Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Forum international interreligieux, interculturel jeunesse pour l’avenir (FIIJA) 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 17 août 2019 à 23h05min
  Forum international interreligieux, interculturel jeunesse pour l’avenir (FIIJA) 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina

Après la cérémonie d’ouverture officielle de la 3e édition du FIIJA (Forum international interreligieux, interculturel jeunesse pour l’avenir) à Nanoro, une conférence sur l’extrémisme violent a été servie aux participants. Elle a été animée par Simon Pierre Douamba, chargé de suivi-évaluation au Centre pour la gouvernance démocratique (CGD).

C’est dans la salle polyvalente du Lycée agricole de Nanoro que s’est tenue la conférence sur l’extrémisme violent. Une conférence centrée sur le thème « Les jeunes face à l’extrémisme violent : enjeux et perspectives ». Ce fut le lieu pour Simon Pierre Douamba, chargé de suivi-évaluation au Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), de poser le diagnostic sur la problématique de l’extrémisme violent au Burkina Faso. L’extrémisme violent s’explique par plusieurs facteurs sociaux, selon le conférencier. Le chômage, la rupture de confiance dans la gouvernance seraient les maux qui nourrissent la montée de l’extrémisme. Après ce diagnostic, M. Douamba a proposé des pistes pour venir à bout de ce phénomène.

Simon Pierre Douamba, conférencier

Des jeunes exposés aux facteurs sociaux défavorables

Au Burkina Faso, les jeunes sont exposés à plusieurs facteurs structurels qui les entraînent dans l’extrémisme violent. C’est du moins ce que pense Simon Pierre Douamba quand il dit que « la faiblesse de la gouvernance sécuritaire se manifeste par l’aggravation des tensions au sein de l’appareil sécuritaire. De plus, il faut rappeler l’insuffisance des moyens humains et matériels des FDS, l’insuffisance du maillage sécuritaire du territoire. Les FDS ont alors du mal à garantir la sécurité aux populations et aux jeunes ». La corruption, l’impunité, et l’incivisme sont aussi les facteurs sociaux pointés du doigt par Simon Pierre Douamba.

Les facteurs incitatifs

La situation sécuritaire au Burkina Faso a connu un changement radical depuis 2016. Le pays voit un nombre important de jeunes sombrer dans l’extrémisme violent. C’est le cas dans la région du Sahel où des jeunes ont participé à des combats au Mali, et contribuent à la radicalisation de leur entourage. Le conférencier a d’ailleurs révélé que « des terroristes se sont infiltrés dans le pays en invitant de plus en plus de jeunes à les rejoindre ».

Nématou Sakandé, participante

Des perspectives pour faire face à l’extrémisme violent

Une sensibilisation des jeunes contre les recrutements par les groupes violents s’avère prépondérante. Aussi, Simon Pierre Douamba n’a pas manqué de rappeler la nécessité du dialogue au sein des communautés et entre les communautés. Toutes les communautés, au-delà de leur appartenance religieuse et ethnique, devraient favoriser le dialogue, pense le conférencier. La promotion de la tolérance et le respect des différentes religions sont aussi à prendre en considération.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Judicaël DOULKOM
Serge Ika KI (stagiaires)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dori : Le président du Faso inaugure la gare routière et le CHR rénové
Insécurité : « Plus que jamais, les femmes et les enfants sont encore plus vulnérables », s’apitoie la présidente d’African Women Leaders, Marie Hermann Coulibaly
Imposition de la cendre au début du Carême : Un appel à la conversion et à la pénitence
Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs
Burkina : Le président du Faso rassure les déplacés internes dans le Sahel
Santé sexuelle et reproductive : 60 « billis » prêts à sensibiliser leurs pairs
Sahel : Les populations locales partagent leurs expériences sur la résilience
Tourisme : Des supports pour promouvoir les sites et la diffusion du potentiel touristique
Santé au Burkina : Les partenaires au développement échangent sur le financement du plan stratégique 2020-2024 de l’Institut national de santé publique
Commune de Boromo : Le sous-projet PAPF/Boromo officiellement lancé
Fonds vert pour le climat : Des acteurs burkinabè appelés à une synergie d’actions
Les différents bonus du casino en ligne
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés