Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • mercredi 31 juillet 2019 à 19h00min
Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle

L’ambassadeur du Maroc au Burkina, Youssef Slaoui, a commémoré la fête du trône, le 30 juillet 2019 à sa résidence de Ouagadougou. Cette commémoration marque aussi le 20e anniversaire de l’accession de sa majesté le Roi Mohammed VI au trône. La célébration a mobilisé plusieurs invités, notamment des autorités politiques, religieuses et des diplomates. Ce fut l’occasion pour le nouvel ambassadeur Youssef Slaoui de saluer le rayonnement de la diplomatie marocaine et la coopération florissante entre le Burkina et le Maroc.

Dès l’entame de son discours, l’ambassadeur du Maroc au Burkina, Youssef Slaoui, a rappelé que la fête du trône cette année, marque aussi le 20e anniversaire de l’accession de Mohammed VI à la tête du Royaume du Maroc. « Cela constitue un moment privilégié pour renouveler la parfaite communion entre le peuple marocain et la Monarchie alaouite ayant pour fondement la légitimé historique et populaire qui garantit l’unité du royaume, sa stabilité, sa pérennité ainsi que sa souveraineté et son intégrité territoriale », a-t-il dit.

Pour l’ambassadeur Youssef Slaoui, ces 20 dernières années, « de nombreuses réalisations ont été accomplies, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le roi, tant sur le plan politique, institutionnel, économique que social ». A cet effet, il a déclaré que « le Maroc poursuit avec sérénité et confiance son processus de développement et de prospérité amorcé avec une cadence accélérée ».

A l’instar des actions engagées en faveur du développement au niveau interne, Youssef Slaoui a relevé que « le Maroc est fortement représenté au niveau diplomatique en Afrique », puisque « le Royaume a toujours fait de l’intégration du continent l’un des fondements de sa politique étrangère et œuvre constamment en faveur de l’établissement d’un partenariat constructif et d’une coopération tous azimuts avec les pays africains frères ».

Sur le plan continental, « le Maroc est également engagé de manière irréversible en faveur de la défense des intérêts du continent, ce qui se traduit au sein de l’Union africaine par sa contribution à la concrétisation de son agenda de développement (…) Aussi, les tournées du roi Mohammed VI sur le continent véhiculent clairement la ferme volonté du royaume de renforcer ses relations avec les pays africains et de concrétiser une coopération sud-sud solidaire et agissante », dixit Youssef Slaoui.

Sur le plan bilatéral, le discours de Youssef Slaoui a fait ressortir que le Royaume du Maroc et le Burkina Faso entretiennent « d’excellentes relations », qui se caractérisent par « l’amitié sincère, l’estime et la considération mutuelle » entre le roi Mohammed VI le président Roch Marc Christian Kaboré. Des relations de coopération qui seront davantage étoffées à l’occasion de la tenue de la prochaine Commission mixte de coopération. Des conventions d’accord sont annoncées, pour « consolider notre coopération et lui conférer une dynamique renouvelée ».

Sur le plan politique, à entendre Youssef Slaoui, « les relations bilatérales se caractérisent par une convergence des positions et un soutien mutuel sur les questions d’intérêt commun ». D’ailleurs, les deux pays se concertent « de manière régulière sur les questions qui concernent le continent et son avenir ».

En matière de formation académique, professionnelle et militaire, Youssef Slaoui a déclaré que « le Maroc accorde chaque année des bourses d’études au Burkina Faso pour la formation de ses étudiants dans les établissements universitaires et techniques et les grandes écoles du Maroc. Le quota de bourses réservées au Burkina Faso a été relevé de 100 à 150 dont 50 sont consacrées à la formation professionnelle, à compter de l’année universitaire 2018-2019. Ce qui place le Burkina Faso au rang des premiers pays récipiendaires de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle ».

Le nouvel ambassadeur a également salué la bonne santé de la coopération économique qui se constate dans « les télécommunications, les banques et assurances, l’eau et assainissement, les travaux publics et les barrages, les cimenteries et la construction, l’industrie, les énergies renouvelables (notamment l’énergie solaire), les médias, l’hôtellerie et restauration, le BTP, le domaine pharmaceutique, les missions commerciales, l’appui de l’OCP au SEPB pour l’implantation d’une unité d’engrais ».

Sur le plan religieux, Youssef Slaoui a rappelé que le Maroc a créé, en juin 2015, la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains, avec pour objectif majeur « la promotion d’un islam ouvert, tolérant et de juste milieu (…), comme rempart à l’extrémisme religieux ». Le Burkina Faso abrite une section de la fondation, opérationnelle depuis novembre 2017.

E.K.S.
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 31 juillet à 22:55, par Ka En réponse à : Fête du trône du Maroc : Le Burkina, grand bénéficiaire de l’offre marocaine en matière scientifique et culturelle

    Merci son excellence pour cette ouverture avec le peuple Burkinabé. Comme j’ai l’habitude de le dire, un peuple sans culture est un peuple sans âme. Connaissant le Maroc, surtout avec le peuple berbère qui cultive la même culture que les mossis, je dis que le peuple Burkinabé et le peuple Marocain se ressemblent. Et à mon âme et conscience, une bonne coopération entre le Burkina et le Maroc sera très profitable pour tous. Déjà nos officiers de l’armé formés par l’armée royale du Maroc ne me diront pas le contraire. Dans les années 1970 quand j’ai découverts le Maroc, la population était plus pauvre que celui du Burkina avec une faible alphabétisation a plus de 50%, mais avec une main de fer du roi Hassan II, le pays commençait a devenir un point puissant de l’Afrique. Et à ma surprise dans les années 80, les reformes et le libéralisme politique prenaient la place à la monarchie. Et pour confirmer l’ouverture du Maroc au monde, le roi Hassan II prenait la décision de compter sur ses deux fils, l’un éduquer pour la continuité et le modernisme, et l’autre à faciliter la liberté panaché de la culture Européenne. Le roi Hassan II savait que la monarchie proprement dite avait sa limite au XXI siècle : Et après sa disparation Mohamed VI compris le pourquoi, et prenait son rôle de modérateur avec sincérité pour émerger le Maroc. De jours, le problème de la jeunesse et de la femme au Maroc est son combat, malgré que le Maroc est devenu la porte d’investissement de tout d’un contenant avec des infrastructures modernes, ‘’’métros, ports, premier producteur de véhicules du continent excet.. Mohamed VI contraire a son père, est revenu dans sa famille Africaine en réintégrant a l’UA pour barrer la route a la chine qui n’entend surtout pas gérer l’Afrique à la place des Africains", mais préfère laisser les Africains se vautrer dans leurs errements et leur mauvaise gouvernance pour piller le sous sol Africain. Et ça marche pour le roi chérifien. Vive la coopération Burkinabé-Marocain.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
11ème réunion du Groupe focal Afrique de l’Ouest : Pour une pérennité et un développement harmonieux des Fonds d’entretien routier
Education et formation au Burkina : L’UNICEF passe le flambeau au Canada
Coopération Burkina-Chine : Le ministre Stanislas Ouaro visite des chantiers de construction d’écoles
Coopération militaire USA-Burkina : AFRICOM aux côtés des forces de défense et de sécurité burkinabè
CEDEAO-G5 Sahel : Mobilisation générale contre le terrorisme
Lutte contre le terrorisme : La CEDEAO va mobiliser un milliard de dollars US
Lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : Les chefs d’Etat appellent à « l’union sacrée »
Conférence régionale sur la chenille légionnaire : Des recommandations pour venir à bout du ravageur des cultures
Crise humanitaire au Burkina : « Les populations doivent rester dans des conditions très difficiles ou partir », Steven Anderson du CICR
Coopération : Le Sénateur des Français de l’étranger à l’Institut supérieur d’étude de protection civile
Programme YALI 2019 : Les participants burkinabè font le bilan de leur séjour américain
Mali : « Kidal, base arrière et rampe de lancement de plusieurs opérations terroristes », Maman Sambo Sidikou secrétaire permanent du G5 Sahel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés