Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

Accueil > Actualités > Economie • DECLARATION • lundi 8 juillet 2019 à 12h58min
Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de  la majorité présidentielle

Concitoyennes et concitoyens ; Militantes, militants et sympathisants des partis membres de l’Alliance ARC-EN-CIEL ;

Les chefs d’Etat de la CEDEAO ont adopté à Abuja au Nigeria, le 29 juin 2019 la monnaie unique de la CEDEAO nommée « ECO » . Cela est un acte de grande portée qui matérialise ici, l’unité dans la diversité, gage d’un décollage économique certain. L’ Alliance ARC-EN-CIEL regroupant vingt (20) partis politiques de la majorité présidentielle, félicite de façon générale, l’ensemble des chefs d’État qui ont porté haut les aspirations des peuples réduits à des éternels et simples consommateurs, et particulièrement, notre pionnier, le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, qui n’a cessé de dire haut ce que certains pensent bas.

En cette veille de 2020, l’année qui marquera la mise en œuvre effective de la monnaie unique ECO, les peuples des 15 pays membres et tout panafricain épris de paix et justice socioéconomique, se doivent d’accompagner, de soutenir, de défendre vaille que vaille, coute que coute nos chefs d’Etat et d’être le premier rempart pour une mise en route réelle de notre indépendance économique.

C’est dans cette optique que l’Alliance, ARC-EN-CIEl, se convainc que seule l’unité dans la diversité est la voie la plus indiquée pour dire non à une indépendance de façade. Pour ce faire, elle en appelle à la veille citoyenne afin de faire échec à toute tentative de recolonisation de nos Etats. Pour ceux qui doutent toujours de la capacité de l’organisation communautaire à traduire la volonté des peuples, longtemps soumis à l’esclavage économique, qui est de s’affranchir de la théorie du pillage, doivent se raviser sinon le train de l’histoire arrivera sans eux.

Les propos abracadabrants de la puissance coloniale et des pseudos économistes ne sont que des manœuvres pour toujours nous maintenir dans l’aliénation. Le contexte du Burkina étant particulier, vu la montée des actes terroristes, il convient que chaque burkinabè apporte son soutien sans faille à l’atteinte de cet objectif. Digne fils intègre, conséquent et cohérent dans sa vision sur l’Union monétaire, vous incarnez l’espoir du renouveau africain. Puisse Dieu, les mânes de nos ancêtres et la nation toute entière vous accompagner et soutenir dans cette noble et combien périlleuse mission.

Peuples des États parties, il est plus que urgent de soutenir les politiques d’intérêt général et défendre les richesses de l’Afrique. Réunis à Niamey, au Niger, les pays de l’Union africaine (UA) ont lancé officiellement, ce dimanche 7 juillet, la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlec). Alliance ARC-EN-CIEl réitère ses félicitations à l’ensemble des pays de l’UA et exhorte l’ensemble des chefs d’Etat de mettre tout en œuvre pour que cette initiative soit une réalité concrète sur le terrain.

Cela permettra de créer plus d’emplois, notamment pour les jeunes et les femmes et mettre fin au drame de la migration clandestine que nous connaissons aujourd’hui.
Pour concrétiser la Zlec et lancer l’indépendance économique réelle de l’Afrique, Alliance ARC-EN-CIEL propose à l’ensemble des pays de l’Union africaine et plus particulièrement aux chefs d’Etat, la création et le lancement au prochain sommet de l’Union, la monnaie commune africaine qui sera dénommée « UA »

La situation sécuritaire dans les pays du G5 Sahel interpelle tous et exige un engagement individuel et collectif auprès de nos Forces de Défenses et de Sécurité afin de lutter efficacement contre ces « ennemis de Dieu » qui ont pris des armes contre leurs compatriotes. Alliance ARC-EN-CIEL félicite et encourage nos FDS qui sont sur le terrain de combat de la nébuleuse jour et nuit.

Militantes, militants et sympathisants,

L’Alliance arc-en-ciel, ne saurait terminer son appréciation sur l’actualité, sans saluer l’initiative du Président du Faso et son gouvernement quant à la réinsertion sociale des militaires radiés et policiers révoqués suite à la mutinerie de 2011. En homme de paix et de conciliation, il a réaffirmé, sa ferme volonté, non seulement, de bâtir un Burkina prospère avec tous ses fils et filles, mais aussi de prouver que le processus de réconciliation nationale n’est pas un vain groupe de mots mais une réalité indéniable.

A son mérite, toute l’estime et la reconnaissance nationale lui échoit.
Par la même, l’Alliance vous réitère son soutien indéfectible pour relever les défis nombreux dans un climat difficile.

Que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso !

Vos commentaires

  • Le 8 juillet à 16:14, par sidwaya En réponse à : Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

    Attendons de voir, cette affaire de monnaie commune dont on dit qu’elle a deux têtes : une anglophone et l’autre francophone. On dit aussi que l’Eco des pays francophone sera imprimée en France et attachée au trésor français comme le franc CFA. Je crois que les chefs d’Etat francophones qui accepteront cette nouvelle copie du franc CFA auront à faire à une insurrection dans leur pays. Ils sont avertis !. Si Eco il y a, la monnaie doit avoir une seule gouvernance : un lieu unique d’impression et en Afrique, une banque centrale unique. Autrement dit, elle devrait être entièrement africaine et non une monnaie franco-française utilisée en Afrique. Même pas franco-africaine, ni africo-française. c’est clair et net !. D’ailleurs les chefs d’Etats africains concernés sont invités à donner l’information juste à leurs populations avant que cela ne nourrissent des émeutes déguisées dans leur pays dans les mois à venir. à bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 06:30, par Kindman En réponse à : Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

    Copié quelque part.Quelqu’un pourrait il me confirmer ne serait ce que le contrat de 75 ans du franc CFA qui expire en 2020 ?
    < MANQUE DE DEVISES DANS LA ZONE BEAC VOICI LA VÉRITÉ À PARTAGER AU MAXIMUM.
    Afrique: l'heure de vérité a sonné.

    Gros problème en Afrique francophone.
    Les 14 pays utilisant le Fcfa...

    Voici ce qui se joue en ce moment dans les coulisses dans les deux zones BCEAO (Afrique de l'Ouest ) ET BEAC ( Afrique centrale ).

    Mais avant de vous dire ce qui passe réellement, il faut connaître la date de naissance du Fcfa.
    =======================

    Le franc CFA est né le 26 décembre 1945, jour où la France ratifie les accords de Bretton Woods et procède à sa première déclaration de parité au Fonds monétaire internationale (FMI). Il signifie alors "franc des Colonies Françaises d'Afrique". Le reste vous le savez.

    Le 26 Décembre 1945 et le 26 Décembre 2019, cela fera 74 ans. Mais c'est un accord de 75. Ce qui veut dire que en 2020... où ça passe où ça casse.

    Cet accord entre la France et les pays africains francophones utilisant cette monnaie avait été signé pour une durée de 75 ans dans l'éventualité d'un renouvellement du dit accord.

    Comme tout accord ou contrat, celui-ci est toujours renouvelé un an avant son échéance, et nous y sommes en plein dedans...

    Dans la zone BCEAO:

    Avec la mauvaise publicité que le FCFA a subit vis à vis de la France qui a décidé de le repenser, en parlant cette fois-ci de la monnaie unique qui s'appellera "ECO"

    Pour perdre l'africain de l'Ouest, on parle de la monnaie unique non pas de l'UEMOA mais de la CEDEAO. Hors le Nigeria, le Ghana, la Gambie etc qui ont leur propre monnaie, ont décidé de la conserver en attendant de voir comment "l'ECO" va évoluer.
    Vous comprendrez alors que la nouvelle monnaie commune ne concerne que les 8 pays actuels de la zone BCEAO qui utilisent le FCFA qui est lui aussi une monnaie unique.

    Comme pour l'accord de 1945, les chefs d'État avaient signé sans dire aux populations, les clauses de l'accord.

    Nous sommes 74 ans plus tard, nos chefs d'État de la zone BCEAO viennent tous de signer pour la nouvelle monnaie avec 5 émissaires français présents. À l'heure où vous me lisez, aucun citoyens Ouest africain est capable de nous donner les contours de cette nouvelles monnaie, même les experts en économie Ouest africains qu'on a approché et qui ont assisté à ces différentes cérémonies de signature de cette nouvelle monnaie, nous ont dit que c'est un dossier qui est géré par les chefs d'État des pays concernés, eux seuls connaissent la substance et en feront part à leurs populations le moment venu.🤔🤔🙄🙄

    Vous devrez savoir que L'ÉCO sera toujours imprimé à Chamaliere en France à la même imprimerie que le FCFA actuel. L'ÉCO sera toujours "soutenu " par le trésors français.
    Certaines indiscrétions nous disent que
    1 euros risquerait d'être egale à 1200 Fcfa.
    Hors ils nous laissaient entendre jusqu'à avant hier que 1 euros serait égal à 655 Fcfa.

    Vous comprenez un peu l'exploit que la France est entrain de réussir en Afrique de l'Ouest?
    En 2020 date d'anniversaire du Fcfa 75 ans on bascule dans l'ECO qui ne sera qu'un nouveau Fcfa. C'est très opaques. Seuls les naïfs croient que la France va nous laisser créer une nouvelle monnaie sans rien nous dire et sans rien faire. C'EST TROP FACILE.

    Dans la zone BEAC:

    Ils ont préféré garder le FCFA actuel. Par contre ont décidé de l'imprimer eux-mêmes en fonction des besoins de la zone et de chaque pays membre. Les appels d'offre pour l'impression de ce nouveau FCFA ont été lancées. (voir journal télévisé et l'emission ANR d'Africa24 du mois passé).

    D'après notre source, les pays de la zone CEMAC refusent pour le moment de reconduire cet accord qui prend fin le 26 Décembre prochain avec un an d'abattement qui ira jusqu'au 25 Décembre 2020.

    Pour mettre la pression aux pays de la zone CEMAC depuis un mois, chaque pays constate qu'il y a un manque de devise sur le marché et ça commence à pénaliser les commerçants qui vont acheter de la marchandise à l'étranger. Car il faut qu'ils échangent leur FCFA en euros avant d'aller acheter.

    La zone CEMAC avait-elle anticipé cette éventualité, car un seul pays accepte les Fcfa , c'est la Chine et Singapour.
    Le FCFA de la zone CEMAC est directement utilisé en Chine avec les commerçants chinois depuis Bientôt 3 ans.

    Vous comprendrez donc que la France met une grosse pression aux pays de la zone CEMAC pour que ces derniers fasses soit comme leurs homologues de la BCEAO soit ils signent pour reconduire les accords existants. D'oú la rareté de l'euro qui est la principale devise sur laquelle s'appuie le FCFA sur les marchés de la dite zone.
    La France est donc entrain d'utiliser cette monnaie pour asphyxier les économies des pays zone CEMAC. Car l'ensemble de ces accords sur le FCFA prenant fin le 26 Décembre prochain, il faut aller très vite.

    Tout ce que je peux dire aux frères et soeurs de la zone CEMAC, est de tenir bon, pendant ces 5 mois et demi qui restent.

    Voilà ce qui se passe dans les coulisses des zones. La BCEAO est déjà presque tombée, un espoir existe toujours.
    Armand Willy officiel
    Likez la page sur Facebook et envoyez vos informations et publicités pour.>>

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet à 06:54, par Sidpassata-Veritas En réponse à : Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

    Est-ce que le processus de mise en œuvre de la monnaie unique de CEDEAO prévoit que les peuples dans chaque état concerné, adopte l’ECO pour référendum ?

    - 1. Je n’aime pas quand les chefs d’états africains eux aussi se mettent à infantiliser les peuples africains à la manière des colons, décidant tout à la place des peuples. Pourquoi n’y a-t-il pas de parlement de L’UA ou de la CEDEAO dignes de ce nom avec la capacité de voter des normes contraignantes pour les sommets des chefs d’États et pour les États eux-mêmes ?

    - 2. Le référendum aurait la vertu d’engager le débat de ce choix politique souverain au sein des peuples souverains et donnerait plus de force politique à cette monnaie afin qu’elle résiste à la tentation irréaliste des hommes forts souhaitant ramer à contre-courant.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 13:14, par tapsoba En réponse à : Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

    JE NE SUIS PAS AVEC LES DEUX MONNAIE . L,AFRIQUE EN GENERALE DEVRAIT PRENDRE LEUR MONNAIE EN MAINS SANS LES PAYS ANGLOPHONES ET FRANCOPHONES

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet à 21:30, par kuilga Sompougdou En réponse à : Monnaie unique de la CEDEAO, zone de libre échange en Afrique : Le satisfecit de l’Alliance Arc-en- ciel de la majorité présidentielle

    Le président français insiste sur l’utilité du Franc Cfa parce que c’est la france qui fabrique le Fcfa qu’elle n’utilise pas et qui retient 50% des reserves africaines dans son trésor. Donc il a raison de dire que le franc cfa est utile (pour la france mais par pour les africains).
    On clame la stabilité de cette"monnaie" qui représenterait un avantage pour les exportateurs, importateurs et investisseurs(surtout français),et de la crédibilité que "conférerait" le trésor français au cfa. En vérité si le Fcfa était aussi utile, les pays de la zone francs devraient economiquement être mieux portantes/nantis et plus compétitives que les autres pays hors cfa. Ce qui n’est pas le cas.Une prétendue stabilité qui n’a pas d’impact significatif sur le niveau de vie de la population qui croupit toujours dans la misère dépuis des décennies, et sous perfusion d’une "aide" aliénante n’a pas de sens et n’en vaut pas la peine.
    Voilà pourquoi l’ECO ne doit en aucun cas dépendre d’une quelconque politique monétaire européenne.
    Cette nouvelle monnaie "Eco" doit être fabriquée en afrique et les résrves doivent être versés non pas au trésor francais mais dans notre propre banque centrale africaine en afrique.
    Vouloir empêcher la réalisation d’un tel projet en créant et en alimentant le terrorisme dans le pays qui désirent couper le cordon ombilical avec le trésor français est criminel. La recolonisation n’aura pas lieu et ce néocolonialisme ne triomphera guère car la nuit à beau être longue, le jour finit par se lever.

    Il nous faut un referendum pour décider de notre destiné pour ne pas que des valets locaux nous conduisent en pature à l’autel du sacrifice de la fance-afrique.
    Du reste, aujourd’hui la masse populaire kemite et surtout sa frange jeune sort de plus en plus de sa torpeur congénitale, elle n’entend plus se laisser marcher sur les "testicules".Plus rien ne sera comme avant.
    A bon entendeur....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Centre de formation professionnelle industrielle de Bobo-Dioulasso : 215 nouvelles compétences sur le marché de l’emploi
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso a visité la cimenterie CIMASSO
Financement des PME : La Société Générale Burkina Faso signe une convention de plus de 16 milliards FCFA avec AFD/PROPARCO
8e retraire stratégique de Coris Bank : Les opportunités du digital au menu des échanges
L’ENAREF Organise au profit des collectivités territoriales une formation
Koudougou : L’usine Faso Fani-JMD fonctionnera avec du gaz naturel liquéfié
Réhabilitation de la mairie de Bobo-Dioulasso : 141 millions recherchés pour boucler le budget
Financement des petites et moyennes entreprises : La COFINA s’installe au Burkina
Burkina : L’administration douanière et la Chambre de commerce célèbrent leur partenariat
ENAREF : L’impact de la démographie sur l’économie burkinabè ouvre la série des soutenances
Développement : Le Burkina Faso et l’UEMOA face à des défis économiques et financiers
Situation sécuritaire : Les acteurs de l’économie informelle soucieux du climat des affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés