Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens qui doutent d’eux-mêmes n’ont qu’un vide au centre d’eux-mêmes.» John Maxwell Coetzee

Agence française de développement : 10 millions d’euros pour soutenir le PNDES et le Programme d’urgence pour le Sahel

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Etienne Lankoandé • jeudi 25 juillet 2019 à 16h30min
Agence française de développement : 10 millions d’euros pour soutenir le PNDES et le Programme d’urgence pour le Sahel

L’Agence française de développement (AFD) a accordé à l’État burkinabè un financement de 10 millions d’euros, soit environ 6,56 milliards de F CFA, dans le cadre du programme d’aide budgétaire. La signature de l’accord de financement est intervenue le mercredi 24 juillet 2019 entre le ministre de l’Économie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, et le directeur de l’AFD, Tanguy Denieul, en présence de Xavier Lapeyre de Cabane, ambassadeur de France au Burkina.

L’appui financier de l’Agence française de développement (AFD), dont la signature de convention a eu lieu le mercredi 24 juillet 2019, vise à soutenir les efforts de l’État burkinabè dans le financement du Programme national de développement économique et social (PNDES) et du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) et à renforcer la capacité de l’État à délivrer des investissements et services publics dans les zones frontalières du Nord et de l’Est, touchées par l’insécurité. Ce financement, d’un montant de 10 millions d’euros, soit 6,56 milliards de F CFA, se subdivise en deux composantes, selon le ministre Lassané Kaboré.

La première, d’un montant de 3,94 milliards de F CFA, s’inscrit dans le cadre de l’appui budgétaire général classique, c’est-à-dire qu’elle sera décaissée au profit du trésor public, permettant au gouvernement de faire face à certaines dépenses prioritaires. La seconde composante, d’un montant de 2,62 milliards de F CFA, est affectée à des dépenses prévues dans le cadre du Programme d’urgence pour le Sahel (PUS) et du renforcement de la capacité de l’Etat à délivrer des investissements et services dans les régions du Nord et de l’Est du pays.

Selon le ministre de l’Économie, il s’agira, concrètement, de la construction du centre de secours de Dori, y compris les voies d’accès et le raccordement aux réseaux et aussi de la contrepartie nationale de plusieurs programmes financés par l’AFD dans la région de l’Est dans les domaines de la sécurité alimentaire, du développement rural et de l’accès à l’eau potable.

Pour le ministre de l’Économie, beaucoup d’efforts sont déployés dans la coopération au développement entre les deux pays. Parlant de bilan des trois années de séjour du diplomate français au pays des hommes intègres, le ministre déclare : « Ce n’est certainement pas le lieu de dresser le tableau exhaustif des acquis mais vous me permettrez de relever, en plus des efforts de mobilisation des appuis budgétaires, un montant de financements octroyés sous forme de prêts et de subventions d’environ 157 milliards de F CFA dans le cadre des conventions signées avec l’AFD ».

Ces appuis auraient permis, selon lui, de financer la phase 2 du projet de développement durable de la ville de Ouagadougou, le partenariat mondial pour l’éducation, le programme d’agriculture contractuelle et de transition écologique, le projet régional d’interconnexion électrique, le programme d’investissement et de renforcement des capacités de l’ONEA et bien d’autres projets de développement tout aussi importants.

L’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabane, a souligné que l’aide budgétaire française, en prêts et en dons, atteindra 34 millions d’euros en 2019, ce qui fait de la France le premier partenaire bilatéral du Burkina en matière d’appui budgétaire à partir de cette année.

Il ajoute que la France s’investira davantage dans le dialogue sectoriel gouvernance économique et au sein du Cadre général d’organisation des appuis budgétaires (CGAB). Il a annoncé, pour finir, que l’intégralité du financement qui fait l’objet de la signature de convention sera décaissée en une seule tranche dans les deux mois qui suivent la signature de convention.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 juillet 2019 à 08:39, par Kiriki En réponse à : Agence française de développement : 10 millions d’euros pour soutenir le PNDES et le Programme d’urgence pour le Sahel

    Ok. Merci à l’ AFD. Vous pourrez revenir manger le poulet à l’ aille
    A nous les burkinabe. Qu’est ce que vous comptez faire avec cet argent la ?
    Je madresse à Rock et au ministre des finances. Vous nallez pas detourner cet argent pour construire des boumkers dans vos villages j’espère. Vous allez diviser cet argent sur les 04 espects du sous-développement.
    L’éducation, la santé, la sécurité, et l autosuffisance alimentaire. Éducation vous allez construire des écoles et des centres de formation a l’agriculture la mesuiserie, la mécanique, ... vous allez apporter du soutien du près des populations défavorisées.
    Pour la santé vous allez apporter les ressources nécessaires dans les centres de santé qui rencontrent des difficultés notamment de fonctionnement, qui sont en manque d’approvisionnement et de toute façon vous piurrez faire le point avec le ministre de la santé. NNE VOLEZ PAS LARGENT.
    Pour la sécurité vous allez acheter 02 helicos ainsi que dautres materiel de combat. Vous allez apporter le soutien necessaire au près des hommes au front. Renforcer la sécurité sur les zones qui ne dont pas encore sous le coup des brigands drogués que les gens appellent terroristes.
    Rock tu vois, le dernier aspect cest l’autosuffisance alimentaire.. il faut faire acheter les semences pour les distribuer gratuitement. Si cela est pissible, vous pouvez définir des espaces securisees mais pour l’année prochaine. Que vous attribuerez aux volontaires, cest a dire les gens qui ont dû abandonner leur terre pour venir a Ouagadougou ville. Leur trouver de quoi soccuper le temps que le problème des assaillants soit réglé. Je te conseille de construire un barrage chaque année au lieu de passer ton temps a boire fu champagne.
    Il faut mettre en mettre place sur cellule de contrôle de l’utilisation de l’aide exterieure. Une cellule qui sera composée de membres hirs gouvernement.
    Je recommande au Professeur LOADA et à SOMA de réfléchir sur divers modules a enseigner des les premiere année d’université. Au fait je me trompe. Je dis plutôt dèèèèè la 6 e. Des midules du genre INTRODUCTION À L’ÉTUDE DU SOUS DEVELLOPPEMENT. METHODES DERRADICATION DU SOUS DÉVELOPPEMENT DU BURKINA. MÉTHODE S DE DÉNONCIATION ET D’EMPRISONNEMENT DES MINISTRES VOLEURS DES DENIERS PUBLICS...... commencez tout ça dès maintenant.
    On se donne 10 ans max dans la santé.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet 2019 à 13:46, par TalCON En réponse à : Agence française de développement : 10 millions d’euros pour soutenir le PNDES et le Programme d’urgence pour le Sahel

    Nous seront de plus en plus nonmbreux a ecrire au journaux et à la presse francaise pour les tenir au courant que la France nous a "donner tous ces milliards"
    Nos denonciations seront censurées mais bon ne perdons pas courage....
    Tous ces milliards pretenduement "donner ?" sont t-il reellement transférés dans nos banques ?
    Nos banques manquent pourtant de liquidité pour financer les relance econnomiques.
    Dans quelles banques cet argent est-il transferé ????
    Le burkina a t il des experts economistes pour analysées ces questions et dire reelement ce qui se passe au juste

    Comment se fait-il que la reserve d’or français est de 30 000tonnes elle qu’elle n’a pas d’or dans son sous sol ???

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Enregistrement digital des transactions : Le Fonds d’équipement des Nations unies forme des encadreurs de petites entreprises
Collecte de sang à Bobo : Un donneur, un sac de ciment de la CIMASSO
Burkina Faso : 60 000 déplacés reçoivent une assistance du CICR
Réforme du franc CFA : « Pour réussir un développement économique, il convient de jouir de la plénitude de son autonomie monétaire » déclare le Pr Idrissa Ouédraogo
Economie : Une plateforme pour recueillir les préoccupations des entreprises en difficultés
Passage du franc CFA à l’Eco : La non-dépréciation des réserves n’est plus une garantie
Transparence budgétaire : Le Burkina Faso doit mieux faire
« Campagne de diffamation » de la Chambre de commerce : L’auteur est entre les mains de la justice burkinabè
Direction générale des impôts : Une nouvelle Direction des moyennes entreprises pour optimiser les recettes fiscales
Assemblée nationale : Les députés adoptent un projet de financement pour la création d’une banque d’agrobusiness
Région du Centre : Une troisième Direction des moyennes entreprises, pour être plus proche des contribuables
Ouverture effective de la Direction des moyennes entreprises du Centre-III (DME- CIII) prévue le vendredi 15 mai 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés