Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

Accueil > Actualités > Multimédia • • dimanche 7 juillet 2019 à 23h35min
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

Après l’adoption de la modification de la loi sur le code pénal par l’Assemblée nationale le 21 juin 2019, les associations professionnelles des médias avaient décidé d’une campagne de sensibilisation pour dénoncer les articles jugés liberticides et demander la non promulgation de la nouvelle loi. Dans ce communiqué, elles annoncent la suspension de leurs actions en attendant la décision du Conseil constitutionnel qui s’est auto-saisi pour examiner la conformité de la nouvelle loi avec la constitution.

Les signataires du présent communiqué prennent acte de la décision 2019-012/CC du Conseil constitutionnel de s’auto-saisir pour juger de la constitutionnalité de la loi 044-2019/AN portant modification de la loi 025-2018/AN du 31 mai 2018 portant code pénal. De mémoire de burkinabè, et sans préjuger de la décision qui sera celle du Conseil constitutionnel, cette auto-saisine est une première sous la 4ème République et mérite en cela d’être saluée.

Elle est intervenue alors que les organisations professionnelles des médias et les organisations de défense des droits humains se préparaient à attaquer ladite loi par un recours devant le Conseil constitutionnel en même temps qu’elles entendaient organiser plusieurs activités de débat et de plaidoyer pour dénoncer le caractère liberticide de cette loi. Cette auto-saisine suspend de fait la promulgation de la loi par le Président du Faso au moment où il avait été saisi par nos soins d’une lettre l’appelant à surseoir à la promulgation de cette loi dans l’intérêt du peuple.

Dans l’attente de la décision définitive du Conseil constitutionnel et dans l’optique d’une administration sereine de la justice, les organisations signataires ont décidé de ce qui suit :
- L’annulation de la procession du lundi 08 juillet qui devait aboutir au dépôt du recours au Conseil constitutionnel ;
- Le report à une date ultérieure du forum initialement programmé le 10 juillet à la Mairie centrale de Ouagadougou.

Nous tenons à rassurer la population en général, les journalistes et défenseurs des droits humains et des libertés publiques en particulier de notre détermination à poursuivre la lutte que nous impose l’adoption de cette loi, en vue de sauvegarder les acquis en termes de libertés d’opinion et de presse et du droit à l’information. Nous suivrons avec intérêt et la plus grande attention l’évolution de la situation et invitons à la vigilance et à la mobilisation pour la défense de nos acquis démocratiques.
Nous vous remercions pour votre constant soutien.

Ouagadougou, le 7 juillet 2019

Ont signé :
CNP-NZ : Centre National de Presse Norbert Zongo

UNALFA : Union Nationale de l’Audiovisuel Libre du Faso

AJB : Association des Journalistes du Burkina

AEPML : Association des Editeurs et Professionnels de Médias en Ligne

SEP : Société des Editeurs de la Presse Privée

SYNATIC : Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture

UBESTV : Union Burkinabè des Editeurs Privés de Services de Télévision

ABB : Association des Bloggeurs du Burkina

CIFDHA : Centre d’Information et de Formation en matière de Droits Humains en Afrique

Association Semfilms

Amnesty Burkina

Vos commentaires

  • Le 8 juillet à 08:35, par Zininribo En réponse à : Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

    Comment ça ? Moi Zininribo je me suis mis debout pour saluer cette loi avec mes 2 bras levés ma tête dressée et ma poire fendue et vous vous vous couler faire quoi ? Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 09:55, par Ka En réponse à : Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

    Si je soutiens cette loi, c’est que la presse Burkinabé avec des journalistes comme un certain Damiss a perdu toute crédibilité. En lisant ces gens dans notre presse de nos jours, les sujets ne sont que des théories partisanes de plaisanterie. Quant aux sites web spécialisés, a part Lefaso.net avec un homme a la plume d’or et averti qui met en avant la déontologie journaliste, tous les autres sont pareil a la presse écrite. En suivant quelques-uns de nos journalistes, ‘’’c’est extraordinaire de remarquer que la désinformation et le sens de la simplification outrancière propre aux médias "parallèles" et non-professionnels finit par dénaturer une vraie information pour en faire un mensonge, voire une absurdité.’’’ Cette loi est la bienvenue pour les journalistes partisans, et les dénigreurs dans les stations des radios locales qui ne vivent que des insultes de toutes sortes, au lieu des sujets constructifs pour éduquer et faire avancer le pays. Si je dis et persiste que cette loi est à la norme de notre constitution, c’est qu’au Burkina, quelques journalistes et internautes vont très loin dans la dérive.

    Pour moi Le travail du journaliste, c’est d’informer, et ce, le plus objectivement possible. Les manipulations et autres trafics d’influence sont en-dehors de ses attributions, voire franchement contraire à la déontologie de la profession. La presse ne doit pas se laisser instrumentaliser par qui que ce soit surtout pas par les politiciens au petits pieds qui utilsent des miettes pour manipuler ces journalistes au gosier large pour les intérêts personnels.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 10:16, par SIDNABA En réponse à : Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

    Messieurs les constitutionnalistes, il n’y a aucune virgule ni point à enlever dans cette loi. Même en France il est actuellement question d’une loi contre la haine, le mensonge et le dénigrement des gens sur les réseaux sociaux. Cette loi est pour la paix au Burkina Faso. Les vrais journalistes le savent très bien et pas les "journaleux" qui se cachent derrière les écrans d’ordinateurs ou de téléphones pour s’ériger en donner de leçons ou de fox news. Cette loi est une très bonne loi au service de la démocratie vraie. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 17:30, par fraoco En réponse à : Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

    Liberté, liberté liberté. Au nom de cette liberté individuelle on occulte la liberté collective. Dans la situation que le pays traverse actuellement il faut bien une loi de cette nature pour protéger la population. N’en déplaise les spécialistes des fox news. Et comme le burkinabe est insensible à la sensibilisation, il fallais bien cette loi. A regarder le contenu de certains journaux et sur les réseaux sociaux nous allons droit dans un état de non droit. Un journaliste consciencieux qui applique la déontologie de son métier ne devrai pas craindre cette loi qui est particulièrement la bien venue. A moins que vous aussi n’allais en gréve..

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 17:35, par Le cameraman En réponse à : Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation

    La a bien dit. Je voulais savoir si les cameramen sont aussi des journalistes ou bien ils ont aussi une formation en journalisme. En faite c’est en partie quelques cameramen qui salissent l’image des journalistes. Quand ils vont theser on dira qu’ils connaissent mieux plus que les journalistes. Quant à moi je trouve que le mieux c’est de laisser cette nouvelle loi faire un petit chemin et après vous faites un bilan a mis parcours. Bonne chance a tous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Utilisation des TIC par les jeunes : Dr Cyriaque Paré suggère l’introduction de l’éducation aux médias à l’école
Région du Centre-Ouest : Laboratoire Citoyennetés forme 150 jeunes au bon usage des médias
Economie numérique : Bientôt une cinquantaine d’entreprises pour booster l’écosystème d’innovation du Burkina
Astuce TIC : Pourquoi il faut se méfier de FaceApp
Communiqué de presse sur la déclaration d’existence des entreprises de publicité
Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré
Hackathon Sira Labs Bobo : L’équipe Dream remporte le 1er prix avec son idée de projet Green Data
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés