Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 19 juillet 2019 à 23h30min
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur  de mouvements et associations

Le projet « Target Malaria » continue de faire couler beaucoup d’encre. En effet, après le lâcher des moustiques OGM dans le village de Bana, le lundi 1er juillet dernier, des voix se sont élevées pour condamner l’opération. Pour certains, ce lâcher aurait été fait sans l’accord des communautés de la localité. Des affirmations démenties par le chef du village de Bana.

Le lundi 1er juillet 2019, l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), à travers son projet « Target Malaria », a procédé au lâcher de moustiques mâles stériles génétiquement modifiés dans le village de Bana, localité située à 25km de Bobo-Dioulasso, dans l’arrondissement 7. Bien que la libération de ces moustiques ait été approuvée par l’Agence nationale de biosécurité du pays, des associations et certains activistes de la protection de l’environnement ont exprimé de grandes inquiétudes. Depuis lors, des réactions diverses sur la question animent les réseaux sociaux, les débats publics et la presse.

Pour certains, le risque zéro n’existe pas en sciences. « C’est clair que ces moustiques auront des conséquences sur la santé des populations dans le futur ». C’est l’inquiétude émise par ceux qui sont hostiles au projet. D’autres avaient même affirmé que ce lâcher de moustiques a été fait sans l’accord des communautés de la localité de Bana. Des rumeurs disaient que les techniciens et les chercheurs de l’IRSS ont été agressés le jour de l’opération. Nous nous sommes rendus dans le village pour en savoir davantage.

Deux semaines après le lâcher, les populations de la localité ne semblent pas être inquiétées, même si beaucoup estiment qu’il est trop tôt pour le moment de tirer des conclusions. Nous avons ainsi rencontré la notabilité de Bana avec à la tête de cette délégation, le chef du village, Sitèlè Sanou. Selon le conseiller du chef et porte-parole, Kiessira Sanou, « ce projet est la bienvenue contrairement à ce que les gens racontent ».

Le chef du village de Bana, Sitèlè Sanou, en noir et son porte-parole

Prenant la parole au nom du chef, il a rassuré l’opinion publique que la communauté de Bana a été associée à la mise en œuvre du projet dès ses débuts. Pour lui, le lâcher des moustiques s’est fait avec l’acceptation de tous les fils et filles du village. « Nous travaillons ensemble sur le projet depuis 2012 à travers un comité que le village a mis en place. Ils nous ont expliqué son importance et nous tenons à saluer ce projet », a-t-il laissé entendre.

A l’en croire, depuis l’opération du lâcher, il n’y a pas eu d’incident à Bana. Sur l’information disant que les techniciens et les chercheurs de l’IRSS ont été agressés le jour du lâcher, Kiessira Sanou a apporté un démenti. « Nous sommes, nous-mêmes, allés les accueillir le jour où ils venaient pour l’opération. Nous les avons conduits jusqu’au site du lâcher et tout s’est bien passé », a-t-il dit.

Kiessira Sanou, porte-parole du chef de village de Bana

Selon lui, même s’il est trop tôt pour sentir un impact du projet, il rassure la population qu’’il n’y a pas d’inquiétude à se faire. Il a par ailleurs souligné que depuis le lâcher, aucune plainte n’a été enregistrée à leur niveau. En effet, un comité a été mis en place, appelé « comité de gestion des plaintes », qui est chargé de gérer toutes les plaintes inhérentes au projet.

Le chef du village de Bana et sa délégation appellent les Burkinabè au calme et à faire confiance aux acteurs du projet et au gouvernement, car disent-ils « une poule ne nourrit jamais ses poussins de mauvaises graines ». Kiessira Sanou a ajouté que « pour qu’un moustique puisse transmettre un germe à un individu, il faut d’abord qu’il pique la personne. Pourtant ces moustiques lâchés sont des mâles, donc ils ne piquent pas. Ils ne sont pas faits pour durer dans la nature aussi », a-t-il expliqué.

Les acteurs de la santé de la localité ont aussi affirmé avoir été associés au projet. Pour l’infirmier chef de poste de Nasso, Mohammed Serge Ouédraogo, ce projet est à saluer et à encourager, car il est convaincu qu’il va contribuer à réduire le taux de paludisme dans notre pays. « Le projet est dans notre aire sanitaire depuis sept ans déjà. Je suis venu trouver que mes prédécesseurs étaient déjà impliqués dans le projet et nous avons beaucoup adhéré au projet. On est convaincu que cela va réduire le taux de paludisme dans la zone », a-t-il laissé entendre. Avant d’ajouter : « Nous avons relevé des données avant le lâcher des moustiques que nous allons comparer après, pour voir l’incidence du paludisme ».

Mohamed Serge Ouedraogo, ICP de Nasso

Des acteurs de la société civile apprécient le projet

Depuis le début du projet « Target Malaria », certaines organisations de la société civile se sont montrées hostiles au projet à travers notamment des marches-meeting, des conférences de presse, etc. Parmi ces organisations, beaucoup semblent adhérer au projet aujourd’hui. Selon Gustave Somé, coordinateur de la coalition de 280 mouvements et associations, leur coalition a mené des activités avec les acteurs du projet pour une meilleure compréhension.

« En tant que OSC, on a été associée au début du projet jusqu’au lâcher des moustiques. On a eu à mener beaucoup d’activités ensemble. Ils nous ont donné des explications sur le projet, sur le processus. On a assisté également au lâcher et tout le monde était présent. Sur place, on n’a rien senti d’extraordinaire. Personne n’était habillé en combinaison, personne n’avait pris de disposition particulière sur place. C’est ce qui nous a encouragé davantage et à comprendre que, ce que les gens disent, ce ne sont que des spéculations », a laissé entendre M. Somé.

Toutefois, il pense que ceux qui en font un débat « c’est juste pour des intérêts égoïstes. Nous sommes tous au courant que la base de la mortalité au Burkina Faso, c’est le palu. S’il y a aujourd’hui un remède pour ça, je crois qu’on doit l’encourager. Nous avons suivi le projet et nous savons que c’est quelque chose qui va être bénéfique pour le pays ». C’est pourquoi, il invite la population à soutenir les acteurs du projet Target Malaria dans leurs recherches, pour permettre de booster le palu hors du Burkina.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 juillet à 15:07, par sanou paul En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Gustave tu ne dis pas la vérité ? TU es payé par ce projet.
    Tu es payé à combien de francs par moyen.
    Tu veux sauver tes millions. Vous les noires vous etes ainsi, lorsque tu as pour toi, le reste çà ne te regarde pas. C’est seul ton intérèt qui prime ? L’intérèt commun n’est pas ton problème. Tu parles seulement pour sauver tes millions et tes bonds d’essence. C’est la première fois qu’on fait un Lachage de moustiques.
    Tu es d’accord pour répondre en justice dans 10 ans sur les impacts negatifs de ces moustiques ??????

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 17:15, par Le Financier En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Au Burkina Faso on se plaint de tout. Lorsqu’on commmunique les données chiffrées des morts causées par le palu, on crie on s’excite "le gouvernement ne fait rien, on nous vend de faux médicaments, yinyin, yinyin, yinyin". Que ceux qui veulent marcher pour soutenir les moustiques de Bana qui sont attaqués par les moustiques génétiquement modifiés peuvent le faire. On veut contruire un hôpital vous faites du bruit, vous marchez pour sauver une si-disante forêt dont vous ignorez l’existence même. Vous voulez quoi même. Frères et soeurs des hauts bassins ne vous laissez pas manipuler par des politiciens qui n’ont rien vous apporter.
    Le risque zéro n’existe pas certes, mais ayons le courage d’essayer car le palu et le neuropalu sont la principale cause de mortalité de nos jours

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 17:26, par True En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Webmaster SVP pas de scensure :
    Quel ignorance de votre part. Nul ne maitrise les consequences du laché des moustiques genetiquement modifiés tellement il y’a trops d’inconnues.
    Pourquoi les occidentaux ou les Chinois ou mème les Americains ne lachent-ils pas des moustiques genetiquement modifiés puisqu’ils ont aussi un probleme de moustiques et de paludisme (Malaria).
    Les moustiques piquent indifferement les Hommes come les Animaux ; donc lorsque le gene modifié destiné à stereliser les moustiques femelles entre dans le systeme sanguin humain ou animal cela pose un vrai probleme de mutation genetique et de santé public avec beaucoup risques et d’inconnues . Nous aurons des burkinabé genétiquement moidifié et surtout des femmes sterilisées car l’objectif n’est pas tellement d’eradiquer les moustiques mais plutot de controler la natalité des femmes des pays concernés (souvenez-vous de Macron qui se plaignait de la fertilité des femmes africaines). En realité en 2050 l’Afrique sera le continent le plus peuplé donc le plus interessant d’ou l’inquietudes des occidentaux qui ont des populations veillissantes. Mes frères et soeurs parfois nous devons avoir plus d’intelligence que cela car tout ce tapage mediatique c’est pour endormir vos conscience et vous museler. Encore une fois webmaster laisser passer le message car a plusieur reprises quand j’ai voulu allerter la dessus on m’a scensurer le message concerant la sterilisation de nos femmes.
    Merci d’avance

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 18:32, par Bollla En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Le chef n’est pas un scientiste ni un technicien donc target malaria lui a vendu le bon cote de l’operation et pire le chef n’est pas éveillé pour faire des recherches sur les conséquences d’une telle operation. Surtout dans un petit village recule.

    J’ai suivi une émission sur V.O.A ou des chercheurs italiens disaient que l’histoire des moustiques OGM peuvent modifier l’ADN de l’être humain et le rendre infertile avec le temps.

    Notes bien que la fondation Bill et Melinda Gate sont financer par des firmes occidentales qui utilisent nos imbeciles de chercheurs et techniciens corrompus qui ne pensent qu’a leur intérêt égoïstes pour tester leurs plans diaboliques chez les pauvres.

    On a deja vu avec le coton OGM de monsanto. Le résultat a été catastrophique.

    Imaginez maintenant que l’ADN de l’homme est modifier et il devient sterile ? c’est l’extermination de l’homme noire.
    Ou encore si on développe de maladies ou malfunction très sérieuses ces meme "Target Malaria" vont encore venir nous vendre des solutions plus pires.

    Combien le Burkina dépense deja chaque années sur les produits pharmaceutiques contre la malaria et qui fabriques ces produits pharmaceutiques que nos consommons ?

    Mais quand on a des imbeciles et des ignorants qui sont prêt a vendre leur âmes et leur generation futur pour un vil prix, voici le résultat.

    Le malaria n’existe plus dans les pays développes. Mais est ce que c’est par ce moyen qu’ils ont éradiqué la maladie chers chercheurs ?? Soyez un peut intelligent.

    Pourquoi tester des moustiques OG au BF et particulièrement a Bana ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 19:32, par Vérité indiscutable En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Un tel projet nécessiterait même une consultation nationale, à vrai dire un Référendum national. Parce qu’il y a bien des inconnues :
    1. On ne peut pas impunément changer le gêne des moustiques sans une grande dose de prudence sur les conséquences possibles. On voit aujourd’hui partout dans le monde les conséquences des OGM. Ou bien on en est conscient ou bien on ne veut pas l’être ;
    2. L’impact sera direct sur la population (pas seulement à Bana ; il suffit d’un coup de vent en cette saison des pluies et les moustiques se retrouveront bien loin du lieu où ils ont été lâchés), raison pour laquelle les promoteurs avaient besoin de consulter toute la population, ce n’est pas une affaire de chef de village ; et ça, c’est la grande prudence et le bon sens qui devaient y guider ;
    3. Les promoteurs jusqu’à présent sont les seuls responsables des éventuels risques qu’encoure la population.
    Pour ma part, l’homme doit comprendre qu’il est limité ; on n’a pas besoin de changer les gênes des créatures pour vaincre une maladie. Prendre le temps qu’il faut et mettre les moyens qu’il faut pour arriver à une solution de soin ou de prévention comme pour toutes les autres maladies, serait plus signe de sagesse, d’humilité et de prudente.
    Dieu Sauve le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 20:13, par Paix En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Toi même on te paye pour que tu dise ce que tu es entrain dire. Personne ne souhaite que quelque de mauvais vienne a la suite ce produit. Les émettent des inquiétudes, surtout que c’est la première fois dans le monde. Donc soyez modéré dans propos.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 02:40, par tubou En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Tout cela est la faute de Rock. Il ya bien quelqu’un qui a autoirse ce laché de moustiques OGM au burkina avant meme que le chef du village soit contacté. Vous serez edifier par les consequnece de ce laché a Bana. On nous expose tous a des experience d’ADN sans demander notre avis. Nous allons finir commencer faire comme en europe ; casser le matos pour que ces imbeciles comprennent que nous sommes au serieux. Bill Gate croit que la race noire peut-etre ameliorer et limiter egalement les naissance d’ou ce finacement. Mais un jour il n’aura plus que ses yeux pour pleurer.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 07:26, par Burkinbi En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Vraiment triste.
    L’ignorance est vraiment dangereux.
    Ces moustiques mâles vont transmettre leurs gènes aux moustiques femmelles.
    Ces moustiques femmelles vont transmettre aux humains.
    Ces moustiques peuvent être mangés par d’autres animaux qui seront à leur tour mangés par les humains.
    Conclusion ce Projet est nuisible et criminel qu’il faut arrêter tout de suite !
    L’africain(e) sera stérile, c’est là le but recherché par ces criminels.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 08:01, par sotigui de bobo En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Tu n’as pas honte de sortir gaillardement pour tenir de tels propos ? Même si on t’a envoyé, ce n’est pas une raison pour se comporter de la sorte ! C’est déplorable vraiment pour notre pays avec ce genres d’individus.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 16:35, par le Patriote 7 En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Vérité indiscutable je suis en tout point d’accord avec vous ,il faut de deux solutions choisir celle dont les conséquences sont bien maitriser au lieu de décider aussi facilement pour tout un peuple avec de telles solutions de facilité ,n’importe quelle science approximative ne peut passer aussi facilement que dans un pays aussi mal dirigé .DIEU SAUVE CE PAYS !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 19:26, par Elton En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Gustave . Vraiment le monde est en l’envers . OSC frelatée mon œil . Juste un conseil messieurs les chercheurs . Renseignez vous sur l’homme . On n’est pas sauver . Même si c’était les vampires , il allait dire que c’est une bonne chose . Je ne suis pas contre un projet de lutte contre le palu , mais gardez vous bien de prendre des gens crédibles.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 20:48, par Mogo En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    C’est dommage que des vendeurs de boissons et gérants de maquis, à la faveur de l’insurrection se transforment en chef d’OSC et sortent parler de ce qu’ils ne savent pas. Toi Gustave, tu as quel niveau pour discuter de ce sujet ? Tu connais ADN ? Tu connais génétique ?? En réalité, ces pays qui nous proposent cette technologie, ne l’ont jamais testé grandeur nature chez eux sur leurs populations. C’est seulement des essais confinés au laboratoire qui sont effectués et c’est quand ils auront des résultats terrain dans nos pays sans loi, qu’ils vont parfaire leurs études sur les moustiques génétiquement modifiés. Je défie les chercheurs de nous fournir de la documentation scientifique sur ces essais en grandeur nature dans les pays qui font cette promotion. Je les défie et je suis prêt à aller à n’importe quelle conférence pour leur démontrer le contraire. Je ne parle pas de ces ignares au long estomac que sont les Gustave et compagnie. C’est dommage pour eux, qu’en voulant manger aujourd’hui, ils ne pensent pas à nos enfants demain. Vraiment dommage

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 21:57, par Pasco En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Monsieur de le president si des lachés de moustiques sont encore fait au burkina nous seront obligé de trouver des voies legales internationales pour vous rendre responsable de ce crime car l’autorisation de ce laché de moustiques ne peux en aucun cas venir exclusivement du chef de village de Bana qui n’a aucune competence en legale à ce niveau.
    Est ce que les Chinois peuvent venir au Burkina et contourner les autoirtés Etatiques pour commencer a vacciner les populations au hasard avec des produits dont on ignore les consequence et la provenance sous pretexte d’avoir l’autoirsation du chef de village. Est ce que les Chinois peuvent venir couper une foret classée et construire un hopital sous pretexte que les chefs traditionelles l’on autorisé. Non il y’a une demarche administrative qui precede toujours et c’est là que nous vous interpellons.
    Il s’agit bien de nos autoirtés et des dirigeant actuels qui passent par des chemins detournés pour accomplir la mission a eux confié par la fondation Bill Gate qui a fait créer ces souches de moustiques initialement en Angleterre pour des desseins inavoués (controler les naissances en Afrique et ameliorer la race noire.) Pour ceux qui ne savent pas Bill Gate et avant lui sont pere croient en l’amelioration des races. Dans ce cas pourquoi ne testent-ils pas leurs theories sur leurs propres populations. Nous savons que la demission de l’ancien premier ministre Paul Kaba Tieba etait lié en parti a ce projet de laché de moustique génétiquement modifiés de Bill Gate et qu’il aurait touché des $$ au passage.
    Notre combat sera d’alerter, les media occidentaux et les OSC occidentales qui seront très interessées par ces experience scienctifique a ciel ouvert sans controle ni base legale au detriment de tout un pays.
    De plus si probleme il y’a vu la mobilité des population le probleme remontera en Europe et partout dans le monde comme le Sida.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 17:35, par soyons sérieux ! En réponse à : Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations

    Une société civile "fabriquée" sur mesure pour un béni oui oui du projet Target Malaria... Après, on nous dit que toutes les parties prenantes ont été consultés et sont d’accord. Le refrain de ce type d’OSC est connu depuis longtemps dans ce pays de Savane depuis les années 80 avec le régime déchu Blaise Compaoré. Le même régime qui a accepté les OGM pour ne pas se retrouver condamné aux Nations Unis pour nos actions funestes en Sierra Léone et Libéria ! L’argent toxique de Bill Gattes n’est pas à prendre mais à REFUSER ! il suffit de voir le résultat du coton Bt dans ce pays : presque 50 milliards de F CFA de perte sans compter qu’aucun paysan n’a été indemnisé pour les mensonges publicitaires sur le coton Bt en promettant des rendements mirobolants d’au moins +30% !
    Les OSC comme le Collectif Citoyen pour l’Agro-Ecologie (CCAE) ou la COPAGEN ne sont pas plus bête que vous. Ils étudient et analysent les travaux aussi bien pro que contre les OGM de scientifiques de renommée mondiale. Le même débat a eu lieu pendant 3 ou 4 décennies avec le scandale de l’AMIANTE ! L’amiante a tué mais, espérons que les dégâts liés aux OGM cultivés ou Moustiques GM ne seront pas irréversibles pour la survie de l’Humanité. LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION reste trop souvent oublié au Burkina Faso et, partout, ailleurs dans le Monde dirigé par la cupidité de quelques Hommes !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
An 2 du décès de Salif Diallo : Le MPP se souvient de son ancien président
Décès du roi du Gulmu : Des explications sur les obsèques et les règles de succession
Syndicats du Burkina : Des « actions immédiates » de lutte actées
Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) : Une marche silencieuse pour réclamer l’autopsie des militants « assassinés » dans le Yagha
FIIJA 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina
Santé : « Tiétaa main tendue », une nouvelle association pour lutter contre le cancer
Décès de sa majesté le Kupiendieli : Les condoléances du gouvernement
Décès du Kupiendieli : Le CDP rend hommage à un un « grand homme politique »
Décès du roi du Gulmu : Le président du Faso salue la mémoire d’un « souverain écouté et respecté »
Compétition de plans d’affaires (COPA) : 98 jeunes du Centre-sud reçoivent leurs chèques
Burkina : « Les exécutions sommaires sont des germes d’une guerre civile », avertit le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré
Aicha Farida Ouédraogo, meilleure au Bac 2019 « Le secret de la réussite, c’est la rigueur et la discipline »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés