Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Sommet de Biarritz : Le président du Faso expose la situation sécuritaire du Sahel - la situation en Libye, une gangrène qui se propage.

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • dimanche 25 août 2019 à 21h45min
Sommet de Biarritz : Le président du Faso expose la situation sécuritaire du Sahel - la situation en Libye, une gangrène qui se propage.

(Biarritz, Sud-Ouest de la France, 25 août 2019). Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a exposé ce soir, devant les sept pays les plus industrialisés du monde, la situation et les enjeux sécuritaires dans l’espace sahélien. Invités par le président français Emmanuel Macron, le chef de l’Etat burkinabè et ses homologues africains Abdel Fattah Al-Sissi d’Egypte, Macky Sall du Sénégal, Paul Kagamé du Rwanda, Cyril Ramaphosa d’Afrique du Sud, ont développé la situation en Libye, et au Sahel, et ont examiné les pistes possibles pour une accélération économique en Afrique, et un partenariat avec le G7.

Sur la question libyenne, c’est le président égyptien qui a dressé le tableau. « Une guerre par procuration », « une descente aux abysses », les termes n’ont pas manqué pour qualifier la situation. La solution, pour les dirigeants du monde, et pour les pays d’Afrique, est politique, et ne saurait être militaire. Dans ce sens, Emmanuel Macron a souhaité que sous l’égide de l’ONU, et de l’Union Africaine, une conférence internationale intensive, puisse se tenir, sur la Libye.

La situation en Libye est la mère des conflits et instabilités en Afrique. Presqu’à l’unanimité, les dirigeants ont convenu que l’Afrique paie un lourd tribut. En exposant la situation au Sahel, un espace de plus de 5 millions de Km2, Roch Marc Christian Kaboré a relevé l’impérieuse nécessité pour la communauté internationale, de venir en appui aux pays du G5 Sahel, et à l’ensemble de la sous-région ouest-africaine. Car le danger va au-delà du simple Sahel, il est devenu mondial. « C’est une gangrène qui se propage », dira-t-il. Face à cela, Ouagadougou va abriter le 14 septembre prochain, un sommet extraordinaire de la CEDEAO, sur la question.

Pour le président du Faso, il faut un partenariat international conséquent pour lutter contre le terrorisme et assurer le développement. Il a, dans cette optique, salué l’initiative du G7, pour avoir pris en compte la dimension sécuritaire en Afrique, à l’occasion du sommet de Biarritz en France.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Vos commentaires

  • Le 25 août à 23:38, par KABORE En réponse à : Sommet de Biarritz : Le président du Faso expose la situation sécuritaire du Sahel - la situation en Libye, une gangrène qui se propage.

    La question du financement du G5 me gêne et me peine énormément. Au tout début, les américains ont montré leurs réticences, je me rappelle qu’en son temps le Burkina à travers Alpha BARRY avait affirmé fièrement se débrouiller avec ses propres moyens en attendant. Aujourd’hui on retourne la queue entre les jambes pour encore mendier.

    Les américains ont raison, une organisation sécuritaire régionale ne peut pas être financée par la communauté internationale. l’OTAN ne peut pas demander de l’argent à l’ONU. Cette analogie appliquée au G5 Sahel est légèrement discutable, mais là où l’Amérique, pays par excellence du Capitalisme, de la programmation budgétaire budgétivore a vu juste, c’est l’utilisation à bon escient des fonds. Je m’explique. D’abord dans une guerre le plus riche ne s’en sort pas toujours vainqueur, comparez les djihadistes et nos armée africaines. Nos armées manquent surement d’avions de chasse à réaction et de drones, mais elles sont quand même supérieures aux djihadistes en terme d’équipement. C’est surtout le risque de détournement de fond ou de leur mauvaise utilisation qui pose problème. Un ami me disait qu’une de ses promotionnaires au pays (un pays du G5 Sahel) a été financée par le G5 Sahel pour un projet. J’ai cherché à savoir si ledit projet avait un lien avec la sécurité et à ma grande surprise il en était rien. Donc pendant que nos chefs d’Etat mendient l’argent en criant misère, on trouve moyen financer des projets avec l’argent déjà la. Il y’a problème quelque part.

    Pour terminer, je dirai que combattre le djihadisme à la manière occidentale, nous n’allons jamais réussir à vaincre. Il faut appliquer les méthode Russe et Chinoise, liberticides certes, mais au moins nous resterons en vie dans des Etat digne de ce nom. Il ne s’agit pas de commettre des exactions mais d’inspirer la peur dans le camp ennemi. On peut le faire sans commettre des exactions injustes

    Répondre à ce message

    • Le 26 août à 07:58, par Hamon En réponse à : Sommet de Biarritz : Le président du Faso expose la situation sécuritaire du Sahel - la situation en Libye, une gangrène qui se propage.

      Humm ! C’est vrai Monsieur ou Madame Kaboré. Il y a un sérieux problème de nos armées qu’il faut sérier de manière lucide. Les djihadistes ne sont pas mieux armés que nos soldats. Puisqu’il semble que les razzias qu’ils font souvent dans les unités militaires, c’est pour s’approvisionner en armes, pour les retourner contre nous. Sur ce point je suis d’accord avec vous. Mais relativement à votre exemple de la bonne dame qui a obtenu le crédit du G5 Sahel, c’est bien possible qu’elle l’ait obtenu dans le coin d’une antichambre. Mais ce crédit peut bien avoir un lien avec la lutte contre les djihadistes. Ce crédit peut servir à recruter des jeunes qui étaient peut-être prêt à rejoindre la nébuleuse djihadiste.

      Répondre à ce message

  • Le 26 août à 07:20, par Peuple insurgé En réponse à : Sommet de Biarritz : Le président du Faso expose la situation sécuritaire du Sahel - la situation en Libye, une gangrène qui se propage.

    Le G5 Sahel est conçu pour infiltrer nos services de renseignement (si ils existent) et ce que nous avons comme armées, afin de pouvoir les paralyser. Ta maison brûle et au lieu de lutter contre le feu, tu t’assoie attendre que quelqu’un vienne t’aider, au lieu de commencer avec les moyens que tu as. Ce machin est un piège à gouvernements de pays de merde !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : La CEDEAO va mobiliser un milliard de dollars US
Lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : Les chefs d’Etat appellent à « l’union sacrée »
Conférence régionale sur la chenille légionnaire : Des recommandations pour venir à bout du ravageur des cultures
Crise humanitaire au Burkina : « Les populations doivent rester dans des conditions très difficiles ou partir », Steven Anderson du CICR
Coopération : Le Sénateur des Français de l’étranger à l’Institut supérieur d’étude de protection civile
Programme YALI 2019 : Les participants burkinabè font le bilan de leur séjour américain
Mali : « Kidal, base arrière et rampe de lancement de plusieurs opérations terroristes », Maman Sambo Sidikou secrétaire permanent du G5 Sahel
34e Journée du CILSS : Le message du Président du Faso, Président en exercice du CILSS
G5 Sahel : Les policiers ne veulent plus rester en marge de la lutte contre le terrosisme
Lutte contre le terrorisme : Le Burkina renforce sa collaboration avec INTERPOL
CILSS : Une conférence régionale pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne
Visite du maire de Ouagadougou à Kumasi : Dynamiser une coopération en léthargie depuis 15 ans
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés