Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • dimanche 18 août 2019 à 23h55min
Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

L’ambassadrice de Cuba au Burkina Faso, Ana Maria Chongo Torreblanca, dans une interview accordée à la rédaction des éditions Lefaso.net, le 13 août 2019, à l’occasion du 93e anniversaire de la naissance de Fidel Castro, a livré sans langue de bois ses analyses sur l’évolution des relations entre Cuba et le pays des hommes intègres, l’ouverture de Cuba au monde et l’embargo américain contre l’île.

Lefaso.net : Comment va Cuba aujourd’hui, après le décès de Fidel Castro, l’arrivée de Raoul Castro au pouvoir et le blocus des Etats-Unis ?

Ana Maria Chongo Torreblanca : Il faut dire que le processus de la révolution a eu à son actif beaucoup de transformations sociales qui continuent leur cours. Après Fidel Castro, avec Raoul Castro qui est un homme très humble, nous sommes dans la continuité du processus de la révolution. En plus, il faut dire qu’il ne s’agit pas ici d’un président qui fait quoi que ce soit, mais c’est le peuple cubain qui a participé à la lutte révolutionnaire depuis la première guerre d’indépendance qui a débuté dans l’Est de Cuba, le 10 octobre 1868, sans repos jusqu’au triomphe définitif de la révolution le 1er janvier 1959.

C’est pour ça que nous disons que les Etats-Unis se trompent. Fidel Castro et Raoul Castro ont juste préparé le peuple cubain. Je vais vous dire une chose : pendant la visite du président Obama, il nous a demandé d’oublier l’histoire. Mais les Cubains ne peuvent pas oublier l’histoire, parce qu’un peuple sans histoire, n’est qu’un peuple vide. C’est en référence à cette histoire que nous disons que ce ne sont pas seulement les personnalités qui décident pour Cuba, mais nous avions un peuple très préparé à la révolution, un peuple qui a juste marché sous la direction de Fidel Castro.

Quelles étaient vos attentes en venant au Burkina Faso pour assumer vos fonctions de diplomate ?

C’est de continuer ce que mes prédécesseurs ont fait. Il s’agit de relations historiques qui ne cessent d’être développées entre deux peuples, deux pays. J’attends donc de pouvoir contribuer, notamment dans le domaine de la santé ; pas seulement développer les hôpitaux régionaux, mais aussi pour la formation des médecins. Nous sommes très contents de voir que les Cubains qui sont venus ici ont pu aider le Burkina et aussi renforcer leurs expériences. De plus, nous voudrions appuyer le domaine sportif.

Le sport est devenu une tradition que Castro à instaurer à Cuba. Nous avons aussi octroyé des bourses à des jeunes burkinabè. Nous ne pouvons pas donner de l’argent parce que nous sommes un pays pas très riche ; et en plus, nous sommes soumis à un blocus. Mais nous partageons ce que nous avons dans le domaine humain : la santé, l’éducation, le sport. Nous avons des projets pour appuyer aussi la culture et la coopération interparlementaire. Je sais que le président de l’Assemblée nationale de Cuba a envoyé une invitation au président de l’Assemblée nationale burkinabè pour visiter Cuba.

Ce sera le lieu pour développer pas seulement la coopération parlementaire, mais aussi la coopération dans d’autres domaines au bénéfice des deux pays. Nous voudrions apporter plus de soutien au Burkina Faso, surtout financier, mais le blocus imposé par les Etats-Unis contre Cuba depuis 1962 affecte notre capacité économique, commerciale et financière.

Les dernières mesures imposées par l’administration étasunienne enferment Cuba dans un carcan financier, en imposant des mécanismes de surveillance et contrôle aux activités bancaires internationales de Cuba et, depuis quelques années, en infligeant des amendes de plusieurs millions de dollars aux banques étrangères.

Que vous reste-t-il en mémoire quand on évoque la coopération entre Cuba et le Burkina Faso au temps de l’amitié entre Thomas Sankara et Fidel Castro, entre 1983-1987 ?

Personnellement, la première fois que j’ai vu les enfants de Sankara, j’ai pleuré. On a fait de grandes photos des enfants de Sankara ; parce que c’est le projet de Sankara et de Castro que d’octroyer des bourses aux jeunes, afin de préparer l’avenir. J’ai moi aussi bénéficié d’une bourse en Union soviétique. J’ai pensé à cela lorsque j’ai vu les enfants de Sankara hisser le projet de Sankara et de Fidel Castro. Pour développer un pays, il faut préparer la jeunesse.

Pendant le 50e anniversaire de la mort de Che Guevara et le 30e de Sankara, j’ai prononcé un discours, pas pour rebeller la jeunesse, mais pour dire à la jeunesse qu’il faut étudier, il faut se préparer ; pas pour aujourd’hui, mais pour l’avenir et développement du pays. Il faut préparer les jeunes, afin qu’ils contribuent au développement de leur pays, ce sont les idées léguées par Fidel Castro et Thomas Sankara.

32 ans après l’assassinat de Thomas Sankara, qui fut jadis apprécié à Cuba, quel regard portent les Cubains d’aujourd’hui sur le Burkina Faso sans le capitaine Sankara ?

L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba. Fidel Castro n’a pas eu l’occasion de venir au Burkina Faso. Tous les 4 octobre, ce n’est pas seulement à Cuba, mais beaucoup de jeunes africains et sud-américains commémorent la pensée de Thomas Sankara. L’héritage qu’il a laissé aux Africains est grand. Et ses discours sont mémorables pour la jeunesse cubaine.

A l’époque révolutionnaire, des chantiers furent amorcés, notamment la culture du soja au Burkina, l’industrie sucrière, la santé, l’agriculture, l’éducation, les transports, l’agrandissement de l’aéroport de Bobo-Dioulasso, la solidification du chemin de fer et la création d’un centre de production de céramique. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Nous sommes en train de développer aussi d’autres chantiers dans le domaine de l’agriculture. C’était un projet même de l’ancien président de l’Assemblée nationale. Il ne faut pas oublier que le Burkina peut aider Cuba dans d’autres domaines aussi. Ce sont des relations au bénéfice de deux pays et de leurs peuples.

Plus de 600 jeunes Burkinabè, parmi lesquelles 135 filles, ont effectué leurs études à Cuba, mais 293 sont toujours au chômage. Comment comprenez-vous cela ?

Non, nous ne pouvons pas faire d’analyse parce que c’est une affaire interne à l’Etat burkinabè. L’engagement a été pris entre les deux Etats, mais cette affaire est une affaire interne. En tant que diplomate, je ne peux pas faire d’analyse sur cette affaire.

Notre sentiment, c’est que nous avons pu accomplir notre engagement. Pour faire une autre contribution dans ce sens, Cuba et Burkina Faso ont signé, en 2017, un accord sur la reconnaissance réciproque des études, des titres et diplômes de l’enseignement supérieur entre les deux pays. Cet accord permettra de renfoncer la coopération entre les deux pays et servira de base juridique pour augmenter les chances de jeunes burkinabè formés dans le système éducatif technique et supérieur à Cuba.

Cuba a été victime de plusieurs attaques extérieures, par le passé. Quelles sont les formes d’appui de votre pays à l’endroit du Burkina Faso qui est aujourd’hui en proie aux attaques terroristes ? Et en faveur des déplacés internes ?

Je ne peux pas donner de conseils. Je voudrais que Cuba réaffirme sa plus ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et réaffirme son engagement à poursuivre ses efforts pour renforcer le rôle central de l’ONU dans l’adoption de mesures et la mise en place d’un vaste cadre juridique pour la lutte contre le terrorisme international. Nous invitons la communauté internationale à apporter son soutien afin d’arriver à bout de cette insécurité dans l’espace G5-Sahel.

Entre mars 1983 et novembre 1986, Thomas Sankara et Fidel Castro semaient les bases d’une coopération bilatérale fructueuse. Aujourd’hui, quel bilan vous en faites ?

Je sais que mes prédécesseurs ont fait beaucoup d’efforts pour maintenir la relation bilatérale. Malgré la situation difficile que nous avons vécue, la coopération entre nos deux pays est toujours effective. Ce sont des domaines emblématiques comme la santé, l’éducation, l’enseignement supérieur, le sport. A cet effet, le Burkina Faso bénéficie de l’expertise de treize médecins cubains qui exercent et qui contribuent au renforcement des capacités des centres hospitaliers.

Trois spécialistes cubains couvrent l’athlétisme et la boxe. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, il faut signaler la présence à Cuba de quinze étudiants burkinabè en formation dans les universités cubaines, notamment dans les domaines de la santé. Pour l’année 2019, Cuba a octroyé quatre bourses de médicine au Burkina Faso.

Quelles peuvent être les perspectives d’avenir ?

Il y a des chantiers ambitieux dans plusieurs domaines, tels que l’agriculture, la santé, le sport et d’autres. Nous devons examiner, avec les autorités, afin de prioriser les intérêts communs.

Après tant d’années passées au Burkina Faso, vous avez certainement côtoyé les médias burkinabè et quelques journalistes. Qu’est-ce que ces contacts suscitent en vous comme commentaires et appréciations ?

Ce sont des jeunes qui ont l’envie de connaître et de faire connaître tous les points de vue. Parfois, je lis la presse et je constate que les opinions sont divergentes.

2020 est une année électorale au Burkina Faso. Très souvent en Afrique, les périodes électorales sont des périodes de hautes tensions politiques, voire sociales. Que souhaitez-vous pour ces élections au Burkina Faso ?

Je dirais seulement que c’est une affaire interne, donc je ne peux pas m’exprimer là-dessus. D’ailleurs, notre politique extérieure est de ne pas nous immiscer dans les affaires internes des Etats. Je ne peux donc pas m’exprimer sur cela. Il s’agit d’une décision souveraine du peuple burkinabè.

Comment se manifeste aujourd’hui l’ouverture de Cuba, jadis sous le joug communiste ?

Nous avons toujours été ouverts à tout le monde. Ce sont les Etats-Unis qui nous ont fermé la porte, en imposant de nouvelles mesures subversives, dans l’objectif de parvenir à l’asphyxie économique […] et à discréditer la Révolution, ses dirigeants et son glorieux héritage historique ; dénigrer les politiques économiques et sociales en faveur du développement et de la justice.

De nombreux gouvernements du monde entier se sont prononcés contre les mesures annoncées par le gouvernement des Etats-Unis, et des voix se sont élevées de ce pays, en solidarité avec Cuba. Nous continuons à développer nos amitiés avec les autres. Nous continuons à perfectionner notre modèle de développement économique et social, afin d’édifier une nation souveraine, indépendante, socialiste, démocratique, prospère et écologiquement durable ; en fortifiant notre système politique institutionnel qui est absolument participatif et qui jouit du plein appui de notre peuple.

Sous votre coupe, quelles sont les grandes actions de Cuba au Burkina Faso dont vous en êtes fière ?

Je voudrais toujours découvrir la philosophie des Africains, l’histoire des Africains parce que l’histoire de l’humanité commence ici. L’Afrique est d’ailleurs le continent d’où viennent mes ancêtres. Elle n’a besoin ni de conseils, ni d’ingérence dans ses affaires internes ; elle a juste besoin de transfert de technologies et de ressources financières et d’un traitement juste. C’est d’ailleurs la demande de Fidel Castro, de Sankara et je soutiens cela.

Comment faites-vous pour découvrir le continent d’où viennent vos ancêtres ?

On m’a donné l’occasion de venir ici. J’ai parlé avec tout le monde. Mon équipe et moi, nous nous sommes intégrés dans le pays. Nous avons essayé de comprendre la manière de vivre des gens d’ici, leur manière de penser, et leur l’histoire. Je crois que nous avons enrichi notre compétence diplomatique.

Qu’est-ce qui caractérise votre personnalité en tant que diplomate ?

Moi, je n’aime pas parler de moi. Un jour, les Soviétiques m’ont dit : « Vous ne serez pas un bon diplomate ». Je leur demandai pourquoi. Et ils me disaient que je suis trop émotive. Quand on attaque la révolution, je ne peux pas me taire ; j’ai l’envie de réagir en dénonçant les injustices.

Mais ici, je sens que je serai un bon diplomate, parce que j’ai la capacité de réagir avec la force d’un diplomate qui représente le gouvernement et le peuple cubain. Je remercie alors le Burkina Faso parce qu’il m’a donné l’occasion, pas seulement d’étudier plus sur l’Afrique et sur la diplomatie, mais aussi d’enrichir mes connaissances spirituelles, d’être une personne plus humaine, plus calme et plus préparée.

Donc nous pouvons attendre d’ici-là votre livre sur le Burkina Faso ?

Non ! Ce que je veux dire, c’est qu’il est possible un jour que je revienne à nouveau au Burkina Faso.

Interview réalisée par
Edouard Kamboissoa Samboé (samboeedouard@gmail.com)
et Mariam Sagnon
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 août à 22:39, par Ka En réponse à : Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

    Oui madame l’ambassadrice, Thomas sankara le second Che Guevara du monde, est aujourd’hui plus qu’hier, le mythe plus vivant que jamais. Il a défié le temps à tel point qu’aujourd’hui il est le chemin, pour beaucoup de Burkinabè et des jeunes de ce monde. Et comme disait un de ses fidèles compagnons, le fait que Thomas Sankara soit connu et que beaucoup de gens s’en réclament est normal. Les grands hommes sont comme des références immortelles dans certains pays. Thomas Sankara a une image encore plus grande aujourd’hui dans le monde. Comme lui-même le disait : « On n’assassine pas les idées, on combat les idées ». Ainsi, ceux qui ont cru qu’ils pouvaient le classer dans les oubliettes en l’assassinant l’ont même grandi parce que ses idées sont devenues encore plus populaires.

    Et si on regarde autour de nous, quelques hommes politiques de notre pays se réveillent et sont de plus en plus dans l’élan dans les objectifs de la révolution démocratique inachevée du visionnaire Thomas sankara, surtout avec des convictions personnelle. Malgré ces hommes politiques qui se disent Sankariste depuis sa disparition, notre pays reste embourbé dans son sous-développement : Nos hommes politiques sont incapables de se mobiliser autour de grands objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels. Il en résulte un pillage systématique par les mêmes personnes.

    Et ce qui caractérise la politique de ces derniers, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses : ’’exclusion, mafias, autocélébration, autosatisfaction... et l’impunité totale organisée. Oui, qu’il soit Che Guevara, F. Castro, Thomas Sankara, ils ont su dévié idéologiquement les cours de l’histoire de ce monde en tant que des vrais hommes de tenus, dont la discipline et l’intelligence qui sont, entre autres, des qualités d’un bon militaire, et doivent être mis en avant le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement. C’était des hommes dont leur dignité réside dans l’action et la solidarité. C’est pourquoi madame l’ambassadrice, ces trois hommes, Che Guevara, F. Castro, Thomas sankara, sont porté dans l’histoire par les voies réservées au chevaliers de la liberté, et aux hommes de progrès.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août à 11:50, par Sacksida En réponse à : Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

    Ka, vous avez tout resume en ce qui concerne la pensee collective de ces revolutionnaires et leur rayonnement dans ce Monde trouble ou l’injustice sociale et l’oppression tendent a devenir une regle de gouvernance face a des peuples affliges a la recherche de leur chance de survie. Comme dit ce poeme progressiste :

    Quand l’oppression se fait plus lourde,
    Nombreux sont les decourages,
    Mais son courage a lui augmente...

    Il organise son combat, pour quelques sous,
    Pour l’eau du the. Pour le pouvoir d’Etat.
    Il demande a la propriete : D’ou viens-tu ?

    La ou l’on se tait toujours, il parlera.
    La ou l’oppression regne et ou l’on parle de destin,
    Il citera des noms. Quand on l’expulse, la ou il va,
    Va la revolte. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 19 août à 14:56, par HUG En réponse à : Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

    Thomas SANKARA était un homme en avance sur son temps. C’est la marque des grands hommes.En quatre ans de gestion du pouvoir, il a transformé positivement la Haute Volta malheureusement il a eu une fin atroce comme la plupart des grands hommes.
    J’invite le vieux KA et Kôrô yamyélé à laisser quelque chose aux générations à venir et actuelle en écrivant sur l’histoire du pays particulièrement de la Révolution (surtout) à nos jours

    Répondre à ce message

  • Le 20 août à 17:25, par Ka En réponse à : Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

    A vous deux HUG et Sacksida merci de me lire : Si depuis plus de dix ans je prends de temps à temps quelques minutes à apporter ma contribution aux analyses de nos sites des réseaux sociaux d’information, c’est pour aider la nouvelle génération de pouvoir implanter solidement une alternance politique saine de leur générations sans les crimes gratuits ni la corruption à ciel ouvert. Les valets de l’impérialisme qui sont nos premiers dirigeants après nos indépendances ont toujours porté fièrement les ruses, les dictats, la corruption et surtout le copier-coller du système colonial comme leur bonne gouvernance.

    Mais pour nous autres avec une autre vision de pouvoir émerger notre continent sans tous dont j’ai cité, nous permets à Kôrô Yamyélé et moi de dire que les valets des impérialistes ne sont que des vulgaires sicaires, leur véritable identité : Et à chaque fois qu’ils le tronqueront contre un autre titre, nous sommes là pour le leur rappeler comme les Nazis à qui ils apparentent. Durant plus de dix ans, des internautes malsains et partisans nous traitent de tout pour notre vérité qui blesse, mais ne tue pas. Car pour nous, comme Thomas Sankara ou Lumumba et Mandela, dénoncer les choses qui ne vont pas n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection (qui, quoi qu’il en soit, n’est pas de ce monde.
    Ayant été au côté de l’idéologue et visionnaire Thomas Sankara pour son idéal et ses idées, il ne cessait de nous rappeler que quand on milite, c’est pour des idées, pour un idéal, et ce n’est pas dans l’espoir de piller les ressources du pays d’une manière encore plus avide que ceux qu’on combat.

    De nos jours, le seul objectif des nouveaux dirigeants c’est "ôte-toi de là que je m’y mette" pour piller. Et ce qu’il faut pour arrêter ça, ce sont des révolutions comme celle de Thomas Sankara. Bien sûr qu’aucune révolution ne s’est encore avérée parfaite. Et surtout peut-on alors parler de révolution de nos jours sans des soulèvements populaires ou Peut-être de révolte populaire ? Celles qui partent du peuple ne résistent pas longtemps aux velléités restauratrices. Mais celles qui partent du sommet comme dans le cas de celle de Thomas Sankara et autres comme (Marx Lenin etc.) survivent à leurs leaders parce qu’elles sont avant tout idéologiques culturelles, idéalistes. Les concepteurs eux-mêmes ne pourraient pas en garantir la parfaite réalisation. C’est ce qui fait rêver les masses. Et je confirme que le nombre d’individus comme le balai Citoyen, font des révolutions à la mode de leur génération que je soutiens sans condition. Le seul problème pour ces jeunes qui veulent être la relève de Thomas Sankara Mandela, Lumumba, c’est que cette jeunesse est embourbé par des républiques bananières et non dans des états de droit, où les initiatives individuelles est totalement désintéressées dans le seul but de profiter à la collectivité et sont "récupérées" par des margouillats ou instrumentalisées à des fins politiques partisanes. Dans tous les cas, avec le Dieu puissant capable de tout, nous serons toujours là pour épauler a notre façon la jeunesse. Encore une fois, merci a vous deux de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 20 août à 23:34, par Sacksida En réponse à : Ana Maria Chongo Torreblanca, ambassadrice de Cuba au Burkina : « L’héritage de Thomas Sankara est vif en Amérique latine, pas seulement à Cuba »

    A vrai dire, vous n’avez pas a nous remercier dans ce Forum ouvert a toutes les opinions diverses car nous pensons qu’il s’agit d’echanges utiles pour tout le monde. S’agissant de Thomas Sankara qui fut un grand patriote et revolutionnaire, il est sur que le Burkina Faso a perdu un dirigeant integre et visionnaire le 15 octobre 1987 qui avait beaucoup a apporter en terme de projets au profit du peuple Burkinabe et meme au niveau africain. J’ai eu la chance a l’epoque de le recontrer en tete a tete durant 30 mn a l’occasion d’une circonstance et trois autres fois dans des assemblees generales des COMISEC dont la derniere fut lors du Symposium International contre l’apparteid le 10 octobre 1987. En outre, il est certain qu’il allait reussir sur le plan economique et social avec le peuple Burkinabe, mais c’etait sans compter avec l’imperialisme international, la contre revolution et le neocolonialisme qui craiyaient que cette revolution sankariste se propage dans son precarre ou qu"elle soit un exemple de regime populaite pour la jeunesse ouest africaine. Ne nous leurons pas, car Sankara etait un homme providentiel dont la mission de moralisation et d’emancipation du Burkina Faso et de l’Afrique a ete limitee dans le temps. Certainement, il y’aura des hommes politiques et progressistes qui s’inspirerons de ses idees, au Burkina ou Ailleurs, mais cela prendra du temps car de tels hommes dans l’histoire sont rares. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : La CEDEAO va mobiliser un milliard de dollars US
Lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : Les chefs d’Etat appellent à « l’union sacrée »
Conférence régionale sur la chenille légionnaire : Des recommandations pour venir à bout du ravageur des cultures
Crise humanitaire au Burkina : « Les populations doivent rester dans des conditions très difficiles ou partir », Steven Anderson du CICR
Coopération : Le Sénateur des Français de l’étranger à l’Institut supérieur d’étude de protection civile
Programme YALI 2019 : Les participants burkinabè font le bilan de leur séjour américain
Mali : « Kidal, base arrière et rampe de lancement de plusieurs opérations terroristes », Maman Sambo Sidikou secrétaire permanent du G5 Sahel
34e Journée du CILSS : Le message du Président du Faso, Président en exercice du CILSS
G5 Sahel : Les policiers ne veulent plus rester en marge de la lutte contre le terrosisme
Lutte contre le terrorisme : Le Burkina renforce sa collaboration avec INTERPOL
CILSS : Une conférence régionale pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne
Visite du maire de Ouagadougou à Kumasi : Dynamiser une coopération en léthargie depuis 15 ans
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés