Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Etienne Lankoandé • samedi 6 juillet 2019 à 09h40min
Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

Nommés par décret présidentiel le 14 juin 2019, les membres de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignation du Burkina Faso (CDC-BF) ont été installés dans leurs fonctions, le vendredi 5 juillet 2019, par le Premier ministre Christophe Dabiré. Ils sont ainsi onze membres à siéger dans l’institution que dirige Paul Kaba Thiéba, précédemment Premier ministre.

Ils sont onze, comme le Onze national, avec pour gardien de buts le député Bendi Ouoba, à siéger à la commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso (CDC-BF). Nommés par décret N°2019- 0618/PRES, le 14 juin 2019, les onze membres de la commission de surveillance de la CDC-BF, auront la lourde mission de garantir l’autonomie de la structure et d’exercer le contrôle de ses opérations, a expliqué le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, qui a présidé la cérémonie d’installation.

La commission est composée de cinq députés représentant le pouvoir législatif, dont trois de la majorité et deux de l’opposition ; d’un représentant de la Cour des comptes ; de trois représentants du pouvoir exécutif, dont le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, en tant que personnalité es-qualité, et de deux experts reconnus pour leurs compétences et désignées par le président du Faso et le président de l’Assemblée nationale.

Christophe Dabiré souligne que cette composition montre la volonté du chef de l’État de placer l’institution sous l’autorité des représentants du peuple, afin d’assurer la transparence dans sa gouvernance et dans la gestion des ressources publiques mises à sa disposition.

Après leur installation, les membres de la commission se sont concertés et ont désigné le député Bendi Ouoba, doyen d’âge de la commission, comme président de la commission de surveillance de la CDC-BF. Ils ont aussi décrété la date du vendredi 12 juillet 2019 pour la prestation de serment du directeur général de la CDC-BF, devant la commission de surveillance, dans les locaux de l’Assemblée nationale. Le mandat de la commission est de trois ans non-renouvelable.

Le 9 mai 2017, l’Assemblée nationale adoptait la loi n°023-2017/AN portant création de la CDC-BF, un établissement public à statut spécial. Plusieurs raisons justifient la création de cette caisse, selon le Premier ministre Christophe Dabiré : le besoin d’assurer le financement des investissements structurants, le besoin de financement sur le long terme, la nécessité de doter le Burkina Faso d’une institution de confiance et la nécessité de sécuriser et de rentabiliser des fonds de pension et d’épargne.

Les fonds et valeurs étaient jusque-là reçus en dépôt ou consignation au Trésor public ou dans les établissements bancaires et autres établissements financiers ou de crédit, en raison d’une disposition législative ou réglementaire, d’une décision de justice ou d’une décision administrative. Désormais, ces fonds seront déposés auprès de la CDC-BF, a déclaré le Premier ministre selon qui, la CDC-BF interviendra en qualité d’investisseur d’intérêt général ; et donc n’est pas autorisée à consentir des prêts directs à l’État.

Les principaux domaines d’intervention de la CDC-BF sont les programmes prioritaires et innovants du gouvernement et des collectivités territoriales, les secteurs et les besoins non-couverts ou insuffisamment couverts par les mécanismes classiques de financement et le partenariat stratégique. En outre, selon Christophe Dabiré, une partie des ressources de placement de La Poste, de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), des dépôts de garantie constitués par les usagers auprès de grands concessionnaires de service public (ONEA, SONABEL, etc.) sera mise à la disposition de la CDC-BF pour renforcer sa capacité d’intervention. L’institution n’est pas soumise à l’agrément bancaire et aux dispositifs de la loi portant réglementation bancaire, mais est dotée d’un dispositif prudentiel qui respecte toutes les règles internationales et régionales en la matière.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 juillet à 11:49, par Eclairage En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    Tout le monde comprend maintenant, pourquoi on a nommé un banquier à la tête de la SONAPOST ,qui malgré son management décrié par le personnel est maintenu contre vents et marées . Sa mission ,comme le soupçonnaient certains cadres de la maison depuis le début de sa nomination ,drainer les milliards de la SONAPOST vers leur fameuse caisse de dépôt et de consignation qui sera tôt ou tard un véritable gouffre mortel pour le BURKINA ,comme ça été le cas dans de nombreux pays .
    Peut être que les jeunes ne le savent pas . Les burkinabè ont-ils oublié la CNDI qui n’est ni plus ,ni moins que la nouvelle caisse de PTK ? Quelle a été le sort final de la CNDI dont la création a été expliquée par les mêmes arguments que ceux invoqués encore aujourd’hui pour justifier la création de la Caisse de dépôt et de consignation ? Ah le BURKINA des copains . Jusqu’où cela nous conduira ? Allons seulement comme dirait quelqu’un .

    Répondre à ce message

    • Le 7 juillet à 21:23, par Kouda En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

      Eclairage,
      Ce n’est pas seulement la POSTE Burkina. L’un des plus gros pourvoyeurs de fonds c’est la CNSS. Ajoutez-y la Carfo et la LONAB et le tour est joué.
      Eclairage, s’il y a bien quelque chose que je ne comprends pas chez les Burkinabè, y compris les soi-disants journalistes spécialistes de la question, les "intellectuels", les "experts" autoproclamés", c’est leur incapacité à tirer leçon non seulement du passé mais aussi de ce qui se passe ailleurs.
      Cette CDC est une caverne d’Ali Baba tout simplement. L’épargne des travailleurs (CNSS et CARFO) sera purement et simplement siphonnée par des gens bien tapis dans le système.
      Regardez comment les agents de la CNSS se battent comme des vautours pour gaspiller, dilapider et détourner les cotisations des travailleurs : villas par ci, cités par là. Rien que du gâchis et on demandera encore au contribuable de venir boucher les déficits béants. Ces agents n’ont aucune pudeur à manger nos "pauvres" retraités.
      De la même manière que le PNDES a été un fiasco, cette CDC sera également un fiasco. Entre temps, des gens se seront enrichis énormément. On nous dit que la CDC prendra des participations dans des entreprises. ça me fait rire. Quels genres d’entreprises ? Les entreprises des copains, copines, parents et parentes. ça ne va pas loin.
      On réveille de vieilles idées ayant lamentablement échoué, on veut nous faire croire qu’il s’agit de nouvelles idées "revolutionnaires" qui résoudront nos problèmes alors que nenni. Mdrrrrrrrrrrr.

      Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 12:17, par Burkina banquiers En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    Président du Faso : banquier
    Ancien premier ministre : banquier
    Président de l’AN : banquier
    Ministre des infrastructures : banquier
    Directeur de cabinet PM : banquier
    Un conseiller spécial PM : banquier
    Directeur Général Projet aéroport Donsin : banquier
    PCA nouvelle banque de l’agriculture : banquier
    DG caisse de dépôt et consignation : banquier
    DG SONAPOST : banquier
    DG …………….. : banquier
    DG ……………….banquier
    chargé de mission …….banquier
    SP de ……………………banquier
    Banque = argent Dieu = secteur privé = affaires = affairisme
    honni qui mal y pense .

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 17:49, par Le Vigilent En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    Comme c’est un haut cadre de la BCAO, et de surcroît « un Sami » (lisez bien, je n’ai pas dit « un Chameau » ), qui est à la tête de la caisse, on a confiance. Je vois encore certains esprits malins et malveillants prêts m’envoyer au poteau pour une supposée stigmatisation des gens d’ethnies autres que SAN, ignorant que moi même je me réjouis de n’être pas Cham.., non Samo.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juillet à 18:50, par urgent En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    pour détourner encore les fonds du peuple courage à vous . une commission de surveillance

    Répondre à ce message

  • Le 7 juillet à 14:36, par NZ En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    On a intérêt à vider nos maigres sous qui sont à la Poste avant que cette chose ne soit fonctionnelle. ça ne sent pas bon du tout. Mettre tous nos œufs ou presque dans un même panier à la merci d’un groupe d’amis et de coquins.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet à 10:44, par VERITE En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    LA POSTE/BF LA CDC ARRIVE. QUI VIVRA,VERRA !!!!!!!
    VOILA LA VERITE ON COMPREND MAINTENANT CERTAINES CHOSES.VRAIMENT QUE DIEU SAUVE LE BF

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet à 21:03, par Sacksida En réponse à : Caisse des dépôts et consignations : Une commission pour contrôler les opérations de l’institution

    A vrai dire cette structure est archaique et demontre encore une fois de plus le manque d’imagination de nos dirigeants politiques actuels. On en fait tout un tapage comme si c’etaient une structure nouvelle ou extraordinaire, alors qu’il s’agit d’une espece de copier coller avec ce qui se passe en France. En outre, la troixieme republique avait cree la CNDI qui etait plus reflechie, mais des difficultes internes ont conduit a sa liquidation. De meme, sous la Revolution d’Aout 1983, il a ete cree l’UREBA, mais a la difference qu’elle etait naturellement sous tendue par une autre philosophie, et apres la Revolution a ete absorbee par la BFCI etc...En tout etat de cause et sans etre des oiseaux de mauvaise augure, cette CDC serait un echec cuisant du au contexte et a l’environnement car l’on constate des contradictions monstres ; a moins qu’il s’agit de caser effectivement des copains ou des amis politiques. Bon courage a vous et l’histoite sera juge. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Centre de formation professionnelle industrielle de Bobo-Dioulasso : 215 nouvelles compétences sur le marché de l’emploi
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso a visité la cimenterie CIMASSO
Financement des PME : La Société Générale Burkina Faso signe une convention de plus de 16 milliards FCFA avec AFD/PROPARCO
8e retraire stratégique de Coris Bank : Les opportunités du digital au menu des échanges
L’ENAREF Organise au profit des collectivités territoriales une formation
Koudougou : L’usine Faso Fani-JMD fonctionnera avec du gaz naturel liquéfié
Réhabilitation de la mairie de Bobo-Dioulasso : 141 millions recherchés pour boucler le budget
Financement des petites et moyennes entreprises : La COFINA s’installe au Burkina
Burkina : L’administration douanière et la Chambre de commerce célèbrent leur partenariat
ENAREF : L’impact de la démographie sur l’économie burkinabè ouvre la série des soutenances
Développement : Le Burkina Faso et l’UEMOA face à des défis économiques et financiers
Situation sécuritaire : Les acteurs de l’économie informelle soucieux du climat des affaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés