Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nous devrions apprendre à ne pas attendre l’inspiration pour commencer quelque chose. L’action génère toujours de l’inspiration. L’inspiration génère rarement de l’action» Frank Tibolt

Décentralisation : Les expériences suisse et allemande inspirent les Burkinabè

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 26 juillet 2019 à 18h00min
Décentralisation : Les expériences suisse et allemande inspirent les Burkinabè

La ministre déléguée chargée de la Décentralisation et de la cohésion sociale, Madiara Sagnon, a présidé le 26 juillet 2019 à Ouagadougou, un atelier de restitution d’un voyage d’études. En fin juin, des acteurs de la décentralisation du Burkina Faso ont séjourné en Suisse et en Allemagne pour s’imprégner des bonnes pratiques en matière de gestion décentralisée dans ces deux pays. L’atelier de restitution avait pour but de partager les leçons apprises et trouver les moyens de contextualiser les acquis de ces pays visités au profit des collectivités territoriales du Burkina Faso.

Depuis une vingtaine d’années, le Burkina Faso expérimente le système de décentralisation. En 2015, le gouvernement marquait un arrêt pour faire un état des lieux de cette politique. Son caractère irréversible a été noté, mais les acteurs étaient d’accord qu’il y avait bien des choses à parfaire. Des échanges, étaient nées des recommandations. Alors, le gouvernement a lancé des réformes stratégiques et opérationnelles à travers notamment l’adoption de la loi de la fonction publique territoriale et les nouveaux référentiels de la décentralisation, la relecture de la loi portant code général des collectivités territoriales.

Voir ce qui se fait de mieux ailleurs. Ainsi pourrait-on résumer cette démarche qui a consisté à envoyer 11 acteurs de la décentralisation vers d’autres cieux pour apprendre, comprendre. En Suisse et en Allemagne en fin juin, ils se sont imprégnés des bonnes pratiques, dans le cadre du projet décentralisation du Programme d’appui à la décentralisation et à la participation citoyenne (DEPAC).

Selon Alice Thomann, responsable du domaine gouvernance et démocratie au Bureau de coopération de l’ambassade de Suisse au Burkina Faso, ce voyage a été instructif à plus d’un titre. Les visiteurs se sont familiarisés avec plusieurs aspects du système politique et institutionnel suisse d’intérêt pour la mise en œuvre des nouveaux référentiels de la décentralisation. « Des échanges avec des représentants des autorités administratives fédérales, cantonales et communales mais aussi de faitières de collectivités suisses ont permis d’approfondir les questions liées aux collaborations entre collectivités, à la maitrise d’ouvrage publique locale et à la promotion du développement économique local », a expliqué Alice Thomann qui ajoute que d’autres aspects comme la fiscalité locale, la péréquation et le contrôle de la légalité ont été des sources d’inspiration pour les voyageurs.

Au regard des leçons apprises lors du voyage, le chargé d’affaires à la coopération allemande au Burkina Faso Nils Wortmann, a estimé que cela devrait « permettre à la délégation de réfléchir sous des angles nouveaux au processus de décentralisation et de lui permettre d’avoir une influence constructive sur les réformes stratégiques et opérationnelles en cours au Burkina Faso ». Il a dit espérer que les résultats de ces échanges apportent une pierre à la responsabilisation accrue des collectivités territoriales.

La ministre déléguée chargée de la Décentralisation et de la cohésion sociale, Madiara Sagnon, a reconnu que le système de décentralisation du Burkina Faso est différent de ceux de la Suisse ou de l’Allemagne. Par contre, elle qui a conduit la mission en pays helvétique, a précisé que certains aspects peuvent être profitables au pays des hommes intègres. Elle note notamment le système de péréquation qui permet aux communes à faibles ressources de bénéficier de l‘appui de certaines communes qui s’en sortent mieux dans la mobilisation des ressources ou encore le système de la légalité.

A l’issue des échanges, des recommandations devraient être formulées à l’endroit des décideurs pour une mise en œuvre plus réussie de la décentralisation au Burkina Faso.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 juillet à 17:11, par Mechtilde Guirma En réponse à : Décentralisation : Les expériences suisse et allemande inspirent les Burkinabè

    « Au regard des leçons apprises lors du voyage, le chargé d’affaires à la coopération allemande au Burkina Faso Nils Wortmann, a estimé que cela devrait « permettre à la délégation de réfléchir sous des angles nouveaux au processus de décentralisation et de lui permettre d’avoir une influence constructive sur les réformes stratégiques et opérationnelles en cours au Burkina Faso ». Il a dit espérer que les résultats de ces échanges apportent une pierre à la responsabilisation accrue des collectivités territoriales ».

    Absolument Monsieur le chargé d’affaires à la coopération allemande au Burkina-Faso, Hern Nils Wortmann.

    Bien sûr s’inspirer des autres, c’est bien. Mais il ne faut pas que le Burkina oublie que ces pays vivent des siècles de vraie démocratie. Et qu’avant que le Burkina ait des universités, ses ressortissants ont d’abord fréquenté les universités de ces pays. Et c’était l’époque où, l’Eurocommunisme se démarquait de la radicalité du communisme pur et dur de l’URSS pour se trouver des repères plus européens. Et ces universités, fidèles à leur option du « libre-examen » (l’Université Libre de Bruxelles par exemple) contre le « conservatisme » de l’Église catholique vis à vis des cultures des pays dits « en voie de développement », et face à un féminisme radical de l’Occident, ces Universités se sont inscrites en contre-courant pour prévenir l’Afrique de ce qui pouvait leur arriver dans le futurs. Elles étaient donc des prophètes des temps nouveaux. En effet à chaque discipline (plus de 80 condensées en 4 ans), il y avait un professeur de droite radicale, un du centre et un de gauche radicale.

    Pour ce me concerne, ce ne sont pas mes 5 ans en Allemagne, comme épouse de l’ambassadeur de mon pays, ni mon transit d’une semaine à Genève en 2013 en route pour rejoindre le Canada, mais mes études à l’Université Libre de Bruxelles en Sciences Politiques et Relations Internationales qui me poussent à réagir. En effet j’y ai défendu mon mémoire avec distinction parce que j’avais travaillé sur « le rôle de la femme dans la vie politique des sociétés africaines des structures traditionnelles aux les structures modernes », en visant le cas des mossi comme monographie en Afrique de l’Ouest, où le royaume moagha est généralement vu comme féodal. Nos professeurs n’avaient de cesse de nous exhorter, nous les africains surtout africaines à utiliser nos propres repères pour construire notre pays. Pour cela ils avaient fortement appuyé l’idée de l’inculturation et du dialogue inter-religieux émise par le Concile du Vatican II, alors que de grandes congrégations étaient contre et qualifiaient d’hérésie l’introduction de l’inculturation dans l’Église. Ils nous avaient prévenu(e)s que si nous étions venu(e)s à l’Université pour résoudre un problème personnel, ce n’était pas la peine d’y rester. Mais si c’était pour aider à l’équilibre du monde et au développement de nos pays, ils étaient prêts à nous outiller. Ils nous avaient prévenu(e)s encore que nous allions traverser des moments de persécution, car les mentalités mettaient des décennies pour changer. Mais les sciences politiques, affirmaient-ils en revanche, étaient les sciences les plus nobles. Bref c’est pour dire que ce fut avec ces mêmes outils qu’en 1995, j’ai produit le rapport sur le travail qui m’avait été confié pour la décentralisation à savoir : « l’investigation sur les coutumiers et l’église catholique » (et par voie de conséquence l’Islam et le protestantisme) comme « Pouvoirs Politiques locaux ».

    C’est ainsi que j’ai posé comme pistes de réflexion, qu’étant donné, que les coutumes et les religions formaient ainsi la trame familiale et nationale de notre pays, il fallait les prendre de façon intégrale dans notre processus de démocratie, puisque c’est de cette base que le développement se tracera à partir des activités économiques et sociales. Pour cela il serait injuste de les écarter des instances où se prennent les décisions politiques et où ils ne sont, pour le moment, que de purs objets et non aussi sujets de droit. Alors pourquoi donc tout confier aux partis politiques ? Pourquoi ne pas confier les collectivités aux terroirs d’où les conseillers municipaux et autres seront issus, mais sans pour autant couper le lien entre la centrale et les régions, en laissant les gouvernerais aux partis politiques pour le dialogue entre la masse et le pouvoir central ?

    Presque vingt ans après, à la rencontre de Rougemont en 2013 (une rencontre mondialement connue sur les questions de la démocratie en Afrique précisément), en m’entretenant avec le délégué Suisse, j’ai remarqué qu’à quelques nuances près, mes propositions pour le Burkina avoisinaient le système suisse. Puis en 2015, lors des débats, j’ai renouvelé mes contributions.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Coopération Turquie - Burkina : « J’ai observé que des personnes de différentes religions et ethnies pouvaient vivre en paix et en harmonie », Asim Arar, ambassadeur de Turquie
Premier ministère : Christophe Dabiré reçoit le nouvel ambassadeur de la France au Burkina
Coopération : Le Ghana apporte son soutien aux déplacés internes du Burkina
Réformes, politiques et projets communautaires de l’UEMOA au Burkina : Une performance de 84% en 2018
Coordination des stratégies Sahel : Le Colonel-Major Zoungrana place le G5 Sahel en « pole position »
UEMOA : Le Conseil du travail et du dialogue social fait le bilan de ses dix ans d’existence
Coopération décentralisée : Le maire Béouindé au séminaire des maires des villes du Maghreb et du Sahel
Le Burkina Faso et l’Union Africaine lancent la campagne de « confinement de la houe au musée »
Sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial : Roch Marc Christian Kaboré satisfait de la participation du Burkina Faso
Accès à l’éducation : Le Burkina, le Mali et le Niger signent un partenariat avec la Fondation Stromme
25 ans de l’UEMOA : Un forum scientifique sur le défi de la libre circulation des personnes et des biens dans un espace communautaire sécurisé
Burkina- Allemagne : La 5e édition du Festival Woka-Kuma à Berlin a eu lieu du 26 au 29 septembre 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés