Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Foire de l’arbre à Tenkodogo : Zoom sur l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mardi 13 août 2019 à 19h00min
Foire de l’arbre à Tenkodogo :  Zoom sur  l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel

L’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) était présente à la toute première Foire de l’arbre organisée à la faveur de la Journée nationale de l’arbre, du 8 au 11 août 2019, à Tenkodogo, dans le Boulgou, grâce à l’appui de l’Association pour la promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (APEFE). Une aubaine pour le grand public de découvrir l’initiative dans toutes ses facettes.

L’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS) est un programme panafricain lancé en janvier 2007 par l’Union africaine (UA) et réunissant plus de 20 pays de la région sahélo-saharienne. A l’origine conçue comme une plantation d’arbres qui va de Dakar à Djibouti, le concept s’est transformé en une approche qui vise l’adoption de bonnes pratiques de gestion durable des terres. Il s’agit spécifiquement de lutter contre la dégradation de terres et la désertification au Sahel et au Sahara ; renforcer la sécurité alimentaire et soutenir les communautés à s’adapter au changement climatique.

Le Burkina Faso a adhéré à l’IGMVSS depuis son lancement. En mai 2015, il a ratifié la convention portant création de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte. L’initiative était présente à la Foire de l’arbre qui a eu lieu du 8 au 11 août 2019, à la Place de la gare routière de Tenkodogo, dans la région du Centre-Est. Pour le coordonnateur national, Adama Doulkom, cette foire était une tribune pour faire entendre la voix de la coordination nationale de l’initiative, notamment « ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons ; quels sont les résultats, les difficultés. Et les perspectives que nous avons dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative ».

La Grande muraille verte, un espoir pour reverdir le Sahel

L’IGMVSS intervient prioritairement dans les régions du Nord, du Centre-Nord, du Plateau Central, du Sahel et de l’Est à travers des actions curatives. Elle couvre également les zones affectées par des poches de dégradation des terres et constituées de l’ensemble des autres régions du pays, mais de priorité modérée. « En règle générale, on pense que les zones arides, ce sont des problèmes. Mais nous, nous voyons cela autrement. Ces zones sont des opportunités à saisir pour améliorer la résilience des populations et des écosystèmes, les conditions de vie des populations ; améliorer l’environnement tout court », selon M. Doulkom.

En termes d’acquis opérationnels, les actions dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative forcent l’admiration des responsables. En effet, elles ont permis de récupérer 18 122 hectares de terres dégradées, de produire 14 600 000 plants, de reboiser 19 750 ha dont 115 ha de plantation de baobabs, avec un taux moyen de reprises de 78% ; de réaliser 3 538 ha de régénération naturelle assistée, 750 ha de diguettes antiérosives, 800 ha de cordons pierreux, entre autres.

Concernant les impacts écologiques et socio-économiques de ces réalisations, ils sont non seulement visibles au niveau des communautés bénéficiaires mais aussi de la gouvernance locale en matière de gestion durable des terres. Sur ce dernier point, les activités se sont révélées comme un plaidoyer à l’endroit des autorités administratives déconcentrées et décentralisées, sur le risque de l’inaction face à la dégradation des ressources édaphiques. Aussi, elles ont suscité l’espoir qu’il est possible d’inverser les tendances de cette dégradation.

Si à ses débuts, l’initiative a rencontré des critiques sur sa stratégie et son utilité, de nos jours les actions menées sur le terrain ont montré qu’il y a de l’espoir. Et le coordonnateur national de faire ce témoignage : « Nous avons des acteurs, des scientifiques et des collectivités qui viennent vers nous, au département technique et financier, pour demander notre concours à la mise en œuvre de leurs différents plans ».

Il poursuit en disant qu’au Burkina Faso, l’IGMVSS est soutenue par des organismes nationaux et internationaux dont l’Association pour la promotion de l’éducation et la formation à l’étranger (APEFE). « Ce partenaire nous accompagne depuis 2011, date à laquelle nous avons élaboré le premier plan d’actions de l’initiative. Nous avons exécuté une première phase de trois ans.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Aïssata laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 août à 02:57, par Salomon Justin Yameogo En réponse à : Foire de l’arbre à Tenkodogo : Zoom sur l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel

    Très belle initiative : cette foire a éveillé beaucoup de burkinabè et donné des espoirs (en tous cas, pour ceux qui ont fait le déplacement)...
    Cependant, la "Gouvernance-à-vue" que nous avons actuellement au Faso est (en elle-même) une Menace au reverdissement de notre Environnement. En effet, on ne peut pas ici prétexter les problèmes d’insécurité et de terrorisme pour nous justifier POURQUOI RIEN N’EST FAIT CONTRE LA DIVAGATION DES ANIMAUX ???? Les "3 Luttes" sont mortes avec Sankara, selon toute vraissemblance ; or Leur Utilité reste Actuelle...
    Je ne sais pas quels sont les Ministres à mettre en cause mais, pèle-mêle on peut dire que :
    1- le Ministre de l’Environnement qui est premier concerné ne fout rien contre la divagation des animaux : il nous demande de planter des arbres chaque année, pour que les jeunes plants nourrissent les animaux en divagation que l’on voient partout, même sur les principales avenues de nos capitales (Ouagadougou et Bobo-Dioulasso)... et personne ne dit rien !!!
    2- le Ministre de la Santé qui laisse faire alors que c’est bien connu que les déjections animales sont aussi des vecteurs de contaminations des humains ; surtout par ces temps de pluies !!! On nous parle beaucoup de fin de la "défécation à l’air libre" mais, les animaux peuvent venir chier partout et on s’en fout, selon toutes apparences !!!! ...J’ai même vu personnellement des cochons dans un CSPS de Ouagadougou (eeeh oui !!!). J’en ai fait toute une histoire, avant de rentrer dans la "suite de couches" pour y trouver encore des poulets dormant sous les lits des nouvelles mamans et des bébés : j’en ai fait tout un débat au personnel sanitaire, dont les explications se résumaient surtout à l’absence de porte d’accès au CSPS et à la pression de leur travail...
    3- le Ministre de la sécurité : lui seul (au moins) peut utiliser le terrorisme comme excuse pour justifier les insuffisances de ses services (qui auraient pourtant pu éviter les nombreux accidents et même les décès liés à cette divagation des animaux)... Cependant, Mr le Ministre, EXIGEZ PLUS d’imagination de vos Services ; par exemple on pourrait avoir un service de Volontaires (comme ceux de la sécurité routière) qui sont chargés de traquer, attraper et même tuer les animaux en divagation dans TOUS LES QUARTIERS (centraux ou périphériques de nos villes)... En plus d’être salutaire pour la circulation, cela peut rapporter beaucoup d’argent pour encourager ces Volontaires, SURTOUT SI VOUS CONSENTEZ A METTRE DES AMENDES FORTES POUR DISSUADER CETTE DIVAGATION ANIMALE en agglomérations.
    Qu’on ne me dise pas de prier pour que Dieu sauve notre Environnement : nous pouvons nous le faire et très bien ; ça permettra à Dieu de s’occuper d’autres de nos problèmes !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée de l’arbre : La ministre de la Santé reboise au Centre médical de Saaba
Complexe Pô-Nazinga-Sissili : La biodiversité en danger
Environnement : Voici pourquoi vous devez planter des arbres
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Zoom sur l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel
Journée nationale de l’arbre : Le premier prix national remis à la commune de Bissiga
Projet « Pépinière urbaine » de Ougadougou : Une approche inclusive et participative du développement
Nuit de l’arbre : Les lauréats du concours dévoilés au public
« Arbre et éducation pour une économie verte » : La problématique au cœur d’un panel
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Trois jours pour faire des affaires
Première édition de la Journée nationale de l’arbre : Un cross populaire pour démarrer les activités
Consommation : La mairie de Ouagadougou accuse le service traiteur aérien SERVAIR d’avoir déversé de la viande avariée
Prévision météorologique : De qui est la fausse alerte du lundi 5 août 2019 ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés