Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 27 août 2019 à 11h10min
Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

Finis les débats. Place au silence et au recueillement pour les juges pour rendre la décision finale. Le sort des 84 accusés dans le cadre du procès du coup d’Etat de septembre 2015 sera connu le 2 septembre 2019. Ce 26 août 2019, les questions qui vont décider de la culpabilité ou non des présumés ont été dévoilées. Les avocats de la défense se sont dits confiants quant au verdict. « Je suis confiant que mon client va sortir », a déclaré un des avocats du Gal Gilbert Diendéré, présumé cerveau du coup.

Le compte à rebours est enclenché. Après plus d’une année de débats, les différentes parties au procès du coup d’Etat de septembre 2015 ont été renvoyées ce 26 août 2019. Le sort des 84 mis en cause se joue maintenant. Le 2 septembre 2019, ils seront tous situés.

Mais avant, à l’audience de ce jour, le président Seïdou Ouédraogo a donné lecture des questions auxquelles devront répondre les juges pour établir la culpabilité ou non de chacun des mis en cause. Ces interrogations couvrent toutes les infractions.

Cliquiez ici pour lire aussi Procès du putsch du CND : « Je suis confiant qu’il va sortir », avocat de Gilbert Diendéré

L’accusé est-il coupable des faits d’attentat à la sûreté de l’État ? L’accusé a-t-il en connaissance de cause, aidé ou assisté le général Gilbert Diendéré dans les faits d’attentat à la sûreté de l’État ? L’accusé, étant Burkinabè, a-t-il entretenu une intelligence avec une puissance étrangère ? L’accusé a-t-il fourni de l’aide ou de l’assistance pour des faits de trahison ? L’accusé a-t-il incité à la commission des actes contraires à la discipline militaire ? Existe-t-il des circonstances atténuantes ?

C’est, entre autres, le florilège de questions auquel devra répondre la chambre de première instance.
Le dévoilement du questionnaire a donné lieu à des débats. Me Dieudonné Bonkoungou s’est dit intrigué, parce que selon lui, dans la formulation des interrogations, certaines personnes sont déjà jugées coupables. Lui et d’autres avocats apportent alors des correctifs. Requête recevable dans le fond, mais le tribunal la rejettera après la suspension, parce que non fondée.

Nous avons déploré le fait qu’il y avait les des noms cités, donc ces personnes sont désignées d’office coupables, remarquera Me Zaliatou Aouoba qui défend entre autres l’adjudant Michel Birba, Sidi lamine Omar, Nanéma Fayçal. « Nous pensons que ces questions sont tendancieuses et sont dirigées, c’est pourquoi nous avions proposé d’autres formulations plus anonymes, qui auraient pu permettre aux gens de s’interroger dans le silence et le recueillement pour donner un oui ou un non éclairé (…) Mais tant que c’est dirigé comme c’est le cas, la réponse est facile, on n’a pas besoin de s’interroger. Ça heurte la présomption d’innocence », explique-t-elle.

Même son de cloche pour Me Olivier Yelkouni, un des avocats du présumé cerveau du coup le Gal Gilbert Diendéré. « Les questions telles que posées sont dirigées, et il y a des questions posées sur de faux postulats. Pour la trahison, par exemple lors des débats, il y avait le port d’arme contre l’Etat, ça ne transparait pas dans les questions(…) Recevoir de l’argent pour commettre un attentat à la sureté de l’Etat, c’est une trahison alors que cela ne figure pas dans les prévisions de la loi », note-t-il.

Me Séraphin Somé, lui, ne l’entend pas de cette oreille. Pour le conseil des parties civiles, il n’y a pas de matière à débattre. « Les questions ne désignent pas de coupable, elles ont été formulées tel que préconisé par la loi (…)Il ne faut pas que les gens s’attardent sur le nombre d’accusés ; si c’était un seul accusé qui passait devant le tribunal, la question aurait été pareille, très précise…La question se rapporte à la personne et les faits qui lui sont reprochés ».

En tout cas, les débats sont clos et avant de renvoyer les différentes parties, le président du tribunal, Seïdou Ouédraogo, a expliqué que les membres de la chambre vont désormais se retirer dans le silence et le recueillement, avec pour boussole leur ultime conviction. Il précisera par ailleurs que pendant cette période, la salle de délibération sera gardée par le service d’ordre et nul n’y accédera sans son autorisation. Le jour de la vérité, c’est donc le 2 septembre 2019.

« Nous osons espérer qu’à la lumière des débats, il sortira de ce procès, une décision empreinte de raison pour apaiser tous les cœurs », présage Me Zaliatou Aouoba. Pour son confrère Me Olivier Yelkouni, la confiance en la relaxe de son client le Gal Gilbert Diendéré est sans faille. « Je suis confiant que mon client va sortir. Si je n’étais pas confiant, je ne serais pas venu le défendre ». Mais sait-on jamais. Si la décision ne le satisfait pas, il dit avoir la possibilité d’user des voies de recours que lui confère la loi.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 août 2019 à 22:39, par SID PAWALEMDE En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    Enfin, la fin du terrorisme avec le verdict tout simplement parce que beaucoup de gens pensaient que la situation est réversible. Dès lundi soir le calme serait revenu au Burkina Faso si les grosses têtes sont condamnées proportionnellement à leur forfait mais si jamais c’est relaxe, bonjour le terrorisme pour renverser la situation et placer Djibril et Gilbert au pouvoir. Mais est-ce que l’actuel régime va atteindre lundi ??? Les partisans du renversement de la situation sont là et des attaques à répétition risquent de venir en cascades d’ici lundi. Si Rock n’est pas renversé d’ici le verdict nous allons tous applaudir et louer Dieu pour sa bénédiction du Burkina. Si Rock n’est pas renversé, ils vont tuer plus de 100 FDS et endeuiller encore le pays avant le verdict. Ce sont leurs méthodes ainsi. Nous prions Dieu qu’il les lâche au grand bonheur du Burkina. Amen !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2019 à 23:11, par caca En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    Je ne comprends rien la fin de ce procès, mais toute chose qui commence à une fin. Les accusés pourront tourner page de leur carrière militaire toutefois qu’ils reconnus coupables. La loi sera appliquée avec les possibilités de recours. Au gal Diendéré, je dis mon admiration et je lui souhaite bon courage.

    Répondre à ce message

    • Le 27 août 2019 à 15:13, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

      Hi, Hi, Hi @ Caca. Qu’est-ce qu’il y a de si difficile à comprendre concernant la fin du procès que t’es incapable de comprendre et pourtant il n’y a rien d’énigmatique. Le procès est terminé, chacun a eu la chance, surtout Gilbert Diendéré, de dire sa part de la vérité ; cela a été fait en toute quiétude et sérénité. Maintenant que les accusés n’ont plus rien à prouver, c’est l’heure pour que les juges tranchent. C’est cela que tu ne comprends pas ? Il faut retourner en CP1 alors. Hi, Hi, Hi, Hi,

      Répondre à ce message

  • Le 27 août 2019 à 04:14, par Atrap Le Moize En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    Mon cher avocat, mange ton argent et tais-toi. Tu as été grassement payé et tu as fait ce que la loi t’autorise à faire pour gagner ta vie. Pour le reste, laisse aussi les juges faire ce que la loi les autorise à faire pour gagner leur vie. Ton client n’est pas un client de banque pris en otage par des braqueurs pour couvrir leur fuite et dont les parents et amis prient pour qu’il s’en sorte. Ce général est mouillé jusqu’aux couil…es à tous les crimes de son régime depuis celui de la mort de Sankara jusqu’à ceux pour lesquels il répond actuellement devant la Justice. Laisse donc les gens tranquilles avec ces paroles qui n’ont de place que dans tes plaidoiries au prétoire. Si pardon il doit y avoir par la suite, c’est le peuple qui décidera.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2019 à 09:41, par Achillle De TAPSOBA En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Nous attendons impatiemment le verdict car les mensonges et les chantages ne sont pas passés au scanner au procès du putsch le plus bête. L’heure des comptes va sonner incessemement. Mrs les avocats votre arrogance et votre zèle enfoncent vos clients et les conduiront inéluctablement à la MACA. Vos arguments sont totalement squelettiques sans contenu. Vos chantages dans les médias n’ont aucun effet sur les GRANDS JUGES qui savent ce qui était faux dans les dépositions des putschistes et leurs soutiens. S’il y a des gens qui nourrissent manifestement de la haine dans ce pays c’est bel et bien la galaxie Compaoré (potentiels putschistes) avec les 2 généraux félons, menteurs et manipulateurs les plus grands rancuniers du BURKINA qui pensent que tout se résume à eux immortels et indispensables. Les plus haineux sont ceux qui ont perdu le luxe du pouvoir en 2014 cherchent à détruire le pays par leurs amis terroristes pour récupérer le pouvoir. S’ils regagnent le pouvoir en 2020 Saint Blaise, Blase François, Saint Gilbert et "ange" Djibril vont tuer tous leurs ennemis pour se venger car ils sont habitués à tuer pour se faire de la gloire sans valeur fondamentale. C’est une vérité absolue que je dis et je répète qui ne plaira pas à entendre aux parrains et aux pèlerins de l’impunité.
    Mrs les avocats vous ne pouvez pas rendre les 2 grands nazis(généraux génériques) célèbres car ils ont été vomis par tout monde d’où le retrait de la médaille d’honneur par la France(amis d’hier) et la qualification du coup d’état le plus bête. Ces 2 mauvaises figures de notre chère ARMÉE qui ont été toujours des lâches généraux croient accuser les autres pour se dédouaner cela a échoué parce qu’ils sont des véritables menteurs. Analysons cas par cas :
    1-Quel trophée les 2 généraux criminels avec l’indispensable Blaise ont-ils emporté pour leurs images et celle du BURKINA dans la sous région ? Zéro absolument rien
    2-Quels sont les crimes que les 2 généraux assassins et leur dieu Blaise Kouassi Compaoré sont-ils impliqués ?
    Crime de sang contre LINGANI, Henri ZONGO
    Crime de sang contre THOM SANK
    Crime de sang contre NORBERT ZONGO
    Crime de sang contre OUEDRAOGO DAVID
    Crime de sang contre DABO BOUKARY
    Crime de sang contre Guilaume SESSOUMA
    Crime de sang contre Clémént OUEDRAOGO
    Crime de sang contre des soldats à KOUDOUGOU
    La liste est longue
    3-Quels sont les trafics que les 2 généraux et leur mentor menaient dans la sous région ?
    Trafic de combattants (hommes) au Libéria, en Sierra-Léon, en Cote d’Ivoire, au Mali
    Trafic d’armes au Libéria, en Sierra-Léonce, en Cote d’Ivoire, au Mali, Angola or le BURKINA ne produit pas les armes mais en vendait en quantité pendant 27 ans
    Trafic de diamant venu du Libéria
    Trafic d’or (27 kg d’’or de Poura par "ange" Djibril)
    trafic de cacao pendant la rébellion ivoirienne car le BURKINA n’a pas un seul champ de cacao.

    Mrs les avocats des criminels après avoir empoché l’argent sale des 2 généraux génériques dont un(ange Djibril) a menti avoir un faux cancer et tente de fuir pour se « soigner » en France leurs mensonges et leurs manipulations ont tout naturellement convaincu plus d’un que leurs titres de général étaient sans mérite sans honneur sans dignité. Évidemment, le BRAVE PEUPLE a fini par comprendre que l’indispensable Blaise le médiateur a préfabriqué et formaté ces "généraux" pour faire son sale boulot c’est-à-dire les soumettre à tous ses crimes et trafics de toute sorte dans la sous-région. En France, ce sont des simples lieutenants(Lieutenant Beltrame mort en 2018 par suite à ses blessures dans l’attaque terroriste à Trèbes) qui sauve des français mais au BURKINA ce sont de faux généraux qui volent, qui tuent leurs frères BURKINABES et qui trafiquent tout pour se faire des fortunes malsaines et qui appellent leurs amis terroristes qu’ils ont hébergés et formés au Nord du Mali pour venir les aider à détruire leur pays en Septembre 2015 dans l’impasse du braquage(putsch) Mêmes les irréductibles supporters sont déçus des mauvaises prestations de leurs champions les généraux félons qui fuient en Septembre 2015 à la nonciature pour laisser leurs troupes et qui ont passé toutes leurs carrières à mentir pour obtenir tous les honneurs du monde (gloire) mais le masque est brutalement tombé. Les généraux "saints" sont des potentiels et chromiques criminels qui ont copieusement sali l’honneur de notre BRAVE ARMÉE.

    Mrs les avocats on les croyait braves mais on a affaire à des poltrons(poules mouillées) qui accusent les vivants (Zida, Hiérarchie militaire....) dans un premier instant et pour accuser ensuite les morts (Salif Diallo) dans leurs mensonges. Quelle bassesse. Plus de 2500 communications captées nous a permis de connaitre la sadicité et la monstruosité de ces généraux assassins et leur ligue criminelle qui étaient prêts à faire couler beaucoup de sang pour la folie du pouvoir.

    Chers juges intègres, votre devoir moral est de réparer toutes les BLESSURES béantes (injustices) afin de permettre une RÉCONCILIATION entre les fils et les filles de ce pays . La justice est le SOCLE d’un bon développement pour un pays civilisé. Ôter la vie d’un autre burkinabé pour un pouvoir (politique, économique, social…) surtout avec les armes achetées par le contribuable Burkinabé doit être sévèrement sanctionné selon la rigueur de la règle de droit. Pas de prime pour l’impunité.La loi est dure mais elle s’applique à tout Burkinabé qu’il s’appelle Saint Blaise, Saint François, Saint Gilbert, « ange » Djibril, Saint Roch, Saint Simon, Bamba, Dao, Korogho ou Achille de TAPSOBA le Bobolais...Nous ne céderons pas aux chantages des criminels et leurs avocats. Nous appliquerons la loi sans passion pour que les criminels comprennent définitivement qu’ils ne peuvent pas continuer à tuer pour narquer le BRAVE PEUPLE avec leurs mensonges que mêmes leurs propres enfants (faux généraux) ne croient pas . Honte aux généraux menteurs et leurs pélérins de l’impunité. Honte aux généraux lâches et criminels qui terminent leurs carrières dans le déshonneur. Honte aux généraux manipulateurs qui appellent leurs amis terroristes pour détruire leur pays pour sauver de la justice. Honte aux généraux félons qui se passaient pour des saints alors qu’ils sont des nazis et des bouchers.
    Courage aux GRANDS JUGES et le Brave Peuple vous rendra tous les honneurs après la sentence finale.
    Ensemble, nous construirons un BURKINA PAISIBLE, ÉQUITABLE en JUSTICE et PROSPÈRE.
    LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE POUR DABO BOUKARY

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA (pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

    • Le 27 août 2019 à 12:20, par Djamana Tigui En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

      Vraiment Monsieur Achille De Tapsoba, vous avez tout dit, plus rien à ajouter à votre écrit. Ce écrit devrait constituer l’archive nationale de "la voix d’un citoyen à la veille du verdict du jugement le plus célèbre de l’histoire du Burkina-Faso"
      Châpeau bas à vous !!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 28 août 2019 à 10:20, par SOME En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

      merci achille plus rien a ajouter ! la justice militaire devra retablir l’honneur de la justice et la confiance du citoyen dans son systeme judiciaire. Dura lex sed lex
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2019 à 14:38, par Ka En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

      Merci mon ami Achille de Tapsoba pour cette belle analyse, impartiale et simplement citoyenne. Comme mon ami SOME, que je salue en passant, je dis qu’on ne peut rien ajouter à l’analyse d’Achille de Tapsoba qui est une grande empreinte de vérité. ‘’’Tout dont je peux dire, que les avocats de la défense arrêtent leurs foutaises :’’’’ Car avec ce procès, maintenant on reconnait que chacun a un droit : Et je remercie le Dieu tout puissant pour le vrai réveil de notre système judiciaire. La justice pour tout après le procès de ceux qui se croyaient Dieu sur terre, prendra véritablement racine au pays des hommes intègres. Oui mon ami Achille de Tapsoba, voilà plus de dix ans que nous sommes sur la toile, et nous pouvons encore confirmer avec notre vérité qui blesse mais ne tue pas, que le peuple Burkinabé du paysan a l’intellectuel, ont déjà vu ces généraux et leur subordonnés dans leurs œuvres sadiques. Et leurs nuisances légendaires au peuple Burkinabé sont encore biens frais dans nos mémoires. Ce ne sont pas ces deux généraux qu’on peut dire qu’ils aiment leur patrie en tant que militaire, et peuvent mourir pour cette patrie. ‘’’Pour mourir pour sa patrie en tant que militaire et patriote, il faut avant tout, l’aimer. Mais eux ont voulu le détruire en appelant des amis sicaires de l’extérieur, et méritent d’être sanctionnés.

      Répondre à ce message

  • Le 27 août 2019 à 09:42, par Têedbeogo En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    Ah mois de cauchemars septembre et août
    Sources de mes cyniques doutes.
    Prenant mes rêves pour vécu
    J’ai cru avoir entendu et vu

    Au midi l’effrayant ta-ta-ta
    La voix vespérale d’un Bamba
    Du CND le souriant Président
    Au putsch les résistants.

    Il n’y eut ni mort ni blessé
    Me disent pour me réveiller
    De mon sommeil de loir
    Galons et robes noires.

    Oui, je me réveillerai lundi
    Que chacun se le tienne pour dit !
    Des uns les autres dépendront
    Et que porte la leçon !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août 2019 à 15:53, par Rabizouanga En réponse à : Procès du putsch : 2 septembre 2019, longue semaine d’attente du verdict

    Ce message est adresse’ aux autorites Burkinabe . Nous sommes a quelques jours du fameux verdic du proces du putsch manque’ . La vigilence doit etre de mise , et la securite’ renforcee au maximun . C’est ma facon de contribuer a la construction de cette Nation qui est la notre .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
Procès du putsch du CND : Le verdict complet du tribunal militaire
Procès du putsch : Cerveaux, exécutants et complices derrière les barreaux !
Procès du putsch : Les peines des absents seront connues ce 3 septembre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés