Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • jeudi 22 août 2019 à 19h00min
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya

Le Pr Banza Baya a tiré sa révérence le 7 août dernier à Yaoundé. La dépouille mortelle a été rapatriée le mercredi 21 août 2019. L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) lui a rendu un hommage appuyé, jeudi matin. Le défunt était le directeur général de l’Institut de formation et de recherches en démographie (IFORD) au Cameroun, depuis le 27 février 2018.

Le cercueil du Pr Banza Baya est arrivé très tôt jeudi matin à l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), porté par ses étudiants et collègues. La communauté scientifique, le président de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, collègues, collaborateurs, amis ainsi qu’une délégation venue du Cameroun étaient présents aux côtés des parents et proches du défunt, dont son épouse et ses enfants, pour une cérémonie d’hommage.

Détenteur d’un doctorat du Département de démographie depuis 1993, Pr Banza Baya était un expert reconnu dans la recherche qualitative et quantitative et dans la recherche opérationnelle pour les domaines de la population et de la santé, notamment sur les questions relatives à la mortalité infantile, la reproduction et le Sida.

La famille du défunt

Directeur général de l’Institut national de la statistique et de la démographie, il a également assuré la direction de l’Institut supérieur des sciences de la population de l’Université de Ouagadougou (2010-2012). Il y a notamment développé une plateforme d’évaluation des programmes pour favoriser la réduction de la mortalité infantile et l’accès aux services sociaux. Avant son rappel à Dieu, le 7 août dernier, il était le directeur général de l’Institut de formation et de recherches en démographie (IFORD) au Cameroun.

Dans une atmosphère empreinte de forte émotion, le directeur de l’ISSP, Dr Abdramane Soura, a insisté sur deux qualités intrinsèques de l’homme. « Premièrement, la qualité d’homme de consensus, d’homme qui inspirait la confiance, d’homme qui savait mobiliser ses collègues autour de projets communs ; la qualité d’homme pour qui on était prêt à se battre pour relever des défis. Il suffisait que le nom de Baya soit associé à un projet pour que cela soit une réussite (…). Deuxièmement, ces qualités d’homme sincère, d’homme gentil. Il n’hésitait pas à aider n’importe quelle personne pour une cause juste, et je peux moi-même dire que je suis le fruit de cette gentillesse », a expliqué Dr Soura. En plus d’avoir été son premier patron depuis 2001, Pr Baya était un modèle pour lui. « Pour vous dire tout, c’est Baya qui m’a mis sous orbite pour me permettre de me retrouver là où je suis aujourd’hui », avoue-t-il.

La salle a refusé du monde

Le nom du Pr Baya restera gravé dans les couloirs et les murs de l’ISSP

Le bâtiment de l’ISSP a été construit en grande partie grâce aux efforts du Pr Baya. « Lorsqu’en 2009-2010, l’ISSP traversait une situation financière difficile, Pr Baya a décidé de transférer les reliquats de projets et de consultations dont il avait la charge dans les fonds propres de l’ISSP pour faire face à la crise. Ils ne sont pas nombreux ceux qui peuvent prendre ce courage, surtout devant des dizaines de millions. Baya l’a fait. Il pensait toujours à l’intérêt commun », se souvient Dr Abdramane Soura. C’est pourquoi, il demande à ses collègues d’entretenir sa mémoire, et souhaite que son âme repose éternellement en paix.

En ce moment pénible, le président du conseil d’administration de l’IFORD s’est allié au directeur de l’ISSP pour adresser ses sincères condoléances aux proches parents de l’illustre disparu et à la grande famille Baya. Aussi, il a reconnu les efforts du défunt au développement de l’institut. A l’en croire, l’arrivée du professeur comme directeur exécutif de l’IFORD a suscité beaucoup d’espoir et d’enthousiasme pour un effort reformé autour des valeurs d’excellence, d’innovation de rigueur, de transparence, d’intégrité, d’esprit d’équipe et de bonne gouvernance.

C’est ainsi que dès sa prise de fonction, conformément aux décisions du conseil d’administration et dans une approche collégiale, il s’est engagé dans l’élaboration du plan stratégique à moyen terme pour la période 2019-2023. Après bien sûr une évaluation du plan stratégique 2014-2018 pour tirer leçon de sa mise en œuvre et consolider la vision de l’IFORD comme centre d’excellence et de référence en science de la population pour le développement de l’Afrique. C’est du moins ce qu’il a confié.

« Le Pr Baya quitte l’IFORD avec un bilan largement positif »

En 17 mois d’activités sous le leadership du défunt, des résultats encourageants ont été enregistrés, selon le président du conseil d’administration. La consolidation du système Licence-Master-Doctorat est en bonne voie avec des réformes qui renforcent, chaque jour, l’assurance qualité. A cela, il faut ajouter la mise en place d’un cadre propice de réalisation des travaux de recherches et d’appui technique qui implique de façon équitable le personnel dans la conception de la mise en œuvre des projets.

L’environnement social s’est également amélioré. En effet, « depuis la fin du mois de janvier 2019, le personnel a retrouvé la sérénité et le sourire suite au paiement progressif des arriérées d’allocation ainsi que des indemnités ou frais d’études et de primes de non-accident ».

La grande famille Bayala a, pour sa part, exprimé ses plus vifs remerciements au monde scientifique pour ses actions multiformes depuis l’annonce de la triste nouvelle.

Après la cérémonie d’hommage, le cortège funéraire a été conduit au Centre international d’évangélisation (CIE) de Pissy, où s’est déroulée la prière mortuaire, suivie de l’inhumation au cimetière de Gounghin.

Aïssata laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés