Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • mercredi 17 juillet 2019 à 23h55min
Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré

Xavier Lapeyre de Cabanes, l’ambassadeur de France au Burkina, en fin de mission, a rendu visite au fondateur de Lefaso.net, Dr Cyriaque Paré, le mercredi 17 juillet 2019 dans les locaux du journal. Les deux hommes ont eu un entretien exclusif. Dans cette interview, Dr Cyriaque Paré revient sur le contenu de ce tête-à-tête.

Lefaso.net : Vous avez reçu l’ambassadeur de France ; comment appréciez-vous cette visite ?

Dr Cyriaque Paré : Comme j’ai eu à le dire à l’entame de la rencontre, c’est un grand plaisir et un grand honneur pour notre rédaction de recevoir l’ambassadeur de France au Burkina. C’était la première fois que nous recevions un ambassadeur de France. C’est quand même une considération qu’il vienne jusqu’à notre rédaction pour voir les conditions dans lesquelles nous travaillons ; comment évolue Lefaso.net qui est un grand média traditionnel, un média qui représente aujourd’hui une source d’information pour beaucoup de gens, surtout le milieu diplomatique. Qu’Il vienne nous visiter et nous saluer, c’est une bonne démarche et nous l’apprécions à sa juste valeur.

De quoi avez-vous discuté ?

Je lui ai expliqué l’évolution de Lefaso.net et le stade auquel nous sommes actuellement, notamment les difficultés auxquelles nous sommes confrontés en matière de ressources humaines qualifiées pour animer un média en ligne comme Lefaso.net qui a ses spécificités, ses exigences en termes de format et de contenu. Ce qui nous a conduit à ouvrir un institut, l’Institut supérieur de la communication et du multimédia (ISCOM), qui est adossé un peu à Lefaso.net et qui entend former des professionnels des médias en ligne et des professionnels de la communication numérique. Bien entendu, c’était pour nous l’occasion de présenter cet institut.

Peut-être voir des perspectives en matière de coopération avec les structures françaises, notamment en ce qui concerne la formation des formateurs, parce qu’on en a besoin dans ce secteur qui est émergent et qui a beaucoup de perspectives d’avenir, mais qui a besoin d’être accompagné pour répondre à tous les défis que la transformation numérique engendre dans tous les secteurs socioprofessionnels.

Quel regard portez-vous sur l’action de l’ambassadeur de France au cours des trois ans qu’il a passés au Burkina Faso ?

J’ai eu le plaisir d’être invité, comme d’autres patrons de presse, à la résidence de l’ambassadeur de France lors des manifestations organisées par l’ambassade. J’ai eu l’occasion de discuter avec lui, de noter l’intérêt qu’il a, en tant que diplomate, comme les autres diplomates, pour ce qui se passe au Burkina Faso. Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal pour aller à la rencontre des Burkinabè des villages, des structures décentralisées ; ce qui est une bonne chose. Le fait également qu’il vienne à notre rédaction est une particularité qu’il faut mettre à l’actif de son action.

Dans un passé proche, vous avez reçu l’ambassadeur du Maroc, Fahrat Bouazza ; pouvez-vous nous faire une comparaison des deux personnalités ?

En tant que tel, je ne vois pas de point de divergence ou de convergence. Seulement, il y a un certain nombre de personnalités qui s’intéressent à l’évolution, à l’activité et à la vie de notre rédaction qui est quand même un média en ligne leader et l’un des premiers sites d’information burkinabè. Donc il y a un certain nombre de personnalités politiques, économiques, même culturelles qui, de temps en temps, viennent à nous pour voir comment nous évoluons, quelles sont les spécificités d’un média en ligne, comment nous fonctionnons.

Interview réalisée par Edouard Samboé
samboeedouard@gmail.com
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre la cybercriminalité : La CIL outille les élèves sous-officiers de la gendarmerie
Mouvement d’humeur à la RTB : Le DG tape du poing sur la table
Médias publics : Des perturbations dues à un mouvement d’humeur du personnel
Fonds d’appui à la presse privée : La date de clôture de dépôt des dossiers de candidature à l’appel à projet de financement des projets structurants est reportée au 20 septembre 2019
Académie de création et d’éveil scientifique : Une vingtaine d’enfants au contact de la technologie
Régulation des communications électroniques et des postes : L’ARCEP outille des hommes de médias à Bobo-Dioulasso
ISCOM – ESSITECH INTERNATIONAL : Mise en place d’un cadre de collaboration qui s’annonce fructueuse
Burkina Golden Blog Awards : La 2e édition placée sous le thème de la consolidation de la paix
Les métiers de la communication digitale : Création publicitaire numérique
TAC : Médias publics burkinabè et ivoiriens scellent des pactes de coopération
Système d’information géographique : L’Institut supérieur des sciences de la population renforce les capacités de 20 spécialistes
Bonne gouvernance au Burkina : L’Association des journalistes du Burkina interroge la qualité des infrastructures
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés