Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Parfait Design, coiffeur de femmes : « On m’a traité d’homosexuel… »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 8 juillet 2019 à 23h30min
Parfait Design, coiffeur de femmes : « On m’a traité d’homosexuel… »

La coiffure féminine n’est plus une question de femmes à femmes au Burkina. En effet, des hommes se lancent de plus en plus dans le domaine. Certains d’entre eux se sont même fait une renommée. C’est le cas de Parfait Design, à l’état civil Parfait Nikiéma. Ce coiffeur s’attèle à rendre belles les femmes, en plus de confectionner des perruques.

Dans ce salon de coiffure féminine situé dans le quartier Zone 1 de Ouagadougou, le coiffeur, qui est aussi le propriétaire, est un homme. Il se fait appeler Parfait Design. Mais à l’état civil, il se nomme Parfait Nikiéma. Ce jeune Burkinabè est aujourd’hui l’un des coiffeurs de renom dans la capitale. Ici défilent des femmes désireuses de se faire une beauté. Tel un artiste devant son chef-d’œuvre, le capilliculteur s’applique à satisfaire ses clientes.

Pourtant, au départ, Parfait Nikiéma coiffait les hommes. Par curiosité, et à force de voir, sur les réseaux sociaux, des hommes coiffer des femmes, il décide de se jeter à l’eau. C’était en 2010. « Je me suis dit : pourquoi ne pas essayer ? Ça va être un défi à relever pour moi », se souvient-il. Cet autodidacte a appris la coiffure essentiellement sur Internet.

Parfait Design, coiffeur de femmes

Les préjugés

Les hommes coiffeurs de femmes sont souvent mal perçus dans la société burkinabè. Ils sont parfois victimes de moqueries et de préjugés de toutes sortes. Et Parfait Nikiéma n’a pas fait l’exception. « On m’a traité d’homosexuel, d’être un homme à femmes, de faire la honte des hommes... Un Mossi qui fait la coiffure pour femmes ? C’est la question qu’on me pose constamment ». Pourtant, martèle le coiffeur, il n’en est rien : « Je suis en couple et j’ai une fille ». Ces critiques renforcent Parfait Nikiéma qui dit rester concentré sur sa carrière. Heureusement, sa famille lui témoigne un soutien sans faille. Sa mère, durant son apprentissage, lui a même acheté une tête de mannequin (utilisée pour apprendre la coiffure).

Le roi des perruques

Les coiffures standards (tresses, tissages, nattes, etc.) sont en déclin. En effet, les femmes ont désormais un penchant pour les perruques. Dans le passé, elles étaient portées pour se déguiser ou cacher les défauts de la chevelure. Aujourd’hui, la perruque est devenue un véritable accessoire pour les femmes. Conscient de cette évolution, Parfait Design décide d’être le spécialiste des perruques. Il ouvre un salon complètement dédié à la confection de perruques.

Perruques confectionnées par Parfait Design

« J’ai commencé à regarder les vidéos sur YouTube. À force de travailler, aujourd’hui je maîtrise la confection des perruques ». Pour son plus grand bonheur, la majorité des clientes viennent pour les perruques. Les mèches naturelles sont la matière préférée du coiffeur. Il effectue des voyages au Nigeria pour se ravitailler en mèches. Les prix de ses perruques vont de 10 000 à 350 000 francs CFA, et il peut faire un chiffre d’affaires de 500 000 F CFA par mois. Pour lui, la coiffure nourrit son homme.

Des clientes sous le charme

Les clientes de Parfait Design se disent satisfaites. Elles trouvent même qu’il est plus performant que certaines coiffeuses. Sally est une fidèle cliente du coiffeur. Elle dit ne ressentir aucune gêne d’être coiffée par un homme. « Je commande ses perruques, il me coiffe aussi. Ce qui me plaît chez lui, c’est son accueil ; il est patient et il reste tout le temps à l’écoute », confie la cliente. Et Parfait Design de dire en souriant : « Si tu as pu supporter les caprices des femmes, c’est que tu peux tout supporter ». Les clés pour satisfaire les femmes, selon lui, c’est tout simplement la patience et la compréhension.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Samirah BATIONO
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
Burkina : « Cette transition ne devrait pas être une transition de trop », prévient une OSC
Reprofilage de voies à Bobo-Dioulasso : De la mélasse pour soulager des riverains contre la poussière
Province camillienne du Burkina : Sept frères ordonnés diacres ce 2 février 2023
Santé : Le Burkina Faso se prépare à faire face à une éventuelle épidémie de méningite
Burkina : Plus d’une centaine de femmes bénéficient de formations en transformation agroalimentaire et en élevage
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés