Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 19 juillet 2019 à 13h17min
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

La Police municipale de Ouagadougou a fait une synthèse du rapport sur l’état des accidents dans la ville de Ouagadougou. Il ressort qu’en 2018, 7263 accidents de la circulation routière se sont produits dans la capitale contre 6452 en 2017, soit une hausse de 12,52 %.

Ces accidents ont fait 8448 victimes contre 7137en 2017, soit une hausse de 18,36 %. Malheureusement, on déplore 80 personnes décédées contre 80 en 2017, soit une constance par rapport à l’année précédente. Le rapport révèle que les engins à deux roues sont les plus impliqués dans les accidents de la circulation avec 6810 cas soit 80,61% du nombre total.

La présence d’un nombre élevé d’engins à deux roues dans la circulation à Ouagadougou est cause d’accidents.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 juillet à 14:03, par HUG En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    80 personnes parties souvent à la fleur de l’âge. Reposez en paix et courage à leurs familles. Ailleurs ce sont les véhicules à quatre roues qui provoquent les morts. Pourquoi l’Etat ne ré dynamisme pas les transports en commun (les bus) ? Le problème est que vous pouvez attendre le bus pendant des heures sur certains axes. Aussi faire en sorte que le bus déverse les zones périphériques de la ville. En plus, il faut être sévère avec les véhicules sans frein, les gens qui roulent à plus de 50 km en agglomération si possible obliger les gens à acquérir le permis de conduire ou doter l’ONASER en ressources pour qu’il sensibilise les gens sur les règles élémentaires de la circulation en ville.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 14:20, par Job En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    Il faut surtout ajouter le non respect du code de la route couplé à des engins avec des vitesses de plus en plus élevées. Il faut homologuer les motos en les plombant et exiger l’admission au code de la route.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 14:29, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    En Inde, il ya plus de gens et beaucoup de 2roues. Mais curieusement, les accidents sont rares. Ceci est fut le temoignage d’un Indien de passage à Ouaga. Il fut absourdi par la frequence des accidents en 1 mois de sejour. La solution à ces accidents à tout vent est simple et sans grand prix. "Donnez moi à manger (1/100 du PNDES) et je vous dirais qui a volé le velo" comme le recommandait un fou.
    "A bas Dieu et vive la securité routière"

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 14:29, par Paligba En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    80 deces dans la ville de Ouagadougou ? Et l’excision en a fait combien ?
    Il faut donc interdire les moyens de transport ayant entraine ces deces.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 15:51, par jeunedame seret En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    Si ces infos n’écoeurent pas, et si les initiatives et les moyens de solution manquent toujours, c’est parce que tout est affaire de l’autre avec des chiffres minimes. Attendons le pire pour tous. Les Burkinabè aiment les catastrophes instructives.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 15:52, par jeunedame seret En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    Si ces infos n’écoeurent pas, et si les initiatives et les moyens de solution manquent toujours, c’est parce que tout est affaire de l’autre avec des chiffres minimes. Attendons le pire pour tous. Les Burkinabè aiment les catastrophes instructives.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 22:58, par gohoga En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    Bonsoir à tous et félicitation à la Police municipale pour ce travail très important. A mon avis les causes sont les suivantes :
    - ignorance du code de la route par la majorité des conducteurs qui sont sans permis de conduire. Nous sommes le seul pays monde où le PC n’est pas obligatoire pour conduire ;
    - l’incapacité des autorités communale à mettre fin à l’occupation anarchique des voies par des commerçants ;
    - Mauvais état des voies ;
    - Corruption qui permet aux véhicules sans visite technique, sans frein, sans feux de circuler ;
    - manque de transport en commun qui oblige tous à avoir un moyen transport individuel ;
    - mauvaise positionnement géographique des établissements scolaires de la ville de Ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 23:23, par Kidrh En réponse à : Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018

    Pour tirer leçon et rechercher solutions a cette hécatombe il faudrait faire une analyse des causes de causes de ces accidents. Le grand nombre des engins a deux roue est peut-être une cause mais le comportement risqué et irresponsable des deux roues dans la circulation : irrespect des
    feux, dépassement et changement de direction défectueux.
    A peine le bras tendu la personne change de direction- à peine le dépassement effectué elle se rabat .
    Chaque jour ce sont des dizaines d’engins a deux roues que la police cueille au niveau des feux face anciens locaux IAM pour irrespect des feux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
Dimensionnement et gestion des réservoirs de barrages : Une conférence réunit des professionnels du domaine à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés