Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (APESS) : Des espaces de concertation des femmes mis en place

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 18 juillet 2019 à 21h49min
Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (APESS) : Des espaces de concertation des femmes mis en place

Du 16 au 18 juillet 2019, des femmes de l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (APESS) du Mali, du Niger et du Burkina Faso se sont retrouvées à Ouagadougou pour mettre en place des espaces de concertation nationaux des femmes de l’APESS. Ces espaces de concertation permettront aux femmes de s’impliquer davantage dans le fonctionnement de l’association.

En octobre 2017, la dernière assemblée générale de l’Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane (APESS) tenue à Yaoundé au Cameroun a ajouté une délibération sur la création d’un espace de concertation des femmes dans ses textes fondamentaux. L’espace des femmes a aussi été inscrite comme l’un des chantiers prioritaires de l’association.

Cet espace des femmes se veut un cadre de concertation qui permet aux femmes membres de l’APESS de réfléchir sur leur situation ainsi que sur leur responsabilité dans les exploitations familiales, l’association, mais aussi la communauté.

C’est en vue d’installer ces espaces de concertation dans leur pays respectif, que des femmes membres de l’APESS venues du Mali, du Niger et du Burkina Faso se sont retrouvées à Ouagadougou pour un atelier de trois jours. Au cours de cet atelier, elles ont pu partager la mission et les objectifs de l’espace de concertation des femmes APESS et élaborer les règles de fonctionnement interne et externe de l’espace de concertation. Elles ont aussi pu mettre en place l’organe de gestion de chaque espace national de concertation et définir et adopter un plan d’action pour chaque espace national de concertation.

Pour le secrétaire général de l’APESS, Dr Ibrahima Aliou, la mise en place des espaces de concertation des femmes répond au besoin de les impliquer davantage dans le fonctionnement de l’association. Car dit-il, « aucun oiseau ne peut voler avec une seule aile. Aucune organisation aussi ne peut évoluer avec une seule aile. Il faut que les deux côtés marchent : les hommes et les femmes. »

Dr Ibrahim Aliou, secrétaire général de l’APESS

Ces espaces de concertation des femmes leur permettront donc de « s’émanciper au sein de leur association à travers un espace propre à elles. Ainsi elles pourront certainement mieux apporter leurs précieuses contributions à l’avancée bénéfique dans leurs conditions de vie et ce au profit de tous : elles-mêmes d’abord, puis leurs familles, leurs villages, leurs pays. », précise-t-il. C’est pourquoi il a tenu à féliciter les femmes qui ont été élues pour être « pionnières » dans la conduite de l’espace des femmes dans chacun des trois pays.

Il ne manque pas de souligner que l’installation de l’espace de concertation des femmes vient en réalité formaliser le rôle déjà important que jouent les femmes au sein de l’APESS. A en croire Dr Aliou, cette formalisation prouve par ailleurs aux partenaires de l’APESS, que le volet genre est pris en compte au sein de l’association et est même important.

C’est pourquoi, il a formulé le souhait que le contenu de l’atelier soit restitué le plus rapidement possible aux femmes de l’APESS des trois pays et que les plans d’action élaborés pour chaque espace national de concertation puissent être mis en œuvre.
Si le secrétaire général de l’APESS a salué la mise en place de l’espace de concertation, les femmes qui sont les principales concernées, sont encore plus heureuses.

A l’instar des autres participantes, Kadidia Diallo, présidente de l’espace de concertation des femmes APESS du Burkina Faso, s’est félicité de sa mise en place. « L’espace de concertation des femmes va nous apporter beaucoup de choses, parce que les femmes membres de l’APESS étaient fermées. On ne pouvait pas s’exprimer. Mais avec cet espace, entre nous femmes, on pourra se voir, se concerter, se donner des idées pour soumettre au conseil d’administration et au secrétariat général pour avoir des appuis pour le développement des femmes. Je suis fière de cette initiative qui va contribuer au développement des femmes membres de l’APESS », a-t-elle indiqué.

En rappel, l’APESS (Association pour la promotion de l’élevage au Sahel et en savane) a été fondée en 1989 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Elle regroupe 12 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Tchad, Togo et Sénégal.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
S.O.S pour le petit Abdoul Fatao : L’intervention chirurgicale s’est bien passée
Fermeture des établissements non en règle : Les promoteurs demandent la clémence du ministre de l’Education nationale
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya
Attaque de Koutougou : L’UNAPOL appelle les FDS à une « synergie d’action »
Bobo-Dioulasso : Des OSC sensibilisées sur leur rôle en matière de promotion et de défense des droits humains
FIIJA 2019 à Nanoro : Fin en apothéose de la 3e édition
Situation nationale : Le Chef d’État-major général des Armées invite les populations à faire fi des rumeurs
Réaction de l’APP/Burkindi suite à l’ignoble attaque du détachement militaire de KOUTOUKOU
Déclaration du front des forces sociales (FFS), suite aux actes de terrorisme
Burkina : Décès du Pr Yembila Toguyeni, premier recteur de l’Université de Ouagadougou
Région du Sud-Ouest : Le FPDCT s’ouvre aux journalistes
Collectivités territoriales : Le directeur général du FPDCT chez l’Alliance des partis de la majorité présidentielle
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés