Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Lancement du projet « PATEB » dans la Tapoa

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 14 août 2019 à 12h00min
Lancement du projet « PATEB » dans la Tapoa

Ce vendredi 09 août 2019, les autorités de la province de la Tapoa ont procédé au lancement du projet d’appui à la transition agro écologique dans la région de l’Est du Burkina (PATEB).D’une durée de 36 mois, le PATEB est financé par l’Agence Régionale pour I’Agriculture et I‘Alimentation (ARAA) de la CEDEAO et l’Agence Française de Développement (AFD). Avec ce projet, le consortium composé de Action contre la Faim, l’Union Provinciale des Professionnels Agricoles de la Tapoa (UPPA) l’Association BEO NEERE et l’INERA souhaite contribuer à la transition agro écologique pour renforcer la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région de l’Est du Burkina Faso.

Cette cérémonie de lancement a pour objectif de présenter le projet PATEB aux autorités de la province et de permettre aux différents partenaires d’avoir une meilleure appropriation des activités dudit projet.

En outre, c’est dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique agricole régionale (ECOWAP) que la CEDEAO avec l’appui financier de l’Agence Française de Développement (AFD) a entrepris le financement de projets innovants en faveur de la transition agro écologique en Afrique de l’Ouest dans le but de capitaliser ces expériences et de contribuer à la mise à l’échelle tant au niveau national que régional ; et ce financement s’est fait à travers le Projet d’Appui à la Transition Agro écologique en Afrique de l’Ouest (PATAE).

Pour ce qui concerne le Burkina Faso, trois consortiums ont obtenu le financement de leur projet dont celui comprenant Action contre la Faim, l’Union Provinciale des Professionnels Agricoles de la Tapoa (UPPA), l’Association BEO NEERE et l’INERA avec le projet PATEB d’un coût global de 400 000 euros soit 262 380 000 F CFA. En effet, le projet d’appui à la transition agro écologique dans la région de l’Est du Burkina (PATEB) a pour objectif de contribuer à la transition agro écologique pour renforcer la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région de l’Est du Burkina Faso.

Spécifiquement, le projet vise l’amélioration des conditions de l’émergence, l’adoption, et la diffusion de pratiques agro-écologiques intensives et durables dans les exploitations familiales et les terroirs villageois. En d’autres termes, ce projet vise à créer les conditions de l’intensification des pratiques agro écologiques au sein des exploitations familiales ainsi que le renforcement de la gestion collective durable des ressources naturelles au niveau des terroirs villageois et des sites d’exploitation irrigués d’une part. D’autre part, il vise la valorisation des produits issus des pratiques agro écologiques à travers la création des conditions permettant l’accès des producteurs au marché.

Selon M. OUOBA Bepampo, Secrétaire Général de la province de la Tapoa, représentant M. le Haut-Commissaire, « L’agriculture occupe au Burkina Faso 80% de la population active et est dominée par les exploitations familiales. Malgré les efforts fournis par le gouvernement en matière de subvention des intrants (engrais notamment), les performances du secteur agricole sont restées en-deçà des besoins de consommation de plus en plus croissants d’une population en augmentation, et du fait de la persistance de certains facteurs (dépendance de l’agriculture aux aléas, faible intensification et diversification de la production et de la durabilité du système agricole, etc.) ».

Aussi, malgré les conditions naturelles relativement favorables, l’agriculture dans la province de la Tapoa reste peu performante. C’est une agriculture de type pluvial, pratiquée en monoculture, extensive et dominée par de petites exploitations familiales. De même, Le faible fonctionnement constaté des organisations des producteurs et des organisations de gestion locale du développement ne favorise pas la mise en œuvre d’approche collective de protection et de gestion durable des ressources naturelles.

M. LIDO Ali Coordinateur de l’ONG Action contre la Faim de la Base de Diapaga estime que le PATEB est la formule idéale pour une meilleure transition agro écologique dans cette province. Pour lui, ce projet va contribuer à un renforcement de capacités de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle de 2017 ménages vulnérables à travers un package d’activités, 118 producteurs locaux bénéficieront d’accompagnements dans le cadre du renforcement de capacités et de promotions de leurs cultures.

Le Secrétaire Général de la province au nom du Haut-Commissaire et de toute la province a félicité le consortium pour cette initiative. Dans la même optique, il a sollicité l’engagement de toutes les filles et de tous les fils de la Tapoa dans la mise en œuvre de ce nouveau projet.

Abdoul Karim LAGAFOU
Chef de projet Communication et Visibilité / Action contre la Faim / Mission Burkina Faso

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés