Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 16 juillet 2019 à 15h18min
Gaoua : « La Nuit  des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales

Il s’est tenu, ce samedi 13 juillet 2019 à la Place de la nation de Gaoua, la première édition du festival de contes. Placé sous le thème « Culture et cohésion sociale : socle d’un développement durable », ce festival a été parrainé par Sansan Youl, ex-maire de la commune de Gaoua, et a connu la participation du premier responsable de la région, le gouverneur Tagseba Nitiema.

Les contes constituent une littérature orale servant à transmettre les valeurs de la société dans laquelle ils sont racontés. Ils nous éduquent et nous enseignent. De nos jours, les contes dans nos sociétés tendent à disparaître, d’où la méconnaissance de la jeune génération. Pour le promoteur du festival de contes, Boukary Kinda, « c’est une valeur qui est en train de disparaître, mais qu’il faut nécessairement promouvoir. Le vivre-ensemble a pris un coup, et ma vision est de contribuer à la paix, à la cohésion sociale et à l’intégration des différentes communautés à travers ce festival ».

Sept conteurs ont pris part à ce festival. Ils ont présenté des contes en langues lobiri, birifor et dagara. Plusieurs thèmes ont été abordés par les conteurs. Il s’agit entre autres du vivre-ensemble, de l’entraide, du respect d’autrui.

Et après audition des contes, c’est Yelli Somé qui a été désignée grande gagnante de la Nuit des conteurs. Elle a présenté un conte qui avait pour morale le respect des mères. En plus des gadgets, elle empoche la somme de 25 000 F CFA.

Le parrain Sansan Youl a loué l’initiative. « Valoriser notre culture est une chose capitale. C’est à travers les contes qu’on éduque les jeunes, et les leçons tirées à la fin servent de morale. La jeune génération doit s’intéresser aux contes qui ont une valeur éducative », a-t-il dit.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Boubacar Tarnagda

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina : « La culture constitue l’arme la plus redoutable », selon Abdoul Karim Sango
Djo le rapide, humoriste burkinabè : « Je suis entré dans l’humour par la grande porte »
Drama Consult : Quand le cinéma allemand s’invite à Ouagadougou
11e édition de la Harpe de l’excellence : Le groupe Heaven Singers s’adjuge le trophée
Réunion de l’OMT à Saint-Pétersbourg : « Le Burkina Faso est résolument engagé à promouvoir le tourisme interne », Abdoul Karim Sango
LONAB : Un concert géant pour dire merci à la clientèle
« Burkina Soldats » : Nourat chante pour les FDS
Tournage de « Wend Kuuni » : Les souvenirs du premier directeur photo du Burkina Sékou Ouédraogo
Décès de Dj Arafat : Que retenir de cette inhumation sous haute tension ?
BBDA : Les auteurs burkinabè passent à la caisse
Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè
Cinéma : La musique, un élément incontournable dans le 7e art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés