Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • jeudi 22 août 2019 à 22h11min
Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août  à la mémoire des victimes

Un deuil national a été décrété au Burkina Faso du 23 au 25 août 2019 par le président du Faso à la mémoire des soldats tombés suite à l’attaque du détachement de Koutougou.

Vos commentaires

  • Le 22 août à 21:08, par PIONG YANG En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Les hommes vont finir par porter des jupes dans ce pays. Un deuil. National pour des soldats morts au front ? Tant que la guerre n’est pas terminée on enterre nos morts, on pleure sans larmes et on continue le combat. Pas de temps pour faire un deuil. Mes condoléances aux familles.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août à 21:09, par RV En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    C’est bien Le minimum. Cela aurait dû être décrété plus tôt. Union de prières.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août à 21:14, par LAGUI ADAMA En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Mieux vaut tard que jamais Finalement les exemples de son Excellence BLAISE COMPAORÉ Qu’Allah le bénisse et le protège sont imités

    Répondre à ce message

  • Le 22 août à 21:28, par KABORE En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Après la vive émotion, j’ai enfin le courage de réagir.
    Monsieur le Président du Faso, il est vrai que dans une guerre on gagne des batailles et l’on a perd d’autres. Le souci c’est que nous en avons plus perdu que gagné. Aujourd’hui je voudrais vous interpeller sur un fait qui me tient à cœur. Depuis 2016, nous ne faisons que perdre les batailles , pourtant à chaque 11 décembre je vois nos militaires défiler fièrement !! La partie qui m’énerve le plus c’est quand les hommes d’ Evrard SOMDA nous embrouillent avec leur pas bloqué-machin-crochés pourtant incapables de donner une bonne raclée à l’ennemi. J’ai même souvent l’impression que l’ennemi ricane quand il vois nos défilés. Soyons humble arrêtons avec ça !!
    Toutes mes condoléances au familles !!
    Prompt rétablissement aux blessés

    Répondre à ce message

    • Le 22 août à 22:55, par kenfo faché En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Donc nos manchin de PMK, de lycée scientifique de Ouagadougou, de Professeur de quoi, de Général Colonel de...., c’est Zéro à la base....??? Voici ma stratégie :
      1. Retirer tous les télephones portables des militaires qui sont aux fronts. 2. Interdit pour eux de jouer aux cartes, ludo ou scrabble,.....au front. 3. De 5 km à 500 m à la ronde d’un camp ou d’un détachement militaire, qu’il y ait des agents de renseignement très expérimentés, et que les militaires tirent sur tout ce qui n’est pas notre....Tirez sur toutes les motos qui bougent à 500 m de vous. D’autres sont des agents des forces du mal. 4. Que les militaires ne restent pas ensemble durant 1 heures d’affilé.

      Sinon, nous avons marre, nous sommes révoltés avec toute cette boucherie qui décime notre armée. Kenfo n’a pas fait une école de guerre ; mais kenfo affirme qu’ici, ce n’est pas une question de moyens, ni de commandement : Dès maintenant, il y a un bouton qu’il faut faire TOURNER dans la tete de nos Militaires, pour que ceux-ci comprennent enfin que nous SOMMES en GUERRE, la vraie. Où est le G5 Sahel, où sont nos stratèges, nos braves ? Où sont nos héros ? Où sont nos loups et nos chiens qui s’enragent en humant l’ennemi ?.

      Donnez-nous des armes, donnez-nous des armes, pour arreter la furie meurtrière des nos ennemis. : L’heure est grave....

      Kenfo

      Répondre à ce message

    • Le 22 août à 22:59, par San En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Certainement tu es parmi les moins informés. Parce que, les batailles gagnées tu ne les connais pas. Que les hommes paradent, cela n’est pas un problème. Ils doivent toujours le faire. L’armée à besoin de nous et nous serons là et si nécessaire nous irons au front. Aucun centimètre de ce pays ne sera concédé à quelqu’un parce qu’il a prit le chemin du terrorisme.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août à 05:03, par Atrap Le Moize En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Je suis d’avis qu’il faut arrêter toutes ces clowneries héritage de la France. Ils ne sont pas cependant l’apanage d’une seule FDS. Dans tous défilés et parades des fêtes nationales dans les pays francophones, on voit les hommes de tenue rivaliser de pitreries de tous genres pour plaire au public. Ça commence à friser le ridicule et les pays anglophones ne mettent pas l’accent sur ce genre de choses lors des parades de fêtes nationales. Pourtant, l’heure est grave et tout cet arsenal dont ils font pompeusement étalage ne nous protège nullement de quelques rigolos en boubous du genre moryass zaala qui viennent nous « franponner » et retourner allègrement. Je souhaite que le Burkina soit le premier pays à rompre avec ces parades de dindons et travailler en silence pour montrer la valeur intrinsèque de ses combattant comme le font les guerriers tchadiens dont seule les actions sur le terrain font la réputation. Eux ils l’ont compris et quitté depuis longtemps de l’esbrouffe.

      Répondre à ce message

  • Le 22 août à 22:33, par Maryse En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Merci pour cette initiative. C’est peut-être l’émotion, mais à ce que je sache, le deuil n’est pas observé à la mémoire des FDS, mais à celle (la mémoire) DES ÉLÉMENTS des FDS !! Nuance ! Paix à leurs âmes. Surtout, que chaque maire d’arrondissement veille à arrêter la merde des multiples marquis qui polluent la ville.

    Répondre à ce message

  • Le 22 août à 22:59, par Maria de Ziniaré En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Je m’excuse si je heurte certaines sensibilités émotives pour mon opinion mais il importe que je la partage pour la pluralité des avis. Oui le deuil il existe dans la vie des nations Monsieur le président du Faso. Je me réjouis que vous vous rappelez de ce dispositif. Cependant à mon humble avis ce dispositif ne s’applique pas pour des soldats tombés au front.
    C’est vrai qu’un mort est un mort dans l’absolu et un Burkinabè mort est un mort et une perte pour le Faso, mais un soldat mort au front n’est pas un mort mais un sacrifice volontaire pour la patrie. Il s’agit d’une guerre au sens large et la nation honore ses soldats tombés selon le protocole militaire mais on ne décrète pas de deuil pour celà : c’est inapproprié et maladroit. Ce deuil aurait dû être décrété pour la centaine de mort de Yirgou et non pour nos fils qui en connaissance de cause se sont volontairement engagés pour la patrie au prix du sacrifice suprême.

    Répondre à ce message

    • Le 23 août à 05:19, par Atrap Le Moize En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Je suis d’avis. On ne décrète pas un deuil national pour des soldats tombés au front. Ça n’existe nulle part au monde et le pouvoir se laisse berner par ce qu’il lit sur les forums. Cela ne veut pas dire qu’on accorde une moindre importance à la vie des soldats tombés mais que ceux-ci sont honorés d’une toute autre façon et par une cérémonial militaire spécifique. L’émotion certes est là et nous la ressentons tous. Cependant, si on se lance dans cela, nos drapeaux risquent d’être en berne tout le temps parce qu’on ne sait pas quand on va voir le bout du tunnel. Tout le monde y compris les USA qui sont la première puissance militaire au monde sait que cette guerre non conventionnelle contre le terrorisme est une lutte de longue durée. Les bras cassés de conseillers qui sont autour du président doivent être virés car ils le conseillent mal et le font naviguer à vue.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août à 07:41, par Le Vigilent En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Maria de Ziniare, je partage ton opinion sur la question du deuil national pour des militaires tombés sur le champ de bataille. Le président et ses conseillers ont certainement écouté tous ces gens qui, à travers les médias s’indignaient de ce qu’un deuil national n’ait pas et décrété suite à l’attaque. C’est peut-être aussi le nombre important de victimes qui a motivé cette décision. Je pense qu’a ce sujet, il faut une bonne information et un effort d’éducation de la population qui doit intégrer le fait que lorsqu’on est engagé dans une guerre, l’on doit savoir qu’il y aura certainement des morts dans les rangs des combattants, y compris parmi les civils.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août à 08:32, par Lompo Diaboado Jules En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Bonjour aux Internautes de ce forum.
      Bonjour Mme Maria de Ziniaré et grand merci pour cette réaction fort courageuse en plus de l’honneteté de son contenu.
      Mes condoléances aux familles des disparus et de toutes les victimes d’attentats, qui curieusement n’existent qu’à partir du règne de RMCK.
      Bien dit quant au deuil prétendument national decrété encore une fois sous impulsion de récupération politique d’un évènement aussi sanglant. Nous n’avons pas besoin de ce fameux "Deuil National". Parmi tous ces morts (plus de mille selon diverses sources), RMCK y a-t-il un seul membre de sa famille ? Les militaires ne sont pas moins humains et burkinabè que quiconque de ce pays, et ce pays, d’est en ouest, du nord au sud, appartient à tous les birkinabè sans aucune exclusion.
      Selon moi, le Ministre de la défense ainsi que son Chef d’etat-major et le Ministre de la sécurité doivent démissionner toutes affaires cessantes et rendre compte publiquement de leur incapacité si évidente.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août à 11:59, par Moktar En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      Maria de Ziniaré, pour une fois je suis d’avis avec vous.
      - 210 civils burkinabé (Peuls) meurent dans des violences communautaires et pas de deuil ;
      - 62 civils burkinabé (Peuls et Fulcés) meurent dans des violences communautaires et pas de deuil national ;
      - 24 guerriers partis défendre le pays (dont justement la population civile) meurent et on décrète un deuil national.
      CONCLUSION : La population qu’on dit défendre a moins d’importance. Dans ce cas l’objectif poursuivi (sécuriser la population) a moins de valeur que les moyens engagés (guerriers). C’est pas logique. Vous donner encore l’avantage à nos ceux qui nous agressent. C’est difficile de réfléchir mais il le faut ; on n’a pas le choix. Sinon l’ennemi capitalise sur nos erreurs.
      J’espère que Webmaster ne va pas me censurer encore.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août à 13:20, par Paul En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      C’est encore la une preuve que ce gouvernement brouillon et incompétent n’à pas du tout pris la mesure de la tragédie qui frappe le pays, n’a pas encore pris conscience que le pays est en guerre. Il donne l’impression d’etre surpris par les pertes. Monsieur le Président, le pays est en guerre, le savez-vous ?

      Répondre à ce message

  • Le 23 août à 04:01, par Saw En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Ainsi va la vie. Nous on part la messe tous les dimanches à la cathédrale. Nous on a pas le courage de décapiter des généraux. Nous on veut avoir le paradis sur terre et le paradis dans le royaume des cieux. Nous on va décréter des deuils nationaux, on va encore décréter dans quelques mois d’autres deuils nationaux. Ainsi va la vie. RMCK stp plait tu es légitime. Le BF est sous ton contrôle. Il faut les buter. Le peuple te soutient. T’inquiète c’est le rôle du commandant en chef. Ainsi va la vie. RMCK si le lion à pitié de la gazelle c’est le lion qui va mourir de faim. RMCK tous les déplacés comptent sur vous. Mon commandant bonne chance.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 07:19, par Kam En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Vraiment très triste cette situation.Le diplomate français à une époque avait prédit qu’après le Mali,c’est le Burkina qui va sombrer dans le cycle infernal des fous de Dieu.Aujourdhui, nous vivons cette tragédie.Moi ce que je vais demander au Président du Faso,c’est décréter aussi 3 jours de jeûne volontaire à toutes les confessions religieuses du Burkina Faso.Ce que je dirai les gens ne me comprendront pas.Connnaissant la ténacité de nos soldats et même les moyens modestes mis à leur disposition,ils ne devraient pas enregistrer une telle perte.Avant hier j’ai rêvé que ces djihadistes ont des grands marabouts à leur disposition qui attachent nos soldats avant toute attaque.Un jeûne de prière national de 3 jours pourra faire échouer les plans diaboliques de ces maudits.Un jeune volontaire de toutes les confessions !

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 08:46, par TAPOKO En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Assez ! Assez ! Assez !!!
    On en n’a marre, journée de deuil national et après ??? Je me demande même si la situation préoccupe les autorités compétentes. Des généraux, colonel,... qui ne sont pas au front, des soldat faiblement motivés au front. Je me demande à quoi sert nos efforts de guerre. On s’est révolté contre une dictature, si les marches de soutient n’interpellent pas les autorités pour doubler les efforts, ça sera maintenant pour insécurité. Attendons de voir les arguments pour la réélection de 2020, peut être que le régime est saboté ? On veut des actes concrètes pour lutter contre ces anarchistes sans passer par cette mascarade de G5 Sahel dont les objectifs sont contournés pour les intérêts français. Notre sécurité ne doit pas être confiée aux mains de ce groupuscule qui ne ménage pas d’effort pour assurer la sécurité de la population.
    Toutes mes condoléances aux familles écœurées.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 08:48, par PIONG YANG En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    De Vendredi 00h à Dimanche 23h59, cela fait plutôt 48H. Pas 72h. Les gens ont la tête en l’aire on dirai.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 09:02, par Sphinx En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    "Les réjouissances populaires, les manifestations à caractère récréatifs sont interdites" Oui, mais que la RTB aussi arrête de nous présenter des artistes entrain de prester dans l’insouciance totale comme c’est le cas ce matin dans l’émission "Télé matin". Regardez comment les jeunes se comportent sur les chaînes de télé malgré l’annonce de cette attaque qui rappelle que nous sommes vraiment en pleine guerre. partout on chante et on danse sous la bénédiction de certains soit disant promoteurs culturels. Il faut suspendre "Faso Académie" !!! Diffuser des émissions à la radio et à la télé qui enseignent le civisme et le patriotisme ; des documentaires sur les actions de la révolution, sur l’histoire de nos hommes qui ont fait la fierté des nos peuples. C’est comme ça on éduque une jeunesse dans un pays en guerre et sous menace de désarticulation.

    Répondre à ce message

    • Le 23 août à 12:07, par Peuple insurgé En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

      @Sphynx
      Il ne faut pas rêver. Nous avons perdu nos valeurs de burkinabé. Ces gens ne croient en rien à ce deuil, ni au pays en tant que nation. C’est juste une tentative de récupération politique. Ce sont les mêmes qui ont rectifié la révolution et aliéné notre dignité. Ils ne peuvent pas nous la rendre. Ils ne croient qu’à l’argent qu’ils amassent... Pauvre pays de Thomas Sankara.

      Répondre à ce message

  • Le 23 août à 09:17, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Le Kôrô Yamyélé s’adresse à son frère et Prédisent du Faso Rock Marc Christian KABORÉ,

    - Excellence, mon frère RMCK, Président du Faso ;

    Permettez-moi de venir à vous par ce biais pour compatir avec vous sur toutes les peines que vous ressentez aujourd’hui suite à ces nombreuses difficultés auxquelles vous faites face. En réalité et en fin de compte votre frère Kôrô Yamyélé que je suis a finalement pitié de vous. Des gens que vous avez ramassés et mettre à côté de vous comme conseillers spéciaux ou comme ministres font des gaffes sur votre dos et vous ne pouvez rien les faire. Mon frère vous êtes comme dans une toile d’araignée qui, lorsqu’on touche un brin, toute la toile vibre ! Ils vous ont pris dans leurs engrenages et savent bien vous flatter, et flatter votre égo mon frère. Vous êtes tombés dans leurs pièges d’hypocrites, des bavards et des vantards. Ils vous ont trop menti et vous avez cru. Mon frère RMCK, ils viennent la nuit pour boire avec vous mais ce sont des menteurs et ce sont leurs intérêts personnels et égoïstes qu’ils protègent. Certains se disent votre neveu et au lieu de donner le bon exemple, font pire que François Compaoré, le petit-frère de Blaise Compaoré et je n’ai pas besoin de vous dire ce qu’il faisait car vous le connaissiez mieux que moi.

    Mais mon frère RMCK, il faut vous déterminer ! Absolument ! Et s’il y a un combat par lequel commencer, il faut taper sur les Compagnies de téléphonie qui opèrent au Burkina Faso. Mon frère, aucune ne rend un bon service aux citoyens de ce pays et l’ARCEP est incapable de réagir, voire est leur complice. Demandez à quelqu’un au hasard d’essayer de téléphoner à partir de 16 heures même aux pompiers, aux urgences ou à la police ou gendarmerie et vous en aurez la preuve. En plus elles escroquent et pillent les citoyens. Mon frère Président RMCK, renseignez-vous car j’ai l’impression que ceux qui vous renseignent ne le font pas bien. Sachez qu’avant l’attentat du 11 septembre aux USA, les communications se brouillaient et même jusqu’à la maison Blanche. Ce qui a permis aux terroristes de frapper un grand coup. Renseignez-vous et retenez que chez nous au Faso, les communications ont toujours été défaillantes et les terroristes réussissent chaque fois leurs coups. Même récemment avec le cas de Koutougou, demandez une évaluation des services de communications et revenez échanger avec votre frère Kôrô Yamyélé on va voir s’il a tort. Demandez même à l’Armée si sa communication était correcte les jours précédents cette attaque. Et nous regardons tous faire ! Non, mon frère RMCK sortons de la torpeur ! Les défaillances dans la communication et les mauvais services des compagnies de téléphonie facilitent la tâche des terroristes. Dans un pays en guerre contre les terroristes ça ne doit pas se faire à fortiori prospérer et devenir un état de fait. Je suis sûr que même pour appeler les numéros verts, les gens peinent ! Et Attention à vous à ne pas succomber plus que ça aux charmes des flatteurs qui vous parlent de sacrifices, de fétiches et autres brouhahas sales !

    Le second combat mon frère RMCK, c’est de lutter farouchement contre les détournements. Faites arrêter et enfermer tous ceux qui ont détourné un centime de l’État même s’ils sont vos compagnons politiques, vos parents ou affiliés aux Naabas ! En principe s’ils sont honnêtes, ils ne doivent pas se baser sur vos relations pour commettre des forfaits en comptant sur vous pour les couvrir. Mon frère il faut être impitoyable ici et l’exemple de Blaise Compaoré devrait être une leçon pour vous : tous les rapaces qui profitaient de lui et de son ombre l’ont abandonné quand il pleurait seul ! Même votre compère Salif Diallo le renard de Ouahigouya, et vous savez de quoi je parle. Quand vous allez faire ça, vous verrez que le front syndical lui-même va se calmer car au moins quelque chose est fait.

    Enfin mon frère il faut envoyer en retraite systématique tous les fonctionnaires et officiers âgés de plus de 55 ans sauf les Professeurs d’Université, les Chercheurs et les médecins. Sans oublier que vous pouvez encourager les départs volontaires et accompagner les partants par une indemnité forfaitaire de départ. Je suis sûr que vous trouverez des volontaires pour quitter la Fonction Publique.

    Je ne vais pas aller plus loin et je reviendrai pour compléter. Mon frère RMCK je vous souhaite une excellente journée.

    CONCLUSION : Mon frère, vos conseillers quand ils vont me lier ne vous diront rien et certains diront : ’’Bof ! Excellence celui-là il raconte des bobards !’’. Mais en attendant pendant que je raconte ces bobards, les terroristes eux marquent des points malgré leurs conseils qu’ils vous donnent ! Mon frère RMCK vous vous êtes fait entourer par des incapables, vieux, fatigués et dépassés sous prétexte que ce sont des vieux compagnons de lutte, des parents et des affiliés aux Naabas mossis. Plusieurs sont incompétents et incapables de faire la prospective et les déductions anticipatives. En plus ils ne vous disent jamais qu’ils ne peuvent pas faire, et donc ils font gaffes sur gaffes ! Balayez-les tous !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 09:19, par UN Observateur En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Oui cher Sphinx ;
    que la mesure s’ étende au niveau des maquis et bars qui font des nuisances sonores et qui perturbent la quiétude des citoyens les maquis dingo, à ouaga babache ....., des auberges qui servent de chambres closes animées par le bruit tintamarre des prostituées au quartier paspanga le ronnier

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 09:21, par Goulgoulé En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Merci à Maria de Ziniaré d’aborder la question de Yirgou, cette tache sanglante qui reste toujours gravée dans la mémoire collective de tous Burkinabé, sensible à la cohésion sociale. Maladroitement, le pouvoir de Roch en gardant un silence sur ces massacre, à inconscienement exclus une partie de la nation, en les donnant le sentiment que leur morts méritent moins d’égard ...

    D’autre part, je déplore la mort de ces FDS, tout en presentant mes condoléances aux familles en deuil. Cependant, j’accuse tous ces responsables qui ont privé toutes ces victimes de moyens adéquats pour leur sécurité, tout en detournant les déniers à d’autres fins resultant de leur confort personnel. Combien coute un drone pouvant voler dans un rayon de 1km ?.

    Pour condamner fermement des terroristes économiques qui nous privent de nos capacités financières à nos développer, on les honore avec parfois des légions d’honneur et des cérémonies pompeuses. Mais pour recompenser un citoyen lambda qui dénonce ces malversations, c’est la prison sans procès, en attendant sa repentance d’avoir été un homme trop intègre. Bref, comme d’habitude, laissons place à l’émotion en faisant fi de la raison.

    Les mêmes causes produiront-elles les mêmes resultats ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 10:01, par kononba En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    C est vrai que des fois nos TV en général mais en particulier la TNB, présentent parfois des clips indécents, à la limite du porno, et on laisse faire........ des clips sans aucun respect de la dignité féminine..... mais on laisse faire..... ou allons nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 14:25, par sidbala En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Merci bien à MARIA pour son analyse très objectif.
    Quant à mon Koro Yam, sache que le président Roch est très intelligent que tu ne le pense. Il a été à la bonne école et saurait séparer le bon grain de livrets au moment venu.
    Quand il a fait son discours programme rien je dis bien n’a été oublié.

    Je préfère que tu gardes ton plan de guerre pour toi et que le moment venu tu l’utilise pour nous sauver d’affaire, en attendant c’est le président Roch qui est aux commandes avec son équipage.

    S’il n’était prévoyant comme tu le penses, il n’aurait pas réussi a prendre le pouvoir dans les mains de Blaise, de Zeph, et de Zida.
    Tu es pressé attends de voir comme il va manœuvrer le navire, reste tranquille seulement. Ce n’est qu’un point de vue, respect.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août à 21:35, par Africa En réponse à : Attaque de Koutougou : Un deuil national du 23 au 25 août à la mémoire des victimes

    Je voudrais rebondir sur la contribution de Maria de Ziniaré et celle du Kôro Yamyelé.
    - Maria de Ziniaré a émis une opinion très pertinente. Fallait-il decréter un deuil national pour des soldats tombés sur le champ de l’honneur pour la patrie ? Peut-être que oui si les règles militaires l’autorisent. Le chef de l’Etat, chef suprême des armées, dispose d’une panoplie de conseillers militaires à la présidence du Faso qui l’aident à apprécier ce genre de décision. Voilà pourquoi, je ne voudrais pas penser qu’il se soit trompé sur le primcipe de procéder ainsi.
    - Néanmoins, je serais conseiller du Président que je lui aurais fortement recommander un discours à la nation plutôt qu’un deuil national pour remobiliser la nation autour de sa vaillante armée qui se bat jour et nuit, sur plusieurs fronts, contre un ennemi invisible.
    - Ce qui s’est passé à Koutougou est une gifle infligée à la nation. Tous les patriotes conscients en souffrent. La fierté nationale est touchée. Et cela nous oblige, citoyens de tout âge et de toute condition sociale, à un sursaut vraiment patriotique. Mais sous quelle forme ? Par l’action plutôt que par le bavardage tel qu’on l’observe présentement pour se faire bonne conscience et continuer la bamboula comme si le drame ne regarde que ceux qui sont touchés.
    - Pourquoi donc les conseillers du Président ont opté pour cette formule qui sied à des victimes civiles tel que l’épouvantable massacre de Yirgou où la nation a brillé par un silence coupable qui reste au travers de la gorge ? Ces soldats tombés au front, méritent plutôt des funérailles nationales à la hauteur du sacrifice consenti.

    @ Korô Yamyélé a mis le doigt sur un aspect non moins pertinent concernant l’importance des réseaux publics de télécommunications en ce moment où le pays fait face à une insécurité chronique.
    - Pour rappel, le 25 décembre 1985, dès que les chasseurs de l’armée malienne avaient commencé à bombarder Ouahigouya, la première mesure de mobilisation des forces civiles était la réquisition des ingénieurs et techniciens de l’Office des Postes et Télécommunications (OPT).
    - Le réseau fut immédiatememt placé sous commandement militaire et la salle de conférence fut transformée en Poste de crise. Grâce aux moyens techniques de l’OPT, notamment son centre d’écoute des émissions radioélectriques, tous les mouvements aux frontières ont été localisés. Ce qui permit de comprendre que le bombardement de Ouahigouya n’était qu’une diversion, les blindés étant lancés sur Orodara et Bobo. Ils furent stoppés à Koloko grâce à l’héroísme de nos jeunes et intrépides commandos. C’était le reflex patriotique du voltaïque de l’époque qui collait encore à la peau du Burkinabè nouveau, comme le dirait Mr Sdiki Aboubacar Zerbo dans une excellente contribution, publiée recemment sur lefaso.net.
    - Que pouvons-nous attendre aujourd’hui des compagnies de télécoms opérant dans notre pays en ces periodes sombres de notre histoire ? L’ONATEL n’a de national que de nom. Il appartient à des interêts étrangers associant des actionnaires nationaux dont plusieurs leaders publics. Comment l’Etat peut-il, dans la situation sécuritaire actuelle, impliquer ces compagnies privées dans la collecte de renseignements et la surveillance du territoire ? Techniquement, elles en ont les moyens pour aider les FDS à cette fin. Elle est dommage de dire que nous avons totalement marchandié un domaine sensible de souverainetë sans garde-fou sous les injonctions de plus fort que nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Djibo : La police plie bagages, la population s’interroge
Situation sécuritaire : L’UNAPOL dénonce le mauvais équipement des policiers et convoque une "réunion d’urgence"
Burkina Faso : Les camps militaires de Nassoumbou et Baraboulé attaqués
Engins explosifs improvisés : Les FDS burkinabè à l’école du FBI
Koglwéogos assassinés à Rollo : « Les tueurs avaient l’intention de faire le tour de tous les koglwéogos », selon l’ODH
Me Drabo Yacouba, chef dozo : « Si vous refusez de collaborer avec les FDS parce que vous avez peur, sachez que même si vous ne dénoncez pas les bandits, vous ne serez pas épargnés »
Inata (Sahel) : Quatre gendarmes tués dans une attaque le dimanche
Récentes attaques terroristes au Burkina : L’Union européenne renouvelle son soutien au gouvernement burkinabè
Burkina : Quatre terroristes tués dans un affrontement avec des Dozos
Collaboration entre FDS dans la lutte contre le terrorisme : Laurent Kibora propose le rouleau compresseur russe
Attaques terroristes au Burkina : L’Algérie condamne « avec force »
29 décès dans des attaques au Centre-Nord du Burkina : « Ces actes ne resteront pas impunis », déclare le président Roch Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés