertus sociales humaines de notre societe en notes melodieuses et memes dansantes. Courage a tous les artistes et Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 30 août à 16:18, par Le réaliste En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Bonne suite à toi : Cependant, comme tu as décidé de conserver la tradition dans ta musique tout en la modernisant, ce qui est une très bonne chose actuellement, il faut rester également naturel dans votre personnage en évitant certains produits de beauté qui dénaturent le corps, de même que le fait de percer les lèvres et autres. Je trouve que tu peux rester simple et miser sur l’accoutrement traditionnel qui te rendra plus belle du fait de ton teint déjà naturellement propre doublé de ta beauté de naissance. En ce moment, le réaliste que je suis est candidat pour qu’on réalise le château ensemble au de celui dont l’internaute "PIONG YANG" prétend avoir déjà construit. Il faut éviter ceux qui t’approcheront pour évoquer déjà leur avoir car ils sont suffisamment dangereux car excellemment faux. Bon vent

    Répondre à ce message

  • Le 30 août à 19:09, par Bantchandi En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Miss Maya j’aime bien ce que tu fais, t’es une fierté nationale t’as rien à envie aux autres artistes musiciennes d’ailleurs si c’est le talent tu l’as. T’as une voix et une beauté angéliques. C’est à l’international tu dois aller, Trace BBlack DBM et que sais-je. Je te souhaite une belle carrière et longue vie. Ah yeux connais bagages qui est lourd. Moi je te moyen pas donc je n’essaie même pas.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août à 07:48, par Traoré En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Moi j’aime bien ce que ces jeunes font comme musique. Mais vraiment, les artistes me font peur. Est-ce obligé d’avoir le visage très clair pour avoir du succès ?. Il faut aller doucement, avoir une bonne peau bien équilibrée. Un teint noir ou brun c’est pas grave. Quand nous on t’aime c’est avec ta couleur. Quand tu es naturelle, même si c’est un seul homme qui vient, en général il reste. Mais quand tu deviens rouge, il y a 100 hommes qui viennent mais personne ne reste.
    Moi j’aime bien Wendy ; J’aime beaucoup sa musique. Il y a longtemps je l’ai vue je ne sais pas si elle a changé de couleur, mais avant, vraiment elle était trop cool. Et quand elle natte ses cheveux vraiment elle est trop jolie.

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre à 13:20, par KOULIBILA En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Bonjour monsieur Dimitri Ouedraogo je crois bien que ya erreur quand vous dites que miss maya na pas de bague au doigt or moi j’ai assister a son mariage en 2018 je vous pris de bien verifier car je connais bien l’artiste et jai pas appris son divorce merci

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre à 14:29, par KOULIBILA En réponse à : Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè

    Salut Monsieur je viens vous demander de bien vouloir bien verifier car je suis proche de miss maya et elle est belle et bien marier depuis 2018 mariage celebre dans la mairie de dafra a Bobo Dioulasso et es toujour en couple merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO) : Quatre jours pour promouvoir le livre et la lecture
Université Joseph Ki- Zerbo : Les défis sécuritaires au menu des rentrées théâtrales
Culture : L’association Eloquentia-Burkina pour allier parole et émotions
Problématique de l’exploitation des œuvres de création : Une conférence publique pour mieux expliquer le sujet
Religion : Le groupe musical chrétien « Chœur vox Christi » loue le seigneur Jésus Christ par un concert
Culture : L’artiste Yé Lassina Coulibaly et l’Ensemble Yan Kadi Faso vendent la musique burkinabè en France
FESTICO 2020 : Un festival pour promouvoir les œuvres culturelles et artistiques à Bobo-Dioulasso
Stanislas Soré, comédien et artiste musicien : « Le cinéma burkinabè va à reculons »
Religion : Le gospel pour magnifier Jésus Christ
Rama la Slameuse : « Dans le monde de l’art, il faut choquer pour plaire »
Cinéma : Le réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo empoche le plus gros montant de droits d’auteur en 2018
Musique : Rama la Slameuse annonce l’arrêt des buzz sur les réseaux sociaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés