Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Tabaski 2019 à Ouagadougou : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix et la cohésion sociale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 11 août 2019 à 16h47min
Tabaski 2019 à Ouagadougou : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix et la cohésion sociale

Les musulmans du Burkina ont célébré la fête de l’Aïd-el-Kébir, ce dimanche 11 août 2019. A Ouagadougou, comme à l’accoutumée, la Place de la nation a servi de lieu de prière. C’est l’imam de la grande mosquée de Ouagadougou, El hadj Mohamadi Kiemtoré, qui a dirigé la prière. Dans son sermon, il a rendu grâce à Allah, l’imploré pour qu’il protège le peuple burkinabè et instaure la cohésion entre les fils et filles du « pays des hommes intègres ».

En cette matinée du 11 août 2019, dès 8h, ils étaient des milliers de fidèles musulmans à prendre d’assaut la Place de la nation de Ouagadougou. Venus des quatre coins de la capitale burkinabè, les fidèles musulmans, tous dans leurs plus beaux habits, ont encore honoré le sacrifice du mouton. Comme prévu, c’est à 9h que la prière a débuté avec deux rakats suivis du sermon de l’imam et des bénédictions.

Un dispositif sécuritaire a été mis en place pour permettre aux fidèles musulmans d’accomplir la prière en toute sérénité. Ainsi, les forces de défense et de sécurité étaient bien visibles sur les lieux de la prière. Dans son sermon, l’imam a prôné la fraternité, la cohésion sociale et surtout la solidarité avec les personnes qui sont éprouvées par les questions sécuritaires notamment les déplacés.

Pour l’imam, cette fête parle de la soumission et qui dit soumission dit amour pour son prochain. Il demande donc aux fils et aux filles de ce pays de prier car « si la prière nous accompagne nous n’allons jamais sombrer ». Il a rappelé que la fête de l’Aïd-el-kébir est la soumission à la volonté d’Allah et de partage.
Il a précisé que tout musulman qui a les moyens doit sacrifier un mouton ou tout autre animal (bœuf, chèvre, chameau).

L’imam Tiémtoré à la prière.

Cette année, la commémoration de la Tabaski a été placée sous le signe de la cohésion nationale. Dans les invocations, bénédictions et prêches, l’imam a appelé le peuple burkinabè à la solidarité et la cohésion sociale. S’agissant du dialogue interreligieux, il s’est manifesté encore au cours de cette célébration de l’Aïd-el-kébir. Comme les années antérieures, les représentants des autres confessions religieuses sont venus assister à la prière et présenter leurs à l’ensemble de la communauté de Mohamed (PSL). Le cardinal Philippe Ouédraogo, pour sa part, a rappelé que la fête de la Tabaski est célébrée en mémoire du mouton qu’Abraham a offert à Dieu à la place de son fils Isaac.

immolation du mouton de l’imam Tiemtoré

De ce fait, il est normal que l’Eglise catholique vienne traduire sa « proximité, sa solidarité et son amitié » aux frères musulmans. « Nous devons tous chercher à traduire la volonté de Dieu en apportant un peu plus d’humanité, de fraternité et d’amour pour que le monde soit plus digne du Seigneur et des hommes », a souhaité le cardinal Philippe Ouédraogo.

La délégation du gouvernement et celle de l’église

El hadj Ahamadi Nour Guenda, de la communauté musulmane a souhaité dans son message qu’à l’occasion de cette fête, les musulmans travaillent à ressentir dans leur entourage par le sens du partage. Une manière pour lui d’interpeller les frères musulmans à travailler pour renforcer la solidarité nationale et la paix sociale dans le pays.

Il faut noter qu’à cette prière, une délégation gouvernementale conduite par le chef du gouvernement, Christophe Dabiré, est venue témoigner sa solidarité à la communauté musulmane.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 août à 19:05, par La vérité En réponse à : Tabaski 2019 à Ouagadougou : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix et la cohésion sociale

    Bonne fête de tabaski à nos frères musulmans. Il est impérieux en ces moments difficiles pour notre pays de se souder davantage pour montrer aux mécréants que sont les terroristes que Dieu est amour et celui qui n’aime pas son prochain n’a pas connu Dieu. Merci pour la présence des autres communautés à côté de nos frères et soeurs musulmans.
    Dieu est du côté des gens qui font le bien . Nous bouterons les terroristes hors du Burkina s’il plaît à Dieu

    Répondre à ce message

  • Le 11 août à 23:14, par Dibi En réponse à : Tabaski 2019 à Ouagadougou : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix et la cohésion sociale

    L’Afrique Noire a plus que besoin de Grands Réformateurs musulmans qui nous éloignent des Islams importés du Moyen-Orient et des monarchies obscurantistes du Golfe et d’Arabie Saoudite ; ces Islams peu conformes à notre spiritualité et humanisme négro-africain et qui se révèlent mortifères pour nos cultures et notre histoire.
    Ces Islams (salafisme, wahhabisme, sunnisme, chiisme et quoi d’autre ?) importés d’Orient et qui portent en eux, les germes d’une histoire confessionnelle heurtée, tourmentée et conflictuelle ; ces Islams d’Orient en crise sociale profonde et violente, du fait des chocs entre bédouinisme, berbérisme arabité et asiatisme ultra conservateur ; le tout soumis, torturé et secoué par les contradictions socio-politiques insurmontables que génère l’impérialisme occidental dans cet Orient déchiré et morcelé au plan confessionnelle.
    Dans notre histoire, il y a déjà eu des tentatives de Réformes : on pense aux Mourides du Sénégal ou de Gambie qui prônent l’entraide, l’anticolonialisme, la sanctification du travail et le pèlerinage à Touba et non à la Mecque ; ou aux ibadistes du Mzab algérien qui prônent un Islam tolérant, de l’effort au travail, non raciste et de respect des différences.
    Il nous faut des Réformateurs qui nous conduiraient dans de telles voies. Bien évidemment, ils seront suivis et appréciés, à l’inverse des acteurs de mimes orientaux qui peuplent nos mosquées et suivent à la lettre le Prophète qui, à l’évidence fut d’une époque ancienne de violence ; mais aujourd’hui, il s’agit de le vivre, en amour et respect des différences dans la paix.
    C’est d’une telle réforme que nous voulons et non de foi d’égorgeurs humains ou de trafiquants criminels au nom de l’Islam !
    Bref, il s’agit aujourd’hui de vivre en actes d’émancipation, au spirituel la foi et non suivre aveuglement Mahomet ou Jésus ou Boudha .. qui, mêmes exemplaires furent d’une autre époque et ont porté des révolutions qui ne demandent pas d’être travesties contre l’humanité ; mais plutôt approfondies au bénéfices de tous les hommes sans exception.
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !
    Que ceux qui n’aiment pas ce post, passent leur chemin !

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 09:49, par Schan Djyt En réponse à : Tabaski 2019 à Ouagadougou : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix et la cohésion sociale

    les religions " judeo/grecquo/chretiennes / ne sont pas faites pour vous : peuple kamite.
    Nouez avec votre heritage de l’egypte antique.

    Les envahisseurs reveles ont recopié chez vous d’abord avant de vous faire subir la violence.

    Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
Filière sésame : Les acteurs de l’Est plaident pour une amélioration du cadre politique et règlementaire de la filière
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés