Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Lutte contre le terrorisme : « La promotion des valeurs nationales reste la meilleure riposte », selon le sociologue Boureima Ouédraogo

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • mardi 9 juillet 2019 à 23h40min
Lutte contre le terrorisme : « La promotion des valeurs nationales reste la meilleure riposte », selon le sociologue Boureima Ouédraogo

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en collaboration avec le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), a organisé, le samedi 6 juillet 2019 à Bobo-Dioulasso, un dialogue démocratique. Placée sous le thème « Les intérêts nationaux et les valeurs nationales », cette rencontre a permis aux conférenciers de donner leur analyse de la situation sécuritaire du Burkina Faso.

Le Burkina Faso fait face à de grands défis sécuritaires avec la montée du terrorisme dans le pays. Aujourd’hui, ce sont des régions entières qui vivent dans l’insécurité, semant ainsi la psychose au sein des populations. Cela joue en défaveur du développement économique et social, car le système éducatif est fragilisé dans certaines localités par les attaques terroristes.

C’est fort de ce constat que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en collaboration avec le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), a décidé d’apporter sa contribution à la lutte contre ce fléau en organisant ce dialogue démocratique à Bobo-Dioulasso, sous le thème « Les intérêts nationaux et les valeurs nationales. » Cette rencontre a été animée par des personnalités dont l’historien et enseignant-chercheur Bruno Doti Sanou, l’historienne et enseignant-chercheur Denise Badini, l’enseignant-chercheur en sociologie, maître de conférences et membre du comité scientifique d’élaboration de la politique de sécurité nationale, Boureima Ouédraogo, et le colonel-major Théodore Naba Palé, secrétaire général de la défense nationale et coordonnateur de la commission d’élaboration de la politique de sécurité nationale. Elle a ainsi permis à ces conférenciers de livrer leur analyse de la situation sécuritaire du Burkina Faso.

Colonel-major Théodore Naba Palé

Pour le colonel-major Théodore Naba Palé, cette rencontre se veut un cadre de dialogue autour des questions essentielles telles que la paix, la cohésion nationale. Selon lui, la sécurité n’est pas seulement du ressort des militaires et des policiers. « Il faut que tout le monde s’y mette. Ce n’est pas en prenant les armes, mais en dénonçant certains points qui minent notre société, notamment la corruption, l’impunité, afin de pouvoir les corriger », a-t-il indiqué. Car il estime que « c’est cela qui pourra permettre aux Burkinabè de cheminer vers la définition de leurs valeurs nationales et vers la vision de sécurité qu’ils veulent dans leur pays. »

Selon l’historien Bruno Doti Sanou, la question de l’insécurité doit inquiéter tout un chacun. Il a indiqué que le peuple burkinabè a plus que jamais besoin d’un sursaut patriotique et du renforcement de sa cohésion légendaire face à l’ennemi. Du reste, il est convaincu que seules l’union et la solidarité permettront au peuple burkinabè de vaincre les forces obscurantistes qui assaillent le territoire national.

C’est pourquoi, il souhaite l’implication de tous les fils et filles du pays dans la lutte contre le terrorisme. « Les valeurs nationales sont essentielles dans le développement d’un pays. Ce sont des valeurs qui nous rapprochent les uns aux autres, donc des valeurs à promouvoir », a-t-il souligné.

Pour lui, la modernité se construit toujours sur les bases de la tradition. C’est pourquoi, il a indiqué qu’il serait bon de mettre l’accent sur les valeurs que sont le pardon, l’entente, la bonne cohabitation, afin de lutter contre le terrorisme. Par ailleurs, il a insisté sur le fait que le manque d’amour parental pousse beaucoup d’enfants à devenir des terroristes. Pour cela, il invite les parents à donner plus d’amour à leurs enfants.

Le sociologue Boureima Ouédraogo a d’abord interpellé les dirigeants sur la gestion actuelle du foncier au Burkina Faso par les sociétés immobilières. Selon lui, « la future bombe au Burkina Faso est la question du foncier ». « La terre est mal gérée dans notre pays. Elle est devenue la propriété des riches au détriment des pauvres », a-t-il déploré. Pour lui, on ne peut pas construire une nation sans un certain nombre de valeurs qui portent sur la solidarité, la cohésion nationale, etc.

Il estime également que la promotion des valeurs nationales reste la meilleure riposte au delà de la riposte militaire, face à une menace comme le terrorisme. « Il est bon de critiquer, de dénoncer. Mais chaque citoyen doit se demander ce qu’il peut faire pour changer les choses », a laissé entendre Boureima Ouédraogo. Il appelle ainsi les politiques à mettre les « armes de guerre » de côté, pour s’unir autour de l’essentiel.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
70 ans des Conventions de Genève : Rendez-vous le 20 juillet pour la célébration
41ème Session du CAMES à Bangui : 130 candidats burkinabè admis
Grève des médias publics au Burkina : Les agents menacent de passer à la vitesse supérieure
Nutrition de la mère et de l’enfant : la Princesse Sarah ZEID de Jordanie félicite le président du Faso pour son engagement
Décès de 11 personnes en garde à vue : Le syndicat des avocats demande une « enquête indépendante et diligente »
Echéances électorales de 2020 : Des femmes sensibilisées sur leur contribution à la réussite des élections
Mort de détenus à l’Unité anti-drogue : l’UNAPOL pointe du doigt les conditions de détention
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma
41e session des travaux du Cames à Bangui : « L’absence des Burkinabè plonge un peu plus les candidats dans l’inquiétude », soutient le professeur Albert Ouédraogo
Bobo-Dioulasso : « La rue du Black a cessé de vivre »
Save the children : 100 ans de combat pour la préservation des droits des enfants
Boulevard des Tansoba de Ouagadougou : Le président Roch Kaboré lance officiellement les travaux de réhabilitation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés