Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • vendredi 26 juillet 2019 à 10h55min
Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 25 juillet 2019, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 16 H 30 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres.

Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations, pris une sanction et autorisé des missions à l’étranger.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE ONZE (11) RAPPORTS.

I.1.1. Pour le compte du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale :

– un décret portant révision et constitution des listes électorales biométriques au titre de l’année 2020.

La révision et la constitution des listes électorales biométriques se feront du 1er janvier au 31 mars 2020.

L’adoption de ce décret permettra de disposer d’un fichier électoral mis à jour conformément à la loi n°035-2018/AN du 30 juillet 2018 portant modification du Code électoral.

I.1.2. Pour le compte du ministère des Affaires étrangères et de la coopération :

– un décret portant fixation des conditions d’affectation et de séjour dans les missions diplomatiques et postes consulaires du Burkina Faso à l’étranger.

Ce décret vise la détermination de la période effective du séjour des agents affectés dans les missions diplomatiques et postes consulaires et la situation des conjoints des agents affectés dans les missions diplomatiques et postes consulaires.

L’adoption de ce décret permet un meilleur suivi des agents dans les missions diplomatiques et consulaires.

Le Conseil a instruit les ministres chargés des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des Finances à présenter au Conseil, pour la fin septembre 2019 au plus tard, une stratégie pour l’organisation-type des ambassades.

I.1.3. Pour le compte du ministère de l’Economie, des finances et du développement :

– deux décrets portant respectivement modalités de rémunération et avantages applicables au personnel des Missions diplomatiques et postes consulaires du Burkina Faso à l’étranger et fixation des taux de correction des salaires du personnel des Missions diplomatiques et postes consulaires du Burkina Faso à l’étranger.

L’adoption de ces décrets permet de mettre en œuvre les conclusions des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux du secteur des Affaires étrangères et des Burkinabè de l’extérieur.

– une ordonnance portant autorisation de ratification des accords n°D476-BF, n°6434-BF, conclus le 19 juin 2019 à Ouagadougou entre le Burkina Faso et l’Association internationale de développement (IDA) pour le financement additionnel du Projet filets sociaux « Mise à l’échelle et réponse aux besoins des réfugiés et des communautés hôtes ».

Ces accords sont constitués d’un montant total de 100 millions USD, soit environ cinquante-huit milliards (58 000 000 000) de F CFA dont cinquante-quatre milliards (54 000 000 000) de F CFA en don et quatre milliards (4 000 000 000) de F CFA en prêt.

Ces financements permettront d’accroître l’accès des ménages pauvres et vulnérables aux filets sociaux et de proroger le Projet filets sociaux jusqu’en 2024.

– une ordonnance portant autorisation de ratification de l’accord de crédit n°6396-BF conclu le 10 mai 2019 à Ouagadougou entre le Burkina Faso et l’Association internationale de développement (IDA) pour le financement du Projet d’appui à l’inclusion financière et à l’accès au financement des petites et moyennes entreprises.

D’un montant de 100 millions USD, soit environ cinquante-huit milliards (58 000 000 000) de F CFA, ce financement permettra d’accroître l’accès aux services financiers numériques et de faciliter l’accès au crédit pour des bénéficiaires ciblés.

– un rapport relatif au processus de nomination du Directeur général de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF).

Le processus de recrutement d’un Directeur général par appel à candidature lancé le 12 septembre 2018, s’est révélé infructueux.

Le Conseil des ministres autorise la nomination directe d’un Directeur général de ladite institution.

I.1.4. Pour le compte du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation :

– un décret portant approbation des statuts de l’Ecole nationale supérieure de Koudougou (ENSK).

L’adoption de ce décret permet de doter l’ENSK de statuts lui permettant d’accomplir efficacement ses missions conformément au décret n°2014-612/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant création de la catégorie d’établissement public de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT).

– un décret portant approbation des statuts de l’Université virtuelle du Burkina Faso (UV-BF).

La création de l’UV-BF vise à promouvoir un enseignement supérieur qualifiant et efficient par les Technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement (TICE).

L’adoption de ce décret permet de doter l’Université virtuelle du Burkina Faso de statuts conformément au décret n°2014-612/PRES/PM/MEF du 24 juillet 2014 portant création de la catégorie d’établissement public de l’Etat à caractère scientifique, culturel et technique (EPSCT).

I.1.5. Pour le compte du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :

– un décret portant conditions et modalités d’affectation pour nécessité de service à titre exceptionnel des personnels du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN).

Au terme du recensement géographique des agents, les résultats donnent de constater des sureffectifs des agents et un grand déséquilibre dans la répartition de ceux-ci.

L’adoption de ce décret permet d’organiser une session spéciale d’affectation afin de rationaliser les effectifs d’agents publics mis à la disposition du MENAPLN.

– un rapport relatif « aux mouvements d’humeur » au sein des administrations publiques en soutien des revendications des agents publics.

Il est observé depuis 2017, une forme de manifestations des agents publics qui consiste pour leurs organisateurs à inciter les travailleurs ou même à les obliger sous des formes de pressions diverses à réguler le fonctionnement normal des services par des agissements tendant à ralentir voire à interrompre l’exécution continue d’une chaîne d’activités ou de tâches.

Le Conseil a décidé face à cette situation de :

– la saisine solennelle du Conseil d’Etat pour se prononcer sur la nature des « mouvements d’humeur » ;

– la saisine de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) pour un contrôle du fonctionnement de l’administration.

I.1.6. Pour le compte du ministère de l’Energie :

–un rapport relatif à trois décrets d’application de la loi n°014-2017/AN du 20 avril 2017 portant règlement général du secteur de l’énergie.

Il s’agit :

– du décret portant fixation du niveau de consommation annuelle en énergie électrique du client éligible et les conditions de son retour aux tarifs régulés ;

– du décret portant modalités d’accès des autoproducteurs d’énergies renouvelables au réseau électrique et les conditions de rachat de leur excédent d’énergie ;

– du décret portant fixation des seuils de production et des conditions d’obtention des agréments de production de carburant ou de gaz à base de biomasse.

L’adoption de ces décrets vise l’atteinte des objectifs du mix énergétique et la promotion des énergies renouvelables dans notre pays.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le ministre des Affaires étrangères a présenté au Conseil le chronogramme des activités de la 8ème Conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso-Côte d’Ivoire, prévue pour se tenir du 27 au 31 juillet 2019 à Ouagadougou.

II.2. Le ministre de la Sécurité a présenté au Conseil les conclusions de l’enquête administrative suite au décès, dans la nuit du 14 au 15 juillet 2019 à Ouagadougou, de 11 personnes gardées à vue à l’Unité anti-drogue de la Police nationale.

Il a informé le Conseil de la prise de mesures pour éviter la survenue d’un tel drame, du maintien des mesures conservatoires et de leur élargissement à d’autres agents de police ainsi que de l’annulation d’affectation de certains agents au regard des justificatifs produits.

II.3. Le ministre du Commerce de l’industrie et de l’artisanat a fait au Conseil le bilan des Journées de Promotion économique et commerciale du Burkina Faso à Dakar en République du Sénégal, tenues du 08 au 14 juillet 2019, sous le thème : « Raffermissement des relations économiques et commerciales entre le Burkina Faso et la République du Sénégal ».

Le gouvernement salue la forte mobilisation et l’implication de la communauté burkinabè vivant au Sénégal dans l’organisation de la manifestation et remercie le gouvernement et le peuple sénégalais pour son accueil et son hospitalité.

II.4. Le ministre de la Jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes a présenté au Conseil les conclusions de la 3ème édition du Forum national de l’économie informelle, tenue du 18 au 22 juillet 2019 à Ouagadougou.

Le gouvernement félicite les acteurs pour leur participation, leur contribution à la qualité des travaux et aux résultats obtenus.

III. NOMINATIONS ET SANCTION

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES

A. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

– Monsieur Oumarou SADOU, Officier général, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso en Algérie ;

– Monsieur Moctar TALL, Mle 26 219 S, Enseignant-chercheur, est nommé Conseiller spécial chargé des affaires juridiques et institutionnelles ;

– Monsieur Nicolas MEDAH, Mle 32 128 L, Professeur hospitalo-universitaire titulaire de santé publique, catégorie P, échelle 1, grade intermédiaire, 2ème échelon, est nommé Conseiller spécial sur les questions de développement du capital humain ;

– Monsieur Pengdwendé Clément SAWADOGO, Mle 22 121 G, Conseiller des affaires économiques, est nommé Conseiller spécial sur les questions économiques et de développement ;

– Monsieur Daniel ZERBO, Mle 34 998 S, Conseiller d’intendance scolaire et universitaire, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de l’Administration des finances de l’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres du Burkina Faso (ANSAL-BF) ;

– Monsieur Adama DAYO, Mle 256 911 L, Professeur de collège d’enseignement général, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Chef de Département chargé des communautés coutumières et religieuses, des Organisations non gouvernementales et des Organisations à base communautaire du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (CNLS-IST) ;

– Monsieur Pousbila ZABA, Mle 58 788 A, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chef de Département de l’Administration et des finances du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (CNLS-IST) ;

– Monsieur Jean Victor OUEDRAOGO, Mle 76 493 V, Journaliste, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Chef de Département Communication et relations publiques du Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le Sida et les IST (CNLS-IST).

B. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE

– Monsieur Jérôme TRAORE, Mle 30 121 Y, Magistrat du grade exceptionnel, 8ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

– Monsieur Patrice Apahié NABIAS, Mle 130 228 N, Magistrat, grade exceptionnel, 2ème échelon, est nommé Conseiller technique en remplacement de Monsieur Issa Abdul Jabbar Suuri MAÏGA ;

– Monsieur Sompagnimdi Augustin SAWADOGO, Mle 130 392 P, Magistrat du 1er grade, 1er échelon, est nommé Chef de département des activités normatives au Secrétariat permanent de la Commission nationale de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (SP/CONAHDA).

C. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

– Monsieur Gbenamblo Olivier SOSSA, Mle 333 971 W, Assistant à l’Université, catégorie PA, grade initial, 3ème échelon, est nommé Chargé de missions ;

– Monsieur Isaïe MEDAH, Mle 41 048 P, catégorie P, échelle A, 1ère classe, 11ème échelon, est nommé Directeur général de la santé publique, cumulativement Responsable du « Programme santé publique (prestations des services de santé) » ;

– Monsieur Abdoulaye KOANDA, Mle 55 882 D, Pharmacien, catégorie PC, 8ème échelon, est nommé cumulativement Directeur général de l’accès aux produits de santé et Responsable du « Programme d’accès aux produits de santé » ;

– Monsieur Mwinonè Hervé HIEN, Mle 95 876 W, Médecin chargé de recherche en santé publique, catégorie P, grade intermédiaire, 1er échelon, est nommé Directeur général de l’Institut national de santé publique (INSP) ;

– Madame Aminata Pagnimdebsom NACOULMA, Mle 257 378 N, Pharmacien spécialiste, catégorie PD, 4ème échelon, est nommée Directrice générale de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique ;

– Monsieur Salam OUEDRAOGO, Mle 111 141 G, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur de l’administration des finances ;

– Monsieur Adama FOFANA, Mle 46 918 J, Conseiller de santé, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Chargé d’études.

D. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

– Monsieur Adama BADOLO, Mle 34 825 X, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 15ème échelon, est nommé Directeur général de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF).

E. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

– Monsieur Todroudoua MALO, Mle 247 512 T, Conservateur d’archives, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des archives et de la documentation ;

– Madame Rasmata BAKYONO/NABALOUM, Mle 58 505 Y, Psychologue, catégorie P, échelle 3, 2ème échelon, est nommée Directrice générale du Centre national des œuvres universitaires (CENOU) ;

– Monsieur Moustapha DIALLO, Mle 220 307 N, Conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur de la communication et de l’information scientifique et technique de l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche (ANVAR).

F. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE, DE LA FAMILLE ET DE L’ACTION HUMANITAIRE

– Monsieur Harouna KAFANDO, Mle 53 472 K, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Secrétaire permanent du Conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées (SP/COMUD/Handicap) ;

– Madame Ardioumbouga B. Poa KOUDOUGOU/LANKOANDE, Gestionnaire de projets, est nommée Chargé de missions ;

– Monsieur Ourobé Eric COULIBALY, Mle 57 224 L, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de la coordination et de la promotion des services sociaux ;

– Madame Maïmouna ZOMA/TRAORE, Mle 52 148 L, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 10ème échelon, est nommée Responsable du « Programme Solidarité nationale » cumulativement avec ses fonctions de Directrice de la lutte contre les violences sur les enfants ;

– Monsieur Talardia NATAMA, Mle 92 522 X, Administrateur des affaires sociales, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur régional de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de l’Est ;

– Monsieur Somè SAGNON, Mle 53 477 E, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur régional de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Centre ;

– Madame Mariam OUEDRAOGO, Mle 85 513 G, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Directrice régionale de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire du Plateau-Central ;

– Monsieur Elvis BAMBIO, Mle 85 570 V, Inspecteur d’éducation spécialisée, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur provincial de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire de la Kossi.

G. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DE LA PROMOTION DE L’ENTREPRENEURIAT DES JEUNES

– Monsieur Mahamadou OUEDRAOGO, Mle 111 088 G, Inspecteur du trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Secrétaire permanent de Youth connekt Burkina ;

– Monsieur Pengwendé Etienne OUEDRAOGO, Mle 220 378 D, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chef de Département de la réglementation, des titres de qualification professionnelle et des archives au Secrétariat permanent de la Commission nationale de la certification (SP-CNC) ;

– Madame Chantal Nonguebzanga KY/TAPSOBA, Mle 211 777 J, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 3ème échelon, est nommée Chef de département de la communication, du partenariat et de la prospective au Secrétariat permanent de la Commission nationale de la certification (SP-CNC) ;

– Monsieur Seydou NIAMBA, Mle 220 381 Z, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Chef de département de contrôle des compétences professionnelles et des statistiques au Secrétariat permanent de la Commission nationale de la certification (SP-CNC) ;

– Monsieur Raoul BAYALA, Mle 220 380 S, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chef de département de la certification par habilitation et de la validation des acquis de l’expérience au Secrétariat permanent de la Commission nationale de la certification (SP-CNC) ;

– Monsieur Romain KABORE, Mle 97 590 D, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur du partenariat et du suivi des initiatives entrepreneuriales des jeunes ;

– Monsieur Mahamourou ZAN, Mle 97 587 B, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de l’orientation et de la formation des jeunes à l’entrepreneuriat ;

– Madame Alimata SOUGUE, Mle 211 782 A, Conseiller de jeunesse et d’éducation permanente, 1ère classe, 3ème échelon, est nommée Directrice de l’autonomisation socio-économique des jeunes ;

– Monsieur Moumouni SALOUKA, Mle 54 565 T, Conseiller pédagogique de l’enseignement secondaire, grade 1, 12ème échelon, est nommé Directeur du partenariat et de la reconversion professionnelle ;

– Monsieur Wendsomba Hermann COMPAORE, Mle 216 745 M, Conseiller en emploi et en formation professionnelle, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Directeur de l’ingénierie et des normes de la formation professionnelle ;

– Monsieur Boukary ZANGO, Mle 212 270 F, Conseiller en emploi et en formation professionnelle, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Directeur de la structuration de l’apprentissage et de la formation professionnelle.

H. AU TITRE DU MINISTERE DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

– Monsieur Bertin NYAMBA, Mle 104 298 T, Administrateur des services financiers, 1ère classe, 7ème échelon, est nommé Responsable du « Programme Pilotage et Soutien » cumulativement avec ses fonctions de Directeur général des études et des statistiques sectorielles ;

– Monsieur Christian NABALMA, Mle 200 414 M, Conseiller en droits humains, 1ère classe, 4ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

– Monsieur Olivier KABRE, Mle 238 559 F, Conseiller en droits humains, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Chargé d’études ;

– Monsieur Aboudou Razak GOROU, Mle 247 265 G, Conservateur d’archives, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des archives et de la Documentation.

III.2. SANCTION

AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Monsieur Souleymane ZOROME, Mle 200 503 W, Conseiller en gestion des ressources humaines, est relevé de ses fonctions de Directeur de l’organisation des concours à l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE).

III.3. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

Le Conseil a procédé à la nomination d’Administrateurs au Conseil d’administration :

– de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO) au titre du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale ;

– de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi mécanisées (ANEEMAS) au titre du ministère des Mines et des carrières.

La liste de ces nominations sera publiée dans le Journal Officiel du Burkina Faso.

III.3. NOMINATIONS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION

A. MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Lin SOMDA, Mle 51 325 K, Administrateur des hôpitaux et des services de santé, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de la Santé, au Conseil d’administration de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), pour un premier mandat de trois (03) ans.

B. MINISTERE DES MINES ET DES CARRIERES

Le Conseil a adopté un décret portant nomination de Monsieur Sampana Jérôme LOUGOUDIE, Mle 22 797 L, Commissaire divisionnaire de police, Administrateur représentant l’Etat, au titre du ministère de la Sécurité au Conseil d’administration de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi mécanisées (ANEEMAS), pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement,

Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Officier de l’ordre national

Vos commentaires

  • Le 25 juillet à 23:25, par SALO En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Si je comprends bien c’est à partir du 10 Juillet 2019 que le Ministre de la fonction publique s’est rendu compte que M. ZOROME Souleymane était SG du syndicat et en même temps Directeur général de l’organisation des concours.
    Et qu Il s’est rendu compte que ces 2 fonctions étaient incompatibles après que ce dernier ait intervenu à la presse.
    Je crois que non car le Ministre était bien au courant de ça depuis longtemps mais comme ce dernier faisait son affaire il n’a pas agi. Sinon que le Ministre aurait dû le remplacer depuis sa nomination et permettre à ZOROME de vaguer pleinement à sa mission de SG
    Le faire aujourdhui, pour moi le Ministre est tombé plus bas et cette situation n’arrangera pas le bon fonctionnement du Ministère.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 00:58, par Savadogo hamed En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Je voudrais ici évoquer les incohérences du directeur général des concours
    en tant que DG vs aviez dans vos actions organisées des concours et jusqu’à preuve du contraire des auditeurs se plaindront si vs parler
    ma question est de savoir si il a les preuves à l époque pour avoir dénoncé ses manigances et ses incohérences avant même les concours pour pouvoir maitre à nu ce qu’il était sensé protéger par devoir de responsabilité

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 01:36, par Uriel En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Le ministre de la Fonction Publique commence à se réveiller,D’abord depuis le début des sois disant mouvement d’humeur il devrait saisir le conseil d’Etat,il nous faut des syndicats responsables soit vous décréter votre mot d’ordre de grève et vous supporter les conséquences qui en découlent,décréter des mouvements d’humeur s’apparente à une escroquerie intellectuelle,vous refusez de travailler et vous êtes les premiers chaque fin du mois pour toucher son salaire,
    Ensuite,ils y’a certains travailleurs qui veulent travailler vue la pression des autres ils ne peuvent travailler,du ministère des finances en passant par les policiers,les agents de la santé,les gardes de sécurité pénitentiaire,les gestionnaires des ressources humaines,et ceux de l’adm territoriale,peut-être demain sera,les commerçants ou les cireurs de chaussures,Il faudra que le gouvernement applique les textes par rapport au travail effectué,chaque travail mérite son salaire on ne peut pas continuer à payer des gens chaque fin du mois et ils refusent de travailler,
    pour terminer ,le cas de sieur Zorome,il a voulu jouer au double agent,soit tu es syndicat et tu t’afficher comme tel ou tu es directeur et tu la fermes et tu restes loyal à celui qui t’a nommé ou tu démissionne de ton poste avant de critiquer,tu es comptable des erreurs de l’organisation des concours de l’année passée et je crois que tu ne devrait pas faire des chantages sur l’organisation des concours cette année.Que Dieu sauve le Burkina Faso,

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 06:27, par LE GRAND ZAPATA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    QUAND LE RÉGIME KABORÉ SE LANCE AUX TROUSSES DES TRAVAILLEURS DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE BURKINABÈ = LES FONCTIONNAIRES : Le plus souvent, LES DIALOGUES, RENCONTRES, CONCERTATIONS ET AUTRES NÉGOCIATIONS échouent quand au moins l’une des parties refuse catégoriquement de respecter ses engagements et promesses, de s’assumer et rejette cyniquement la responsabilité du blocage sur les autres partenaires. Au BURKINA FASO, disons-nous la vérité sans faux fuyant dans nos différentes analyses et réflexions qui n’engagent que nous. À voir de très près, c’est uniquement « LA TRÈS MAUVAISE FOI DU RÉGIME KABORÉ » qui constitue un véritable problème dans ses relations d’avec LES SYNDICATS. On constate simplement aucun respect et considération. Par exemple, figurez-vous que LE GOUVERNEMENT BURKINABÈ n’a pas encore répondu au symbolique cahier de doléances des syndicats à lui transmettre LE 1er MAI 2016 lors de la commémoration de la fête du travail. Ne parlons pas de ceux de 2017 et 2018, amenant les syndicats à ne rien déposer en 2019. Avec le musèlement des syndicats qui se prépare lentement et surement, on ne peut que logiquement prédire « LE DURCISSEMENT » à venir de LA LUTTE SYNDICALE pour la préservation par tous les moyens des intérêts des fonctionnaires. Alors très bientôt, ÇA PASSE OU ÇA CASSE !

    COMPTE RENDU PARTIEL DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 25 JUILLET 2019

    AU TITRE DE LA REFORME DES INSTITUTIONS ET DE LA MODERNISATION DE L’ADMINISTRATION, LE CONSEIL A ADOPTE ONZE (11) RAPPORTS

    Pour le compte du ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale :

    – un rapport relatif « aux mouvements d’humeur » au sein des administrations publiques en soutien des revendications des agents publics.

    Il est observé depuis 2017, une forme de manifestations des agents publics qui consiste pour leurs organisateurs à inciter les travailleurs ou même à les obliger sous des formes de pressions diverses à réguler le fonctionnement normal des services par des agissements tendant à ralentir voire à interrompre l’exécution continue d’une chaîne d’activités ou de tâches.

    Le Conseil a décidé face à cette situation de :

    – la saisine solennelle du Conseil d’État pour se prononcer sur la nature des « mouvements d’humeur » ;

    – la saisine de l’Autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) pour un contrôle du fonctionnement de l’administration.

    SOURCE PRINCIPALE : LE SITE D’INFORMATIONS LEFASO.NET

    QUE NOUS RÉSERVE EXACTEMENT LE RÉGIME KABORÉ À L’ORÉE DE L’ANNÉE 2020 DANS LA COURSE POUR LA CONSERVATION DU POUVOIR PAR TOUS LES MOYENS, VAILLE QUE VAILLE ET ADVIENNE QUE POURRA ?!

    QUE LE RÉGIME KABORÉ RESPECTE SEULEMENT LA PAROLE DONNÉE !

    QUE DIEU LE PÈRE TOUT PUISSANT BÉNISSE LE BURKINA FASO !

    PAIX ET AMOUR AU BURKINA FASO !................L’HOMME DU RENOUVEAU BURKINABÈ, LE GRAND ZAPATA !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 07:46, par Ouiya En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    A quand la stabilité des directeurs généraux et tehniques au ministère de la santé ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 07:47, par Docteur En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Le voyage intergalactique de smaila et zaba continue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 07:50, par René En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Relever quelqu’un d’une fonction est-il une sanction ? Quel article du statut de le fonction publique d’Etat le prévoit ? Merci de m’éclairer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:05, par Yobhi En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Félicitations au nouveau D.G de l’E.NA.RE.F. Il mettra dans cette institution le même dynamisme que précédemment. Courage à lui.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:49, par HLA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Pour la saisine du conseil constitutionnel, je pense que si ce conseil constitutionnel ne fait pas attention il risque fort de se faire hara kiri(se tuer). Le gouvernement est très sournoi bien vrai que les travailleurs commencent à exagerer avec ces mouvements d’humeur. Le gouvernement doit s’en prendre à lui même parce que dans une administration on ne doit pas créer trop d’inégalité et inéquité ;
    La nommination des conseillers speciaux à la presidence ne repond à rien sauf à caser des anciens ministres qui seront à ne rien foutre sauf à beneficier d’avantages indus. Mr le President se rendra compte du vrai caractère du Pr MEDAH Nicolas comme il sera à coté de lui.
    Le ministère de la santé est devenu le ministère le plus instable avec des changements qui ne repondent à rien sauf changer pour changer parce que l’autre c’est pas moi qui l’a amené et les autres sont des protégés de tel ou tel gourou. On doit travailler à depolitiser l’administration comme l’a recomandé le cadre de dialogue politique. Mes respects au DAF sorti(AKABI) et Dr ZOUNGRANA

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet à 13:22, par un gondwanais En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

      HLA, comment dépolitiser l’administration si le poste de ministre est une récompense politique ? vous êtes sans ignorer que des ministères sont la chasse gardée de partis politiques( culture pour le PAREN, Environnement et ressources animales pour l’UNIR, et les ministères clé pour le MPP)

      Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:54, par le reservé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    ha le pouvoir que le pouvoir peut nous conduire à des agissements peu recommandables et cela est dommage.
    Le professeur Séni OUEDRAOGO, ministre de la fonction publique réssaisissez vous pour le bien-être de notre administration.
    En effet, si c’est votre droit de nommer qui vous voulez, personne ne le nie mais de grâce traiter les agents publics de la même manière car a ma connaissance les mouvements d’humeur n’ont commencer avec les GRH mais on n’a vu aucune sanction, on a plutôt assisté à une satisfaction totale de certains agents communément appelé super-fonctionnaires (prime de motivation sans oublier la prime de rendement comme si le but de la prime de rendement n’était pas de motiver les agents à se donner plus donc pour moi prime de rendement = prime de motivation).
    par ailleurs, permettez moi de vous poser une question, Quel est l’objectif que vous visé au MFPTPS ?, est-ce crée un climat de tension entre agents ? est-il normal que vous en temps que ministre de la fonction publique menacé certains agents du ministère de les affectés en région comme sanction ? est-il admissible que le ministre que vous êtes traités des agents affectés en région pour servir le pays comme étant des agents qui ont été sanctionnés ?
    je termine par ceci, tout serviteur de l’Etat (agents comme responsables administratifs) doit faire de son mieux pour qu’à la fin de sa mission, on regrette son départ.
    juste un point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 08:56, par HUG En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Le pouvoir du MPP et acolytes se trompent de combat en s’attaquent aux libertés syndicales . Si les syndicats avaient obéi au général lors de son coup d’Etat je ne pense pas que le MPP et acolytes allaient parvenir au pouvoir et se retourner contre ces travailleurs tout juste parce qu’ils réclament des meilleures conditions de vie et de travail. Si un dialogue sincère existait entre les partenaires sociaux et le pouvoir du MPP et acolytes je pense que ces problèmes que nous connaissons n’allaient pas exister. Le problème central est le suivant : on choisit des corps et on leur donne des avantages colossales souvent en violation avec les textes de la fonction publique (accord d’un échelon aux enseignants....) et on dit autres fonctionnaires, vous pouvez attendre . Même dans une famille lorsque vous traitez injustement les membres vous avez une famille à problème. De tous les gouvernement que le pays a connu c’est ce régime du MPP et acolytes qui a plus brimé certains travailleurs. Ce n’est pas normal Pourquoi la question de la remise à plat n’est toujours pas appliqué ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 09:09, par Zemosse En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Je propose au ministre Dandjinon Fulgance d’éviter l’emploi intempestif du terme " donc" à tout bout de mot quand il s’exprime . Ça ne fait pas honneur à un journaliste. La rtb est écoutée partout dans le monde. Il en est de même des ministres Ouaro et Harouna. Écoutez les s’exprimer. Ce n’est qu’une remarque . Cette utilisation intempestive du " donc, donc" traduit une personnalité que les psychologues pourront déchiffrer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 09:26, par le reservé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Uriel, je pense plutôt que le MFPTPS est dors toujours. Aussi quand vous dites que monsieur zoromé jouait un double jeux, je m’inscrit en faux, le ministre en le nommant n’est-il pas au courant qu’il était Secrétaire général de syndicat, je pense plutôt que c’est le ministre qui s’est fait avoir dans son propre jeux en pensant casser la lutte par la nomination de Zoromé.
    Tant que ce gouvernement ne comprendra pas que les différents corps de métier dans notre administration se complète, il n’y aura pas de trêve.
    Au MATD, MFPTPS etc aucun dialogue franc avec les travailleurs pour une sortie réel de crise, que voulez vous, ces ministres pensent régler le problème à travers des menaces ou des stratégies de contournement. Ce qui qui est encore plus grave c’est que aucun proche de ces ministres n’est capable de leur dire la vérité, on se cache derrière sa soit disant fonction (qu’ils ont peur de perdre) pour suivre aveuglement et même encourager ces actions voués à l’échec et on se dit responsablles.
    Hier au conseil des ministres, des gens on été relevé pour avoir tout simplement peint la situation réel (condition de vie et de travail alarmante) de leur service, leur ministre aurait préférer qu’ils disent que tout va bien et qu’ils disposent de moyens conséquent pour remédier au problème qu’ils vivent tout simplement parce que dire ces vérités nuisent à leur popularité, que c’est dommage, comment peut-on évoluer de la sorte, pauvre burkina mais comme l’a dis l’autre chaque peuple mérite ses dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 10:07, par HUG En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Monsieur ZOROME vous êtes un grand homme car si tous les responsables étaient comme vous les choses allaient bouger. On se cache derrière une nomination pour conduire l’administration à l’abattoir. Avec l’expression comme nous sommes nommé on ne peut pas patati patata. Monsieur ZOROME on ne peut pas enlever votre titre de conseiller en gestion des ressources humaines. Jamais et jamais. courage à vous car il faut avoir le courage de dire certaines vérités quitte a perdre les avantages.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 10:15, par HUG En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Internaute René, vraiment dans la loi 081 de la fonction publique relever quelqu’un de ses fonctions n’est pas une sanction. La sanction dans la fonction publique intervient obligatoirement après la tenue d’un conseil de discipline. Mais avec ce pouvoir du MPP et acolytes on va tout voir dans ce pays. L"administration est une continuité et en quoi relever quelqu’un de ses fonctions est une sanction à moins que ceux qui ont écrit cela apporte des explications mais ces personnes ne peuvent pas se baser sur la loi 081 de la fonction publique car aucun article de cette loi ne mentionne cela.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 10:17, par Anna En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Donc au Burkina Faso, relever un agent de ses fonctions est une sanction...............

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 10:28, par INTEGRITE En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Bonjour à tous !!!!
    Internaute Uriel,
    très d’ accord avec vous.....
    Sauf que je ne comprends pas pourquoi le gouvernement pose ce problème ou alors va t il régulariser en sanctionnant de façon rétroactive tous ces fainéants qui veulent user de leur droit de gréve mais refusent le droit du gouvernement de précompter les jours non travaillés.......
    Quel-qu’ un en occurrence les syndicalistes peuvent ils éclairer ma lanterne ?
    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 10:55, par CCCRR En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    L’homme n’est rien vraiment ! La fonction publique ! Quel désordre ! Quelqu’un arrive à la tête d’un service à la faveur de sa proximité parentale ou amicale avec le ministre, et c’est lui qui parle de bonne gouvernance aux autres !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 11:22, par lmayabouti ousmane En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    la dizaine de conseillers spéciaux à la présidence est insuffisante et on nomme d’autres.
    La Présidence est un lieu de deal avec des retraités de + 70 ans qui occupent des postes de responsabilité opérationnelles et qui sont toujours fonctionnaires alors que la retraite se prend à 60 ans.
    pourquoi le ministre de la FP ne s’indigne pas de cela lui qui est un éminent juriste.
    Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 11:23, par vérité En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    je salut la nomination de TALL Moctar, un fils digne du BURKINA FASO. Souffert après l’assassinat de THOM. SANK ; il contribua énormément a la formation des cadre de ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 11:37, par Jerkilo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    " III.2. SANCTION. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA PROTECTION SOCIALE. Monsieur Souleymane ZOROME, Mle 200 503 W, Conseiller en gestion des ressources humaines, est relevé de ses fonctions de Directeur de l’organisation des concours à l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE)".
    Coup de publicité malsaine et inutile. Le motif de la sanction n’est pas précisé ou’est-ce pour nuire à la notoriété de l’intéressé.
    Cette disposition ne figure pas dans les sanctions prévues par la loi 081 portant Statut général de la fonction publique d’Etat. Est-ce à dire que tous ceux qui ont été remplacés par de nouvelles nominations sont sanctionnés ?. Il suffit de de le remplacer par la nomination d’un autre agent, comme cela se fait d’habitude et même à ce Conseil des ministres.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 12:18, par citoyen LAMBDA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    L’ histoire de notre pays nous apprend à profusion, que les présidents de la Haute -Volta et du BURKINA Faso qui ont quitté le pouvoir par la petite porte ,soit par insurrection populaire ( Maurice Yaméogo,Blaise Compaore ) soit par coup d’Etat ( Sangoulé Lamizana ,SANKARA ,) l’ont quitté par le comportement abusif et zélé ,soit de certains de leurs ministres, soit de leurs proches parents directs
    Ainsi, Maurice Yaméogo fût victime des agissements de son frère Denis Yaméogo
    Sangoulé LAmizana fut victime de son ministre de l’Education Nationale Domba KONATE
    Saye ZERBO fut victime de la trop grande influence qu’exerçait sur lui le parti du Pr KI ZERBO .
    Sankara fût victime de certains civils zélés qui l’ont poussé à commettre certaines erreurs ,notamment en matière de dégagement des fonctionnaires de la fonction publique .
    Blaise fut victime de son frère François ,la belle mère de François ALIZETA GANDO ,sa sœur Henriette et autres prétendus hommes de confiance qui lui ont bouché la vue par rapport à la révision de l’article 37 de la Constitution
    Normalement ,après l’insurrection de 2014 ,on était en droit de penser que plus jamais au BURKINA ,un président ne commettrait l’erreur de laisser ses proches abuser de son pouvoir pour persécuter d’autres burkinabè ou pour se croire tout permis
    Hélas ce matin ,après avoir vu l’article du journal le Courrier Confidentiel sur l’attitude du Ministre Eric BOUGOUMA à son égard ,après avoir lu le compte rendu du conseil des ministres d’hier et les décisions qui y ont été prises à l’instigation du Ministre SENI ,il apparait clairement que le président RMCK sera aussi victime de certains de ses parents et autres relations zélées aveuglées par leur puissance momentanée .
    Occupent les premiers rangs parmi ces personnes qui seront tôt ou trad les bourreaux du président RMCK, les ministres BOUGOUMA et SENI Ouédraogo . Comme nous l’apprend la sagesse ,il ne faut jamais commettre l’erreur de croire que ça n’arrive qu’aux autres . Allons seulement comme aime à le dire un internaute .

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 12:30, par TRAORE En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    GRAND ZAPATA,je voudrais te dire que la force n’a jamais résolu un problème, parlant négociation gouvernement-syndicats. Tirez bien jusqu’à ce que ça casse. C’est vous qui allez récolter les pots cassés. Sachez qu’il y a des pays où la liberté syndicale est baffouée, ce qui n’est pas le cas au Burkina Faso. C’est d’ailleurs cette liberté qui vous permet de critiquer comme des fous, sans arrière-pensée.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 16:08, par Le Pacifiste En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    Zemosse a raison quand il dit "Je propose au ministre Dandjinon Fulgance d’éviter l’emploi intempestif du terme " donc" à tout bout de mot quand il s’exprime" . il faut le dire au ministre du commerce aussi Harouna kaboré qui utilise à tout bout de champ la conjonction de coordination ’’donc". on nous a tous appris quand on utilise ce mot

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 16:50, par ROKIA CHRISTIANA KAVONRééé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du jeudi 25 juillet 2019

    ABABAABAAAA NON DE DIEU !!!
    M ZOROME DITES TOUJOURS CE QUE VOUS PENSEZ SURTOUT SI C EST LA VÉRITÉ
    WO WO CHER CONSEIL COMBIEN DE RAPPORTS DE L ASCE LC ET DU CONSEIL D ÉTAT SE TROUVENT DANS DES TIROIRS A KOSSYAM ? PLUSIEURS BIEN SUR ! QU EN EST IL RIEN. BON COMME CE SONT VOS AMIS OU COMPLICES VOUS NE FAITES RIEN.
    SACHEZ QUE LE POUVOIR N EST POINT ÉTERNEL ! donc pensez à l après c est comme ça que l on gère mieux !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 20 novembre 2019
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 13 novembre 2019
Conseil des ministres : Un travail législatif et réglementaire en cours pour encadrer le recrutement des volontaires
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 06 novembre 2019
Guinée : 31 Burkinabè arrêtés pour des activités QNET ou pour "atteinte à la sécurité de l’Etat"
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 30 octobre 2019
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 23 octobre 2019
Conseil des ministres : La journée du 28 octobre 2019 dédiée au drapeau et aux symboles de l’Etat
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 16 octobre 2019
Conseil des ministres : Bientôt le bitumage de la route nationale n°17 (Guiba-Garango) pour un délai d’exécution de 24 mois
Compte rendu du Conseil des ministres du vendredi 11 octobre 2019
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 02 octobre 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés