Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Bobo-Dioulasso : Le chef de bataillon Wilfried Ouédraogo à la tête du 25e Régiment parachutiste commando

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 20 août 2019 à 22h45min
Bobo-Dioulasso : Le chef de bataillon Wilfried Ouédraogo à la tête du 25e Régiment parachutiste commando

Le 25e Régiment parachutiste commando (RPC) a un nouveau chef de corps, du nom de Wilfried Sidpassamdé Ouédraogo. Sa prise de commandement a eu lieu ce mardi 20 août 2019 au Camp Ouézzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso. Le nouveau commandant souhaite la collaboration de tous les fils et filles du pays, afin de relever le défi sécuritaire qui se présente au Burkina Faso.

Le 25e Régiment parachutiste commando (RPC) a vu le jour en août 2011 suite à la promulgation du décret N°2011-604/PRES. Fer de lance de l’armée de terre, le 25e RPC est basé au Camp Ouézzin-Coulibaly à Bobo-Dioulasso. Corps à la fois parachutiste et commando, centre d’instruction et corps de troupes, le 25e RPC, bien que jeune, est chargé de traditions, d’expériences et de beaucoup de symboles. Il a pour mission la préparation opérationnelle des personnels et des matériels, en vue de participer à l’exécution des missions dévolues à l’armée de terre et à l’exécution des missions spéciales.

La parade des troupes marquant la fin de cérémonie

Cette institution a désormais un nouveau chef de corps. Le chef de bataillon Wilfried Sidpassamdé Ouédraogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a pris officiellement le commandement, ce mardi 20 août 2019. Il compte s’inscrire dans la continuité de son prédécesseur, à savoir continuer à bien encadrer les hommes pour qu’ils répondent efficacement aux différentes missions qui leurs seront confiées. « Le 25e RPC est beaucoup sollicité dans les missions de sécurisation du territoire. Donc nous allons continuer le professionnalisme et, avec la rigueur, entrainer nos hommes, pour qu’ils puissent accomplir leur mission pour le succès des armes du Burkina Faso », a-t-il laissé entendre.

Le chef de bataillon Wilfried Ouédraogo, nouveau chef de corps du 25e Régiment parachutiste commando

Dans cette lancée, il demande à la population de toujours appuyer les forces de défense et de sécurité, en leur apportant le renseignement, car il estime que sans ce renseignement, les opérations ne peuvent pas avoir le succès escompté. « Nous demandons la collaboration de la population pour qu’ensemble, nous puissions relever les défis sécuritaires qui se présentent au pays actuellement », a-t-il sollicité.

La parade des troupes

Un homme d’expérience

Le chef de bataillon Wilfried Ouédraogo, qui vient de prendre le commandement du 25e RPC, est né le 29 avril 1980 à Ouagadougou, province du Kadiogo. Après ses études primaires à l’école primaire privée Raoul-Follereau de Ouagadougou, il accéda au Prytanée militaire de Kadiogo en 1992, où il obtint le baccalauréat série D en 1999.

Après quatre années à l’Académie militaire Georges-Namoano, dont deux ans à l’université de Ouagadougou à l’Unité de formation et de recherche en Sciences économiques et de gestion et deux ans de formation initiale d’officier à Pô, il obtint son diplôme de chef de section d’infanterie et est nommé au grade de sous-lieutenant le 1er octobre 2003 (voir, en encadré, les diplômes qu’il a obtenus et les postes qu’ils a occupés).

Les officiels de la cérémonie de prise de commandement

Le chef de bataillon Wilfried Ouédraogo a participé, en tant qu’observateur, à la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la République démocratique du Congo entre 2010 et 2011, et chef de l’état-major du bataillon Gondaal 2 au Mali entre 2016 et 2017.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés