Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Foire de l’arbre à Tenkodogo : Trois jours pour faire des affaires

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 8 août 2019 à 23h44min
Foire de l’arbre à Tenkodogo : Trois jours pour faire des affaires

Les rideaux se sont ouverts sur la première édition de la foire de l’arbre, le jeudi 8 août 2019, dans la cité de « Zoungrantenga », capitale de la région du Centre-Est. Elle est organisée à l’intention des acteurs de la filière des produits non ligneux. C’est le ministre en charge de l’Environnement, Batio Nestor Bassière, qui a procédé à la coupure du ruban.

La foire de l’arbre s’est installée pour trois jours (du 8 au 10 août 2019), dans l’enceinte de la gare routière de Tenkodogo. Ce rendez-vous est une occasion pour la soixantaine d’exposants issus d’horizons divers d’offrir une meilleure visibilité à leurs produits forestiers non ligneux : beurre de karité, semences, plants, soumbala, produits traditionnels, savon de neem, moringa, miel, etc. La foire propose également des services dans le domaine de la technologie et de l’innovation aux visiteurs.

La cérémonie d’ouverture, à laquelle ont assisté plusieurs personnalités dont le gouverneur de la région du Centre-Est, a été placée sous la présidence du ministre en charge de l’Environnement, Batio Nestor Bassière. Dans son intervention, il a expliqué le but de cette activité et souligné qu’au niveau du gouvernement, il y a une réelle volonté d’accompagner les acteurs de la filière des produits non ligneux. Pour exemple, il évoque la circulaire du Premier ministre qui dit qu’il faut tenir compte de tout ce qui est produit forestier non ligneux lors des cérémonies officielles.

Restaurer 5 000 ha par an d’ici 2030

En retour, il a demandé aux acteurs de la filière de mieux s’organiser afin de reconquérir le marché national et international. « Si aujourd’hui, ces acteurs sont mieux organisés, on ne payera plus nos produits bord champs mais on aura une valeur ajoutée à l’intérieur afin de permettre à ces acteurs et actrices de pouvoir tirer profit de ce qu’ils font », a-t-il fait observer. Sur l’épineuse question de la dégradation accélérée des ressources naturelles du fait des effets conjugués de la sécheresse, des actions anthropiques destructrices, entre autres, le Burkina Faso dispose d’une politique en matière de neutralité de dégradation des terres, avec à la clé un défi majeur à relever : restaurer 5 000 ha par an d’ici 2030.

Pour le ministre Bassière, cette neutralité suppose que nous avons déjà les terres dégradées qu’on récupère. A partir de cet instant, dit-il, tout programme d’investissement doit tenir compte de l’environnement. « Cela veut dire qu’il faut dégrader 2 ha pour récupérer 2 ha », a-t-il clarifié. Toute chose qui permettra au pays de limiter la dégradation et d’éviter les migrations.

Des stratégies pour améliorer les actions de reforestation

S’agissant des opérations de déforestation, le département en charge de l’environnement a décidé de rompre avec les anciennes pratiques qui se sont révélées peu performantes. Pour cette 1ère édition de la Journée nationale de l’arbre (JNA), les sites ont été identifiés par les régions conduites par le gouverneur en collaboration avec d’autres acteurs. Ensuite, les sites sont sécurisés, à l’abri de toutes formes d’agressions (coupes, divagation des animaux, feux de brousse …).

Néanmoins, le département de l’environnement s’est engagé à accompagner les acteurs pour plus d’efficacité. « Egalement, on ne doit plus planter pour planter. Nous devons planter utile. A défaut d’avoir 100% de réussite, qu’on ait au moins un taux de réussite de 90% contrairement à ce qu’on avait autour de 25 à 15% », a ajouté le ministre Bassière.

Le directeur général du changement climatique et de l’économie verte, Pamoussa Ouédraogo, a exhorté la population à s’approprier cette foire pour encourager les acteurs. Le programme de la foire prévoit également des panel-débats.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des boues de vidange : Des députés demandent la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale
Déclassement de la forêt de Kua : « Le gouvernement a tenu parole », selon le député Moussa Zerbo
Festivités du 11-Décembre : La Mission Fas’eau plaide pour l’amélioration des investissements liés à l’eau
Récupérations des terres dégradées : L’expérience du Burkina présentée aux acteurs agricoles de la sous-région
32e journée internationale de protection de la couche d’ozone : Le BNO mène une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs
Opérations de reboisement : « Chaque fois, nous prenons la précaution d’inviter les gens à planter et non à enterrer les arbres », dixit Pascal Rouamba
Eau et assainissement : Le SPONG expose les résultats d’un projet mis en œuvre à Dédougou et Nouna
Lutte contre le changement climatique : Le Burkina Faso s’apprête à valider ses « droits carbone »
Ceinture verte de Ouagadougou : La BICIAB met 500 plants en terre
Ouagadougou : Lancement officiel de l’opération de lutte contre la divagation des animaux
Lutte contre la dégradation des sols : Les producteurs de Wavoussé délaissent l’engrais chimique pour le compost bio
Opération 10 000 plants du FPDCT : 14 000 arbres plantés à Saaba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés