Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Complexe Pô-Nazinga-Sissili : La biodiversité en danger

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Issoufou Ouédraogo • vendredi 16 août 2019 à 00h09min
Complexe Pô-Nazinga-Sissili : La biodiversité  en danger

L’écosystème du corridor biologique reliant le Parc national Kaboré-Tambi (PNKT) à la forêt classée/Ranch de gibier de Nazinga (FC/RGN) est en danger sous l’effet des menaces anthropiques. Tel est le constat fait par le groupe de plaidoyer conduit par l’ONG Naturama en juillet 2019 dans les localités de Gon-Boussougou, Zoaga, Zabré, Ziou et Pô. Face à cette dégradation avancée de l’écosystème, il est nécessaire de prendre des dispositions pour sauver ce sanctuaire de diversité biologique.

Le complexe Pô-Nazinga-Sissilli (PONASI), qui constitue un refuge et des voies de migration pour beaucoup d’animaux vulnérables ou menacés, en l’occurrence les éléphants, est aujourd’hui en danger. De nos jours, ce complexe subit de plein fouet l’action des hommes, mettant ainsi en danger la biodiversité. L’occupation de la faune sauvage par les hommes, les diverses formes d’exploitations néfastes des ressources naturelles sont autant de menaces.

Cette situation peu reluisante a un impact sur les ressources naturelles et alimente en retour la pauvreté des communautés par un processus de dégradation de la base de production.

Cette dégradation continue met en danger les écosystèmes qui composent le complexe, à savoir l’eau, la biodiversité et la résilience climatique. « Donner une protection à cette partie, c’est permettre à des communautés de revivre à travers les opportunités qu’offre le corridor en matière de retombées économiques », a souligné Emile Ouanré, ressortissant de Zoaga.

En effet, une étude sur la gouvernance de l’eau et de la biodiversité a fait ressortir plusieurs préoccupations concernant le corridor biologique. Elle révèle une surexploitation du bois de chauffe dans la commune rurale de Ziou, des conflits hommes-éléphants du fait de la proximité de quelques champs et surtout l’occupation de la zone tampon du corridor par divers acteurs (éleveurs, agriculteurs, maraîchers).

Dans un contexte marqué par le changement climatique qui accroît la vulnérabilité des écosystèmes, il est indispensable pour les autorités en charge du volet environnement de conjuguer leurs efforts avec d’autres partenaires pour résoudre l’équation environnementale du PONASI. Pour l’agent des Eaux et forêts, le sergent Batté Nagoam, « doter le corridor de statut va permettre de mieux exécuter le travail sur le terrain ».

Des engagements forts ont été pris dans ce sens. Cependant, les acteurs ont du mal à prendre des décisions pour protéger cette biodiversité naturelle. Comme l’opinion burkinabè s’est levée pour dire non au fameux projet qui allait mettre en danger la forêt de Kua, il est aussi nécessaire de contrer la dégradation avancée de l’écosystème du PONASI.

La protection de cet écosystème contribue au bien-être des populations locales et permet d’atténuer les conflits hommes-faune, de valoriser le potentiel écotouristique de la zone. Elle va aussi assurer la fourniture durable de biens et services environnementaux au bénéfice des communautés riveraines et d’offrir des opportunités socio-économiques aux populations.

En rappel, ce corridor de migration a été créé à la faveur de la composante Pô-Nazinga-Sissili (PONASI) du projet de Partenariat pour l’amélioration de la gestion des écosystèmes naturels (PAGEN). Avec cet espace, les animaux ont la possibilité de migrer entre le Burkina et le Ghana.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Opération 10 000 plants du FPDCT : 700 arbres plantés à Komsilga
Campagne de reboisement du FPDCT : 1 400 plants mis en terre pour commencer
Commune de Niou : Les élèves et étudiants mettent en terre une centaine de plants
Journée communale de reboisement : La ceinture verte de Ouagadougou en voie de réhabilitation
Journée nationale de l’arbre : La Banque de l’union reboise à Loumbila
Journée de l’arbre : La ministre de la Santé reboise au Centre médical de Saaba
Complexe Pô-Nazinga-Sissili : La biodiversité en danger
Environnement : Voici pourquoi vous devez planter des arbres
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Zoom sur l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel
Journée nationale de l’arbre : Le premier prix national remis à la commune de Bissiga
Projet « Pépinière urbaine » de Ougadougou : Une approche inclusive et participative du développement
Nuit de l’arbre : Les lauréats du concours dévoilés au public
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés