Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mercredi 7 août 2019 à 13h50min
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

Les avocats du Général Diendéré ont clos ce mercredi 7 août 2019 leurs plaidoiries. A leur suite, l’accusé a présenté sa douleur aux familles pour les décès enregistrés pendant les événements et sa compassion aux blessés. "Je prie le Seigneur Dieu de recevoir dans son royaume ceux qui sont décédés et d’accorder la santé aux blessés", a indiqué le Général Diendéré.

Le général a aussi eu une pensée pour ses compagnons d’armes qui luttent actuellement contre le terrorisme. "C’était pour éviter cette situation facheuse que j’avais proposé qu’on ne désorganisa pas notre système de défense", a-t-il signifié avant d’ajouter "du fond de ma cellule je reste disponible pour la défense de mon pays. Car au grand jamais, je ne serai un traître pour ma patrie. Au grand jamais, je ne trahirai mon pays".

A ceux qui ont manifesté des hostilités à l’égard du général, il leur pardonne. "Je n’aurai aucune rancune pour ceux-là que je considère comme mes amis", a-t-il rassuré.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 août à 14:12, par TANGA En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    TANP-SOABA, sigs ouf souri ; bala Wend yaa wendé.
    Aux vues de toutes les déclarations, les manque de preuves, de ce que la loi considère comme organisation de coup d’état, de la la non comparution de personnes ayant envoyé les jeunes du RSP dans la colère (déclaration lors du conseil des ministres) etc. etc. et aussi et surtout l’absence d’acteur majeur en la personne de zida, le TANP-SOABA (le Gle DIENDERE) doit être libéré !
    Libérez le pour qu’il reconstruise un noyau contre les bandits.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:29, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Hmmmm, au fond de sa cellule, il reste disponible pour aider son pays. Hmmmm, n’est-ce pas mieux que ce soit au fond de ta cellule. Moi, je pense plutôt à ceux que tu as envoyés au fond des tombeaux. Sankara, mais surtout et avant tout, la mort atroce de Clément Oumarou en plein centre de Ouaga. Une grenade lancée dans sa voiture par les éléments de RSP que tu commandais. Ce n’est pas la vengeance mais un moment de reflexion. Aujourd’hui, au fond de ta cellule, avant que le pays te fasse appel à son secours, tu auras le temps, vraiment le temps pour penser à des gens à qui tu as fait : la mort de Norbert surtout ; toutes les sales sauces d’assassinat de notre histoire comptemporaine. Ta loyauté à la famille Blaise. Au lieu de diaboliser Zida c’est plutôt ta loyauté à la famille Blaise qui t’a mis dans cette situation.
    Bon sejour au fond de ta cellule. Qui l’aurait cru ?????

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:30, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    - En tout cas vous le Gl Diendéré on commence tous à croire que c’est de l’acharnement contre vous. Et en plus vous êtes digne et vous êtes là au pays, alors que d’autres comme Zida Iscariot ont fuit en douce avec la complicité de certains dignitaires bien connus. Blaise Compaoré lui, on le comprend car c’est suite à la violence orchestrée par les vrais traîtres du pays qu’il est parti.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 7 août à 15:34, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      @Kôrô, Hmmm, quand je lis des postings comme ce que tu viens poster, ça me fait rappeler de l’évolution du corps humain. On est né, incapable de rien, on met des couches, incapable de marcher encore moins raisonner. Puis ensuite vient peu la peu l’indépendance, la sagesse et finalement l’âge d’adulte. Peu à peu mais assurément, on redevient au point de départ. vieux, incapable de rien, raisonnement très faible s’il y en a en tout cas,on porte des couches et devient totalement dépendant des autres pour tout, comme à la naissance. Les Anglais disent que ’a word to the wise is enough’. Autrement dit, un mot suffit pour quelqu’un qui est sage. Pas plus.

      Répondre à ce message

    • Le 7 août à 16:37, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      Acharnement dis-tu sans sourciller.Quelle manque de lucidité de ta part à l’égard de ce général de salon qui aurait passé le clair de sa vie à s’acharner sur d’innocents et valeureux Burkinabè et comme il s’était bêtement toujours cru tout puissant,intouchable,il se croyait éternellement tout permis.Patratras,il a toujours gardé son vieux logiciel périmé alors que le temps a vachement évolué.En tout cas perso,je n’ai aucune compassion pour ce criminel et le mieux qui puisse lui arriver,est qu’il reste dans sa cellule pour le restant de sa minable vie

      Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:42, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Hi Hi Hi @ Tanga ; liberez-le pour qu’il reconstruise un noyau contre les bandits, alors qu’il fait partie de ces mêmes bandits. Hi, Hi, Hi @ Tanga

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:51, par Bili-bili En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Mon type ..Garde ta disponibilite pour ta famille. Tu n’es rien..sans toi la vie continue au Faso. Des jeunes militaires ..gendarmes Dynamiques et Intelo font déjà du bon boulot sans endeuiller de famille. Faut plutôt te convertire en pasteur ou en catéchiste. ..c’est encore mieux.!! C’est finit ,c’est finit pour toi. Rendez-vous au prochain monde.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 14:54, par MKouka En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Hum ! Les anglais disent "foolishness and nonsense ". Ce Mr a eu 27ans pendant lesquelles il n’a jamais eu cet esprit lucide et montrer ce discours de patriote, il n’a jamais eu l’occasion de se remettre en question. De quel système de défense parle t il ? Et qui defendait qui ? Celui-là même qui disait "si tu fait on te fait " à ses concitoyens de seconde classe et qui en " fait plus d’une centaine ? Celui là même qui n’avait que la violence comme language ? Le système des intouchables ? A mon avis rien d’autre au monde ne saurait servir de leçon à ces suppra-citoyens qu’un emprisonnement à vie et confiscation de leurs biens pour contribution au dédommagement des familles endeuillées. Et qu’il s’estime heureux de ce verdict qui lui aura sauvé la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 15:01, par TENGA En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Ah, donc tu sais d’office que c’est la prison ? du reste tu l’avais déjà dit dans les enregistrements sonores que tu t’attends à la peine maximale ; la peine capitale. heureusement que c’est devenue la peine de mort.
    Tu sais ce que tu a fait !.
    Pourtant, tu t’es caché pour faire un coup d’Etat ; cela n’est pas une trahison ? si l’ceux qui incarnaient l’Etat savais que allais faire coup d’Etat, ils allaient te faire arrêter avant !
    Maintenant, tu vas cogiter en cellule sur ton sort. On n’a pas besoin de ton concours pour sortir de l’ornière ; le RSP n’étais qu’un tigre en papier !
    On t’a vu en photo avec Iyad AG Ali, Belmoktar en train de manipuler des armes lourdes non ? et c’est Jeune Afrique qui a publié, toi et BASSOLE ! Les plus grands terroristes du sahara sont vos amis non ?

    Répondre à ce message

    • Le 7 août à 20:28, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      @Tienga. Oui, je l’ai vu et lu le rapportage dont tu parles. Qui plus est, et si tu ne l’as encore vu, va sur Youtube et cherche l’initiation de Djibril Bassolé à la Franc-maçon. Blaise, François Gilbert et Djibril furent les caîds les plus ardus que notre pays ait connu depuis l’indépendence. Pourquoi est-ce que le courant ne passait-il pas entre Blaise et le Président malien actuel. Pour Blaise rien qu’ AZAWAD dont les noms cités dans le rapportage auquel tu te réfères. Qui ne le sait pas. Le sous-sol de cette région du Mali est quasiment un scandale géologique car on y trouve toutes sortes de minerais. Blaise mourait pour avoir un AZAWAD indépendant pour exploiter ces ressources-là, d’où son support inconditionnel mais bien discrète des terroristes ; le tout au grand dam des maliens. À ce que je sache il n’y a pas eu une seule médiation honnête de Blaise dans la sous-région. Non seulement il incendiait pour ensuite chercher à éteindre, mais il le faisait semblant de faire la médiation pour ses propres fins. Gilbert ne pouvait pas digérer que Blaise ait perdu le pouvoir. Il fallait gouverner à travers une marionnette qu’il trouvait en Zida. Dès lors que Zida a refusé de prendre les appels de Blaise à partir de la CI, c’est là, et la seulement, que la haine entre les deux a commencé si bien qu’il fallait coûte que coûte le dégommer. Gilbert était derrière tous les mouvements d’humeur que nous avons vécus au pays. Je l’ai dit et m’autorise de me répéter. C’est la loyauté à la famille Blaise qui a mis Gilbert dans ce pétrin sans quoi, il ne serait pas accusé à tort ou à raison d’être impliqué dans des assassinats au Burkina, même l’assassinat d’un moustique. Hé Oui !!!!

      Répondre à ce message

  • Le 7 août à 15:28, par HUG En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Monsieur le général, votre RSP là ne méritait pas de vivre car vous avez tirez sur des gents à main nue qui étaient contre votre coup d’Etat. Il fallait impérativement le dissoudre. On n’a pas désorganisé l’armée comme vous le dite mais on a dissout votre RSP car vos soldats ont utilisé les armes achetés par le contribuable pour tuer ces mêmes contribuables ce qui est inadmissible dans un Etat de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 15:43, par Martin B. En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Mr. MKouka, à ma connaissance ce n’est pas le Gl Diendéré qui disait : "si tu fait on te fait "......

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 15:50, par TANGA En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Minute monsieur mkouka ; le "si tu fait on te fait " ne venait pas de DIENDIERE mais plutôt d’un qui s’en est allé (BONKIAN). Comme ce n’est pas bien de parler du mal des gens qui sont morts, alors on se tait.
    Pour mieux vous éclairer, les deux amis (BONKIAN et SOME) disaient : ’’... si tu fais, on te fais et puis y a rien.....ta vie ne vaut pas plus qu’une feuille de demande de 25f car c’est ce qu’on utilise pour faire le rapport qui me sera demandé....’’ De grace, ne confondons pas les personnes. Comme je le dis, ce n’est pas bien d’en parler car ils sont morts.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 16:18, par Kaharounaa En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    haï, depuis quand avez-vous acquis cet amour et cette intégrité pour ce pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 16:35, par triste En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    S’il est au fond de sa cellule, c’est qu’il le mérite pour son coup d’état le plus bête du monde. A la chute de Blaise, personne ne lui a cherché des noises alors qu’il aurait pu être le premier à être arrêté car c’était la boite noire de l’ancien régime Compaoré ! Or, il a trahi la Nation par son coup d’état idiot ! Il n’a qu’à purger sa peine comme tout condamné et à sortie, on verra s’il peut être encore utile pour le pays !

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 16:45, par Yovis En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Oui effectivement. On garde en mémoire que sous sa houlette, la vie de certains a bénéficié de moins de considération. Les suppliciés du BIA de Koudougou, Dabo Boukary, Cdt Lingani B Jean Baptiste, Cpt Zongo Henri, Cpt Sankara Thomas, Zongo Norbert etc....

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 17:06, par caca En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Mon général, je voulais simplement vous dire bon courage. Joseph est sorti d’une prison pour être premier ministre, David était un rebelle pour devenir un roi, et Daniel aussi. Il y a toujours de l’espoir même en prison. Je pense également que les proches des victimes ont compris votre main tendue, et avec le temps pourront faire leur deuil. Vous méritez vos galons et vous avez sauver notre pays.
    Que Dieu vous bénisse !

    Répondre à ce message

    • Le 7 août à 21:01, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      @Caca, si la main tendue contient leurs enfants. C’est la seule chose qui vaille. Dès l’instant une main est tendue vers le parent d’une de ses victimes, il faut penser à faire quelque chose à defaut de lui remettre son enfant tué. Cela étant, je suis d’humble opinion que la justice militaire fera bien lui soustraire tous ses biens pour dédommager les victimes. Caca est d’accord à moins qu’il ait une autre option car la main vide n’aide pas la situation

      Répondre à ce message

    • Le 8 août à 12:43, par la vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      Mon cher Caca,

      Vous avez une interprétation erronée de la Sainte Bible. A moins que vous n’ayez fabriqué une autre version. Dites moi pourquoi Joseph a été jeté en prison ? A-t-il tué quelqu’un ? la réponse est non ! Il a refusé les avances de sa patronne, voilà pourquoi il est allé en prison.
      David n’a jamais été rebelle. C’est plutôt Saül qui traitait David de rebelle parce que le prophète Samuel l’a oint pour être Roi. Et cela a été le choix de Dieu puisque Saül n’ a pas respecté les ordonnances de Dieu lorsqu’il a gardé du butin pour offrir en sacrifice à l’Eternel. Dieu a dit de David qu’il est l’homme selon son cœur parce qu’il savait se remettre en cause et implorer le pardon.
      Lisez bien la Bible et n’interprétez pas les Saintes Ecritures comme vous le voulez. Le Gle pourrait s’en sortir s’il se repend sincèrement.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août à 19:33, par sidbala En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    L’avocat DEGLI a raison ce procès n’est pas un procès des troubles du 15 septembre, mais plutôt un règlement de compte si non qu’un procès sur la mort de Sankara, et surtout du front populaire.
    A travers les interventions de certains internautes on comprend que c’est simplement des gens haineux qui pensent que les juges vont les suivre dans leur égarement.

    Ce procès est le procès dune taupe qui mélangé les éléments du RSP avec leurs supérieurs. Et là aussi on sait que celui qui est à la base de cette situation à pris ses jambes au coup sans laisser d’adresse.

    Tous ceux qui rêvent dun procès de l’air de la RDP, n’ont qua prendre leur mal en patience, rien ne sera oublié, en attendant demandez à maitre beneribo où se trouve les os de Sankara, parce qu’on ne peut plus dire qu’il a une tombe, il est où avec son mounafilgme.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 19:54, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Mon général il fallait y penser avant. Si vous remarquez depuis votre coup d’état à la maternelle, vous aviez réveillez tout le peuple Burkinabé de leurs souvenirs de vos atrocités, ‘’’comme canarder votre frère d’arme le capitaine Thomas Sankara inutilement, Clément Oumarou Ouédraogo, Tous les meilleurs et valeureux soldats du camp de Koudougou, Lingani, Zongo : Mais aujourd’hui, malgré toutes les passions, tous les ressentiments, les a priori, les tirades guerrières, les envolées lyriques et autres courtes analyses à caractère politicien et subjectif, doivent maintenant céder la place au droit, sans pour autant oublier que du fait de ce putsch, des vies innocentes ont été fauchées. Aujourd’hui encore, des Burkinabè portent dans leur âme et dans leur corps, des blessures qui y sont liées. Autant, comme caca ne cesse de le répéter, les présumés auteurs de ce putsch y compris vous le cerveau, ont droit à un procès digne de ce nom ; mais Ka dit que les victimes ont droit qu’on leur rende justice. C’est, en tout cas, à ce prix que les grandes nations soldent leurs comptes avec l’histoire. C’est à ce prix aussi que l’on peut poser les bases d’une réconciliation vraie. C’est à ce prix enfin que l’on peut arrimer notre cher pays à la démocratie, la vraie et in fine au développement. Ne pensez pas que vous pouviez y échapper : Car, La première chose que font les faiseurs de coups d’état, c’est de suspendre la Constitution qui est un délit très grave et vous l’aviez fait et l’annoncer à la télé, et aller savourer votre victoire en famille et très félicité par votre fils adoré. C’est pourquoi le prix du sang se paie tôt ou tard sur terre avant le séjour final. C’est une loi divine. Personne ne peut y déroger. Peu importe vos arguments évoqués çà et là avec des mensonges pour sauver votre peau, lorsqu’on n’a été au centre d’un coup d’état avec des morts et des blessés, et l’on prêtent ‘’aimer’’ son pays et vouloir le sauver des terroristes dont vous êtes leur ami, je pense qu’il y a un comportement plus digne à observer. Et comme un dicton nous dit : ‘’Quand on crache en l’air, il faut s’attendre à recevoir la salive en plein visage.’’ Oui général, le mal ou le bien revient toujours à l’origine. Ne soyez pas étonné si une personne intouchable comme vous se retrouve du jour au lendemain devant la justice des hommes. Ou si certaines personnes perdent la vie dans des conditions pitoyables ou dramatiques. Comme il est mentionné dans la Bible, on récolte ce que l’on sème.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 20:14, par zama noma En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Je lis beaucoup de haine de certains internautes contre Dienderé. A lire certaines personnes, tous les tueries de nos frères durant les 27 ans du Président BLAISE sont l’œuvre de Diendéré. Des accusations sans preuves car à ma connaissance, il n’y a jamais eu de condamnation pour le moment de Dienderé sur ces dossiers par la justice. Et je comprends très mal que quelqu’un qui est instruit accuse d’autres sans preuve. On me dira que le DIENDERE agissaient comme ça et c’est toujours sans preuves. Et moi, je commence à comprendre que y a trop de mounaficats dans notre pays qui agissent contre tout le monde moi même y compris. Cherchons à démasquer ces genres de pratiques qui endeuillent nos familles depuis la nuit des temps surtout dans l’armée pour notre vivre ensemble. C’est juste mon opinion et pour la paix dans notre pays. Je suis un privé et je constate que sans vraiment l’entente dans notre pays, les affaires se meurent petit à petit.

    Répondre à ce message

    • Le 7 août à 21:12, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

      Hi, Hi, Hi, @ Zama Noma, nul besoin d’essayer de réveiller celui qui ne dort pas mais si vraiment après une longue période, très longue période, il continue à dormir, là il faut chercher à le secouer fort. Il se peut bien qu’il soit vraiment en sommeil profond. Si je te réponds c’est tout simplement parce que tu as montré ton ignorance du Burkina de la troïka : Blaise, François et Diendéré. Va sur youtube pour suivre l’interview de Naon. Au Burkina de cette troïka, tout était permis ; Ils furent juge et jury. Quel juge allait oser les contrarier d’autant plus que les juges étaient nommés à des différents postes selon le niveau de loyauté à la troïka ? Bref, il n’y avait pas de ministère de justice, c’était eux qui incarnait ce ministère et tous ceux qui y travaillaient.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août à 20:22, par Vérité En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Vraiment TRISTE. En effet, Diendéré comme Bassolé, les deux étaient tous libres comme des poissons dans l’eau. D’ailleurs, la décision de dissoudre le RSP vient du fait qu’il (quelques éléments incontrolables) menaçait la quiétude de toute une nation. En plus, les informations étaient claires sur leur coup bête à un moment donné mais ni ZIDA, ni KAFANDO, n’ont procédé à l’arrestation de personne. Bêtement, ils ont réalisé le coup d’état le plus bête au monde. Ils nous ont mordu et nous n’avons rien dit. Se disant que c’était facile, ils ont voulu avalé l’os. et le peuple se mis débout comme un seul homme.
    Au gnouf, Généraux en carton.
    Qui peut nous cité un seul exploit du RSP ? Moi- ils ont tué et brûlé leurs semblables sans être condamnés.!

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 20:38, par Dibi En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Le manque d’intelligence, l’arrogance de l’arriviste, la propension à la violence de la brute décervelée et galonnée, l’immodestie et la servilité domestique à se mettre en équerre devant plus puissant fait de certains hommes des montres écœurants de dégout et indignes du respect de leurs contemporains. Des traites à jeter dans les poubelles de l’histoire.
    A quoi peut servir encore Diendéré ? Répondre sans faux fuyants, mensonges et couardise abjectes de ses actes devant la justice de notre pays et son peuple qu’il a trahi et meurtri pendant 27 ans sans état d’âme et pour qui, il se dit encore prêt à servir. Vraiment ? Il est temps que tous ces satrapes débilités par le néocoloialisme criminel et maffieux arrêtent de nous payer par des mots.
    Ce qu’on attend de Diendéré, Djibril Bassolé et leurs semblables, c’est de dire ce que la justice de notre peuple attend d’eux quant aux crimes commis : la vérité et l’honnêteté.
    Pour le reste, ils ne sont plus indispensables car la relève existe au sein de notre peuple. La relève pour notre émancipation ou même pour notre malheur, la relève néocoloniale que nous combattrons de toutes nos forces !
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 7 août à 21:40, par Vénéga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Internaute Didi, je suis désolé pour toi, mais tu feras mieux de voir tes parents qui sont à l’origine de tes malheurs et non le général.

    On a dit que sous COMPAORE il y’avait la misère, qu’on était malheureux, maintenant que vous l’avez dit de partir, il y’a plus de raison que les choses aillent mal, mais c’est dommage que cela soit pire qu’avant. Ce qui veut dire que le problème n’est pas aux niveaux des dirigeants mais plutôt au niveau des peuples. Surtout avec beaucoup de malades mentaux comme Didi.

    Il faut faire un effort si tu veux vraiment te faire de la place, quelque soit ce que tu as rencontré comme difficultés avec qui que soit dans ce pays, fait un effort pour être quelqu’un au lieu de penser que tout est fini pour toi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 00:19, par KIRIKOU En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    La Bible nous enseigne que l’humilité commande à ce qu’on ne se fasse pas une haute opinion sur soi même.
    De votre cellule vous pouvez écrire une lettre confidentielle au Président du Faso avec ampliation à son ministre de la défense et au chef d’état major des armées pour les filer le tuyau de comment démanteler ce réseau terroriste.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 00:46, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    @Vanéga. Vous dites :

    On a dit que sous COMPAORE il y’avait la misère, qu’on était malheureux, maintenant que vous l’avez dit de partir, il y’a plus de raison que les choses aillent mal, mais c’est dommage que cela soit pire qu’avant.

    Qui est ce qui a bien pu raconter des faussetés pareilles. C’est archi faux !!! Sous l’ère de la Troïka, Blaise, Françoise et Gilbert, la vie était belle au Burkina. Il y avait de l’argent partout, trop même. Maintenant, plus rien. Rien que la misère. Sous la troïka, c’était la corruption à ciel ouvert, l’anomal était de ne pas voler, de ne pas détourner. Il fallait détourner pour être normal sinon, on était un misérable malade mental. En fait, qui ne volait pas ? Du coup, la vie s’est rendue belle sous la troïka parce que c’était la corruption à la pelle. Aujourd’hui, l’ère de Sankara est de retour. Impossible de voler. Que tout le monde vie selon ses moyens, selon ce qu’il gagne légalement, et non pas ce qu’il peut détourner.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 06:34, par Evardo En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Vous avez eu toute la largesse de nous demontrer ceux dont vous etes capables lorsque vous etiez aux commandes. Prevarications, crimes de tous genres, liberation d"otages dans le desert contre toute attente....On prefere se demeler pour avec les diablotins que vous nous avez legue que de pactiser encore avec anaconda diabolique.Si vous voulez nous aider,donner nous la recette magique depuis votre cellule et nous suivrons tous le mode d’emploi.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 07:41, par Le petit tranquilos En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Même en prison Gilbert peut toujours être utile a pays le Burkina. Il y avait des gens qui étaient en prison mais qui sortaient rentre service au politique, tel que les bala le pétrolier et autres. C’est en prison que dindere pourra même être très utile au Faso. On le sort discrètement il rejoint certains djiadistes et les fait en douceur. Que Dieu guide le tribunal afin que son verdict soit le verdict du peuple Burkinabè. Courage a nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 09:18, par Le Financier En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Mon cher général, si vous aviez eu cette clairvoyance, cette lucidité et cet amour pour votre peuple on aurait évité ce coup d’état sanguinaire, on aurait évité tous ces morts victime de la stupidité d’un haut gradé de notre armée. Mon général, si votre coup avait marché, aujourd’hui nous serons dans la terreur, terrorisé et assassiné par les éléments zélés du RSP. Votre coup a foiré, mais il a permis de démanteler cette bande de piednikélés du RSP. Mon général, les burkinabè peuvent pardonner, les proches des victimes peuvent vous accorder leur pardon mais à une seule condition que vous reconnaissez votre responsabilité et demandez sincèrement pardon. Quand ça chauffait, quand vos éléments mettaient le pays à feu et à sang vous n’aviez même pas fait une déclaration pour les appeler à la retenue. NON mon général parceque votre coup a foiré vous vous transformer en amoureux du peuple burkinabè. Vous ne pouvez plus être utile pour notre armée, parcequ’on ne peut plus vous faire confiance. Vous aviez détruit tout votre capital confiance et estime. Si jamais un jour vous bénéficiez de la clémence du peuple, tenez vous très loin de notre armée, retirez vous dans une ferme et profitez de cette deuxième chance. Acceptez la sanction d’aujourd’hui, espérez demain à la grâce présidentielle et plus important méritez la miséricorde de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 16:07, par Dedegueba SANON En réponse à : Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré

    Et pourtant si Golf se décidait à dire tout ce qu’il sait depuis le temps du CNR jusqu’au CND, je reste convaincu que le pays deviendra invivable pour bon nombres de politiciens qui nous entubent depuis 27 ans. Des exilés pourraient dire adieu pour toujours au pays, tandis que certains présents au pays, iraient grossir le nombre des exilés.
    Bon Dieu, contre quoi il a décidé de se taire ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Condamner le général Djibrill Bassolé « relève d’une absurdité », lâche son avocat
Procès du putsch du CND : « Si j’étais au village, j’offrirais un coq à mon avocat », promet Abdoul Nafion Nébié
Procès du putsch du CND : « Je reste convaincu que vous allez m’acquitter », déclare Fayçal Nanéma
Procès du putsch du CND : La légalité du régime de la transition remise en cause par Me Alexandre Sandwidi (défense)
Procès du putsch du CND : Le capitaine Dao victime d’un acharnement, selon Me Barry
Défense du Gal Diendéré : Une prolongation devant la presse !
Procès du putsch : Les avocats de Diendéré dénoncent une violation des principes élémentaires de droit à une justice équitable
Procès du putsch du CND : « L’opinion ne fait pas le droit, elle ne fait pas la justice », recommande Me Jean Degli
Procès du putsch du CND : « Du fond de ma cellule, je reste disponible pour la défense de mon pays », Général Diendéré
Putsch de 2015 : « Il existe dans le pays, un manipulateur qui n’a toujours pas été débusqué », conclut Me Jean Degli
Procès du putsch : « Blaise Compaoré a voulu violer un seul article, ceux qui lui reprochaient cela ont violé toute la Constitution », soulève Me Degli
Procès du putsch : Pour Me Jean Dégli, le Gal Diendéré est jugé par désir de vengeance
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés